Navigation – Plan du site
Revue des revues

Principaux résultats de l’exploitation exhaustive (du recensement général de la population et de l’habitat de 2008)
Données statistiques, n° 527, 28 pages par wilaya, Office national des statistiques, Alger, 2009

Abed Bendjelid
p. 91-92

Texte intégral

1Les principaux résultats de l’exploitation exhaustive du RGPH (recensement général de la population et de l’habitat) effectué le 16 avril 2008 exposent les données officielles dans un fascicule de 28 pages par wilaya et ceci pour toutes les communes de cette subdivision territoriale. Chaque fascicule comporte des statistiques démographiques globales telles que la population de chaque commune, la répartition par agglomération chef-lieu, agglomération secondaire et zone éparse, et le taux d’accroissement annuel moyen calculé entre les recensements de 1998 et 2008 ; pour la Wilaya d’Oran par exemple, ce dernier s’élève à 1,9 %.

2A travers un tableau général, la publication expose l’évolution des principaux indicateurs de wilaya mesurés entre 1998 et 2008, en les comparant avec ceux de l’échelle nationale ; ces critères qui portent sur la progression de la population, les ménages et le logement tiennent compte à la fois des éléments de confort et des commodités du logement lui-même.

3L’avantage de cette revue, éditée pour les 48 wilayas algériennes, réside dans l’information statistique ventilée par commune. Pour les chiffres concernant par exemple Oran en tant qu’entité communale (609 014 en 2008), le taux d’accroissement est négatif (moins 0,4 %) durant la dernière période intercensitaire 1998-2008 ; dans l’interprétation, il atteste de la perte de logements reflétant à la fois la disparition d’immeubles non entretenus et les changements d’affectation fonctionnelle nouvellement donnée (cabinets médicaux, services…) à des appartements ou constructions résidentielles ; dans cet ordre d’idée, le desserrement démographique de la population oranaise se poursuit encore par le jeu de la mobilité résidentielle au bénéfice de la périphérie métropolitaine et de la périurbanisation. Globalement, avec ses trois communes suburbaines de Bir-el-Djir, Es-Sénia et Sidi Chahmi, la métropole oranaise qui comptait en 2008 plus de 962 000 habitants, est entrain de rejoindre le lot des villes millionnaires du Maghreb.

4Le fascicule expose une série de tableaux portant sur les structures démographiques par âge et par sexe de la population résidente par commune, la population scolarisable, la population active… Par ailleurs, des indices très intéressants et plus complets que d’habitude concernent à la fois les taux de possession d’équipements familiaux (véhicule, résidence secondaire) ou ménagers (téléviseur, réfrigérateur, cuisinière, lave-linge, climatiseur, ligne téléphonique, antenne parabolique, ordinateur, accès à internet), le statut d’occupation du logement, le taux d’occupation et la répartition des logements habités par type de construction et selon le nombre de pièces et la structure des logements habités disposant par commune de commodités exigées par la vie quotidienne (cuisine, salle de bain, toilettes, branchements au gaz naturel, au réseau d’assainissement et au réseau d’alimentation en eau potable) qui peuvent attester d’une amélioration des conditions de vie des populations.

5Relatif à toute l’Algérie, le dernier point à souligner fortement se rapporte à la crise de logement qui sévirait dans tout le pays et dont tout le monde en parle et, bien avant l’emploi qui est vraiment le grand problème de l’Algérie actuelle ! Ce paradoxe mérite tout de même une nouvelle interprétation et ce, par le simple jeu de quelques opérations élémentaires de calcul mettant en corrélation la population et le parc de logements. En effet, les données du recensement de 2008 situent la population nationale des ménages ordinaires et collectifs à 34 074 911 habitants alors que le nombre de logements inoccupés est évalué à 1 381 721 unités sur un parc résidentiel total de 6 685 675 ; or, en tenant compte de la taille moyenne des ménages, estimée officiellement à 5,9 individus, cette fausse-vraie crise de logement autoriserait la possibilité de loger plus de 8 152 000 habitants, soit presque le quart de la population algérienne (23,9 %) ! Par conséquent, face à ce paradoxe fatalement accepté à la fois par les pouvoirs, la presse et le recherche universitaire -à savoir ‘le matraquage’ de la crise de logement- la vraie question à poser et à résoudre par la puissance publique et ses institutions législatives et décisionnelles peut formulée comme suit : comment agir juridiquement pour donner confiance à tous ces propriétaires de logement en vue de les inciter à louer leur(s) bien(s) et soulager une partie de la société ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Principaux résultats de l’exploitation exhaustive (du recensement général de la population et de l’habitat de 2008)
Données statistiques, n° 527, 28 pages par wilaya, Office national des statistiques, Alger, 2009
 », Insaniyat / إنسانيات, 46 | 2009, 91-92.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Principaux résultats de l’exploitation exhaustive (du recensement général de la population et de l’habitat de 2008)
Données statistiques, n° 527, 28 pages par wilaya, Office national des statistiques, Alger, 2009
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 46 | 2009, mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/426

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page