تصفح – مخطط الموقع
Comptes rendus de lecture

Récit autobiographique, Oujda qui m’habite. Souvenirs des années cinquante/soixante, d’Ahmed Hammoumi

Faouzia Bendjelid
p. 139-141
المرجع (المراجع):

Récit autobiographique, Oujda qui m’habite. Souvenirs des années cinquante/soixante, d’Ahmed Hammoumi, Editions. Anwar-el-Maârifa, Oran, 2012, 236 p.

النص الكامل

  • 1 Maingueneau, D. (2004), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Col (...)

1Dans son ouvrage, Oujda qui m’habite. Souvenirs des années cinquante/soixante, Ahmed Hammoumi se livre à un exercice rétrospectif et un travail introspectif pour fouiller, voire fouiner méticuleusement dans son passé et sa mémoire afin de faire surgir des événements ayant jalonné son enfance et qu’il tente dans ce récit mémoratif, au rythme très alerte et vivifiant, de les communiquer à ses lecteurs sur un ton enjoué et badin. C’est de l’enfance de son époque, sous la colonisation française du Maroc, en terre d’exil aux dures réalités, enfance espiègle et prodigieuse, studieuse et inventive, mais combien innocente, spontanée et amusante. Ce récit autobiographique (236 pages) se présente comme une succession de scènes de la vie quotidienne de la communauté dans laquelle a évolué l’auteur/personnage/narrateur à Oujda. Ces nombreux tableaux de la vie sociale avec toutes ses valeurs et ses coutumes, ses croyances et ses pratiques, sa foi et sa ferveur, sa langue et ses usages, sont organisés en vingt-deux chapitres portant des titres informatifs sur leur contenu, (ex : « Aharrach » (le quartier), « Le four banal », « La place commerçante », « Jamâa Dalia », « L’école coranique », « Le Ramadan », « L’Aïd el Kébir » …). Il faut noter tout particulièrement la profusion magistrale des descriptions qui s’affichent dans la tradition de l’écriture réaliste par l’extrême importance accordée au moindre petit détail des lieux et des objets, jaugés, étudiés, examinés et décrits avec minutie octroyant à la langue une grande véracité. Le rôle de la description est plus didactique car relevant de l’ordre du discours : l’auteur tient à expliquer aux lecteurs le monde dans lequel il a réellement vécu et à leur faire découvrir son expérience. La re-mémoire tente de ressusciter fébrilement dans une investigation totale et un réalisme « objectif » ce qui a fait le quotidien de l’auteur et qui a façonné son être. Quant au prologue, il fait figure d’un espace paratextuel inaugurant l’ouvrage. L’instance auctoriale propose les motivations qui président à l’écriture de ses mémoires : c’est le rejet de la « civilisation » moderne, des progrès fulgurants de la techno-science qui dérangent la quiétude des rapports entre humains et déstabilisent leur coexistence. Dans un élan nostalgique, dans une confession lucide, l’auteur célèbre avec allégresse la vie communautaire traditionnelle telle qu’il l’a vécue au sein de la population des « Oujada », dans les élans d’une enfance insouciante. Cette population a vécu dans la méconnaissance totale du modernisme et de l’hégémonie de la matière plus prompts à dénaturer la vie de l’homme et son contact à ses semblables : « Le sentiment que j’éprouve pour Oujda est ressenti pour tout être humain pour son lieu natal (…). Avec l’âge, avec le changement qui intervient continûment dans les mœurs, dans la société, les progrès technologiques, le retour à l’enfance constitue une sorte de protection contre l’agression de la ‘civilisation’. » (p.7). Dans cette logique, l’écriture de l’enfance devient pour A. Hammoumi un espace salutaire pour dire les bonheurs des temps passés dans l’espace de la paratopie1 d’un sujet (créateur) discursif.

  • 2 Lejeune, Ph. (1975), Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, p. 15

2Ce texte s’inscrit dans l’ordre du genre autobiographique, les écrits de l’intime, du « je ». Il se distingue par sa dimension aiguë d’authenticité et semble satisfaire aux modalités énonciatives du genre autobiographique tel que défini par Philippe Lejeune : « pour qu’il y ait autobiographie, il faut qu’il y ait identité nominale de l’auteur, du personnage et du narrateur »2. En effet, le texte est parsemé à volonté d’indices redondants de référentialité renvoyant à l’identité individuelle et familiale de l’auteur (citons quelques-uns : « H’mida », l’auteur-lui même (110), « Les deux frères Hammoumi » (Ahmed et Hassan ; les deux écoliers) (86), les frères et sœurs : « Hassan (108), « Fatima, notre sœur ainée » (109), « Khadidja », « Aïcha », « Mustapha », « l’oncle « L’Mastpha », « l’oncle maternel Adelmadjid » (209) en plus de « Mère » et « Père » De plus, le pacte autobiographique trouve sa pleine réalisation et se confirme largement dans tous les autres chapitres relatant l’histoire de l’enfance de l’auteur avec des marques de la spatialité très précises d’Oujda (maison familiale, rues, quartiers, écoles, collèges, mosquées, lieux publics …, tous les noms propres reportés (famille, proches, voisins, camarades de classe, amis, …). Bien plus, l’auteur implante dans le tissu narratif quelques photographies comme pièces à conviction et en guise de vérité. Le « Je » de l’auteur-narrateur-personnage est des plus stables, son discours est monologique, homogène comme le voudrait le genre autobiographique traditionnel. L’auteur-énonciateur veut célébrer la vie de sa communauté ou régnait partage, solidarité, convivialité, don de soi et paix. Un tableau humain où la vie se construit sur les efforts conjugués de tout un chacun au quotidien.

3Théoriquement, il est admis que l’autobiographie (tout comme la biographie) est un texte qui tend à l’«  objectivité ». Elle n’a pas l’impérieuse prétention toute esthétique de représenter le « réel » ou de le travestir comme le roman mais vise plutôt le « vrai », la véridiction. Ce type de récit peut être soumis à l’épreuve d’une vérification. Ce « pacte référentiel » est selon P. Lejeune inclus dans le « pacte autobiographique ». On peut constater que A. Hammoumi a scellé un « pacte référentiel » avec ses lecteurs qu’il assume en son âme et conscience, en dépit de l’intensité des émotions qui le secoue pour se « livrer » dans une entreprise de dévoilement bien recherchée et combien difficile à réaliser : « Revenir à son enfance n’est rien moins que se livrer – d’abord à soi-même – et livrer les matériaux qui vous ont façonné tout au long des jours (…). Le temps passé devient cette aire spatio-temporelle nimbée d’émotions et de sentiments (…) dans un moment d’extrême lucidité et si vous avez écarté toute censure rédhibitoire – vous tournez la tête pour regarder derrière vous. » (Prologue p. 8)

4Au travers de ce discours laudatif de la vie traditionnelle et de la remise en question des valeurs du modernisme qui fondent l’écriture de ces mémoires, perce une posture esthétique et littéraire dont la finalité est le désir d’être autrement et la quête d’un espace social plus équilibré. Et peut-être la quête d’identité d’un sujet perplexe ou tourmenté. Néanmoins, une question mériterait d’être posée : ne faudrait-il pas penser à re-fonder, re-construire les rapports humains sur un métissage des valeurs passé/présent ?

5Oujda qui m’habite. Souvenirs des années cinquante/soixante est finalement un récit très agréable à lire d’autant plus qu’il est parcouru par un humour très fin et des péripéties narratives hilarantes.

أعلى الصفحة

حواشي

1 Maingueneau, D. (2004), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin.

2 Lejeune, Ph. (1975), Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, p. 15

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Faouzia Bendjelid, « Récit autobiographique, Oujda qui m’habite. Souvenirs des années cinquante/soixante, d’Ahmed Hammoumi », Insaniyat / إنسانيات, 68 | 2015, 139-141.

بحث إلكتروني

Faouzia Bendjelid, « Récit autobiographique, Oujda qui m’habite. Souvenirs des années cinquante/soixante, d’Ahmed Hammoumi », Insaniyat / إنسانيات [‏على الإنترنت‎], 68 | 2015, نشر في الإنترنت 28 février 2017, تاريخ الاطلاع 26 septembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/15158

أعلى الصفحة

الكاتب

Faouzia Bendjelid

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة

حقوق المؤلف

© CRASC

أعلى الصفحة