Navigation – Plan du site
Informations scientifiques

Colloque international sur le thème « Eau, Ville et Environnement »

Ammara Bekkouche
p. 213-215
Référence(s) :

Colloque international sur le thème « Eau, Ville et Environnement »1, 27 et 28 novembre 2007, organisé par l’Université des Sciences et de la Technologie d’Oran- Mohamed Boudiaf en partenariat avec l’Université de Bourgogne et l’Université de Franche-Comté, le Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle- Oran et l’Université d’Es-Sénia – Oran

La problématique du colloque s’inscrit dans le cadre des accords de coopération interuniversitaire algéro-francaise contractés entre l’Université des Sciences et de la Technologie Mohamed Boudiaf-Oran et l’Université de Bourgogne et celle de Franche-Comté. A ce titre, l’eau qui constitue, le problème central de cette rencontre, figure comme un enjeu des reformes et des mutations en cours menant à une culture de sa marchandisation. Confrontée à de nouvelles épreuves liées aux exigences de « good gouvernance », la question de l’eau est de plus en plus abordée selon les termes d’équité et d’efficacité en rapport avec la dégradation croissante des conditions d’accessibilité. Concernant plusieurs régions dans le monde, elles impliquent la redéfinition des référentiels tels que contexte international, bien économique, patrimoine commun, droit ou marchandise…

La diversité des thèmes proposés au débat, a permis la confrontation de plusieurs disciplines et la comparabilité compte tenu des enjeux de l’échange d’idées et d’expériences.

Introduisant le colloque, les deux communications exposées en plénière ont abordé la vulnérabilité de l’eau en Algérie face aux contraintes du climat, de l’urbanisation et de la diminution des ressources financières. Des menaces qui à terme nous interpellent afin d’opter pour de nouveaux choix dans les stratégies d’aménagement de l’espace et de gestion des richesses. Le concept de développement durable qui se profile dans les discours, annonce en substance les changements attendus pour redéfinir les conceptions de construction, de comportement social et économique.

Dix-neuf communications réparties en trois ateliers selon les thèmes globaux :

  1. Politique, économie et gestion de l’eau

  2. Les infrastructures hydrauliques et l’aménagement de l’espace

  3. Les risques liés à l’eau

1. Politique, économie et gestion de l’eau

Abordant la douloureuse question de la pénurie de l’eau, un cas extrême de cette problématique, rapporte la situation scandaleuse de la Palestine. Enjeu du conflit israélo-palestinien, le partage de l’eau est inégal à la source.

Dans un tout autre contexte en France, celui du partage d’un bien commun, des solidarités territoriales sont mises en œuvre pour une meilleure gestion urbaine de l’eau. Remettant en question le modèle de développement en cours, elles se présentent comme un moyen de contrer la dégradation qualitative de la ressource. Le cas d’étude exposé au débat, offre en conclusion un double enseignement sur les exigences réglementaires d’une part, et les modalités de négociation d’autre part.

D’autres communications relatives à l’Algérie ont présenté de façon descriptive quelques aspects des limites des politiques de l’eau, de la gestion technique, et de la consommation de l’eau potable. Autre exemple de la pénurie, il y est montré les différentes stratégies individuelles pour palier à l’irrégularité de la distribution et à l’insuffisance de l’eau au quotidien.

2. Les infrastructures hydrauliques et l’aménagement de l’espace

Entièrement consacrées à la diversité territoriale algérienne, les communications présentées dans cet atelier s’intéressent aux formes de valorisation en relation aux mutations observées. Le recours à des partenariats public/privé, l’encouragement associatif, la gestion déléguée sont autant de formules combinant différents moyens pour assurer le minimum nécessaire à chaque secteur d’activité. 

La question des foggara de la ville d’Adrar, ravive la curiosité autour de ce patrimoine en déperdition et dont le système de son organisation soulève encore nombre questionnements.

3. Les risques liés à l’eau

De nature physique ou chimique, les cas d’étude exposés ont donné lieu à d’intéressantes démonstrations visant à identifier les dangers potentiels des risques liés à l’eau. Qu’il s’agisse de la vulnérabilité et du dysfonctionnement des espaces urbains ou des eaux polluées et toxiques, l’objectif est de diagnostiquer et d’évaluer pour approfondir la connaissance du risque. Les enjeux de l’évaluation s’appuient sur les méthodes d’analyse avancées et testées pour en apprécier l’efficience mais aussi les limites.

Au terme du colloque si effectivement la multidisciplinarité s’est pratiquée à l’avantage de l’enrichissement des débats ; l’absence remarquée des sciences juridiques d’une part et médicales d’autre part, ont été mises en exergue. Comment aborder en effet les problématiques de gouvernance et de gestion de l’eau sans l’éclairage de sa législation, abondante de surcroît. Notamment quand elle se rattache à la libération du marché procédant à des formes de concession du service de l’eau et de partenariats public-privé. Suite à la gestion déléguée, comment s’articulent ces deux modes d’administration de l’eau en termes de droit et de choix économique relatifs à une société qui fait face à des difficultés d’approvisionnement ? En matière de gestion, plusieurs facteurs sont évoqués pour exposer les raisons de l’insuffisance de l’eau : la sécheresse, les difficultés de gestion, le gaspillage, la vétusté du réseau, les mesures restrictives…

L’observation des pratiques sociales à travers les différents usages de l’eau, des potentialités naturelles (sources, nappes, pluie, mer), le recours à la technologie (dessalement de l’eau de mer, forages, barrages, stations diverses) porte le questionnement aux logiques de répartition géographique des ouvrages hydrauliques à l’échelle territoriale.

La question par ailleurs de l’impact sur la santé publique de la consommation de l’eau qui transmet encore des maladies, aurait mérité d’être abordée dans ce colloque. D’autres rencontres sur ce sujet qui nous interpelle, sont attendues pour participer à l’approfondissement épistémologique et au débat scientifique international consacrés à l’eau.

Notes

1 Soutenu financièrement par l’Agence Nationale du Développement de la Recherche Universitaire (ANDRU) et l’Algérienne Des Eaux (ADE).

Haut de page