Navigation – Plan du site
Revue des revues

Espaces maghrébins
n° 5-6, 2005, Université de Aïn Chock, Casablanca, Maroc. Spécial : Espaces périurbains au Maghreb. 133 p. en langue française et 97 p. en langue arabe. ISSN : 1114-62-73

Abed Bendjelid
p. 199-202

Texte intégral

1Ce thème relatif à la périurbanisation est d’une grande actualité au sein des pays maghrébins en raison de l’ampleur des extensions urbaines, des enjeux politiques, des stratégies des acteurs et de la portée du devenir des territoires étudiés. Il s’agit d’abord, de souligner la richesse des 17 textes retenus lors du 8ème Colloque de géographie maghrébine tenu au sein des universités de Casablanca et de Mohammedia en 2002 ; ensuite, de relever pratiquement la parité des articles présentés dans les deux langues ; enfin, de pouvoir lire les trois contributions élaborées par des géographes libyens sur leur propre pays. Sur ces 17 articles, six émanent de chercheurs marocains, cinq d’algériens, trois de tunisiens et trois de libyens ; retenons tout de même et par pays, quelques noms de géographes qui ont participé à l’enrichissement de ce thème : pour le Maroc (Chouiki M., Tag B., Mébarki H.,…), l’Algérie (Boukerzaza H., Bendjelid A.,…), la Tunisie (Belhareth T., Daoud A.,…) et la Libye (Al Sharkassi O.,…). Cette note critique se veut comme un essai de synthèse qui renvoie le lecteur intéressé par cette problématique à ce double numéro de la revue.

2Trois volets ont été abordés dont l’un portant sur la formidable expansion de l’espace bâti en milieu périurbain, largement dominant, a concerné en premier lieu des aspects généraux de villes de diverses tailles (Casablanca, Constantine, Marrakech, Misourata, Tétouan…), en second lieu par des aspects plus localisés présentés comme des études de cas (Tunis, Oran,…) et en troisième lieu, par des approches de la vie de relations tissées entre la ville sa périphérie, sa région... et ce, à travers des points plus ciblés, pratiquement inhabituels au Maghreb (risques naturels, risques humains, environnement, eaux usées…) se rapportant à Sfax et à Fès. En définitive, des états de lieux sont élaborés, répondant de fait, à une sorte d’actualisation de la dynamique spatiale et économique, voire sociale, d’agglomérations maghrébines en cours d’extension rapide. Chouiki M., coordinateur de ce numéro, souligne à juste titre, dans son introduction, que les espaces périurbains au Maghreb « ont été examinés en tant qu’espaces agricoles vivant au rythme du déversement urbain avec tout ce qui en découle comme délapidation des terres agricoles et comme détérioration des équilibres écologiques et multiplication de risques naturels ».

3Approche de définition de la périurbanisation, analyse du phénomène accéléré depuis un quart de siècle au Maghreb, fait observable à la fois dans les métropoles, les grandes villes et les villes moyennes, desserrement démographique de populations urbaines, relations diversement contrastées entre les villes et les campagnes …, se retrouvent dans les textes ; ces états des lieux montrent que les clichés classiques n’ont plus cours dans la mesure où la mobilité touche aussi les habitants de la ville, que l’installation en périphérie concerne aussi des classes moyennes et aisées, que les fonctions économiques se diversifient au dépens de l’agriculture, que le sous-équipement n’est pas général… L’économie est certes, fragile, mais elle répond à des logiques de développement différenciées, impliquant de fait, diverses formes d’habitat et de branches d’activités économiques ; nous pouvons parler, comme quelques auteurs, d’espaces périurbains en transition dont les rapports avec la ville-mère se transforment progressivement. Selon les comparaisons faites entre les multiples situations observées dans les territoires périurbains, les recompositions en cours au Maghreb se dessinent en fonction du poids économique de la ville, de l’implication de l’Etat dans le développement et la dynamique des entreprises nationales et internationales. En effet, « l’approche du mitage de l’espace rural ne se fait pas uniquement en termes de consommation et d’intégration des terres agricoles par la ville, mais également en termes de pulvérisation des modes de production hérités du passé par le mode de production dominant de la ville-centre, comme si les métropoles, en tant que véhicules de la mondialisation, s’attellent à faire le ménage devant leurs portes. Ce qui explique, en quelque sorte, le laisser-faire dans la gestion des espaces périurbains » écrit le coordinateur dont le propos suscite directement la formulation de la question des enjeux considérables de l’urbanisation actuelle. Par rapport à ce laisser-faire, lobbies, intérêts et interrogations sont relevés par divers intervenants qui soulignent que la périurbanisation répond à des besoins masqués de l’Etat et des divers acteurs institutionnels et privés présents sur le terrain. Toutefois, nous réfutons l’idée avancée par de nombreux intervenants selon laquelle la périurbanisation est anarchique, alors qu’elle est caractérisée plutôt par un désordre toléré, voire voulu par les pouvoirs publics car la maîtrise du marché foncier est une pratique savamment occultée et acceptée par les "faiseurs" de la ville au Maghreb.

4C’est dire là, que le désordre du bâti dans les espaces périurbains est loin d’être le résultat du hasard

5La ville maghrébine s’équipe certes avec retard, mais aussi avec des différenciations réelles lorsqu’il s’agit par exemple, de desservir en transport collectif des secteurs périurbains habités par des populations démunies. L’autre problème rencontré dans nos villes, se posant avec acuité, est l’absence jusqu’à une date très récente de la prise en compte, lors des études d’urbanisme de la prévention contre les risques naturels (inondations de 1982 à Sfax, glissements de terrain, séismes…) et humains (implantations de bâtis dans des lits d’oueds, multiplication des décharges sauvages…). Comment faire alors pour que la périurbanisation en cours ne reproduise pas les contradictions et les erreurs de la ville-mère ? Encore aujourd’hui, les instruments d’urbanisme élaborés dans nos pays serviraient à faire accepter toutes les aberrations d’aménagement concrétisées dans l’urgence, soient par des responsables politiques locaux, voire centraux, soient par des personnes et/ou des entreprises privées guidées par des motivations marchandes.

6Globalement, si déficit au sein dans la ville il y a, « la généralisation de la déficience urbaine qui en résulte constitue l’autre face de la politique de laisser-aller dont l’ampleur ne peut être atténuée par l’édification tapageuse de villes satellites et de villes nouvelles » conclut Chouiki M. Sur ce champ de recherche, un gros effort de réflexion reste à faire en particulier an Algérie, sur la validité de concepts comme celui de ville nouvelle qui sont jetés pêle-mêle sur la place publique ; certains responsables locaux pressés par des échéances décident dans l’urgence de la réalisation d’une « ville nouvelle », qui à la longue ne serait qu’une énorme zone d’habitat collectif, servant de relogement aux plus démunis et à des familles plus ou moins solvables ; bien plus, elle risque de devenir, à moyen terme, une véritable bombe à retardement au cas où ses fonctions ne sont pas clairement définies et ne créent pas assez d’emplois pour une jeunesse impatiente, en attente d’épanouissement. Dans les pays maghrébins, une ville nouvelle doit être décidée par l’Etat qui dégage les moyens nécessaires à sa réalisation, les activités retenues et met en place un établissement public de gestion et d’aménagement.

7Pour conclure, disons que le constat, dressé lors de ce colloque, est certes sévère, mais les mêmes résultats sont observés dans les différents pays maghrébins et l’on doit alors s’interroger sur le modèle même de ville dans la région et sur son devenir. Comment échanger des expériences ? Comment opérer des régulations dans les villes pour pouvoir aller au-delà de la seule question du logement résidentiel ? Comment redéfinir une politique de développement fondée sur la production de biens et de services? Comment repenser l’aménagement du territoire dans des pays fragiles qui s’urbanisent rapidement, tout en protégeant les milieux ruraux… C’est dire là, l’énormité de l’œuvre de réflexion et de développement à faire, face à la mondialisation et à la constitution de marchés économiques régionaux et ce, pour chaque pays maghrébin qui s’y insère malheureusement d’une manière isolée, bien risquée…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Espaces maghrébins
n° 5-6, 2005, Université de Aïn Chock, Casablanca, Maroc. Spécial : Espaces périurbains au Maghreb. 133 p. en langue française et 97 p. en langue arabe. ISSN : 1114-62-73
 », Insaniyat / إنسانيات, 35-36 | 2007, 199-202.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Espaces maghrébins
n° 5-6, 2005, Université de Aïn Chock, Casablanca, Maroc. Spécial : Espaces périurbains au Maghreb. 133 p. en langue française et 97 p. en langue arabe. ISSN : 1114-62-73
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 35-36 | 2007, mis en ligne le 12 août 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3934

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page