Navigation – Plan du site
Revue des revues

Urbanisme, Planification, n° 371, Lyon (1984) 2010, mars- avril 2010

Ammara Bekkouche
p. 115–116

Texte intégral

1C’est autour de récits d’acteurs, analyses de chercheurs et autres témoignages que cette livraison se consacre à la bonne idée de revenir sur le contexte de l’élaboration du Schéma directeur d’aménagement urbain de Lyon en 1984 (SDAU). L’objectif d’une telle démarche est de mesurer les écarts qui permettent de mieux comprendre l’évolution des concepts engageant de nouveaux outils de planification. Baptisé alors Lyon 2010, le projet tel que rêvé et imaginé par ses concepteurs (Pierre Gras), fut mené par l’Agence d’urbanisme lyonnaise dont le directeur, Jean Frébault, figure au centre des débats de la tradition planificatrice (M. Bonneville). Un formidable dispositif se met en mouvement pour décrypter les décalages entre la réalité de l’agglomération en 1985 et les objectifs de l’ancien SDAU pour nourrir un diagnostic qui mettra l’accent sur les dynamiques à l’œuvre sous la forme de forces et faiblesses, rompant ainsi avec les lourdes monographies chiffrées ouvrant sur des prévisions quantitatives. Comment rompre et comment introduire des idées neuves ? (Christian Sozzi), sont des questions, parmi d’autres, qui ont suscité la démarche de procéder au repérage chronologique de la planification de Lyon depuis l’approbation du Plan d’aménagement et d’organisation générale en 1962 (PADOG). Avec le recul, les réflexions sur l’évolution de la place de la planification stratégique en France permettent de mieux comprendre en quoi le Schéma de cohérence territoriale (SCOT, 2000) constitue un progrès dans la continuité du SDAU (1968-1972). Plusieurs avis concourent à expliquer certains aspects de cette évolution, tantôt dans les référents et les procédures de la mise en œuvre (Gérard Collomb, Marc Bonneville, Christian Sozzi, François Brégnac et Patrice Berger), tantôt dans la sémantique qui depuis, s’est amendée de terminologies conçues et issues des recommandations de la conférence de Rio en 1992. Les progrès relatifs au développement durable, ont introduit des révisions de l’étalement urbain et de la gentrification du centre-ville tout en reconsidérant les méthodes d’implication de la société civile par des formes démocratiques de participation active. Elles renvoient d’une part à la concertation permanente en partenariat avec des professionnels sous forme de comité consultatif d’urbanisme, et d’autre part à l’ouverture aux acteurs économiques en vue de recomposer les relations entre pouvoirs politiques, opérateurs techniques et acteurs locaux.

2L’invité de Thierry Paquot, Armand Frémont, nous est présenté à travers sa substantielle bibliographie où figure au passage Algérie, El Djazaïr, carnets de guerre et de terrain d’un géographe, Maspero, 1982. Un moment de sa vie qu’il évoque avec émotion…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Urbanisme, Planification, n° 371, Lyon (1984) 2010, mars- avril 2010 », Insaniyat / إنسانيات, 49 | 2010, 115–116.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Urbanisme, Planification, n° 371, Lyon (1984) 2010, mars- avril 2010 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 49 | 2010, mis en ligne le 05 août 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/4411

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page