Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Quel avenir pour l’Anthropologie en Algérie ?- Ouvrage coordonné par Nadir Marouf, Faouzi et Khedidja Adel

Hassan Remaoun
p. 217-222
Référence(s) :

Quel avenir pour l’Anthropologie en Algérie ?- Oran, Edition CRASC, 2002.- Ouvrage coordonné par Nadir Marouf, Faouzi et Khedidja Adel.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue les actes du colloque organisé du 22 au 24 novembre 1999 à Timimoun par le CRASC et l’université Mentouri de Constantine. Sur ce colloque planait bien entendu l’ombre de feu Faouzi Adel qui en avait été l’initiateur en proposant notamment la problématique (publiée dans l’ouvrage), mais que la mort avait ravi quelques mois plus tôt. Dans son allocution d’ouverture Nouria Benghabrit-Remaoun, directrice du CRASC devait d’ailleurs rendre hommage à son engagement scientifique, sa probité intellectuelle et son humilité qui « ont certainement contribué à remobiliser la communauté des chercheurs à un moment où survivre simplement, était une préoccupation ».

2L’ouvrage lui-même comprenant des textes en français et en arabe, est structuré en cinq chapitres ayant pour intitulés respectifs :

  1. Questions de méthode (4 interventions)

  2. Anthropologie et interdisciplinarité (7 interventions)

  3. L’anthropologie culturelle en question (8 interventions)

  4. Anthropologie et prégnance paysanne (2 interventions)

  5. Territoires lointains, réalités proches, regards croisés (4 interventions).

3L’introduction générale qu’en fait Nadir Marouf et qui se propose de « rappeler, fut-ce brièvement, les prémices d’une discipline dont les contours n’ont jamais cessé d’être confus et dont la vocation n’a jamais cessé d’être modifiée au gré du contexte, des modes et des idéologies », nous offre un parcours rapide, mais utile relatant quelques étapes par lesquelles a transité l’approche anthropologique, en corrélation avec les autres sciences sociales et humaines.

4Dans le chapitre premier Sophie Caratini qui traite des « non dits de la connaissance anthropologique » nous indique comment le discours « construit sur l’autre », doit affronter une série de non-dits que l’épistémologie, la sociologie et l’anthropologie de la connaissance ont à prendre en considération. Elle en détecte six qui fonctionnent comme présupposés à toute recherche et qui sont celui de l’enseignement, de la pratique sur le terrain, de la relation (le poids de l’histoire portée dans « les bagages » de l’anthropologique ou les termes de l’échange), le non-dit à soi-même (y compris « l’oublié » et « le refoulé »), enfin « la source essentiellement subjective du savoir anthropologique ».

5Traitant de « l’anthropodycée coloniale dans la perception officielle de l’anthropologie en Algérie », Ahmed Benaoum constate pour sa part que « la représentation de cette discipline générale dans la conscience de l’intelligentsia continue d’être construite autour de l’imagerie coloniale ; si bien que l’anthropologie quand elle n’est pas néantisée par le silence, se voit investie de tous les maux ». C’est ce qui explique que durant longtemps on lui a préféré sur le plan officiel, une « métahistoire » prétendument porteuse « d’identité culturelle et de personnalité nationale ».

6C’est une problématique similaire à celle dont nous venons de faire cas, qu’aborde Mourad Moulay Hadj en s’interrogeant sur « la place de l’enquête dans la recherche anthropologique ». Il considère que les travaux de terrain sont nécessaires en Algérie pour atténuer les présupposés ethnocentristes dont une certaine tradition anthropologique pourrait être porteuse.

7Dans « Amor Nezzal, l’ombre d’André Basset et le porteur d’eau » de Fawzi Adel. Esquisse d’une communication pas au rendez-vous », Khédidja Adel et à titre posthume Faouzi Adel nous mettent enfin sur la trace d’une personnalité originale née en 1909 dans les Aurès (mort en 1963) et diplômé au confluent de trois langues (français, arabe, berbère). Ayant eu une activité en France et en Algérie, il apparaît comme le principal informateur d’André Basset pour la rédaction de ses « Textes berbères des Aurès ».

8Le deuxième chapitre de l’ouvrage commence par un texte de Mohamed N. Mahieddin qui traite du « droit musulman et de l’école de droit d’Alger ». Dans une étude riche en annotations, il nous montre comment la démarche prônée par cette école, «  a pour objectif de légitimer aux yeux des Algériens Musulmans une pratique judiciaire… pour poser « le » droit musulman selon la conception que s’en faisait l’institution universitaire d’Alger au service de l’Administration coloniale ».

9Mohamed Brahim Salhi nous propose une « réflexion froide sur des questions chaudes : quelle anthropologie du religieux en Algérie ? Quelques éléments pour un débat ». Après avoir tenté de faire un état des lieux sur la place de l’anthropologie religieuse en Algérie l’auteur constate : « même si dans nos institutions universitaires se dessine un intérêt pour des objets strictement religieux approchés avec les instruments des sciences sociales modernes, on ne peut pas dire que les contours d’un champ de recherches sont réellement en train de se mettre en place. Les initiatives restent encore trop isolées et les compétences peu articulées dans des projets durables et avec des virtualités et de la visibilité susceptibles de provoquer un débat. Mais le climat général est plus favorable ».

10Mohamed Khaled qui traite de « Mutations sociales et pratiques religieuses », aborde les mouvements migratoires (des campagnes vers les villes) et leur impact sur le mode de vie et les pratiques religieuses. Il s’intéresse ainsi à la relation entre le cadre de vie et le discours mythique, et au rôle des institutions traditionnelles (Zaouias) et des autres moyens de transfert du savoir religieux durant la période coloniale et après l’indépendance.

11Il ne manque bien entendu pas de faire référence à Ibn Khaldoun auquel s’intéresse plus particulièrement Mohamed Hamdaoui dans « parenté et pouvoir chez Ibn Khaldoun : prémisses à une anthropologie politique ».

12L’auteur de cette contribution nous propose de revisiter en relation avec les acquis de l’anthropologie politique contemporaine, les concepts fondamentaux usités dans la Muqqadima, celui notamment de ‘Umrân Hadhari’.

13La référence à Ibn Khaldoun ne s’arrête d’ailleurs pas là puisque Mohamed Lakhdar Maougal y revient (tout en s’appuyant aussi sur la pensée d’Ibn Rochd) dans « La crise de la linguistique arabe. (Essai sur le « regressio linguae » entre le XIV et le XXème siècles au Maghreb) ». Après avoir rappelé les origines de la mythologistation, sacralisation de la langue arabe qui persiste jusqu'à nos jours, l’auteur se demande si « la culture islamique comme la langue qui lui aura servi de véhicule et de support serait-elle, elle aussi, restée immuable et immutable ?». Il indique en fait que ceci n’a pas toujours été le cas, et comment dans un contexte historique de crise profonde qui va du XIVème siècle jusqu’à l’ère coloniale puis les indépendances, « la langue, de moins en moins maîtrisée mais de plus en plus convoitée devient un abcès de fixation quasi identitaire dans une situation d’aliénation ».

14En traitant de « l’anthropologie par l’image : un champ de recherche fécond » Mohamed Bensalah nous sensibilisera notamment à « l’étude du matériau image en tant qu’outil de prospective et en tant que vecteur d’exploration du passé », tout en s’interrogeant sur « le processus de fabrication d’un imaginaire collectif à partir de supports iconographiques ».

15L’intervention de Layachi Anser et Leila Boutamine qui clôture ce chapitre porte quant à elle sur « les cadres de l’industrie : formation d’une élite sociale moderne ».

16Le travail qui s’appuie sur un questionnaire distribué a un échantillon de cadres activant au sein de trois entreprises industrielles nous permet d’avoir une connaissance plus précise de cette catégorie sociale.

17Le troisième chapitre débute avec un texte de Aicha Kassoul intitulé « femmes en texte. Petite histoire de la littérature algérienne d’expression française 1857-1950 ». Elle y étudie les caractéristiques de quatre générations de femmes écrivains et des thématiques qui dominent leurs œuvres.

18Dans « entre rituel d’échange et ostentation sociale : louangeurs et dédicaces en milieu urbain dans l’Ouest algérien », Hadj Miliani nous présente la figure du Berrah.

19Il considère notamment que « c’est parce que ‘et-tebriha’, de ses origines les plus lointaines jusqu’à nos jours a constamment traduit la dimension collective de son contexte d’énonciation en y adaptant les plus essentiels (l’honneur, l’identité, l’échange) ou les plus ludiques (convivialité, parodie, distraction), qu’elle a pu se maintenir malgré son évolution nécessaire, attestant sans nul doute d’une certaine prégnance de la culture passée ».

20« Verlan algérois et rapport pré-colonial " ville / campagne" » est le thème qu’a choisi d’aborder Louisa Brahmi. En se référant au structuralisme méthodique tel qu’il ressort des travaux de Lévi Strauss et même de Mauss, et en s’appuyant aussi sur la conceptualisation d’Ibn Khaldoun, elle décèle dans l’usage du Verlan algérois issu de la période pré-coloniale, l’existence d’une structure en chiasme (ou figure en X), « les termes linguistiques étant opposés deux à deux », et exprimant d’une certaine manière les rapports socio-économiques de l’époque.

21En traitant de « rupture et transmission dans l’oralité en Algérie ou éloge du lien pendant la cassure », Habib Tengour, essaie quant à lui de montrer que « la déstructuration économique et sociale qui était en train de s’opérer dans la violence coloniale ne touchait pas les schémas mentaux de la société indigène ».

22C’est une approche assez similaire que tente d’ailleurs Ourida Nemmiche dans « les contes touaregs, thèmes et énonciation », puisque sa recherche vise à montrer « l’unité culturelle de ce peuple nomade (qui) est assurée par sa langue et par conséquent tout ce qu’elle transmet de la mémoire commune ».

23Mohamed Daoud nous permet de passer de la tradition orale à l’écrit, en traitant de « La dimension anthropologique dans le texte littéraire algérien ». Il puisera notamment son argumentation dans le genre épopée passé de l’oral à l’écrit, puis de son influence sur la fiction romanesque.

24Mounir Bahadi traitera pour sa part du « concept de spécificité culturelle dans le discours anthropologique contemporain » en s’intéressant notamment à la religion et au discours politico-religieux.

25Mohamed Saïdi clôtura enfin le chapitre intitulé « Anthropologie du prénom », en travaillant sur un corpus de prénoms référant au sacré et au profane.

26Le chapitre IV qui traite en particulier de la paysannerie est le plus court de l’ouvrage puisqu’il ne comprend que deux textes ; mais d’une richesse certaine.

27Omar Bessaoud qui traite de « L’identité paysanne en Algérie : quel héritage retenir ? », regrettera la tendance de l’économie politique à évoluer en « science de l’ingénieur », se coupant ainsi des autres disciplines sociales et humaines alors même que la pluridisciplinarité est incontournable pour qui veut répondre à la question « qui sont les paysans algériens ? ». Il considère notamment que « les traités rédigés par des agronomes, des juristes, des historiens, des géographes, les relations et chroniques de voyages, les rapports rédigés par les fonctionnaires et les militaires, les œuvres littéraires… sont autant des sources historiques qui peuvent aider à renouveler les connaissances sur les communautés rurales et à aiguiser le regard jeté sur la réalité du monde paysan. Ils donnent quelques clés d’explication aux difficultés à promouvoir aujourd’hui la paysannerie ». A travers la lecture d’auteurs arabes du Moyen-âge, Ibn Khaldoun notamment (toujours lui), il montre comment en zone maghrébine, jadis largement dominée par le nomadisme, le sort de l’identité paysanne est étroitement lié « à l’expansion urbaine » et à l’émergence « d’un pouvoir central ».

28Dans « la violence, objet pour l’anthropologie ? » Claudine Chaulet nous replonge dans une actualité tragique, celle des massacres terroristes commis ces dernières années dans la Mitidja, une région à propos de laquelle elle a eu dans le passé à mener des travaux pionniers et largement reconnus dans la communauté des sciences sociales, qu’elle interpelle en ces termes :

29« L’anthropologie a peu participé à l’interprétation des évènements. Pourtant cette violence inouïe est comme un défi à notre discipline ; qu’avons nous fait à avancer, en tant que spécialistes, pour faire progresser l’analyse de ce que nous avons vécu et vivons ? ».

30Après avoir exploré les différentes thèses avancées pour expliquer le phénomène, elle nous propose une analyse sociale de la Mitidja avec « ses quatre phases de peuplement récent », avant de cerner un certain nombre d’enjeux particuliers ou non à la région ; et de mettre le tout en relation avec « l’imaginaire » dont elle aborde l’exploration, pour conclure : « L’Algérie connaîtra encore des migrations internes, et des différenciations sociales plus dures. Elle a besoin de productions culturelles nouvelles qui l’aident à transposer ses mythes fondateurs en fraternités d’aujourd’hui, et à définir ce « normal » que les jeunes invoquent. L’Anthropologie a beaucoup à faire ».

31Le chapitre V de notre ouvrage est porteur d’autant de pertinence que ceux qui l’ont précédé, même si devant abréger notre propos nous nous contenterons ici de signaler les intitulés des quatre communications qui le composent. Monique Pinçon – Charlot qui s’intéresse notamment à Paris, traite des « beaux quartiers, Ghettos du Ghotha », et Michel Pinçon de « l’enfance des chefs : L’éducation dans les familles de la noblesse et de la grande bourgeoisie en France », tandis que Ahmed Sabir nous propose une « Approche anthropologique : Cas des pays du Maghreb et des Canaries préhispaniques », et Mahmoud Abdelaziz, une présentation des « études anthropologiques en Jordanie ».

32Si nous avons pris soin de citer tous les textes constitutifs de cet ouvrage, notre approche demeure bien entendu inégale et non exhaustive de la richesse de leurs contenus et des débats qu’ont dû s’en suivre.

33Cette publication du CRASC qui vient s’ajouter à bien d’autres (dont un précédent ouvrage collectif intitulée, l’approche socio-anthropologique, dirigée toujours par Fawzi Adel) est révélatrice de la quête par les chercheurs algériens, (en sciences sociales et en anthropologie notamment), de plus de pertinence et de visibilité de leurs travaux. Différentes institutions universitaires et de recherche participent d’ailleurs à cet effort, et Insaniyat continuera à en rendre compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Quel avenir pour l’Anthropologie en Algérie ?- Ouvrage coordonné par Nadir Marouf, Faouzi et Khedidja Adel », Insaniyat / إنسانيات, 19-20 | 2003, 217-222.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Quel avenir pour l’Anthropologie en Algérie ?- Ouvrage coordonné par Nadir Marouf, Faouzi et Khedidja Adel », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 19-20 | 2003, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6106

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page