Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Identité africaine et occidentalité. KAPUTA LOTA, José

Aïcha Benamar
p. 248-249
Référence(s) :

Identité africaine et occidentalité. KAPUTA LOTA, José, Paris, L’Harmattan, Espace L’Harmattan Kinsaha, 2006, 196 p.

Texte intégral

1Le problème du rapport entre l’identité africaine et l’Occident est au centre d’un débat sur l’authenticité des traditions versus métissage culturel, amorcé dans l’ouvrage qui s’interroge dès l’incipit sur l’existence d’une culture africaine et partant de là d’une civilisation africaine. En s’inscrivant dans une optique senghorienne, l’auteur affirme que l’unité culturelle africaine pourrait paraître illusoire. Il existe, certes, un enveloppement mutuel et réciproque entre le monde et l’univers de l’africain, autrement dit une sorte de médiation de l’un par l’autre, mais nous ne pouvons pas parler d’authenticité absolue. Compte tenu des divergences de nombreuses thèses avancées par d’autres auteurs dans ce domaine, il semble qu’une relative hétérogénéité prévaut aussi bien en Afrique du Nord qu’au sud du Sahara où les peuples diffèrent autant par la langue et la religion que par les pratiques culturelles quotidiennes.

2Après une re-définition de quelques concepts investis dans le champ balisé par les notions d’authenticité, de culture et de civilisation, la problématique de la rencontre entre l’Européen et l’Africain est soulevée. En décrivant l’influence de la colonisation sur les coutumes et les valeurs collectives fondamentales, l’auteur analyse quelques mimétismes européens qui firent rage après les indépendances africaines; mimétismes relevant certainement du mélange des cultures en contact qui ont abouti à une synthèse nouvelle repérable par l’apparition de traits culturels inédits comme l’individualisme par exemple.

3Citant Cheik Anta Diop, dans le rétablissement de certaines vérités historiques, il souligne la relative parenté culturelle des peuples de l’Afrique et partant de la conception africaine traditionnelle du monde et de la société, il définit l’existence comme une conséquence directe de la solidarité, plaidant ainsi pour la réhabilitation du communautarisme, caractéristique fondamentale qui semble s’être dissoute lors de la rencontre de l’Africain avec l’Occidental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Identité africaine et occidentalité. KAPUTA LOTA, José », Insaniyat / إنسانيات, 32-33 | 2006, 248-249.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Identité africaine et occidentalité. KAPUTA LOTA, José », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 32-33 | 2006, mis en ligne le 08 août 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3629

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page