Navigation – Plan du site

Présentation

Badra Moutassem Mimouni
p. 31-33
Traduction(s) :
تـــقـــديــم

Texte intégral

1Dans ce numéro, onze articles ont été retenus s’articulant autour de quatre grands axes  abordant la question de l’attribution du sens aux événements, aux lieux et aux actes. Que tout nécessite une organisation, une catégorisation, une représentation pour rendre le réel intelligible et accessible à la compréhension et à l’action des individus et des groupes. Que la culture avec ses composantes oriente les modes d’interprétation du réel et les façons de s’y adapter ce qui n’implique nullement l’absence de l’universel.

2Le premier axe est représenté par trois textes émanant de psychologues, psychothérapeutes et d’un sociologue : Dalila Samaï-Haddadi qui aborde la question très particulière appelée « maladie de l’amour » ou maladie de la passion amoureuse, montre comment des étudiants et des étudiantes venus consulter au Centre d’aide psychologique de l’Université d’Alger vivent leurs émois sexuels et se réfèrent à la religion quand les tensions pulsionnelles se font trop fortes. Tout en restant attentive aux cadres religieux auxquels se réfèrent les patients, l’auteure décèle l’universalité du psychisme et de leur histoire psychosexuelle. Elle met également en garde les thérapeutes contre les risques du contre-transfert car en méprisant chez le patient le recours au religieux, le thérapeute risque de passer à côté de tout un pan de la vie psychique des patients. Ourida Belkacem, quant à elle, traite de la difficile question du viol en ce qu’il a de déstructurant pour la victime tant sur la plan somatique, psychique que sur le plan de l’identité sociale et culturelle : une femme violée est « salie » brisée. L’auteure dénonce le laxisme juridique qui risque d’humilier encore plus les victimes. Pour être efficace et aider la victime à se reconstruire, la prise en charge doit être entreprise sur un plan global : juridique, familial, social et psychique. Le troisième texte, présenté par Moncef Mahwachi, met en relief, à travers l’analyse des statistiques, les fluctuations du divorce en Tunisie en lien avec les changements dans la législation du Code de la famille, mais aussi en rapport avec les grands changements sociaux vécus par le pays depuis son indépendance.

3Le deuxième axe est articulé autour de problématiques centrées sur la littérature : ainsi Sidi Mohamed Lakhdar-Barka porte un œil critique sur la stéréotypisation de l’enseignement de la littérature dans les universités algériennes. Ces dernières ne considèrent comme ‘littéraire’ que les textes écrits et en plus dans les langues académiques et délaissent tout un pan de la production orale exprimé dans des dialectes et idiomes locaux. Alors que ces productions révèlent et expriment bien plus la vivacité d’une société, ses potentialités créatives hors des circuits académiques. Dalila Belkacem décrit le monde tourmenté de l’œuvre romanesque de Malika Mokeddem et met l’accent sur le métissage qui domine dans tous ses romans : du métissage de la chair au métissage de la langue, de la culture ; ces romans expriment les interinfluences entre les deux rives de la Méditerranée, ce qui fait la richesse de ces personnages.

4Le troisième axe consacré à l’appropriation de l’espace fait l’objet de deux études qui tentent de comprendre comment les personnes organisent, transforment, aménagent leur espace qu’il soit public (les espaces verts) ou privé (l’espace domestique) : Ammara Bekkouche pose le problème de l’appropriation des espaces verts par les usagers, montrant que ces derniers ne se contentent pas des conceptions de l’architecte et/ou de l’urbaniste. Ce qui doit inciter ceux-ci à tenir compte des attentes du public pour susciter son investissement et sa collaboration pour la préservation de ces espaces. Slimane Boumediene apporte un éclairage complémentaire aux préoccupations apparues dans l’article précédent, dévoilant comment le Maghrébin investit physiquement et symboliquement son espace domestique. Participant du sacré et de l’interdit, l’espace domestique ou « horma » est délimité spatialement et symboliquement et tout est fait pour préserver l’intimité de ses occupants. Ces représentations rendent, selon l’auteur, le Maghrébin très susceptible et pointilleux pour tout ce qui touche à son intimité ; ce qui doit être pris en compte par les concepteurs.

5La sociopolitique n’est pas en reste dans le dernier axe: Sory Balde prend l’exemple du Sénégal et s’interroge sur l’emprunt de lois et de règles occidentales (ici le vote démocratique) et leur application en Afrique. Cette importation suffit-elle à leur application ? S’agit-il d’une véritable appropriation ou d’un mimétisme ? Ce transfert est loin d’être appliqué comme il se doit, mais subit des distorsions pour s’adapter aux contextes africains. Explorant des textes et des documents datant du début de la colonisation, Karima Aït Dahmane analyse les modes de ‘catégorisation et stéréotypisation de l’altérité’. Cette catégorisation ethnologique des personnes, des choses, des faits culturels a pour intention d’élaborer une connaissance globale qui selon le contexte social ou politique (guerre, colonisation, etc.) va prendre des sens en rapport avec les intentions des occupants : ainsi, la fin justifiant les moyens, les catégorisations présentées dans ce texte sont loin d’être innocentes, elles vont parfois au-delà du cognitif, pour justifier ségrégation et répression. La lutte contre la pauvreté en Tunisie fait l’objet de cet article proposé par Abdelala Bounouh qui décrit comment ce pays a tenté de lutter contre ce phénomène en tolérant dans un premier temps le commerce informel qui joue un rôle social important selon l’auteur. Mais pour réduire la dépendance et l’attentisme des populations défavorisées, le recours et la création de micro-crédits soutenus par une ONG seraient peut-être en mesure de provoquer des changements de mentalités et avoir un impact sur l’amélioration des conditions de vie de ces populations et sur le développement local ? Wajih Guehria analyse à travers un corpus, l’usage du ‘praxème générique jeune’ qui remplace des termes péjoratifs dans le discours politique français (pour éviter l’épineux problème des banlieus, des immigrés, etc.) et constitue une formulation ‘politiquement correcte’ pour qualifier ‘l’étranger, l’autre, le différent’ !

6En conclusion, on peut dire que tous les articles abordent directement ou indirectement la surdétermination des faits et comportements humains, que tout acte a un sens et répond à un besoin (bien-être, sécurité, réduction des tensions, etc.) ; ce qui nécessite attention, écoute et respect de ces besoins, des aspirations et représentations de la part des thérapeutes, décideurs, urbanistes, architectes ou autres. Peut-on imposer à l’autre sans risque de le perdre, de se perdre ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Badra Moutassem Mimouni, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات, 37 | 2007, 31-33.

Référence électronique

Badra Moutassem Mimouni, « Présentation », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 37 | 2007, mis en ligne le 07 août 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/3969

Haut de page

Auteur

Badra Moutassem Mimouni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page