Navigation – Plan du site
Position de recherche

Sciences sociales, pratiques historiographiques et politique dans le Monde arabe contemporain : le cas de l’Algérie

Hassan Remaoun
p. 231-246

Notes de la rédaction

Ce texte constitue une synthèse de travaux présentés le 13 mars 2006 à l’université d’Oran, dans le cadre d’une habilitation universitaire en sociologie.

Texte intégral

  • 1 Cette thèse avait pour intitulé, Mouvement national révolutionnaire dans le Monde arabe. Analyses e (...)

1Il s’agira dans ce document de synthétiser, une activité de recherche qui s’étale sur près d’un quart de siècle, c’est à dire depuis la soutenance d’une thèse de doctorat de troisième cycle en Avril 19821. Cette activité regroupe près d’une centaine de contributions et publications éditées dans des supports divers (y compris ceux dont je n’ai pas tenu compte ici, dans la presse ou en direction du Mouvement associatif) et d’intérêt forcément inégal, et parmi lesquels, j’ai sélectionné un peu plus d’une quarantaine de textes que j’ai tenté de regrouper en fonction de centres d’intérêts que j’énumère comme suit :

  1. Sociologie et histoire politiques touchant aux Maghreb et Monde arabe contemporain et dans une certaine mesure à l’Afrique, l’Algérie étant bien entendu située au centre du dispositif d’analyse.

  2. Les sciences sociales et leurs modes de fonctionnement dans les sociétés et universités algériennes et arabes.

  3. Les pratiques historiographiques et leurs caractéristiques vues de manière générale à travers les productions éditoriales en axant notamment sur le Mouvement national et la Guerre de libération.

  4. Le rapport aux questions identitaires et de mémoire et notamment tels que traduits dans les cursus et contenus d’enseignement de l’histoire décryptés dans les manuels scolaires algériens (parfois en usant des comparaisons avec d’autres expériences (France et Maroc notamment).

  5. Des textes qui survolent tous ces aspects à la fois mais qui portent plus sur des enjeux de société liés à l’histoire immédiate et qui dans des périodes de crise cruciale, telle celle traversée depuis une quinzaine d’années, peuvent être classés à la lisière de démarches de type académique et d’approches plus citoyennes, des questions liées aux préoccupations idéologique et socio-politiques du moment : fonctionnement du système politique et rapport à la démocratie et à la citoyenneté, préoccupations identitaires, et nature des relations entretenues ici entre les sphères du politique et du religieux.

2Y a-t-il une unité problématique entre toutes ces questions qui portent sur des thématiques et des domaines à première vue assez différenciés ? Il nous semble que oui, à tel point que nous avons parfois hésité à répartir certains textes entre les cinq rubriques proposées et que certains choix relèvent pour une part au moins de l’arbitraire. En fait en continuité avec notre thèse de doctorat, nous nous sommes d’abord intéressés à la sociologie et à l’histoire politiques du Monde arabe contemporain, pour ensuite nous interroger sur la validité des outils d’investigation et de leur usage et passer ainsi au domaine de la sociologie de la connaissance. Les Sciences humaines et sociales en général puis l’historiographie en particulier dans ses relations aux pratiques de mémoire, identitaires, de légitimation politique et d’enseignement, vont ainsi progressivement constituer notre principal terrain de préoccupation. L’intitulé qui nous a donc semblé le plus approprié pour rendre compte de cette démarche d’ensemble et que nous avons pris le risque de retenir est : « Sciences sociales, Pratiques historiographiques et Politique dans le Monde arabe contemporain : le cas de l’Algérie ».

3Les sciences humaines et sociales telles que nous les connaissons de nos jours sont liées à l’histoire du Monde occidental qui le premier en a usé à des fins de connaissance du Monde arabe. Le problème est que la connaissance est très liée à l’intérêt (J. Habermas) et qu’elle a donc des limites, ici liées en partie au moins à ses origines exogènes. En fait, une société donnée ne peut compter seulement sur l’apport exogène pour aboutir à son auto-connaissance. Elle a besoin de mobiliser ses propres capacités, et pour ce, assimiler les disciplines sociales (comme pour n’importe quel savoir ou technologie) en les adaptant à sa propre demande, l’assimilation-adaptation devant par ailleurs servir y compris à une formulation performante de la demande. Ceci ne se fait bien entendu pas de façon idéale et arbitraire, mais toujours avec des risques d’instrumentalisation par les chercheurs eux-mêmes et par les Etats nationaux (principaux managers en la matière) et les catégories sociales qui les orientent et les dirigent, ou s’y opposent. Nous nous sommes donc intéressés à la gestation de ce processus dans le Monde arabe en général et l’Algérie en particulier avant de cibler une discipline en particulier : l’historiographie et ceci pour deux raisons :

  • d’abord il y a une tradition d’historiographie dans le Monde arabe antérieure à la pénétration coloniale,

  • ensuite parce que l’Etat national dans le Monde arabe en général même si ce n’est pas quelque chose qui lui est spécifique, a tendance à faire un usage idéologique de cette discipline et ceci à des fins de légitimation de son propre fonctionnement idéologico-politique.

4Le cas algérien est de ce point de vue intéressant à plus d’un titre :

  • C’est un pays qui a été marqué par une colonisation à caractère de peuplement et un processus d’indépendance mené suite à une guerre de libération.

  • L’acculturation due à la colonisation et les problèmes identitaires et de mémoire y sont particulièrement prégnants.

  • L’Etat national et les différentes équipes qui y ont contrôlé le pouvoir politique, ont largement usé pour leur légitimation du référent historique, en puisant notamment dans les actes de résistance à la colonisation et la Guerre de libération nationale. L’impact qu’une pareille situation a pu avoir au niveau de l’enseignement de l’histoire et de la pratique historiographique est de ce point de vue intéressant à étudier.

  • Ceci d’autant plus que les problèmes d’identité et de mémoire semblent avoir largement contribué à la poussée islamiste et à la crise de ces dernières années (sans négliger pour autant les problèmes socio-économiques).

  • Il serait intéressant et nous retrouvons notre intérêt pour le Monde arabo-musulman (voire le Tiers-monde) d’étudier en quoi la situation algérienne relève du général et en quoi résiderait ses particularités.

Principales hypothèses et conclusions de recherche

1. À propos du triptyque Monde arabe – Maghreb - Algérie (histoire et sociologie politiques)

5Nos principales hypothèses sur la question s’appuient sur un certain nombre de travaux :

  • Au marxisme en général nous avons emprunté à la théorie de l’impérialisme et des rapports de domination entre centre capitaliste et périphérie coloniale.

    • 2 Cf. - Abdelmalek, Anouar, La dialectique Sociale, Paris, le Seuil, 1972.
      - Rodinson, Maxime, les Ar (...)

    A Anouar Abdelmalek et Maxime Rodinson, l’idée que le Monde arabe était caractérisé par un phénomène national « à deux étages » (ou deux paliers) l’un poussant à l’unité, l’autre à la différenciation.2

    • 3 Cf. Tütsch, Hans, Facets of Arab nationalism, Michigan, Wayne University Press, Detroit, 1965.

    A Hans Tütsch, l’idée qu’il était « sous la saisie » de Révolutions contemporaines qui se télescopent, alors qu’en Europe elles s’étaient déroulées façon successive : Renaissance et Réforme religieuse au XVIe siècle, Contre réforme et formation de la science classique au XVIIe siècle, Ere des Lumière au XVIIIe siècle, Nationalisme, Libéralisme, Socialisme aux XIXe puis XXe siècle.3

    • 4 Cf. Laroui, Abdallah, L’idéologie arabe contemporaine, Paris, Ed Maspero, 1967.

    A Abdallah Laroui, l’idée de la succession depuis le XIXe siècle dans le Monde arabe de profils intellectuels dominants qui sont ceux du Clerc, du Libéral et du Technophile.4

6Nous nous sommes intéressés de façon prioritaire dans nos investigations à l’émergence et à la maturation du Mouvement national avec ses différentes composantes en nous attardant sur la lancée de notre thèse de doctorat sur les tendances se réclamant du communisme et du nationalisme et de leurs rapports contradictoires. En fait, l’idéologie nationaliste contemporaine dans le Monde arabe a puisé ses conceptions de la nation et de la nationalité dans le modèle Jacobin français (Jus Soli) et le modèle communautaire allemand (Jus Sanguinis), mais a beaucoup emprunté aussi au marxisme et au communisme, y compris dans la forme d’organisation étatique du Parti-Etat et parfois la référence au socialisme. De là découlent les analyses divergentes portées sur le contenu de la nation et de la dynamique à insuffler à l’Unité arabe.

7En fait, l’étude des différentes tentatives dans ce domaine et leur échec nous a amené à considérer que la Nation à « double palier » qui caractérise le Monde arabe fonctionne en fait avec une dominante qui est celle de l’Etat territorial ou Etat-nation déjà prégnant dans les programmes des mouvements de libération, et omniprésent depuis les indépendances (malgré ses limites et contradictions). Les rivalités et conflits entre Etats nationaux dans le Monde arabe rappellent d’ailleurs à bien des égards le processus européens des XIXe et début du XXe siècle. Nous nous sommes à ce propos intéressés en particulier au Maghreb où les objectifs d’Unité Nord-africaine avancés par les Mouvements nationaux n’ont pas pu véritablement voir encore le jour. Les débats idéologico-politiques en Algérie sur la question nationale et Maghrébine depuis l’émergence du Mouvement national sont à ce propos riches d’enseignements.

8Parmi les conclusions auxquelles notre recherche nous permet d’aboutir, il y a aussi le fait que le « télescopage » des Révolutions qui caractérise le Monde arabe est dramatisé par la proximité géographique de cette région avec l’Europe et le poids de la mémoire qui privilégie une confrontation entre les deux, qui remonte au début du Moyen-âge. La fin de la bipolarisation Est-Ouest avec l’émergence d’un monde unipolaire et la tendance à la « globalisation » qui induit des méthodes parfois musclées et la réaction islamiste qu’elle suscite et encourage, peuvent cependant laisser entrevoir d’autres types d’évolution. Il est peut-être aussi trop tôt pour se prononcer quant au moyen terme, sauf que de nouvelles formes de domination ne peuvent pas ne pas avoir d’impact sur l’évolution des sociétés.

9Quelle que soit l’évolution future il faudra cependant tenir compte dans la culture intellectuelle et politique du Monde arabe, d’un quatrième profil que Abdallah Laroui n’avait pas introduit dans son triptyque (Clerc, Libéral, Technophile) et qui est celui du Populiste. Nous en verrons l’impact notamment dans le déploiement des universités et des disciplines sociales dans le Monde arabe.

2. Populisme, Université et Sciences Sociales

10Le populisme émerge comme courant idéologique dans l’entre deux guerres et en développant une idéologie nationaliste radicale avant de dominer un certain nombre d’Etats arabes dont à partir des années 1950 : l’Egypte, la Syrie, l’Irak…puis l’Algérie en 1962. Il est généralement alimenté par une société à base agraire mais profondément déstructurée et en voie d’urbanisation, voire d’industrialisation.

11Du choc colonial, il retient le principe de la modernisation et il emprunte pour cela à différentes traditions occidentale, nationalisme, jacobinisme, égalitarisme et socialisme… Marqué cependant encore par ses origines sociales, il demeure inquiet face à la percée irréductible de nouvelles valeurs « trop occidentalisées » à ses yeux. Face à l’ascension d’une technophilie plus apte que lui a enfourché le cheval de la modernisation, il doit constamment réaffirmer sa légitimité en puisant dans le passé récent (celui de la Guerre de libération nationale en Algérie) ou lointain dans le but de réaffirmer la pérennité d’une nation dont il se veut l’émanation contemporaine, quitte à prôner un conservatisme moral et culturel, talonné sur ce terrain par le Clerc porte-parole du salafisme. En fait, l’Etat national va faire l’objet d’un compromis entre courants populiste et technophile avec une répartition des pouvoirs (ou des fonctions ?) qui touchera toutes les institutions et sphères d’activité.

12Le système éducatif en général et l’université en particulier seront concernés à travers la restructuration du champ du savoir qui touchera notamment le domaine des sciences humaines et sociales. Ces dernières seront de façons schématiques réparties entre disciplines censées servir le développement économique avec une conception technophile, et disciplines auxquelles sont assignées des objectifs identitaires et de légitimation, ceci dans la perspective de la vision populiste.

  • 5 Pour plus d’indications sur l’approche que nous développons ici on pourra se référer à nos interven (...)

13Dans la première catégorie, on retrouvera par exemple la sociologie, la démographie, la géographie, les langues étrangères (traduction et interprétariat) et bien entendu les sciences commerciales et économiques, ces dernières fonctionnant comme paradigme ou modèle à suivre par les autres. Dans la seconde catégorie, nous citerons les enseignements de langue et culture arabes, de philosophie, de sciences et civilisation islamique, le tout ayant pour paradigme la discipline de l’histoire5.

14D’autres disciplines peuvent d’ailleurs fonctionner sur les deux tableaux, le droit par exemple selon qu’il soit question de réglementation inspirée du droit positif ou de chari’â, et la psychologie selon qu’elle s’intéresse à la « personnalité » et à l’éducation, ou aux aspects cliniques et du travail.

15Nous nous sommes intéressés en particulier aux pratiques de la discipline historiographique.

3. Sur le fonctionnement du paradigme histoire à travers le cas des pratiques historiographiques

16L’historiographie est une des rares disciplines sociales dont l’usage dans le Monde arabe remonte à l’ère pré-coloniale et même aux débuts de l’Islam. Elle y avait très tôt joué un rôle idéologique de premier plan et ce sous deux aspects essentiels :

  • dans un but juridico-religieux d’abord puisqu’on lui faisait appel pour authentifier la Sunnah, ou faits et geste du Prophète et ce en vue de l’élaboration du Fiqh.

    • 6 Cf. Oumlil, Ali, L’Histoire et son discours. Essai sur la méthodologie d’Ibn Khaldûn, Faculté des l (...)

    Dans un but de répartition des honneurs, fonctions et privilèges, et ce depuis le Khalifat de Omar, puisqu’elle devait aussi contribuer à la constitution des généalogies tribales et familiales en vue de connaître les positions adoptées par différents groupes et individus vis à vis du Prophète et leurs liens familiaux s’il y a lieu, ainsi que leur rôle dans l’expansion islamique. 6

17Ces usages fonctionnent cependant dans une position de glorification du passé et ont tendance à se situer à la lisière de la pratique historienne et de la demande de mémoire. Or on sait depuis les travaux de Maurice Halbwachs que les catégories d’histoire et de mémoire ne se recoupent pas tout à fait. Pierre Nora notait à ce propos :

  • 7 Nora, Pierre, les lieux de mémoire. La République, Paris, Gallimard, (7 volumes en tout), 1984.

« Parce qu’elle est affective et magique, la mémoire ne s’accommode que de détails qui la confortent. Elle se nourrit de souvenirs flous, télescopants, globaux ou flottants, particuliers ou symbolique, sensibles à tous les transferts, écrans, censure ou projection. L’histoire parce que opération intellectuelle et laïcisante, appelle analyse et discours critique. La mémoire installe le souvenir dans le sacré, l’histoire l’en débusque, elle prosaïse toujours ».7

  • 8 Vatin, Jean-Claude, L’Algérie, politique, histoire et société, Paris, Presses de la Fondation Natio (...)

18Les travaux menés par les premiers historiens liés au Mouvement national constituaient en fait un contre-discours à l’historiographie coloniale. Cette dernière dans le cas de l’Algérie notamment avait produit selon Jean-Claude Vatin un discours qui consistait « d’abord en une analyse de la colonisation, de ses antécédents (période « latine’), de ses causes (« coup d’éventail ») de ses raisons (« la civilisation », « le progrès »), de ses modalités (‘conquête » et « développement »).8

  • 9 Gautier, Emile-Felix, Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, Ed. Payot 1937
  • 10 Mercier, Gustave, Histoire de l’établissement des Arabes dans l’Afrique septentrionale, Paris, 1875 (...)
  • 11 Gsell, Stéphane, histoire et historiens de l’Algérie, Collection du Centenaire, Paris, 1930, cité p (...)
  • 12 Julien, Charles, André, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot 1951, 2 volumes.

19On trouve ainsi parmi les perles de ce registre colonial que l’Algérien et le Maghrébin en général représentaient « parmi les races blanches méditerranéennes… assurément le traînard reste loin en arrière »9 et qu’il faisait partie « des races condamnées à s’éteindre »10, tandis que les colons européens avaient reçus de l’histoire les « devoirs inébranlables d’être les maîtres partout »11. Charles-André Julien qui avait pourtant lui-même combattu ces thèses considérait que tout se passait comme si l’Afrique du Nord « était frappée d’une inaptitude congénitale à l’indépendance »12.

  • 13 El Mili, Mubarek, cité par M.Bencheneb, dans " Historiens arabes de l’Algérie ", in Revue africaine(...)

20Les historiens proches du Mouvement national, proches des Ulamas et lettrés en arabe, tels Mubarek El Mili, Tewfik el Madani et Abderrahmane Djilali, vont à partir des années 1920 et 1930, proposer aux Algériens une histoire « qui est la preuve de l’existence des peuples, le livre où s’inscrit leur puissance, le lieu de résurrection de leur conscience, la voie de leur union, le tremplin de leur progrès … ».13

  • 14 Cf. notre contribution, " Les historiens issus du Mouvement national", in Insaniyat n° 25-26, volum (...)
  • 15 Cf. Manceron, Gilles et Remaoun, Hassan,  D’une rive à l’autre : La Guerre d’Algérie de la mémoire (...)

21Dans les années 1950 et 1960, l’histoire nationaliste gagnera encore en rigueur méthodologique avec des historiens tels Mohammed Cherif Sahli, Mahiedine Djender et bien entendu Mostefa Lacheraf 14. Après l’indépendance du pays en 1962 et surtout dans les années 1970, l’Etat national lancera la politique « d’Ecriture et de Réécriture de l’histoire », la Réécriture, comme l’expliquait en 1975 Redouane Ainad-Tabet, alors directeur des Archives nationales, viserait à rectifier tout ce qui aurait été « falsifié » par les historiens coloniaux, et ceci en continuité avec les historiens nationalistes, tandis que l’Ecriture devra cibler l’événement fondateur par excellence de l’Etat national, c’est à dire la Guerre de libération nationale. Nous avons eu l’occasion avec Gilles Manceron de nous étendre sur les résultats de cette politique officielle en y décelant des « tendances » et des « contre-tendances ». 15

22Sans généraliser à toute la production historiographique de la période, Mohammed Harbi avait avancé l’idée qu’elle était largement dominée par trois mythes :

  • Le mythe de la « table-rase » qui tend a à occulter tout ce que le Mouvement national avait fait avant 1954.

  • Le mythe d’une Révolution menée par la paysannerie,

    • 16 Cf. Harbi, Mohammed, 1954. La guerre commence en Algérie, Bruxelles, Ed. Complexe, 1984.

    Et enfin le mythe d’une unanimité du peuple algérien.16

23En fait, la production historiographique était largement marquée par ces trois référents de l’idéologie populiste en Algérie. Nous nous attarderons sur le premier de ces mythes (celui de la « table rase ») et de son impact sur ce qu’on a appelé « la crise identitaire », notamment à travers la question de l’enseignement de l’histoire et des manuels scolaires.

4. Pratiques identitaires et enseignement de l’histoire

24L’enseignement de l’histoire et l’analyse des manuels scolaires, notamment ceux en vigueur jusqu’aux débuts des années 1990 (et certains jusqu’à une date plus récente) ont constitué une de nos principales préoccupations de recherche. L’enseignement de l’histoire a sans doute de multiples fonctions, identitaire sans doute et patriotique lorsqu’il s’agit de l’histoire nationale, mais aussi méthodologique et critique dans la mesure où l’objectif est aussi de comprendre le passé pour mieux appréhender le présent et en s’ouvrant aussi à la connaissance de l’autre dans l’interaction avec soi-même. L’objectif d’une pareille discipline est aussi de dédramatiser le rapport au monde moderne et de favoriser l’accès à la citoyenneté. Le manuel d’histoire est pour aborder ce genre de question, un témoin de premier ordre. C’est lui qui dispense le « savoir » officiel auquel sont censés se référer des années durant, élèves et enseignants, et le comparatisme avec ce qui se fait dans d’autres pays (nous avons particulièrement travaillé aussi sur des manuels marocains et français) peut aider à avancer dans l’analyse.

  • 17 Cf. Remaoun, Hassan, « Sur l’enseignement de l’histoire en Algérie ou de la crise identitaire à tra (...)
  • 18 Cf. Ferro, Marc, L’histoire sous surveillance, Paris, Calmann - Levy 1987 ; et Comment on enseigne (...)
  • 19 Cf. un certain nombre de publications où nous avons eu à traiter de la question. Nous citerons ici  (...)

25Nous avons par exemple remarqué que les manuels d’histoire en usage dans les lycées algériens et marocains réservaient à peu près 50% de leur volume à leur histoire nationale et à la civilisation arabo-islamique, les autres 50% étant consacrés à la connaissance du reste du monde, c’est à dire de « l’autre ». Mais alors que pour l’Algérie seuls 8% du total sont consacrés à l’histoire nationale, 12% en intégrant l’ensemble du Maghreb, pour le Maroc ces chiffres sont respectivement de plus de 20% et de 33%. En fait, les manuels algériens du secondaire avaient quelques 38% de leurs programmes (en nombre de pages et de chapitres) centrés sur le Moyen-orient17. L’Algérie apparaît dans cet enseignement comme un simple référent et non comme un paradigme identitaire, et c’est quelque chose d’assez singulier y compris dans le Monde arabe, Egypte, Syrie, Irak, si on se réfère aux travaux de Marc Ferro pour l’histoire, ou de Olivier Carré pour l’éducation religieuse18. Il nous est ainsi apparu comme impossible de ne pas trouver là une relation avec ce que certains (dans les médias notamment) ont appelé « la crise identitaire » et avec la flambée de violence qui a secoué l’Algérie ces dernières années. La lecture des manuels d’histoire tous cycles confondus, nous a par ailleurs révélé que l’enseignement de l’histoire nationale algérienne était largement marquée par l’hégémonie de la Guerre de libération nationale, la période antérieure (surtout 1830-1954) ne traitant que des insurrections anticoloniale avec la prééminence du couple oppression coloniale/résistance. Une lecture des titres de chapitres du manuel de 6ème année fondamentale, nous permet ainsi de retrouver les termes Ihtilâl et isti’mâr firansî utilisés 19 fois tandis que leurs antonymes, thawra, et rafd reviennent 15 fois, ce à quoi il faut ajouter 7 utilisations des termes cha’b jazairî et cha’bi. Cette histoire est dans une certaine mesure aussi anonyme puisque très peu de noms sont cités en dehors de ceux des dirigeants des insurrections du XIXe siècle, de dirigeants de l’Association des Ulamas (Ibn Badis et Bachir Ibrahimi) et de quelques héros décédés durant la Guerre de libération. Le peuple abstrait apparaît en fait comme étant le seul héros19.

  • 20 Nous avons nous-mêmes tenter de faire le point de différents écrits proposés à propos de l’origine (...)
  • 21 Cf. notre contribution dans, « Comment on enseigne l’histoire en Algérie »…, op. cit ; et notre art (...)

26On remarquera encore le peu d’espace réservé dans les programmes à la berbérité ancestrale de l’Afrique du Nord, les Amazigh étant d’ailleurs souvent présentés comme originaire d’Irak ou du Yémen (avec citations d’Ibn Khaldoun à l’appui)20. L’histoire nationale algérienne apparaît donc réduite à ses phases de violence anti-coloniale et est diluée pour le reste, dans un ensemble centré sur le Moyen-Orient et dominé par l’idéologie panarabiste21.

27Ces caractéristiques d’ensemble marquées par la prégnance des mythes de la table rase, et du peuple unanime, ont certainement facilité la montée de l’islamisme à partir des années 1980. La crise du populisme dans ses différentes versions, va cependant à partir des année 1990 pousser à une plus grande liberté de ton dans les pratiques historiographiques, et à l’élaboration de programmes d’enseignement et de manuels accordant plus d’intérêts au paradigme Algérie et au déploiement de l’esprit critique chez les apprenants. La culture de la citoyenneté tend à devenir aussi une préoccupation dans l’élaboration des programmes d’histoire, mais aussi d’autres disciplines enseignées au sein du système éducatif algérien. Cette dernière question renvoie cependant à des enjeux de société qui ont aussi relevé de nos centres d’intérêt.

5. Histoire immédiate et enjeux de société

  • 22 Cf. Gallissot, René, « Arabo-musulman versus arabo-berbère : communauté nationale et identité natio (...)

28La crise traversée par l’Algérie durant plus d’une décennie doit sans doute beaucoup à la gestion de l’Etat national depuis l’indépendance. Le contexte global qui caractérise notre époque doit être aussi pris en ligne de compte avec les nouvelles modalités de mondialisation qui ont vu le jour depuis l’effondrement de l’URSS et de ses alliés avec leur impact sur les rapports Nord-Sud, ce à quoi il faudrait ajouter les particularités de la transition démographique subie par le pays ainsi que sa relation à la rente pétrolière. Le type de colonisation qui a caractérisé l’Algérie ne peut être pour autant négligé pour comprendre le rapport au présent. L’acculturation-déculturation profonde de la société algérienne notamment sur le plan linguistique et sans oublier l’instrumentalisation déjà de la sphère du religieux par les autorités coloniales notamment depuis la promulgation en 1865 du Sénatus-consulte portant Statut musulman, sans doute ancêtre des Codes de la famille et de la nationalité que nous avons connu après l’indépendance. En effet, comme le constatait René Gallissot, « L’enfermement de la population algérienne dans le Statut musulman produit un double effet d’identification au sens fort du terme. Le Statut musulman authentifie les règles familiales puisqu’en fait il ne concerne guère que le mariage et l’héritage, la disposition masculine et paternelle des femmes et des filles ; il s’agit donc d’une réduction au code de la familleVoici qu’à la naturalisation de ce lien s’ajoute la sacralisation de la référence religieuse commune ; la colonisation préside à l’unification du peuple algérien sous identité musulmane, et plus encore conduit à ce que cette compréhension donne la définition de la communauté nationale »22.

29Privés de citoyenneté les Algériens se sont ainsi retrouvés avec le Statut de sujets musulmans d’un empire colonial. Confronté à une modernisation inachevée, le Mouvement national dans son ensemble, va subir l’attrait du modèle Jacobin de l’Etat dominateur tandis que ses différentes composantes serviront de support à des crédos socio-politiques différenciés. C’est ainsi que les libéraux (Bendjelloul, Ferhat Abbas) rêveront d’une citoyenneté sur le modèle hérité de la Révolution de 1789, les communistes du modèle de Justice sociale proposée avec la Révolution russe de 1917, et les Ulamas d’une identité adaptée à la modernisation et qu’ils iront puisé chez les penseurs de la Nahda au Moyen-Orient.

  • 23 Cf. El Kenz, Ali, (sous la direction de), L’Algérie et la modernité. Paris, Ed. du Codesria, 1980.

30Le triptyque citoyenneté-justice sociale-identité sera retravaillé par le nationalisme radical (ENA-PPA-MTLD) qui finira par dominer le Mouvement national et le subordonner à son propre paradigme, celui de la priorité à accorder à l’indépendance et à une nationalité algérienne. Le bricolage du triptyque par cette dernière composante à dominante populiste se traduira cependant par l’émergence en Algérie après l’indépendance d’une nationalité qui paradoxalement empruntera largement au Statut musulman de 1865, y compris en marginalisant le référent citoyenneté. C’est là une situation sans doute favorisée par l’existence de la rente pétrolière qui permettait à « l’Etat-Beyleck » selon Ali El kenz23 de promouvoir une politique sociale plus ou moins efficace en échange du renoncement de la société à l’acquisition pleine et entière de la citoyenneté.

31La poussée démographique et l’effondrement du cours des hydrocarbures vont pousser à la rupture de ce véritable deal, notamment avec les émeutes d’Octobre 1988. Le succès de la poussée islamiste devra être expliqué par l’espoir de voir renouvelé le deal mais dans le contexte d’un populisme « moralisé » par la sacralisation, en élargissant en quelque sorte la sphère de validation du Statut Musulman à tous les aspects de la vie sociale et politique (avec la référence à la Chariaâ).

  • 24 Nous avons eu l’occasion d’aborder cette question de la violence dans des contributions telles : "L (...)

32La récession économique dans le pays rendait un pareil programme inconsistant, mais l’instrumentalisation d’une religiosité sans spiritualité, héritée de la manipulation coloniale puis populiste, et incompatible avec la demande de citoyenneté, allait pousser à l’épreuve sanglante qu’a connue le pays. C’est là, qu’il faut chercher ses causes véritables et non dans une prétendue prédisposition des Algériens à la violence d’origine anthropologique et segmentaire comme ceci a parfois été avancé.24 De ce point de vue la crise de ces dernières années en Algérie a sans doute des causes d’origine sociale et liées à la question de la répartition du revenu national, mais aggravées et dramatisée par les manipulations identitaires et ces qui les a rendu possibles, le déficit en citoyenneté.

En guise de conclusion : Perspectives de recherche

33L’évolution de l’Algérie contemporaine avec toutes les caractéristiques que nous y avons décelées laisse bien percevoir des tendances qui traversent l’ensemble du Monde arabe et certainement de façon plus large tout l’ancien Monde colonial. Cette évolution demeure cependant à l’interaction de cette « dynamique globale » et d’une dynamique plus « locale » (Maxime Rodinson) marquée par des facteurs parmi lesquels on citera le type de colonisation et d’acculturation au contact de l’Occident qui a prévalu ici, la trajectoire du Mouvement national, la gestion menée après l’indépendance par l’Etat national et bien sur et lié à ce qui précède, la posture sociale et l’imaginaire des élites algériennes.

34Nous nous sommes tout au long de notre activité de recherche intéressés à cet imaginaire en l’appréhendant à travers l’usage des disciplines sociales et notamment du paradigme histoire axé sur les représentations du passé, c’est à dire les idéologies identitaires et les pratiques mémorielles et historiographiques en essayant de déceler leurs rapports aux processus de légitimation politique.

35Nous continuons à explorer cet axe de recherche mais en commençant à le mettre en relation avec la problématique des possibilités d’affirmation d’une citoyenneté dont nous signalions plus haut sa stature à notre point de vue encore déficitaire dans le Monde arabe en général et en Algérie plus particulièrement.

36La problématique de la citoyenneté s’est imposée avec force à la société algérienne lors de la colonisation française qui provoqua l’altération profonde du lien communautaire traditionnel (lien social, ethnique et religieux). Avec l’émergence du Mouvement national puis de la Guerre de libération nationale, elle se trouvera étroitement imbriquée à la revendication de nationalité, avant de se confondre à l’indépendance du pays en 1962, avec l’aspiration égalitaire et socialisante puis avec le vent de libéralisation qui suivit les Evénements d’Octobre 1988 avec le credo démocratique. Soumise à la pression de ces différents éléments (identitarismes communautaires, nationalisme, égalitarisme puis libéralisme), la citoyenneté semble avoir eu quelques difficultés à émerger avec un statut clairement défini. Et pourtant elle continue à se situer au cœur des enjeux auxquels est confrontée l’Algérie contemporaine et notamment ceux des rapports entretenus entre nationalité et citoyenneté, entre communauté et société (F. Tönnies), entre religion, savoir et politique (Ibn Rochd, La tradition de l’Universitas, Spinoza …), et enfin des rapports de l’Etat à la société globale, puis de ces deux derniers réunis au monde qui nous entoure et dont nous subissons chaque jour beaucoup plus les effets de la « globalisation ». Cette approche de la citoyenneté renvoie bien entendu aussi à l’évolution du processus d’interaction déjà exploré par le marxisme entre question nationale et question sociale, et ce qu’il en advient de nos jours, à l’étude des mouvements sociaux (A. Touraine), et du mouvement associatif et à la problématique existence de ce que faute de mieux on appelle (à la suite notamment de Hegel et de Gramsci), la société civile et bien entendu tout ce qui touche à la gestion du politique dans sa relation aux droits sociaux et civiques (statut de la femme, droit du travail, droit à l’éducation, et protection sociale, droits de l’homme …) et bien entendu à la diffusion d’une culture citoyenne (Ecole, instruction civique…).

37Ce sont là autant d’angles d’approche dont nous tentons de sélectionner dans le cadre d’un travail d’équipe ceux qui nous semblent les plus porteurs. On pourra pour finir s’interroger sur les motivations qui nous ont poussé à entamer des recherches sur cette question de la citoyenneté. Tout d’abord à partir de préoccupations citoyennes et sous la pression d’une actualité brûlante dans une société qui nécessitait des éclairages renouvelés et ceci nous sommes nombreux à l’avoir pensé et parfois entrepris. L’attrait de l’usage du passé par les sociétés contemporaines, et les fortes pressions qu’elles exercent pour contrôler l’investigation historiographique y sont aussi pour quelque chose. Notre intérêt pour ce domaine de recherche nous a en effet aidé à comprendre que la curiosité suscitée à propos du passé dans le Monde arabe et en Algérie comme ailleurs, ne peut être continuellement mue par des désirs narcissiques d’ancrage identitaire. L’histoire comme discipline sociale est motivée aussi par une recherche de liberté et de légitimation. Il s’agit en effet de comprendre comment à travers différents possibles le passé a pu se dérouler d’une manière plutôt que d’une autre, ceci pour mieux agir sur le présent, et encore plus sur le futur. Là aussi il y a de quoi alimenter l’imaginaire et susciter des utopies porteuses.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse avait pour intitulé, Mouvement national révolutionnaire dans le Monde arabe. Analyses et Positions du Mouvement communiste international (1955-1978). Soutenue à l’université de Paris 7 (en 1982) sous la direction de René Gallissot (2 volumes dactylographiés, 417 pages).

2 Cf. - Abdelmalek, Anouar, La dialectique Sociale, Paris, le Seuil, 1972.
- Rodinson, Maxime, les Arabes, Paris, Ed Puf, 1979, et du même auteur Marxisme et Monde musulman, Paris, Ed le Seuil, 1972.

3 Cf. Tütsch, Hans, Facets of Arab nationalism, Michigan, Wayne University Press, Detroit, 1965.

4 Cf. Laroui, Abdallah, L’idéologie arabe contemporaine, Paris, Ed Maspero, 1967.

5 Pour plus d’indications sur l’approche que nous développons ici on pourra se référer à nos interventions au colloque organisé en 1984 à Canastel par l’université d’Oran et à l’atelier américano - maghrébin organisé par le CEMAT à Tanger en 1988.
Cf : « Du Mouvement national à l’Etat national : Le devenir des sciences sociales en Algérie et dans le Monde arabe » in Actes du colloque. Les sciences sociales aujourd’hui - Université d’Oran, Alger 1986, Ed. OPU ; et « La contrainte institutionnelle dans la pratique des disciplines sociales au Maghreb et dans le Monde arabe : Le cas de l’Algérie », in Bourqia, Rahma et Hopkins, Nicolas (sous la direction de) Le Maghreb : approches des mécanismes d’articulation, Rabat, Ed. El Kalam, 1991.
Nous avons eu depuis lors l’occasion de revenir sur la question dans un certain nombre de textes. Nous signalerons ici : « L’Etat national et la mémoire » : « Le Paradigme histoire », in actes du symposium organisé en septembre 2004 à Oran par le CRASC sur la thématique Algérie : L’Etat des savoirs sciences sociales. 1954-2004 (à paraître), ainsi que notre intervention à l’Atelier organisé en juillet 2004 à Beyrouth par le Lebanese Center For Policy Studies et publiée sous l’intitulé ; « Les enquêtes sur la société et recherches empiriques à des fins de gouvernance en Algérie : éléments pour un état des lieux), publié in Insaniyat n° 27 (Janvier - Mars 2005).

6 Cf. Oumlil, Ali, L’Histoire et son discours. Essai sur la méthodologie d’Ibn Khaldûn, Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat, SMER 1982. Cf. aussi l’article collectif « Diwàn », in L’Encyclopédie de l’Islam, Paris, Leyde, E.J. Brill ; tome II, Maisonneuve et Larose ; 1977.
On pourra par ailleurs se référer aussi à la distinction proposée entre ta’rikh et histoire par Cheddadi Abdeslam, dans son ouvrage, Ibn Khaldoun revisité, Casablanca, Ed. Toubkal, 1999.

7 Nora, Pierre, les lieux de mémoire. La République, Paris, Gallimard, (7 volumes en tout), 1984.

8 Vatin, Jean-Claude, L’Algérie, politique, histoire et société, Paris, Presses de la Fondation Nationale des sciences politiques, 1983.

9 Gautier, Emile-Felix, Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, Ed. Payot 1937

10 Mercier, Gustave, Histoire de l’établissement des Arabes dans l’Afrique septentrionale, Paris, 1875. Cité par Djender, Mahiedine, Introduction, à l’histoire de l’Algérie. Alger, SNED, 1968.

11 Gsell, Stéphane, histoire et historiens de l’Algérie, Collection du Centenaire, Paris, 1930, cité par Djender, Mahiedine, op.cit.

12 Julien, Charles, André, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot 1951, 2 volumes.

13 El Mili, Mubarek, cité par M.Bencheneb, dans " Historiens arabes de l’Algérie ", in Revue africaine, n° spécial, Alger 1956. Se référer aussi à Haddab, Mustapha " Histoire et modernité chez les réformistes algériens ", in connaissance du Maghreb, Paris, Ed. du CNRS, 1984.

14 Cf. notre contribution, " Les historiens issus du Mouvement national", in Insaniyat n° 25-26, volume VIII, 2004. Une version en langue arabe a été publiée dans Al-nukhûb al-Ijtimâiya. Halat al-Jazaïr wa misr. Le Caire, Maktabat Madbûli, 2005.

15 Cf. Manceron, Gilles et Remaoun, Hassan,  D’une rive à l’autre : La Guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire. Paris, Ed. Syros, 1993. Nous avons eu par ailleurs l’occasion de développer cette question dans l’article " l’intervention institutionnelle et son impact sur la pratique historiographique en Algérie : La politique "d’écriture et de réécriture de l’histoire, tendances et contre-tendances», in Insaniyat, n°19-20, janvier-juin 2003.

16 Cf. Harbi, Mohammed, 1954. La guerre commence en Algérie, Bruxelles, Ed. Complexe, 1984.

17 Cf. Remaoun, Hassan, « Sur l’enseignement de l’histoire en Algérie ou de la crise identitaire à travers (et par) l’école… », in Ghalem, Mohamed et Remaoun, Hassan, (sous la direction de), Comment on enseigne l’histoire en Algérie, Oran, Ed. du CRASC, 1995. Cette contribution a été publiée aussi dans la revue Naqd, n°5, avril-août 1993.

18 Cf. Ferro, Marc, L’histoire sous surveillance, Paris, Calmann - Levy 1987 ; et Comment on enseigne l’histoire aux enfants ; Paris, Ed. Payot, 1992.
Cf. aussi Carré, Olivier, La légitimation islamique des socialismes arabes, Paris, Presses de la Fondation Nationale des sciences populiste, 1979.

19 Cf. un certain nombre de publications où nous avons eu à traiter de la question. Nous citerons ici ;
- « Histoire nationale et pratiques politico - identitaires : une lecture des manuels en usage dans l’école algérienne », in, Marouf, Nadir et Carpentier, Claude (sous la direction de), Langue, Ecole, identités, Paris, Ed. L’Harmattan, 1997. Une version en arabe de ce texte a été publiée dans Insaniyat n° 3 (Hiver 1997).
- « Pratiques historiographiques et mythes de fondations : Le cas de la Guerre de libération nationale à travers les institutions d’éducation et de recherche ». In Ageron, Charles-Robert (sous la direction de), La Guerre d’Algérie et les Algériens ; Paris, Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS), Ed. Armand Colin, 1997.
- « L’Enseignement de l’histoire de la Guerre de libération nationale à traves une lecture de manuels scolaires algériens » ; In International Text book Research, n° 1, volume 26 Braunschweig, Georg-Eckert - Institut, 2004.
- Nous signalerons aussi notre contribution à l’ouvrage collectif publié sous l’intitulé, La Guerre d’Algérie dans l’enseignement en France et en Algérie, Paris, Ligue de l’enseignement, Institut du Monde arabe, et Centre national de recherche pédagogique, 1993.

20 Nous avons nous-mêmes tenter de faire le point de différents écrits proposés à propos de l’origine de la langue Tamazight, dans « Le Maghreb, le Sahara, l’Afrique et la langue berbère » in Africa Review of Books / Revue Africaine des Livres, volume I, n° 1, octobre 2004.

21 Cf. notre contribution dans, « Comment on enseigne l’histoire en Algérie »…, op. cit ; et notre article, « Ecole, histoire et en jeux institutionnels dans l’Algérie indépendante » in, Les temps modernes, Paris 1995. Cette contribution a été reprise dans l’ouvrage collectif, Elites et questions identitaires, collection Réflexion, Alger, Casbah - Ed. 1996.

22 Cf. Gallissot, René, « Arabo-musulman versus arabo-berbère : communauté nationale et identité nationale, à partir de l’exemple algérien », in Marouf, Nadir (sous la direction de) Identité - Communauté, Paris, CEFRESS, (Université d’Amiens) l’Harmattan, 1995.
Nous avons nous-mêmes eu l’occasion d’aborder la question dans : " La politique coloniale française et la structuration du projet nationalitaire en Algérie : à propos de l’idéologie du FLN, puis de l’Etat national en Algérie ", in La Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises (en hommage à Ageron, Charles Robert), Actes du colloque international organisé à la Sorbonne en novembre 2000, par La Société Française d’histoire d’Outre-mer, Paris, SFHOM, 2000 ; ainsi que dans l’article " Entre Sphères du politique et du religieux en Algérie : l’enjeu de la laïcisation", in Recherches internationales n° 67/68, Paris 2003.

23 Cf. El Kenz, Ali, (sous la direction de), L’Algérie et la modernité. Paris, Ed. du Codesria, 1980.

24 Nous avons eu l’occasion d’aborder cette question de la violence dans des contributions telles : "L’émigration en France et en Europe, vue d’Algérie durant l’année 1994. Les retombées de la crise que traverse le pays ", in Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Editions CNRS, 1994, volume XXII,
Nous avons eu à aborder cette question de la violence dans des contributions telles :
- « Algérie : lorsque les ancêtres redoublent de férocité » in Rive, Revue de l’Université de la Méditerranée, Rome, 1997, n° 4.
- Un bantoustan en Méditerranée ? Les Algériens privés du droit au voyage » In Hommes et Libertés, Paris, 1997, n°94.
- La question de l’histoire dans le débat sur la violence en Algérie », in Insaniyat n° 10, 2000.
-« Aux origines de la violence islamiste en Algérie : à propos de quelques tentatives d’approche », in Africa Review of Books / Revue Africaine des Livres, volumes 1, n° 2, septembre 2005.
-« Fanon, Frantz et le marxisme : Une approche de la dynamique sociale et politique en Afrique coloniale et post-coloniale », in Bah, Thierno (sous la direction de), Intellectuels, nationalisme et idéal panafricain. Perspective historique. Dakar, Codesria, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Sciences sociales, pratiques historiographiques et politique dans le Monde arabe contemporain : le cas de l’Algérie », Insaniyat / إنسانيات, 32-33 | 2006, 231-246.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Sciences sociales, pratiques historiographiques et politique dans le Monde arabe contemporain : le cas de l’Algérie », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 32-33 | 2006, mis en ligne le 07 août 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3624

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Enseignant à l’université d’Oran et chercheur associé au CRASC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page