Navigation – Plan du site
Notes de lecture : Métropoles du Levant

Jérusalem, le sacré et le politique, Textes réunis et présentés par Farouk MARDAM–BEY et Elias SANBAR

Ouanassa Siari Tengour
p. 195-198
Référence(s) :

Jérusalem, le sacré et le politique, Textes réunis et présentés par Farouk, MARDAM–BEY et Elias, SANBAR, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2000, 354 pages.

Texte intégral

1Même si l’ouvrage a été publié il y a déjà six ans, il n’a rien perdu de son intérêt scientifique. Les deux auteurs ont eu le mérite de réunir une somme d’études sérieuses et documentées dues à un groupe de onze spécialistes dont le poète libanais Salah Stétié, André Miquel, Youakim Moubarec, Khalil Athamina, Pierre Aubé, Adil Manna, Henry Laurens, Ibrahim Dakkak, Michael Dumper, Monique Chemillier et Walid Khalidi.

2L’ouvrage comble une lacune essentielle : à savoir donner aux lecteurs la version musulmane de Jérusalem, non dans un esprit de polémique stérile mais par souci de livrer l’état réel des connaissances, réparer certaines fausses vérités, distillées par une histoire partisane au service d’un nationalisme borné. Farouk Mardem Bey devait préciser dans un entretien accordé au journal L’Humanité (20 octobre 2000) que l’ouvrage était construit autour de la nécessité de désacraliser l’histoire d’une ville où le facteur religieux fait ombrage aux questions politiques nées de l’occupation de la Palestine en 1948. Les thèmes abordés montrent bien que l’histoire ne s’est pas arrêtée avec la destruction du Temple de Jérusalem. Les deux autres monothéismes, le Christianisme d’abord, l’Islam ensuite se reconnaissent dans plusieurs lieux saints dont les plus importants sont respectivement le Saint Sépulcre et la basilique de la Nativité d’une part, et le dôme du Rocher et la mosquée d’al Aqsa et son esplanade d’autre part. Mais le caractère sacré de Jérusalem supplante ces lieux vénérés par les trois religions. Jérusalem est la ville sainte par excellence. Cet excès de sainteté la rend vulnérable et la met à la merci des prétentions de chacune des confessions. Aussi l’annexion de Jérusalem en 1967 par Israël remet-elle en question l’unité de la ville sainte. L’ordre de l’oecuménique est aux antipodes de l’ordre colonial fondé sur la discrimination de l’autre. La plupart des articles convoquent la pluralité des temporalités où la ville a vécu depuis les débuts de la conquête musulmane, en mettant l’accent, selon la discipline convoquée, sur la complexité de tel ou tel aspect.

3Même la poésie est là pour dire « Jérusalem entre le songe et la veille » à travers la voix de Salah Stétié qui invite au voyage, à Jérusalem, « lieu de la sainteté » et de s’imaginer « les trente minarets, les ifs, les cyprès et les oliviers ». Sans ignorer « la dimension juive, ni la dimension si tendrement, si âprement chrétienne », Salah Stétié privilégie la période où l’histoire de la vieille cité se confond avec le destin de l’Islam. Depuis la nuit du Mi’raj, Jérusalem occupe en effet, la troisième position, après la Mecque et Médine. Dans ses prières, le prophète Muhammad s’est d’abord prosterné dans la direction de Jérusalem, précisément là où Abraham avait construit le premier temple destiné à Dieu. Mais, Jérusalem est aussi la ville conquise par le calife ‘Umar (636) où fut érigé le dôme du Rocher / qubbat al-Sakhra en 691, puis Masjid al-Aqsa en 717… Sait-on que la tradition musulmane désignait celle-ci par Mihrab Zakaryya / oratoire de Zacharie où Marie fit son vœu ? Les versets coraniques qui ornent l’intérieur de la mosquée le rappellent. Jérusalem est aussi la ville reconquise sur les croisés par Salah edine al-Ayyubi (dit Saladin) en 1187...Des siècles se sont écoulés dans cette ville que l’imaginaire têtu identifie à la Paix, rompue par les hordes armées qui ont imposé le mandat britannique en 1920, relayé par l’occupation israélienne en 1948. L’auteur rappelle qu’il n’est jamais allé à Jérusalem, qu’il se contente d’en rêver, en « attendant que les politiques décident laborieusement du destin de cette localité hors destin et renouent, s’ils savent encore le faire, fil à fil, le tissu qui fut déchiré comme on arrache une soie à sa hampe ». Qu’il en soit ainsi, continuons de rêver avec Salah Stétie de Jérusalem, terre de Paix…

4Il appartiendra à Youakim Moubarac d’instruire le lecteur sur les origines de la ville sainte. L’enquête qu’il nous livre a le mérite de nous rappeler un contexte tantôt occulté tantôt rappelé par les différentes exégèses. En ces temps de belligérance furieuse, il importe de rappeler que « l’Islam […] en terre sainte de Palestine comme ailleurs, a offert l’hospitalité médiévale au judaïsme diasporique. ».

5Khalil Athamina aborde les temps du 1er siècle de l’Islam où Jérusalem était capitale de la Palestine, en s’appuyant sur une analyse des textes arabes. Quid du slogan israélien « Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël » ?

6De son côté, Pierre Aubé rappelle que le 21 juillet 1099, Jérusalem tombe aux mains des croisés qui la gardent jusqu’en 1187, date de sa reconquête par Saladin. Depuis cette fin du 12e siècle, la ville de Jérusalem n’a cessé d’appartenir au pouvoir musulman. L’une des périodes les plus longues est sans aucun doute celle où la Palestine devient province ottomane dès 1516. Durant quatre siècles, Jérusalem a profité de son statut de ville sainte. De grands travaux sont entrepris : remparts, routes, réseau de distribution d’eau, restauration de mosquées, des médersas… Au milieu du XIXe siècle, les Tanzimat/réformes engagées par les Ottomans se traduisent par un regain d’intérêt pour Jérusalem. Si la ville profite de la prospérité économique, elle suscite une recrudescence des activités missionnaires, soutenues par les Etats européens. C’est au cours de cette période que l’immigration juive prit un réel essor. En 1880, elle atteint quelques vingt mille habitants. Le projet sioniste fut dénoncé en vain, auprès des autorités ottomanes plus préoccupées par l’éveil nationaliste arabe que par les intrusions internationales. La Première guerre mondiale fit le reste. Jérusalem accueille l’Armée britannique le 9 décembre 1917. Une nouvelle page d’histoire commence pour Jérusalem comme capitale de la Palestine mandataire. La conjoncture internationale se traduit par des décisions qui hypothèqueront l’avenir de la Palestine. En effet, la déclaration de Balfour, les accords Sykès-Picot, l’effondrement de l’Empire ottoman mobilisent les nationalistes arabes à travers la mise en place du Haut Comité arabe en 1936. Mais, les Britanniques l’interdisent et ouvrent la voie à l’application du plan de partage. Pour Hajj Amin al-Husayni et une partie des élites politiques, c’est l’exil. La fin de l’année 1947, les groupes sionistes attaquent. Les habitants se défendront avec courage…Depuis, l’occupation de la Palestine est posée devant la conscience du monde, au mépris du droit international. Jamais, le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’a été autant déprécié. La lutte du peuple palestinien n’en est que plus juste… et Jérusalem, al-Qods, a le droit de retrouver la paix et la liberté, loin des annexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouanassa Siari Tengour, « Jérusalem, le sacré et le politique, Textes réunis et présentés par Farouk MARDAM–BEY et Elias SANBAR », Insaniyat / إنسانيات, 35-36 | 2007, 195-198.

Référence électronique

Ouanassa Siari Tengour, « Jérusalem, le sacré et le politique, Textes réunis et présentés par Farouk MARDAM–BEY et Elias SANBAR », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 35-36 | 2007, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3929

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page