Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraires en France à l’époque contemporaine

Mohamed Hirreche Baghdad
p. 137-139
Référence(s) :

Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraires en France à l’époque contemporaine, Editions Universitaires Avignon et des pays de Vaucluse, juin 2015, INBN : 978-2-35768-044-9, 398 p.

Texte intégral

1En vue de contextualiser cette livraison parue en juin 2015, Bruno Bertherat écrivait qu’elle : « trouve son origine dans deux journées d’étude […] consacrées avec Christian Chevandier aux sources du funéraire les 10 et 11 septembre 2013 à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (p. 27) ». Dans cet ouvrage, la question de la mort est abordée différemment, car ce n’est pas la mort en elle-même qui est objet d’étude et de questionnements, mais les traces qu’elle laisse sur les monuments, les stèles, les tombes, les épitaphes, l’épigraphie, la médecine, les rites et rituels, la justice (les rapports d’autopsie et la médecine légale)... Celles-ci, constituent inévitablement des sources pour toute investigation ayant pour objet « le funéraire ». Elles sont aussi des éléments pour « […] bâtir une histoire de l’environnement social et politique de la mort » (p. 131). Et B. Bertherat disait : « Il nous a semblé en effet opportun de revenir aux sources, celles qui nourrissent les travaux des chercheurs. Elles sont au cœur de l’histoire de la mort, puisqu’elles renvoient aux discours et aux pratiques liées aux funérailles et au deuil. » (p. 28). 

  • 1 Ardagna, Y., Bellanger, E., Belle, V., Bernard, J., Bertherat, B., Bertrand, R., Boehm, T., Carol, (...)
  • 2 Projet de recherche « Les inscriptions sur les stèles funéraires dans l’ouest algérien : permanence (...)

2L’ouvrage est le fruit de trente-quatre contributions de chercheurs1. Il est composé de trois parties. La première est consacrée aux « institutions, entreprises et associations » dans laquelle l’article de Yann Scioldo-Zürcher est en relation directe avec l’histoire de notre pays, « Construire une histoire de la mort en Algérie coloniale ». Quant à la deuxième, elle est réservée à « la diversité des sources ». Là, sont abordés « la sociologie du travail funéraire » par Julien Bernard et l’apport des archéologues par Didier Paya. Ajoutons à cela, « la redécouverte du cimetière juif de l’Isle-sur-la- Sorgue (Vaucluse) ». D’autres sources sont mises en exergue. Ce sont soit des sources traditionnelles, nouvelles ou inattendues. Des données importantes sont récupérées grâce à l’histoire du cercueil, le petit mobilier funéraire ancien, la publicité funéraire, le numérique et Internet. En fin, la troisième partie porte sur la valorisation, les perceptions et la comparaison. L’introduction faite par Régis Bertrand et Isabelle Renaudet rappelle que « conserver les restes, les monuments, les souvenirs, ou du moins en conserver des traces, et aussi faire mieux connaître ce patrimoine. Telle est la problématique des études rassemblées dans cette partie » (p. 261). Il s’agit ici d’étudier en profondeur les enjeux de la conservation et de l’exposition, par exemple des derniers portraits par les musées et le rôle des commissaires d’expositions et l’exposition des restes humains en relation avec le droit. L’ouvrage laisse une marge de manœuvre à la comparaison et aux regards croisées. Quatre espaces et pays sont mis en exergue : la Belgique, l’Italie, l’Espagne et la France. Un article est très proche de ce que réalise, depuis neuf ans, une équipe de recherche au CRASC sur les inscriptions funéraires2 celui de Gian Marco Vidor intitulé : « Écrits pour les morts. Les graffitis et les messages sur papiers dans les cimetières : fragilité d’une source historique (Espagne, France, Italie) ».

3L’ouvrage s’achève par une conclusion générale de Christian Chevandier montrant que « les chercheurs furent en nombre, de diverses disciplines. Des historiens, qui savent à quel point les sources sont précieuses, mais aussi un sociologue, qui comme les anthropologues peut solliciter, construire même son matériau. Les archéologues y avaient toute leur place, tant l’invention de matériaux funéraires relève de leur domaine » (p. 369). L’ouvrage participe à combler un vide déjà remarqué par Lucien Febvre en 1941 qui disait : « Nous n’avons pas l’histoire de l’amour, qu’on y pense. Nous n’avons pas d’histoire de la mort […] J’indique une direction de recherche ». (p. 374).

  • 3 Ataï, « grand chef » kanak de Komalé, mène en 1878 l’insurrection kanak contre les colonisateurs fr (...)

4Après la conclusion, on trouve une chronologie indicative commençant de 1736, date d’extension du cimetière juif d’Isle-sur-la-Sorgue (p. 375) et se terminant le 28 août 2014, date de la remise officielle (au Muséum national d’histoire national, France) du crâne du chef kanak Ataï3, mort en 1878,. En dernier, une bibliographie riche s’étalant sur plus d’une dizaine de pages est mise à la disposition de ceux qui s’intéressent ou veulent s’intéresser à l’histoire de la mort.

Haut de page

Notes

1 Ardagna, Y., Bellanger, E., Belle, V., Bernard, J., Bertherat, B., Bertrand, R., Boehm, T., Carol, A., Chevandier, Ch., Deflorenne, X., Duteil-Ogata, F., Fogacci, T., Gleize, B., Groud, G., Guyonnet, F., Héran, E., Hidiroglou, P., Kirschleger, P.-Y., Lalouette, J., Lavergne, D., Marx, J., Menenteau, S, Nonnis-Vigilante, S., Paya, D., Picardn, N., Renaudet, I., Roman, Th., Robin, S., Sauget, S., Scioldo-Zürcher, Y., Sierra Blas, V., Sylvain, M., Trompette, P., Vidor, G.-M.

2 Projet de recherche « Les inscriptions sur les stèles funéraires dans l’ouest algérien : permanence et évolution », 2009-2012
Projet de recherche» La nécrologie dans la presse écrite en Algérie : composantes et caractéristiques », 2013-2017.

3 Ataï, « grand chef » kanak de Komalé, mène en 1878 l’insurrection kanak contre les colonisateurs français dans la Nouvelle-Calédonie, il sera finalement tué par un auxiliaire kanak. Cent trente-six ans plus tard, l’Etat français s’est décidé à les restituer, jeudi 28 août, à leurs descendants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Hirreche Baghdad, « Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraires en France à l’époque contemporaine », Insaniyat / إنسانيات, 68 | 2015, 137-139.

Référence électronique

Mohamed Hirreche Baghdad, « Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraires en France à l’époque contemporaine », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 68 | 2015, mis en ligne le 28 février 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/15160

Haut de page

Auteur

Mohamed Hirreche Baghdad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page