Navigation – Plan du site
Comptes rendus de travaux universitaires

Laure Pitti : Ouvriers algériens à Renault-Billancourt de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970.
Contribution à l’histoire sociale et politique des ouvriers étrangers en France

p. 248-250
Référence(s) :

Laure Pitti : Ouvriers algériens à Renault-Billancourt de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970.
Contribution à l’histoire sociale et politique des ouvriers étrangers en France.
Thèse d’histoire, sous la direction de René GALLISSOT, (2002).

Texte intégral

1L’objet de cette thèse est d’étudier l’histoire des Algériens en France sous son versant ouvrier. L’usine Renault de Billancourt a été choisie comme cadre de l’étude à double titre : d’une part, elle est, dans la période considérée (1954-1975), l’usine qui, en France, emploie le plus grand nombre d’Algériens ; d’autre part, principale usine de Renault, entreprise nationalisée, elle met en présence trois acteurs : gouvernement, direction, ouvriers. Considérant qu’ouvrier peut s’entendre dans une double acception — professionnelle et politique — et que l’espace de l’usine peut être défini à la fois comme espace de production et comme espace de luttes, j’ai choisi de retracer l’histoire des ouvriers algériens à Renault-Billancourt au travers de ces deux axes. On comprend alors la pertinence de la période choisie, dont les bornes diffèrent selon l’axe considéré (1946-1974 pour ce qui est de l’évolution de l’emploi des Algériens à Renault et plus largement dans le secteur automobile ; 1954-1975 pour ce qui est des luttes).

2Cette recherche s’appuie sur un corpus de sources composé principalement des études et rapports que la Direction du Personnel de l’entreprise consacre, dans la période, à sa main d’œuvre “nord-africaine” puis algérienne ; du traitement statistique d’un échantillon de 993 ouvriers algériens embauchés à Billancourt entre 1950 et 1973, que j’ai élaboré à partir du fichier du personnel de Renault ; de fonds d’archives des confédérations et sections syndicales, de groupes militants et des organisations nationalistes algériennes (pour la période de la lutte d’indépendance algérienne) ; enfin d’une enquête orale, composée de 12 entretiens menés auprès d’ouvriers algériens de l’usine Renault de Billancourt, de militants nationalistes algériens et de militants politiques et syndicaux français.

3Dans une première partie, j’étudie l’évolution de l’emploi des ouvriers algériens à Renault-Billancourt du début des années 1950 au milieu des années 1970, période au cours de laquelle ceux-ci y incarnent la figure de “l’OS immigré”. Je montre comment cette évolution s’inscrit au croisement de processus migratoires particuliers (ceux d’une immigration coloniale d’abord, mais qui perdure après l’indépendance algérienne) et de la mutation des modes de production de l’industrie automobile (passage d’une production en très grande série à une production de masse, automatisation, déqualification de la force de travail). Cette étude démontre que le recours à une main d’œuvre coloniale puis étrangère s’inscrit comme un élément structurel de la croissance de l’entreprise et plus largement du secteur automobile, non pas seulement depuis la fin des années 1960, comme le voudrait la doxa inaugurée dans les années 1970 et a fortiori 1980, mais dès le début des années 1950. Cette histoire ancienne invite vivement à repenser la thèse selon laquelle le recours à la main d’œuvre étrangère a été un handicap pour l’industrie française parce qu’il a freiné l’innovation et l’investissement technologique, thèse particulièrement répandue lors des premières restructurations du secteur automobile en 1983-1984. Si la question dite des sureffectifs d’OS, et donc d’étrangers, a été assimilée, notamment lors de “l’affaire Talbot”, à l’une des principales causes du vieillissement de l’appareil industriel, l’histoire du recrutement des Algériens à Billancourt montre que ces OS ont été, depuis le début des années 1950, la figure nécessaire de la rationalisation de l’appareil productif.

4Dans une deuxième partie, l’étude des trajectoires professionnelles d’ouvriers algériens à Renault et en amont de leur embauche dans l’entreprise, menée sur la base du traitement statistique de l’échantillon constitué, vise à déterminer si, sur le plan du travail et des carrières, les Algériens forment une entité homogène à Billancourt — comme le laissent à entendre les discours que l’encadrement et la Direction du Personnel tiennent à l’endroit de ces ouvriers, jugés particuliers et distincts des “métropolitains” (terme utilisé jusqu’à la fin des années 1960) notamment en matière de formation, d’aptitudes et d’expériences professionnelles. L’analyse menée sur cet échantillon montre que les ouvriers algériens font l’objet d’une gestion discriminée et spécifique qui perdure au-delà de la période coloniale. Celle-ci apparaît en effet clairement à l’aune de l’homogénéité des classifications professionnelles et des affectations à l’embauche comme de la (non) progression de carrière des ouvriers de l’échantillon, qui contraste avec leurs expériences multiples et variées du travail ouvrier en amont de leur entrée dans l’entreprise. En outre, l’étude de ces trajectoires dans la durée démontre combien la migration algérienne s’inscrit, dès le début des années 1950, dans ce “deuxième âge” théorisé par Abdelmalek Sayad, lequel bat en brèche la dichotomie traditionnellement admise entre “immigration de travail” et “immigration de peuplement”.

5La troisième partie est consacrée aux formes et motifs d’engagement des ouvriers algériens dans l’espace de l’usine. J’y étudie plus particulièrement trois séquences d’actions collectives, auxquelles les ouvriers algériens participent ou qu’ils initient : la lutte d’indépendance algérienne qui prend, à Renault-Billancourt, des formes singulières mais ne scinde pas strictement les ouvriers entre Algériens et Français ; la grève de mai-juin 1968 qui signe l’émergence de nouveaux modes de regroupement, au travers notamment d’une “plate-forme de combat des ouvriers immigrés” de l’usine, par laquelle ceux-ci se revendiquent comme “ouvriers de France” ; les grèves dites d’O.S. de la première moitié des années 1970 qui, tant par leurs mots d’ordre que par les formes d’action adoptées, marquent une rupture entre ouvriers et organisations syndicales. L’étude de ces différentes séquences d’actions collectives montre, d’une part, que les notions de “communauté algérienne” et a fortiori “immigrée” ne sont pas pertinentes pour rendre compte de l’évolution des motifs d’engagement et des formes de regroupement dans l’espace de l’usine ; elle amène, d’autre part, à discuter la catégorie de mouvement ouvrier dans la conjonction que celle-ci opère entre ouvriers et syndicats.

6Au terme de cette recherche, on mesure l’intérêt de considérer l’espace de l’usine dans sa singularité lorsque l’on étudie l’histoire des ouvriers étrangers en France, offrant une perspective nouvelle à une histoire de l’immigration (trop) souvent centrée sur le hors-travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Laure Pitti : Ouvriers algériens à Renault-Billancourt de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970.
Contribution à l’histoire sociale et politique des ouvriers étrangers en France
 », Insaniyat / إنسانيات, 19-20 | 2003, 248-250.

Référence électronique

« Laure Pitti : Ouvriers algériens à Renault-Billancourt de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970.
Contribution à l’histoire sociale et politique des ouvriers étrangers en France
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 19-20 | 2003, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6135

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page