Navigation – Plan du site
Notes de lecture : Métropoles du Levant

Jean Luc ARNAUD, Damas, urbanisme et architecture, 1860-1925

Ouanassa Siari Tengour
p. 189-191
Référence(s) :

Jean Luc, ARNAUD, Damas, urbanisme et architecture, 1860-1925, Arles, Actes Sud-Sindbad, 2006, 368 pages.

Texte intégral

1L’auteur, architecte et historien, étudie les transformations de l’organisation spatiale à Damas entre 1860 et 1925. C’est la période où l’empire ottoman s’engage dans un mouvement de réformes modernes : les Tanzimat. L’auteur insiste d’abord sur un point essentiel : ces réformes ne restent pas circonscrites à Istanbul mais débordent dans le reste des provinces, si bien que les nombreux travaux de construction inspirés des modèles européens et l’extension conséquente de la ville de Damas sont antérieurs à l’établissement du mandat français.

2Au cours de cette période, l’auteur insiste sur la rencontre des deux logiques interne et externe à l’œuvre dans la production de l’espace urbain et sur les processus d’acculturation qui en résultent.

3Le territoire,  les mutations de l’espace urbain et celles de l’architecture sont les trois niveaux d’analyse qui structurent cette approche de la ville de Damas.

4A la fin du XIXe siècle, Damas perd sa vocation de grande ville de l’Empire ottoman sous l’effet de deux facteurs. Le premier relève de l’importance que les routes maritimes (ouverture de la mer Noire à la navigation étrangère et du canal de Suez en 1869) moins coûteuses prennent sur les voies terrestres qui transitaient jusque là par Damas. Le second est lié à l’occupation de la ville par l’Armée égyptienne en 1831. Les conséquences immédiates se traduisent par un déclassement de Damas au profit de Beyrouth. Enfin les réformes administratives, entreprises par l’Egypte et poursuivies par l’Empire ottoman, contribuent à remodeler le territoire et à fonder de nouvelles recompositions socio politiques dont profitent quelques familles de notables.

5La construction des routes, des voies ferrées (la première voie relie en 1872 Damas au port de Haïfa), des ports, ouvrent la province du Cham sur le monde extérieur. Les effets de cette intégration à l’économie mondiale ne vont pas sans conséquence sur les industries locales fortement concurrencées désormais par l’importation des produits manufacturés.

6Mais parallèlement, cette dynamique économique se traduit à l’échelle de Damas par de nouveaux modes de production de la ville dictés par les nécessités de l’extension de l’agglomération, de l’installation du réseau de la voirie, la distribution de l’eau… autant de questions que seule l’autorité municipale est en mesure de régler. La ville de Damas est dotée depuis 1864 d’un majlis al-baladiyya. Mais l’autonomie de l’autorité municipale doit compter avec l’immixtion du gouverneur de la province. Au delà de la confusion des pouvoirs, Jean Luc Arnaud suit pas à pas l’évolution de la politique d’urbanisation initiée par les réformes ottomanes. Il ne manque pas de mettre l’accent sur les efforts déployés par les pouvoirs publics en vue de la mise au point d’outils modernes, nécessaires à la connaissance des ressources humaines comme l’Etat civil, le cadastre, la publication d’annuaires officiels ( le 1er Salnâma date de 1868). Ces sources de première main, comparées avec les sources émanant des consuls européens, permettent une approche plus rigoureuse des mutations observées au cours de cette période. Les grands travaux d’utilité publique contribuent au remodelage de la ville, par la création de nouveaux centres où les édifices du pouvoir politique cohabitent avec les activités économiques, reléguant du coup le vieux centre de Damas et ses commerces traditionnels d’où un déséquilibre entre la partie est et la partie ouest.

7L’édification de nouveaux quartiers s’est répercutée sensiblement sur les valeurs immobilières, mais sans provoquer un emballement. C’est que les transformations si spectaculaires soient–elles -Damas étant équipée, à la veille de la première guerre mondiale, d’une ligne de tramway, a un centre administratif où les rues sont bordées de trottoirs, bénéficie de l’adduction d’eau…- suivent un rythme plus lent dans l’ensemble en comparaison de Beyrouth, tout proche et connaît un tout autre développement.

8Enfin, l’ouvrage de Jean Luc Arnaud s’achève par l’analyse des mutations qui affectent l’habitat d’une manière générale. Les gens de Damas innovent et adaptent leurs façons de construire et d’habiter. Aux maisons turques, on emprunte ce qui fait leur caractéristique principale, soit leur ouverture sur l’extérieur, au moyen de fenêtres. Le modèle des maisons installées au bord du Bosphore est importé à Damas à la fin du XIXe siècle. Mais ce modèle doit compter avec celui propre à Beyrouth, avec une cour couverte… Au final, la maison damascène se modifie, s’adapte aux temps nouveaux mais aux toitures recouvertes de tuiles, elle préfère garder la terrasse où le regard peut profiter précisément du paysage.

9L’ouvrage de Jean Luc Arnaud, très bien documenté et agrémenté de nombreuses illustrations (découpage administratif de Damas 1899-1900, voies de communication, maisons types, façades, fenêtres…) offre un état des lieux des transformations de l’espace urbain de Damas à un moment crucial de son histoire, c’est à dire à la veille de l’établissement du mandat français qu’il est impératif de lire attentivement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouanassa Siari Tengour, « Jean Luc ARNAUD, Damas, urbanisme et architecture, 1860-1925 », Insaniyat / إنسانيات, 35-36 | 2007, 189-191.

Référence électronique

Ouanassa Siari Tengour, « Jean Luc ARNAUD, Damas, urbanisme et architecture, 1860-1925 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 35-36 | 2007, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3924

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page