Navigation – Plan du site
Revue des revues

Champs, psychopathologies et clinique sociale, « Enfances », 2ème année, Volume 2, n° 3 et 4, Constantine, Algérie, 2006

Aïcha Benamar
p. 181-183

Texte intégral

1La revue « Champs, Psychopathologies et clinique sociale », dont la direction scientifique revient à Mourad Merdaci, est à sa troisième année d’existence. En 2005, le premier volume fut consacré aux questionnements de la violence sociale, politique et psychique. En 2006, le volume paru au printemps est centré sur les nouvelles socialités et nouveaux symptômes et celui édité en automne-hiver parle d’Enfances. Ce volume de 207 pages comprend cinq parties : la première portant sur les apprentissages, désorganisations et territoires, la seconde consacrée aux psychopathologies, la troisième réservée à des varia, les quatrième et cinquième parties articulées respectivement autour du lire et du visuel.

2Dès l’incipit, un hommage est rendu à Françoise Dolto dont l’œuvre pour la cause de l’enfant et des adolescents demeure un modèle d’attachement au sentiment d’enfance. Une note liminaire signée par la rédaction de la revue précise le contexte du volume et présente son contenu.

3La première partie débute par un texte de Françoise Hatchuel, professeur à l’Université Paris X Nanterre qui intitulant son texte : Jeunesse et âge adulte, tente de clarifier dans une perspective anthropologique la façon dont jeunes et adultes se situent aujourd’hui. Ce texte est extrait d’un rapport de recherche issu d’une série d’entretiens cliniques avec des jeunes, sur la question du rapport au savoir, sous l’angle des processus psychiques. Développant les caractéristiques fondamentales de la jeunesse humaine, l’auteure situe la place de l’enfant dans la société moderne.

4Norbert Sillamy, professeur de psychologie et psychanalyste à Toulon, se demande si la violence est une fatalité ? Organisant sa contribution autour de trois points, l’auteur commence par dresser un état des lieux de la violence, en détermine quelques causes et explique pourquoi il ne faut pas désespérer. De la violence exercée contre les femmes à celle dirigée vers les personnes âgées et les enfants,  de la violence gratuite à la violence à l’école et contre les enfants, de la violence au travail à celle dans le sport, la violence affirme l’auteur s’est banalisée à cause de son omniprésence. L’influence de la télévision, le laxisme des parents sont incriminés tour à tour. Le texte s’achève sur une note optimiste dans le sens où toute agressivité, génératrice de violence, peut sans doute être réduite par l’éducation.

5Le troisième texte de cette série, intitulé : « Le psychologue face au jeune enfant » est signé par Badra Moutassem-Mimouni, professeur de psychologie à l’université d’Oran et chercheure au CRASC. A partir de son expérience auprès de jeunes enfants, l’auteure aborde un bon nombre de particularités pratiques de la prise en charge thérapeutique, en mettant l’accent sur le rôle des parents en tant que partenaires et du dessin comme médiateur de la communication, d’expression des souffrances, de diagnostic, d’évaluation, de suivi et de thérapie.

6« Enfance et jeunesse ou les faux semblants de l’autonomie » est le titre de la contribution de Hervé Cellier, maître de conférences à Paris X et membre du CREF, qui décrit les situations de pseudo-réalité socioéconomique et politique où les statuts de l’enfance et de la jeunesse apparaissent comme de faux semblants articulés à de nouvelles dépendances. L’enfance voit s’accroître ses droits, tandis que ceux de la jeunesse adulte se restreignent, affirme l’auteur, avec lequel nous admettons que ces faux semblants de l’autonomie pèsent lourds dans les relations que les jeunes générations nouent avec l’organisation sociale.

7Taïeb Ferradji, psychiatre à l’hôpital Avicenne, Université Paris XIII, propose une incursion dans les ressorts anthropologiques et psychopathologiques de la gémellité. A partir d’une étude de cas l’auteur montre que quelle que soit la représentation culturelle sous-jacente, la naissance de jumeaux donne toujours lieu à des rituels nombreux et complexes, intimement liés à la représentation bénéfique ou maléfique de la gémellité, chez les parents voire la communauté.

8Mourad Merdaci, psychologue clinicien à Constantine, propose une monographie des pratiques humaines et sociales où la communication constitue un lieu structural et fondateur de l’enfance. Le déterminisme des communications sur la socialisation et la formation de la personnalité se trouve au centre de la problématique développée par l’auteur qui affirme en guise de conclusion que le principe organisateur de la fonction relationnelle à l’origine d’un appareil conceptuel systémique restitue l’acte de communication dans une signification qui réfère à la vie psychique.

9La seconde partie, consacrée aux Psychopathologies débute par « Enfance en difficulté », une contribution de Marcel Houser, psychiatre et psychanalyste à Lyon, dont les réflexions tirent leur source d’une part de l’écoute d’enfants en difficultés psychoaffectives et d’autre part des travaux de commissions qui se sont penchées sur ces problèmes au sein du Conseil de l’Europe. Mettant l’accent sur la pluralité des « enfances » et des types de prévention, il appelle à une prévention réaliste centrée sur une démarche de lente et tenace recherche collective en vue de solutions qui ne peuvent être envisagées qu’à l’aune du moyen et surtout du long terme.

10Le second texte de cette série, « Du travail clinique avec les enfants et adolescents en danger dans la rue » est de Olivier Douville, psychologue clinicien, maître de conférences à l’Université Paris X Nanterre. Ce texte relate une expérience menée à Bamako dans le but de mettre en place une réponse soignante à la situation d’errance d’enfants et d’adolescents dans la rue, en forte croissance. L’objectif était d’aller à la rencontre de ces enfants et adolescents en danger dans la rue, de les acheminer si besoin était vers des lieux d’hébergement et de soins, voire si possible restaurer des liens avec les familles.

11Jean Bergeret, psychiatre et psychanalyste à Lyon, intervient à son tour dans un texte portant sur la violence et l’homosexualité à l’adolescence, pour nous livrer quelques réflexions. A propos de la violence instinctive, humaine, naturelle l’auteur propose de ne pas la confondre avec la haine, l’agressivité et le sadisme.

12Philippe Guitton introduit une discussion sur le concept psychodynamique de parentalité qu’il distingue de celui de parenté travaillé par les médecins et les anthropologues, l’assimilant à un travail de construction et/ou de reconstruction pouvant apparaître comme une donnée première de la conscience. Devenir parent, affirme l’auteur, provoquerait la nécessité implicite d’un travail sur soi à butée quotidienne avec et contre le roc phallique.

13Mourad Merdaci, enfin, s’interroge sur la clinique sociale de l’échec scolaire de l’enfant et de l’adolescent. Sa réflexion, s’appuyant sur une étude extensive d’un échantillon représentatif d’une population de sujets scolarisés dans la ville de Constantine, souligne la clinique spécifique du champ scolaire et l’existence de facteurs de résistance aux objets pédagogiques et aux rites de socialisation.

14Dans la partie Varia, Norbet Sillamy propose une analyse des fonctions humaines et psychosociales du respect qui représente un paradigme d’élaboration de l’identité et de la constance éthique des individus et Mourad Merdaci met l’accent sur le fondement anthropologique de la naissance de l’enfant dans la société algérienne et le versant psychopathologique de son assimilation à un travail de dette et à une expérience de la mort.

15La revue Champs, s’achevant par une bibliographie commentée en lien avec le dossier thématique, développe à coup sûr un lieu de débats et de propositions d’idées sur les objets de savoir qui nous interpellent. Inscrite dans une perspective pluridisciplinaire, elle multiplie les possibles partages de sensibilités de chercheurs d’horizons divers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Champs, psychopathologies et clinique sociale, « Enfances », 2ème année, Volume 2, n° 3 et 4, Constantine, Algérie, 2006 », Insaniyat / إنسانيات, 37 | 2007, 181-183.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Champs, psychopathologies et clinique sociale, « Enfances », 2ème année, Volume 2, n° 3 et 4, Constantine, Algérie, 2006 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 37 | 2007, mis en ligne le 07 août 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/4227

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page