Navigation – Plan du site

Présentation

Mourad Yelles
p. 7-14
Traduction(s) :
تــقــديـم

Texte intégral

1Depuis quelques années, ce sont des sociétés maghrébines en pleine mutation qui commencent à re-découvrir et à explorer les profondeurs de leur mémoire. Non pas que les figures du paysage socio-culturel aient fondamentalement changé : c'est plutôt leur valeur relative et leurs multiples combinaisons qui se révèlent à présent, conférant au tableau une toute autre signification. Même si cette phase d'accommodation (dans tous les sens du terme) risque parfois d'entraîner certaines focalisations excessives sur tel ou tel élément, voire quelques erreurs de parallaxe, elle est indispensable.

2Pour ce qui est de la recherche et de la pensée critique au Maghreb, il importe plus que jamais de poursuivre le nécessaire travail d'investigation et de dévoilement afin de débusquer tous les fantômes du refoulé encore tapis dans notre imaginaire et d'exposer à la pleine lumière de la connaissance les richesses et les vacuum de notre mémoire culturelle. Comme toute entreprise de désaliénation, celle-là ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes. En l'occurrence, dans le contexte idéologique dominant, il est vrai que le mélange métis reste suspect de même d'ailleurs que la différence. Force est ici de reconnaître que les réflexes auto-protecteurs comme les dissidences et autres pulsions cosmopolites s'expliquent mieux si l'on tient compte du contexte international. À commencer par les répercutions au niveau régional d'une mondialisation qui déplace les lignes de partage culturelles, confond et réduit chaque jour un peu plus les échelles de valeurs et les représentations identitaires au nom du marché.

3D'où la difficulté première de toute réflexion sur le métissage : dans quelle mesure ce procès complexe ne se réduit-il pas à un nouvel habillage idéologique pour une vieille stratégie de domination politique ? De nombreux observateurs s'interrogent ainsi avec raison pour savoir si la "World culture" ne serait pas une sorte de cheval de Troie inventé par l'Occident pour parachever son hégémonie sur les pays "émergents". On aurait alors d'un côté la réalité des stratégies de prédation économique et de l'autre le flot des représentations habilement déguisées, associant subtilement universalisme et néo-exotisme et diffusées par les réseaux technologiques et les nouvelles diasporas du Nord.

4Pour ceux d'entre nous que ces questions assiègent, il serait pour le moins imprudent d'adopter sans les discuter au préalable les grilles d'analyse que nous propose une certaine science occidentale du Sujet dans des champs aussi variés que l'histoire, la sociologie, l'anthropologie, la sémiologie ou la poétique. De notre point de vue, les concepts d'acculturation, de mimétisme, d'assimilation, de syncrétisme ou de multiculturalisme ne sauraient rendre compte de la variété et de la complexité des processus par lesquels deux ou plusieurs communautés s'affrontent, se confrontent, négocient et expriment dans la violence (physique, économique, politique, symbolique) leur différence (au sens de Derrida) et les modalités de son dépassement. Certes, en situation de domination, ni le Dominant (parce qu'il tient à son statut) ni le Dominé (parce qu'il défend son intégrité) ne tiennent à reconnaître la nature de ce "tiers état" paradoxal qui se crée et se développe au paroxysme de leur relation dialectique. C'est pourtant là qu'il importe de se tenir pour tenter de comprendre le sens des bouleversements de tous ordres que connaissent nos sociétés. Dans la perspective des travaux sur la raison pratique des dominés et leurs tactiques de ruse (Bourdieu, Serres, Deleuze et Guattari, Vernant, Hoggart, De Certeau), il s'agirait au fond de réfléchir sur les différents procès de métissage comme autant de moments d'une même dynamique constitutive de l'histoire maghrébine.

5Entre Occident et Orient, Méditerranée et Afrique, une longue tradition historiographique a trop souvent réduit les Maghrébins à n'être que des passagers de leur propre histoire, les acteurs passifs d'une aventure civilisationnelle dont le sens ultime se décidait toujours ailleurs. Or depuis des siècles, les sociétés maghrébines se sont développées sur la base de leur propre "œkoumène" tout en diffractant, combinant et recontextualisant une multitude de signes et d'images en provenance de Rome, Bagdad, Tombouctou, Grenade, Le Caire, Istanbul ou Paris en un discours original où l'on s'obstine pourtant à ne voir qu'imitation servile et allégeance suspecte. Ainsi, penser les métissages maghrébins en termes de carence, de tare, voire de dévoiement, c'est non seulement réfuter la richesse des évolutions historiques au nom d'une autre forme d'intégrisme mais surtout s'interdire l'accès aux différents processus — souterrains, souvent silencieux — de résistance, de détournements, de recréation et d'innovation qui se sont accomplis et continuent de s'accomplir au quotidien dans les pratiques, les milieux et les moments les plus divers.

6De tout temps et en tout lieu, le métissage est sujet tabou. D'abord parce qu'il a parti lié avec le sang et le sol. Sang de la tribu dont il faut préserver l'entité et le lignage, mais aussi fantasme du viol et de l'étranger — nous touchons là à un paradigme central des sociétés méditerranéennes : l'honneur tribal et la norme endogamique. Mythologies du territoire et du terroir (urbain, rural). Fantasmes de la marge, de la frontière, avec la tension de l'errance et l'appel de l'ailleurs. (L'émigration et l'exil sont des modalités fondamentales de la stase comme de la transgression).

7Le métissage inquiète aussi parce qu'il pose la question du Nom — dans sa double dimension sémiologique et théologique — et surtout de cette « bilangue » (Khatibi), cette parole tierce à travers laquelle s'invente et se dit dans la jouissance et la douleur de la Perte (du Père, de la Mère, de Dieu) un nouveau rapport à soi. Il est toujours bon de rappeler qu'au cours des siècles, les Maghrébin(e)s ont été amené(e)s à user de nombreux idiomes plus ou moins métissés — berbères, puniques, latins, arabes, haoussas et bambaras, turcs, hébreux et judéo-maghrébins, espagnols, italiens, français, etc. — pour se définir et verbaliser leurs rapports aux dieux, aux morts, aux autres … Si le métissage s'égare dans le biologique il ne prend sens que dans la langue travaillé par l'imaginaire. À la différence du scribe, le métis est un conteur qui sauve la mémoire de son peuple parce qu'il en préserve les multiples métaphores. Histoire fabuleuse maintenue et remaniée tout au long des générations : fables des rencontres et des défaites, des guerres et des trêves, des mariages et des ruptures, des greffes et des rejets, des amours et des haines, des symbioses et des scissions. Immense silence de tout ce qui s'est tramé dans le secret des rêves et des passions interdites.

8En définitive, des pans entiers d'une mémoire hétérodoxe, hérétique ou simplement excentrique (au double sens du terme) échapperont toujours aux comptables de l'ordre identitaire et aux gardiens de la Loi. On voit par là que pour comprendre les enjeux des métissages maghrébins et la nature des contrôles et des censures dont ils ont fait historiquement l'objet, il convient non seulement de mieux saisir le fonctionnement de ces sociétés dans leur rapport à la Norme mais de soumettre en outre à l'analyse les concepts de Nation et d'Etat. Au Maghreb, on sait comment ces derniers ont mobilisé des idéologies et continuent de solliciter des imaginaires sur lesquels nous nous attendrons pas ici.

9En fait, il n'est pas un seul aspect de notre vécu qui ne soit directement ou indirectement justiciable d'une approche en termes de métissage : de nos habitudes alimentaires (la vogue des "fast food") à nos engouements technologiques en passant par nos modes vestimentaires, nos projets matrimoniaux, nos fantasmes sentimentaux voire érotiques, notre rapport au sacré, nos valeurs morales, nos comportements économiques, nos aspirations politiques, etc. Comment peut-on être Algérien, Marocain, Tunisien, Mauritanien, Libyen aujourd'hui au Maghreb ? Pourquoi le Maghrébin est-il toujours là où on l'attend le moins : à Paris ou Marseille, par exemple ? De quelle typologie relèvent les nouveaux réseaux qui se tissent par cybercafés, paraboles, circuits commerciaux, flux migratoires interposés à l'intérieur et entre cette rive et l'autre de la Méditerranée — et même au-delà ? Quelles réponses les métissages maghrébins organisent-ils dans l'intimité des pratiques et la (semi) clandestinité des solidarités au nouvel ordre intégrateur/désintégrateur de l'Europe de Bruxelles et de la globalisation made in USA ? Autant de questions qui sollicitent pratiquement toutes les disciplines et auxquelles ont tenté de répondre les spécialistes maghrébins et autres qui ont bien voulu accepter de répondre à l’invitation d’Insaniyat pour la préparation du présent numéro.

10S'agissant de l'auteur de ces lignes, sa contribution consiste en une mise en perspective du procès de métissage par le biais d'une mise au point étymologique. De fait, si le facteur biologique est incontestablement déterminant dans la perception du phénomène « métis », on ne saurait minimiser un certain nombre d’autres dimensions non moins importantes : culturelles, sociales, voire politiques. Ce sont précisément ces différents champs que nous nous efforçons d’explorer sommairement en remontant le temps depuis l’Antiquité jusqu’à l'époque moderne pour mettre en scène quelques figures du métis transhistorique.

11Pour Toni Maraini, alors même que le procès de métissage relève incontestablement de l'universel, « certaines modes qu'on nous présente comme des "métissages interculturels" nous agaceraient plutôt » et pourraient même remettre en cause la pertinence du concept. Face à la World Culture et à ses chimères mais aussi à « la clôture dogmatique de l'identité », il importe donc que les Méditerranéens s'unissent pour favoriser la confrontation salutaire de « nouvelles créations, pensées et formes ».

12Fatima Ouachour s'intéresse également à l'histoire antique du Maghreb pour y repérer « les processus de mélange et d'interpénétration » impliquant de nombreuses cultures et communautés (Libyens, Carthaginois, Grecs, Romains). Elle s'interroge sur la pertinence du concept de « métissage » pour la période concernée et montre « comment ont été pensé(s), à travers l’historiographie contemporaine, l’analyse des sources anciennes et l’analyse proposée par les sciences sociales les processus de mélange et d’interpénétration» à l'oeuvre en Afrique du Nord ancienne.

13Quant à Mélica Ouennoughi, elle retrace l'itinéraire socio-culturel des déportés maghrébins en Nouvelle Calédonie à partir des années 1860. Issus en partie des régions sahariennes du Sud algérien, les déportés réussirent à préserver une partie importante de leur mémoire culturelle et de leurs savoir-faire. A travers la culture du palmier-dattier qu'ils introduisirent dans leur nouvel environnement, on assiste à la transplantation réussie d'une tradition agricole ancestrale et à la naissance d'une micro-société nécessairement métissée mais dans laquelle subsistent les traits dominants de la civilisation oasienne.

14Dans une perspective similaire, Michèle Vatz-Laaroussi et Lyliane Rachedi évoquent les phénomènes de métissage propres aux diasporas maghrébines. Ils questionnent ainsi la pertinence du concept de « culture arabo-musulmane », en particulier au Québec après les attentats du 11 septembre 2001. Ce faisant, ils s'emploient « à remettre en question les limites des cultures et à valoriser les symbioses constitutives des identités et des appartenances plurielles et flexibles dont les migrants arabo-musulmans sont les témoins et les acteurs pertinents.»

15Pour Mohamed Daoud, « la traduction constitue une activité de recherche italique multidisciplinaire ouverte aux différents champs de la réflexion théorique ». En outre, « et du point de vue pratique, elle est fondatrice des contacts et des échanges avec les cultures étrangères, son importance dans la médiation culturelle et l'interculturalité est évidente ». L'auteur revisite quelques aspects imagologiques de la tradition littéraire orientaliste dans ses rapports avec la problématique identitaire telle qu'elle se pose dans les pays arabes.

16Par-delà le problème de l'origine étymologique exacte de certains concepts-clés de la poétique et de la musicologie appliquée au domaine maghrébin (tel par exemple celui de muwashshah), Rachid Aous se fixe pour tâche prioritaire de contribuer à un nécessaire effort d'« historicisation » des processus culturels à l'échelle du Monde arabe. Pour lui, une telle démarche est susceptible d'ouvrir « des perspectives de valorisation d’une pensée culturelle plurielle » tout en permettant une meilleure appréhension des spécificités des métissages culturelles maghrébins.

17Dans une optique relativement proche, Zoulikha Mered présente une réflexion sur le « colinguisme » en usage dans les pratiques langagières en Algérie. A travers l'étude d'un corpus de termes argotiques tirés du lexique populaire des jeunes algériens et relatifs au nom de la femme, l'auteur se propose de dégager quelques aspects ‑ parmi les plus significatifs ‑ de l'imaginaire masculin tel qu'il est verbalisé au quotidien ou « comment l'esprit du "mâle" mobilise la langue, son imagination, et la mémoire collective pour "violenter" la femme et crier, en fait, son manque d'amour et sa frustration ».

18Hervé Sanson propose une étude sur l'œuvre du grand poète Jean Sénac, œuvre dont l'esthétique s'inscrit à l'évidence dans une « double référence culturelle [qui] fait cohabiter Orient et Occident. » L'auteur revisite tour à tour les différents lieux de ce parcours exemplaire à plus d'un titre : celui de la Mère (et son admirable « capacité syncrétique »), celui du Père (dramatiquement absent mais dont l'ombre portée ajoute au mystère de l'origine métisse), celui du Nom (avec sa symbolique culturelle et politique, celle que devait précisément assumer Yahia el Ouahrani), celui du Corps (avec le Noûn et ses interférences/transcodages), celui de la Langue enfin (territoire emblématique de cette « littérature de graphie française » qu'il illustra si ardemment).

19Christiane Chaulet-Achour choisit d'étudier l'œuvre de Aziz Chouaki « sous l'angle du métissage ». Relisant quelques-uns de ses textes majeurs (L'Etoile d'Alger, Aigle, Les Oranges, Une virée), l'auteur analyse la manière dont l'écrivain algérien, loin des effets de mode et des jeux exotiques, « invente sa langue dans le chaos maîtrisé d'un "chaloupage" linguistique constant ». Ce faisant, il inscrit son écriture dans une esthétique « de l'hétérogène et de la cassure » dont on peut percevoir les premières manifestations littéraires dans l'Algérie des années 80.

20Métropole culturelle à vocation strictement régionale, Oran est toujours restée « dans l'ombre » de sa grande rivale : Alger. Pourtant, dans les années 1930, la capitale de l'ouest algérien bénéficia d'un ambitieux projet : le Palais des Beaux Arts. C'est dans ce contexte historique qu'Anissa Bouayad examine la trajectoire intellectuelle et artistique de quelques jeunes élèves-peintres algériens (Guermaz, Benanteur, Khadda) découvrant « le cosmopolitisme des milieux culturels d'Oran » et réussissant à traverser les frontières imposées par le système colonial avant de se confronter à l'Ecole de Paris.

21Mehdi Nabti livre ici les résultats d'une enquête de terrain de plusieurs années portant sur les pratiques sociologiques, économiques, anthropologiques et ethno-musicales des Aïssaouas de Fès et Meknès. Inscrivant de facto ses activités dans le champ religieux et politique du Maroc contemporain, cette importante confrérie est ainsi impliquée dans des processus complexes de métissages culturels « où le soufisme côtoie des éléments artistiques (poésies spirituelles, musiques "folkloriques") et des pratiques exogènes à la doctrine du saint fondateur (rituel d’exorcisme et danses d’extases) ».

22Comme on le sait, l'archipel maltais partage avec le Maghreb de larges pans d'histoire politique et culturelle. Dans cette perspective, la contribution de Georges Mifsud-Chircop a le double mérite de nous faire découvrir un genre traditionnel de poèmes chantés à Malte et Gozzo et de nous dévoiler quelques-unes des hypothèses concernant ses origines probables. Ainsi, que l'on invoque la piste hispano-sicilienne, la « symbiose arabo-européenne » ou la mémoire culturelle proprement « indigène », Għana la Bormliża témoigne de la vigueur d'une tradition musicale et poétique qui se perpétue aujourd'hui en diaspora (Australie).

23Zahia Teraha effectue une étude comparative de deux récits traditionnels répandus au Maghreb et dont on trouve des traces écrites dès l'Antiquité romaine. En l'occurrence, il s'agit du mythe d'Amour et Psyché et du conte merveilleux kabyle intitulé La rose enflammée. Les différences entre les deux récits portent sur des éléments structurels ou sur le statut des actants et s'expliquent par le passage du polythéisme au monothéisme dans l'histoire du Maghreb. Les similitudes concernent la thématique du pouvoir qui passe « du féminin invisible (Vénus, l’Ogresse) au masculin invisible (le dieu Amour, le fils de l’ogre) ».

24C'est sous l'angle socio-anthropologique que Ahmed Khouaja observe l'évolution de la médina de Mahdia en Tunisie. Marqué par un dynamisme important (tant au niveau urbanistique qu'économique), cet espace traditionnel a connu (durant la période du Protectorat) et connaît encore des transformations souvent radicales que l'auteur analyse en termes de « rupture ». Ainsi, tout en préservant l'essentiel d'une tradition socio-culturelle, l’espace urbain de Bordj El Ras apparaît comme un véritable laboratoire des métissages architecturaux, combinant les styles jusqu’à la contradiction.

25Dans le cadre de ce dossier thématique, la contribution de Imad El Mighri présente l'intérêt d'offrir un point de vue privilégié – parce que strictement démographique ‑ sur « la question ethnique en Mauritanie et son rapport avec la centralité du pouvoir et sa légitimité ». L'auteur indique ainsi que si la société mauritanienne est historiquement multi-ethnique, les données démographiques les plus récentes semblent confirmer un renversement de tendance au profit de la composante ethnique d'origine négro-africaine. A terme, ce phénomène pourrait signifier la perte du leadership politique pour la composante arabo-berbère hassaniya.

26Témoignant d'une expérience personnelle en tant que métisse franco-algérienne, Elise Miles se livre à une critique de la notion de « métissage » dans son acception théorique courante. Derrière son caractère général et abstrait, elle croit percevoir une volonté d'hégémonie (politique, économique) à l'échelle mondiale. Préconisant un retour à l'individuel et au singulier, elle tente de définir divers aspects (mémoriels, affectifs, idéologiques) du processus d'« identification » par lequel s'élabore une posture originale qu'elle désigne par un néologisme : la « francalgérianité ».

27Dans le contexte idéologique et politique pour le moins perturbé qui caractérise les relations actuelles entre Paris et Alger, on peut gager que cette démarche critique pourra en gêner, voire en contrarier plus d'un. Pourtant, on nous permettra de revenir en conclusion sur cette évidence : quelles qu'en soient les formes ou les manifestations, compte tenu des enjeux auxquels ils nous renvoient, les métissages maghrébins – tous horizons confondus – représentent aujourd'hui une réalité historique, sociale, économique, culturelle trop importante pour que l'on persiste à les dénaturer ou, pire, à les censurer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mourad Yelles, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات, 32-33 | 2006, 7-14.

Référence électronique

Mourad Yelles, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 32-33 | 2006, mis en ligne le 08 août 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3281

Haut de page

Auteur

Mourad Yelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page