Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

L’intelligence de l’enfant, l’empreinte du social. Marie DURRU-BELLAT, Martine FOURNIER

Zoubida Senouci
p. 153-155
Référence(s) :

L’intelligence de l’enfant, l’empreinte du social. Marie DURRU-BELLAT, Martine FOURNIER, Paris, Editions sciences sociales, 2007, 291 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage, issu d’un travail collectif. a été coordonné par Marie Durru-Bellat, sociologue de l’éducation et Martine Fournier, psychologue. La vingtaine de contributions qui le composent s’articulent autour de l’intelligence de l’enfant. Thème qui a toujours suscité des débats passionnés et que l’on croyait être « le pré carré » des psychologues seulement. Si les travaux de ces derniers sont désormais la préoccupation des sociologues de l’éducation c’est surtout parce que « l’intelligence est censée, dans les représentations, conditionner la réussite scolaire ».

2L’objectif de ce travail émerge dans une préface originale, qui surprend par son intitulé et sa référence au cinéma : « l’intelligence n’est pas un long fleuve tranquille… ». Selon Martine Fournier, dans « La vie est un long fleuve tranquille » (film sorti dans les années 1980), un malencontreux échange de berceaux était le prétexte à considérations sur les rôles du patrimoine génétique et de l’éducation… Le cinéma se faisait là porteur d’une question qui a toujours fait débat, avant même que la psychologie n’existe en tant que science instituée. Au siècle des lumières par exemple, le philosophe Claude Adrien Helvétius (1715-1771) avait osé affirmer que l’inégalité des hommes ne provenait pas de leurs facultés physiques et intellectuelles, mais de l’inégalité d’éducation dispensée à chacun : son traité, publié après sa mort (De l’homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation, 1772) avait été brûlé en place publique et lui avait valu les foudres de ses contemporains (dont Diderot) imprégnés de philosophie cartésienne… ».

3Les caractéristiques de l’intelligence sont toujours d’actualité et entre « inné-acquis », le débat encore passionné. L’ouvrage aborde donc un sujet sensible qui va être traité en quatre parties rassemblant chacune trois ou quatre articles et un dossier d’une dizaine de pages pour fournir au lecteur des « points de repère » théoriques.

4La première partie « Débats autour de la mesure de l’intelligence » aborde la problématique de la légitimité du QI. L’article de Claudine Bert intitulé « QI et classes sociales » s’interroge sur la notion d’intelligence héréditaire située à un moment donné de l’histoire sociale. Elle affirme que « La thèse selon laquelle on hérite à la naissance de son intelligence a été très populaire de la fin du XIXe jusqu’au milieu du XXe siècle. Si les enfants d’ouvriers tiennent de leurs parents une intelligence inférieure à celle des enfants de cadres… C’est à cause de leurs capacités intellectuelles qu’ils deviennent ouvriers… » p. 43.

5Dans la deuxième partie, les contributions s’articulent autour de la question : « Nature, culture… De quoi est faite l’intelligence ? »Les auteurs abordent tour à tour la place de la culture, le déterminisme génétique ou encore la notion d’ « intelligence efficace ». Le dossier quant à lui aborde brièvement les conceptions du développement.

6La troisième partie est celle qui cerne au plus près l’objectif de l’ouvrage : l’empreinte du social. Intitulée « Environnement et performances cognitives », elle met en relief l’influence de l’environnement sur le développement cognitif. Pour Willem Doise, professeur de psychologie à l’université de Genève, «Quand les interactions sociales font progresser », l’école devrait y participer par l’apprentissage coopératif. Apprendre par les pairs devrait être une pratique pédagogique plus répandue. L’article de Youssef Tarzouti, insiste quant à lui sur le rôle du milieu familial dans le développement cognitif.

7Quelques éléments de la théorie de la reproduction et sur langage et classes sociales s’ajoutent comme points de repère. L’ouvrage s’achève par la partie intitulée « l’intelligence et ses enjeux » dans laquelle l’article de Marie-Christine Toczek « l’intelligence à l’école, un concept à risques » peut représenter un intérêt particulier pour les enseignants et/ou leurs formateurs. En effet, quand on sait que pour les « innéistes » l’intelligence est héritée, le risque est grand pour l’élève de se voir cataloguer comme cancre par un enseignant persuadé qu’il n’est pour rien dans l’échec ou les difficultés de ses élèves. Et si Martine Fournier titre sa contribution « l’intelligence a-elle un sexe ? » c’est également pour mettre en garde contre les idées toutes faites et les stéréotypes.

8En conclusion, « l’empreinte du social dans l’intelligence de l’enfant » telle qu’elle a été analysée dans les quatre contributions de Marie Durru-Bellat dont une avec François Dubet (Dénaturaliser l’intelligence, Le développement cognitif, un objet sociologique, QI: la part maudite de la justice, The Rise of meritocracy) montre que reconnaître la part des facteurs sociaux et environnementaux représentent des enjeux majeurs dont l’orientations en matière de politiques scolaires n’est pas la moindre. Pourtant les chercheurs qui sont allés voir du côté de la « boîte noire » de l’école ou de la famille, ont confirmé l’influence des pratiques éducatives, des contextes sociaux, culturels ou institutionnels sur le développement des capacités cognitives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoubida Senouci, « L’intelligence de l’enfant, l’empreinte du social. Marie DURRU-BELLAT, Martine FOURNIER », Insaniyat / إنسانيات, 41 | 2008, 153-155.

Référence électronique

Zoubida Senouci, « L’intelligence de l’enfant, l’empreinte du social. Marie DURRU-BELLAT, Martine FOURNIER », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 41 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/2560

Haut de page

Auteur

Zoubida Senouci

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page