Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Djazaïrouna, l’atlas pratique de l’Algérie, 198 pages, cartes non numérotées, Editions de l’Institut national de cartographie et de télédétection, Alger, 2004. ISBN : 9947-0-0593-3

Abed Bendjelid
p. 119-120

Texte intégral

1Fait rarissime en Algérie, la mise sur le marché d’un atlas mérite d’être hautement saluée d’une part, et d’être portée à l’attention du lectorat universitaire et du public intéressé d’autre part.

2Cet atlas est naturellement parsemé d’une collection de cartes, de photos aériennes et d’images satellitaires couvrant différentes zones caractéristiques du territoire national. Idée astucieuse facilitant largement le repérage des espaces, la présentation de mise face à face de cartes au 1/7500e et de photos aériennes d’un même secteur urbain central, de grandes et moyennes villes considérées comme importantes par leurs fonctions économiques et administratives : les villes d’Alger, Oran, Constantine, Annaba, Sétif, Batna, Bejaia, Tizi Ouzou, Bordj Bou-Areridj, Mascara, Mostaganem, Ouargla, El Oued et Tébessa, est pratique ; toutefois, il nous semble que certaines autres villes méritaient aussi d’être exposées : Tlemcen, Ghardaïa, Tamanrasset.

3Une place centrale est accordée aux cartes des milieux naturels, parfois accompagnées d’un commentaire ; bien des cartes reprennent, souvent, des travaux de recherche anciens « plus ou moins oubliés » et leur exhumation est certainement une très bonne chose, pédagogiquement parlant, car beaucoup d’universitaires et de praticiens ignorent -ou font semblant d’ignorer- les remarquables travaux élaborés par les chercheurs (Gaussen…) et les institutions de la période coloniale (Gouvernement général de l’Algérie, Université d’Alger, Institut de recherches sahariennes…) ou même, celle de l’après – indépendance (Secrétariat d’Etat au plan, Ministère de l’agriculture et de la réforme agraire, Agence nationale des ressources hydrauliques, Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique, Office national de la recherche géologique et minière…) ; c’est le cas par exemple des cartes géologiques, sismiques, géomorphologiques, climatiques et biogéographiques (bioclimats, phytogéographie, végétation naturelle…). Une autre collection de cartes, dessinées à partir de données statistiques officielles nationales ou sectorielles, ne sont parfois que des croquis de répartition qui n’obéissent, malheureusement pas, aux techniques de la représentation cartographique.

4Ainsi, sont exposées 9 rubriques sectorielles, plus ou moins correctement traitées, portant sur l’organisation administrative, la population, l’organisation sanitaire, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, l’agriculture, les ressources minières et énergétiques, les voies de communication et les transports, et le tourisme.

5Il nous faut souligner l’apport cartographique, tout à fait récent, permis par le traitement de l’information à travers la conception de cartes relatives aux phénomènes sismiques, aux migrations internes, à la recherche scientifique et au développement technologiques, aux zones humides, aux barrages d’Algérie et aux transferts d’eau, ainsi qu’aux gisements et réseaux de transport des hydrocarbures. Néanmoins, un effort portant sur l’élaboration des légendes cartographiques reste à faire pour rendre la lecture cartographique aisée et appliquer les normes pédagogiques conventionnelles. En revanche, un progrès a été fait pour ramener à leur juste valeur quelques toponymes qui donnent tout leur sens à la connaissance géographique ; c’est le cas, par exemple, de l’utilisation du mot Hautes plaines steppiques au lieu de Hauts plateaux steppiques.

6Richement pourvu en cartes topographiques (1/500 000e…), cet atlas peut être facilement utilisé par le secteur du tourisme et pourrait remédier de fait, à l’indigence de cartes algériennes disponibles sur la marché commercial ; de même qu’il peut aider à circuler dans de nombreuses grandes villes algériennes qui ont connu -faut-il le rappeler ?- une bien forte extension urbaine depuis un tiers de siècle ; dans ce cas précis, le repérage des tissus urbains centraux par la lecture de la carte et de la photo aérienne correspondante est une idée astucieuse, qui pourrait contribuer, modestement il est vrai, à réconcilier l’Algérien avec son espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Djazaïrouna, l’atlas pratique de l’Algérie, 198 pages, cartes non numérotées, Editions de l’Institut national de cartographie et de télédétection, Alger, 2004. ISBN : 9947-0-0593-3 », Insaniyat / إنسانيات, 38 | 2007, 119-120.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Djazaïrouna, l’atlas pratique de l’Algérie, 198 pages, cartes non numérotées, Editions de l’Institut national de cartographie et de télédétection, Alger, 2004. ISBN : 9947-0-0593-3 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 38 | 2007, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3265

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page