Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

L’individu contemporain, Xavier MOLENAT

Aïcha Benamar
p. 174-179
Référence(s) :

L’individu contemporain, Xavier MOLENAT (Coord.) Regards sociologiques, 2006, Sciences humaines Editions, 346 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif coordonné par Xavier Molénat rassemble une trentaine de contributions. Comment en rendre compte, comment présenter autant de contributions d’auteurs aussi différents et dont la réputation dépasse la discipline et le domaine d’activités respectifs? La tentative est complexe et le choix méthodologique difficile. Certes, nous aurions pu sélectionner quelques articles, mais nous aurions été forcément injuste sur l’importance des textes que nous aurions occultés et sur l’intérêt que nous avons réellement trouvé à les étudier. Aussi avons-nous opté pour une présentation, sans doute extrêmement schématique, des différentes thèses en débat.

  • 1 Journaliste scientifique au Magazine Sciences humaines
  • 2 Professeur à l’Université de Montréal, auteur de plusieurs ouvrages autour de l’individu et la mode (...)
  • 3 Auteur de « Michel Foucault, Editions PUF, Collection Que-sais-je? (2004).
  • 4 Rédacteur en chef du Magazine Sciences Humaines
  • 5 Professeur de Sociologie, Auteur de « Dissonances culturelles et distinction de soi », (2004)
  • 6 Professeur à Louvain et à Namur et auteur de « l’Approche biographique. Théorie clinique ». Edition (...)
  • 7 Défini comme une expression générique où une personne raconte sa vie ou un fragment de sa vie à des (...)
  • 8 Auteur de « Histoires de vie, héritage familial et trajectoire sociale»
  • 9 Auteur de « Le Pacte autobiographique »

2La première partie de l’ouvrage, consacrée aux théories de l’individu »,  invite à un détour par l’histoire pour comprendre comment naît l’individu contemporain et en quoi consiste la spécificité de notre époque. Elle comprend trois séries de textes rassemblés autour de trois thèmes : la genèse de l’individu contemporain, le regard sociologique et l’homme comme méthode. Dans la première série, le texte de Nicolas Journet1, re-visitant l’œuvre de Louis Dumont sur la genèse de l’individualisme en Occident, dénonce son artificialité sur le plan des idées et de ses conséquences, contrairement au texte issu de la rencontre de Serge Lellouche avec Charles Taylor2, qui présente l’individualisme moderne comme un véritable facteur d’émancipation. Le troisième texte de cette série, sous la plume de Frédéric Gros3 montre comment Michel Foucault, passe de la question du pouvoir à celle du sujet et du souci de soi. La seconde série de textes s’ouvre par « Quel individu pour la sociologie » de Xavier Molénat qui nous fait penser que l’individu est en passe de devenir le sujet de prédilection des sociologues. Lui emboîtant le pas, Nicolas Journet, dans « l’Insaisissable individu » se demande comment décrire la liberté de l’individu si celui-ci n’existe que dans le miroir que lui tend la société ? L’irruption du sujet et de la subjectivité constitue le point nodal de ce texte auquel succède une réflexion de Jean-François Dortier4 qui, passant en revue différents courants de la sociologie contemporaine, explique comment pensent les individus. L’article s’achève par une série de questions ouvrant de réelles perspectives pour les années à venir. Le dernier texte de cette seconde série, de Bernard Lahire5, met l’accent sur les différents modèles souvent contradictoires incorporés par les acteurs sociaux. Il faut certainement admettre avec l’auteur que les sciences sociales ont longtemps vécu sur la vision homogénéisatrice de l’homme en société. Le but de l’article n’est pas tellement de trancher une fois pour toutes le problème de l’unicité ou de la pluralité mais de traiter cette question sur le plan historique. Centré essentiellement sur les conditions qui rendent possible la production d’un acteur pluriel ou au contraire un individu caractérisé par une profonde unicité, l’article tend à renforcer la nécessité d’une sociologie psychologique approchant l’individu sur des scènes et dans des contextes différents, prenant à bras-le corps la question de la réalité sociale sous sa forme individualisée et intériorisée. La troisième série d’articles, regroupés autour de la thématique de « l’individu comme méthode » est ouverte par Michel Legrand6. Accordant une importance accrue au récit de vie7, une véritable méthode de travail structurée dans laquelle le sujet prend une place centrale. Pour Vincent de Gaujelac8, œuvrant en faveur d’une sociologie clinique capable de démêler les nœuds des histoires de vie, les destinées individuelles se déploient entre histoire familiale et rapports sociaux. Philippe Lejeune9, à la recherche des raisons qui poussent l’individu à tenir son journal, apporte quelques éclairages sur cette pratique informelle et intime. Journal transparent ou opaque, tenu par soi-même ou par les autres, dans un but de formation ou de thérapie, c’est une pratique différenciée à laquelle les milieux scientifiques n’échappent pas, selon l’auteur.

  • 10 Professeur honoraire de Sociologie de l’Université de Leeds, auteur de nombreux ouvrages dont « Hol (...)
  • 11 Sociologue, auteur de « Grammaires de l’individu » publié en 2002 chez Gallimard.
  • 12 En 1996, Jean-Michel Berthelot affirmait que l’incertitude pouvait constituer une structure interpr (...)
  • 13 Directeur d’études à l’EHESS, auteur de nombreux ouvrages dont « L’insécurité sociale paru en 2003, (...)

3La deuxième partie comprend deux séries d’articles rassemblés autour de deux thèmes : «L’individu face aux mutations sociales» et «Les ambivalences de l’individu contemporain». Sommes-nous entrés dans une nouvelle modernité, s’interroge Xavier Molénat, à l’ouverture de la première série? Société du risque, individualisation de la vie, détraditionnalisation, réflexivité constituent les principaux termes du débat amorcé par l’auteur. « Vivre dans la modernité liquide » de l’entretien accordé par Zygmunt Baumaun10 à Xavier de la Vega. La seconde modernité ou « modernité liquide » et l’hybridité culturelle sont les principales notions débattues au cours de cet entretien. Pour la sociologie classique poursuit Danilo Martuccelli11, l’individu entre dans la société comme dans un champ de forces qui détermine ses conduites. A cette image, héritée de la physique, nous conviendrons avec l’auteur qu’il faille en substituer une autre: celle d’une société plus malléable que résistante où se déploie l’action individuelle. Sans cette malléabilité que serait la vie, faut-il sans doute ajouter ? La closule de cette première série est signée par Michel Kokoreff et Jacques Rodriguez dont le texte révèle ce que tout processus de crise peut cacher comme logiques contradictoires qui travaillent la société en profondeur. Nous conviendrons avec les auteurs ainsi que l’incertitude peut paraître comme un prisme permettant d’interpréter les mutations de toute société12. La seconde série d’articles gravite autour des ambivalences de l’individu contemporain. Nicolas Journet tend à évaluer le prix de la liberté à travers le poids des normes de vie sociale et des choix ou décisions d’acteurs. L’entretien accordé par Robert Castle13 à Xavier Molénat pose la question de la précarité. Les notions de propriété sociale, de contrat et de projet constituent les principaux points d’entrée dans cet entretien, débouchant sur l’existence d’un mouvement irréversible allant dans le sens de la décollectivisation du monde du travail. La question majeure dans l’attente d’une réponse est de savoir comment associer protection sociale et flexibilité de l’emploi ?  Autrement dit comment trouver un compromis entre mobilité et sécurité? Accélération du temps, nouveau rapport au corps, à soi et aux autres, s’agit-il d’un individu hypermoderne ou d’une mutation anthropologique, s’interroge Nicole Aubert ? S’agit-il d’un individu hypermoderne, produit d’une société d’hyperconsommation, sans frontières et sans limites ou d’un individu qui, désespérant de vivre une éternité est disposé à agir comme s’il ne devait exister qu’un seul jour ? La mutation anthropologique semble déjà engagée, si nous devions croire l’auteure ! De la rencontre avec François Dubet, émerge la place combien importante accordée à la notion d’expérience dans ses dimensions scolaire et sociale en particulier ; notion venue se substituer à celles de rôle et d’habitus. L’entretien accordé par Jean-Claude Kaufmann à Xavier Molénat, partant du déclin contemporain des institutions, insiste sur l’importance de la réflexivité et du changement qu’elle opère, d’une part dans la production de l’identité et d’autre part, dans le renforcement de la subjectivité comme nouveau vecteur de l’action individuelle.

  • 14 Auteur de « l’Amitié, un lien social», ouvrage paru en 1997, aux éditions La Découverte
  • 15 Auteur de « Les Nouveaux rites. Du mariage gay aux Oscars » paru en 2005 aux éditions Belin et « (...)
  • 16 Directeur de la revue Réseaux et auteur d’ «Une histoire de la communication moderne. Espace public (...)
  • 17 Auteur de : « Les Solitudes » ouvrage paru chez PUF en 2003

4La troisième partie rassemble deux séries d’articles autour de deux thèmes : «les transformations de la vie privée» et «les sociabilités dans leur lien avec la communication.» François de Singly ouvre la première série avec:«  le dédoublement de la vie privée » qui s’opère actuellement dans la famille. Affirmée, dit-il, d’abord comme un espace clos, la famille est sujette à des changements plus ou moins achevés. L’entretien autour de l’intime et le public, accordé par Antoine Prost à Emmanuel Fournier, montre que c’est au cours du XIXe siècle que se construisent le privé et le public comme domaines distincts et opposés, mais dont la frontière va être troublée par les transformations du travail, qui tout en devenant chose publique transporte avec lui des règles issues de la vie privée. Claire Bidart14, entamant la seconde série, montre comment la sociabilité et l’amitié permettent de développer des rapports particuliers avec le monde social. Nous conviendrons avec elle que les relations amicales, librement choisies, obéissent à certaines régularités sociales. Pascal Lardellier15 consacre son texte aux rencontres sur Internet. Il parle d’amour « en révolution » comme d’un phénomène en pleine explosion, de rencontres en ligne révélant la difficulté contemporaine à trouver l’âme sœur. Passant sur les aspects ludiques de ce phénomène de société, l’auteur soulève des questions fondamentales à propos des relations tissées à partir des sites de rencontres. Dans le même contexte « technologique », Patrice Flichy16 s’interroge sur l’individu connecté, sa définition identitaire et l’élaboration de son réseau relationnel. Marie-Noëlle Schurmans17, inscrivant son texte dans un pôle opposé, nous invite à sortir de la lecture stéréotypée de l’expérience de la solitude qui n’est pas aussi négative qu’on le pense. Certes, contrairement à la notion de réseau, la notion de solitude est ambivalente dans le sens où elle renvoie à la fois à l’idée de manque et de plénitude ; plénitude si la solitude est le fruit d’une démarche personnelle, précise l’auteure.

  • 18 Philosophe, auteur de : « Le développement personnel » publié en 2000 chez Flammarion et « Le culte (...)
  • 19 LAHIRE B., (2004). Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, La Découverte.
  • 20 Sociologues, auteures de « Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de sol (...)
  • 21 Consultante en gestion des ressources humaines, Auteure de « Le savoir dans l’entreprise ». Utilité (...)
  • 22 Auteure de « Les managers de l’âme. Le développement en entreprise, nouvelle forme de pouvoir. » La (...)

5La quatrième et dernière partie s’articule autour de deux séries d’articles portant sur « travail sur soi, individualisation des pratiques » et « nouvelles logiques de l’organisation » ; Michel Lacroix18 introduisant son texte par l’aventure prométhéenne du développement personnel centre son propos sur le danger de la tyrannie du moi idéal qui risque de conduire l’homme de demain à une nouvelle forme de conscience malheureuse. Martine Fournier partant du fait que le corps est au centre des préoccupations majeures de l’hypermodernité, tiraillé entre recherche de bien-être et quête de la performance, de l’esthétique et de la santé, se demande si le corps n’est pas devenu le reflet du moi individuel profond. Nicolas Journet, partant de la problématique de la culture chez Lahire19 montre comment nous sommes en train de nous diriger vers une inversion des valeurs culturelles. Xavier Molénat introduisant la notion de « croyants balladeurs » nous fait admettre que la croyance religieuse s’accommode plutôt bien de la modernité. Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd20 concluent que la mobilisation des bénévoles est aujourd’hui le résultat d’une alchimie complexe : satisfaire son estime de soi, espérer un débouché professionnel contribuent à l’engagement autant que la fidélité à des valeurs politiques reçues en héritage. La dernière série d’articles débute par un article de Sandra Enlart21 qui établit des corrélations entre l’existence de l’entreprise moderne et la qualité des interactions existantes entre elle et ses acteurs. Pour Valérie Brunel22 le développement personnel fait désormais partie de l’attirail des managers ; l’objectif étant d’aider les cadres à mieux se connaître et maîtriser leurs interactions avec autrui.

6En conclusion, cet ouvrage à caractère éminemment didactique, réunissant les contributions des meilleurs spécialistes, propose un état des lieux dépassionné sur la question de l’individu contemporain avec comme toile de fond un constat : l’avènement de l’individu ce n’est pas moins de société mais au contraire une nouvelle façon de faire la société. Il s’agit d’un livre que tout chercheur se doit de lire. Bien sûr que chaque texte appelle une discussion dans le détail, car au-delà de l’adhésion à une aspiration commune, il existe très peu de perspectives convergentes et en fait peu de débat entre contributions.

Haut de page

Notes

1 Journaliste scientifique au Magazine Sciences humaines

2 Professeur à l’Université de Montréal, auteur de plusieurs ouvrages autour de l’individu et la modernité.

3 Auteur de « Michel Foucault, Editions PUF, Collection Que-sais-je? (2004).

4 Rédacteur en chef du Magazine Sciences Humaines

5 Professeur de Sociologie, Auteur de « Dissonances culturelles et distinction de soi », (2004)

6 Professeur à Louvain et à Namur et auteur de « l’Approche biographique. Théorie clinique ». Editions Desclée de Brouwer, 1993.

7 Défini comme une expression générique où une personne raconte sa vie ou un fragment de sa vie à des interlocuteurs. La question à poser est de savoir comment le récit de vie peut-il interpeller l’individu comme sujet de son histoire ?

8 Auteur de « Histoires de vie, héritage familial et trajectoire sociale»

9 Auteur de « Le Pacte autobiographique »

10 Professeur honoraire de Sociologie de l’Université de Leeds, auteur de nombreux ouvrages dont « Holocauste » (2000), Editions La Fabrique.

11 Sociologue, auteur de « Grammaires de l’individu » publié en 2002 chez Gallimard.

12 En 1996, Jean-Michel Berthelot affirmait que l’incertitude pouvait constituer une structure interprétative, une matrice explicative. (in Les vertus de l’incertitude, Paris, PUF, 1996).

13 Directeur d’études à l’EHESS, auteur de nombreux ouvrages dont « L’insécurité sociale paru en 2003, aux éditions du Seuil.

14 Auteur de « l’Amitié, un lien social», ouvrage paru en 1997, aux éditions La Découverte

15 Auteur de « Les Nouveaux rites. Du mariage gay aux Oscars » paru en 2005 aux éditions Belin et « Célibat et amours sur le Web » paru en 2004 chez le même éditeur.

16 Directeur de la revue Réseaux et auteur d’ «Une histoire de la communication moderne. Espace public et vie privée » ouvrage paru en 2004 aux éditions La Découverte.

17 Auteur de : « Les Solitudes » ouvrage paru chez PUF en 2003

18 Philosophe, auteur de : « Le développement personnel » publié en 2000 chez Flammarion et « Le culte de l’émotion » publié en 2001 chez le même éditeur.

19 LAHIRE B., (2004). Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, La Découverte.

20 Sociologues, auteures de « Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Payot, 2005.

21 Consultante en gestion des ressources humaines, Auteure de « Le savoir dans l’entreprise ». Utilité en gestion des ressources humaines, 2004.

22 Auteure de « Les managers de l’âme. Le développement en entreprise, nouvelle forme de pouvoir. » La Découverte, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « L’individu contemporain, Xavier MOLENAT », Insaniyat / إنسانيات, 37 | 2007, 174-179.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « L’individu contemporain, Xavier MOLENAT », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 37 | 2007, mis en ligne le 07 août 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/4222

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page