Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Alger dans les beaux livres d’art, Alger, Editions Dalimen, 2005

Khaoula Taleb Ibrahimi
p. 243-252

Texte intégral

1Les visiteurs assidus des librairies d’Alger et des autres villes du pays auront sûrement remarqué la présence, dans les vitrines et les étals des librairies, de beaux livres sur divers sujets et domaines, et plus particulièrement ceux consacrés à une des régions de notre pays ou encore à une de nos villes.

2Alger se taille la part du lion parmi ces beaux livres. Il doit en exister plus d’une dizaine sinon plus, nous n’en avons pas fait le décompte exact et exhaustif car ce n’est pas notre propos. Et d’ailleurs, il ne s’agit pas pour nous de répertorier ces livres, ni de discuter du bien fondé de la profusion de livres d’art, ni de leur place dans les politiques éditoriales des diverses maisons d’édition. Ce n’est pas d’édition d’art qu’il s’agit, même si nous pourrions légitimement nous interroger sur la fonction que pourrait avoir cette catégorie de livres dans la promotion du beau et des valeurs esthétiques dans notre société couplée à une entreprise de revalorisation de notre patrimoine matériel et immatériel et à la volonté de réconcilier les Algériens avec leur pays.

3C’est en fait cette hypothèse qui constituera le fil rouge de notre voyage dans Alger à travers un certain nombre de livres d’art ; le choix de cet échantillon a été simple, ce sont des livres que nous possédons, achetés souvent en raison de leur intérêt documentaire mais aussi, à la suite d’un coup de cœur au vu de la qualité du projet éditorial ou pour garder un souvenir de la visite d’une exposition ou d’un musée algérois. Le choix est donc on ne peut plus arbitraire. Il reflète peut-être plus notre relation à la ville qu’il ne sera un échantillon représentatif de ce qui s’est publié sur la ville d’Alger.

4Nous voudrions cerner à travers ces ouvrages l’image de la ville, la vision qu’en développent leurs auteurs et peut-être même, leurs relations à cette ville. Est-ce qu’ils vont nous livrer une série d’images d’Épinal, idéalisées, presque irréelles ou bien un portrait de la ville avec ses différents visages, ses contradictions, ses joyaux naturels et architecturaux, ses blessures infligées par le temps et par ceux qui la traversent, occupants permanents ou temporaires et lui impriment leur marque indélébile ou éphémère, personnages devenus pour certains emblématiques de la vie algéroise d’hier et d’aujourd’hui. En réalité, c’est tout ceci et tout cela à la fois et même plus car, à leur propre narration, s’ajoute la nôtre, lectrice curieuse et empathique, amoureuse de sa ville. Feuilleter ces livres nous entraîne dans une balade enchantée, presque toujours mêlée d’une certaine tristesse et d’un peu de nostalgie. Mais laissons-nous éblouir par cette invitation au voyage.

  • 1 Khelifa, Abderrahmane, Histoire d’El Djazair Bani Mazghanna, Alger, Editions Dalimen, 2007.

5Débutons nos pérégrinations algéroises par un livre qui semble subsumer tous les autres ou du moins une partie de ceux que nous avons choisis car il nous propose de remonter le cours de l’histoire, des origines jusqu’à l’époque moderne, au début de la période coloniale. Alger des Bani Mazghanna vient à notre rencontre et se livre dans le beau livre que lui consacre notre collègue historien et archéologue, Abderrahmane Khelifa1 qui nous présente un exposé exhaustif de l’histoire de la ville de la préhistoire à la période coloniale. Bien documenté, accessible aux non spécialistes, agrémenté d’une belle iconographie, l’ouvrage imprimé sur un papier luxueux de couleur beige façon vieux livre, nous narre l’histoire des monuments de la ville comme autant de traces, d’empreintes des différents peuples qui l’ont habité et ont bâti ces vestiges qui nous renseignent sur leurs mœurs et leurs coutumes. Des bouleversements, Alger en a connu mais A. Khelifa va surtout insister sur la période qui a vu la splendeur de la ville au zénith de sa gloire, la période de la Régence d’Alger plus communément connue comme la période ottomane, notre ville et son arrière-pays constituant la partie la plus occidentale de l’Empire ottoman. C’est au cours de cette période qu’ont été édifiés les plus beaux édifices. L’auteur nous en donne une liste relativement complète et c’est alors que nous submerge soudainement un souffle de nostalgie devant le nombre de ceux qui ont disparu, détruits par la violence de la conquête coloniale et sa volonté d’imprimer, elle aussi, sa marque sur les décombres de celle qui fut Alger Almahroussa, Alger la bien gardée ! Certes, certains de ces édifices vont être, dans un élan réparateur de la puissance coloniale mais aussi, des autorités algériennes après l’indépendance classés au patrimoine national ! A. Khelifa nous les répertorie non sans s’inquiéter sur les procédés et les processus utilisés pour les restaurer et les sauvegarder ! Car, si le Bastion 23 ou Palais des Raïs a pu retrouver ses splendeurs d’antan et que la villa Abdellatif connaît des travaux prometteurs d’une résurrection réussie, qu’en est-il de la villa Mahieddine, récemment sauvée du naufrage et de la prédation et des palais de la Casbah ? Une récente visite dans ce quartier emblématique d’Alger, nous a fait mesurer les dangers et les dégâts que pouvait résulter d’une restauration rapide, mal conduite et mal pensée ! Coller des céramiques dont les couleurs modernes jurent avec celles anciennes met à mal la cohérence et l’authenticité de tout l’édifice. La restauration doit se faire en respectant autant que faire se peut les manières de faire anciennes et il existe des artistes et des artisans qui s’efforcent de les retrouver, pourquoi ne pas les avoir associés alors, à l’entreprise ? Nous l’aurons compris, cet ouvrage est à la fois une ode et un hommage à la ville mais aussi, un appel à la nécessité de sauvegarder ses beaux atours et plus particulièrement, son cœur palpitant qui n’en finit pas de pleurer les outrages du temps, de la nature et des hommes, la Casbah.

6Mais avant de nous arrêter et de faire une longue pause dans la Casbah chantée et pleurée par tous ceux qui l’aiment, deux autres beaux livres attirent notre attention et complètent d’une manière parfaite l’œuvre de notre collègue archéologue et historien ; ce sont deux catalogues, souvenir de deux belles expositions qui ont eu lieu en 2007, cette année au cours de laquelle Alger est devenue capitale de la culture arabe.

  • 2 De Ikosim à El Djazair, Ministère de la Culture, Musée National d’Antiquités, 2007

7La première, à notre avis la plus majestueuse, a eu lieu au Musée National des Antiquités et elle portait comme intitulé « D’Ikosim à El Djazair ». Fruit de l’effort conjugué de plusieurs spécialistes, le catalogue comporte dans sa première partie un aperçu historique, sur la ville de l’Antiquité à l’époque ottomane, qui reprend pour chaque période les aspects essentiels de la vie de la ville : monuments funéraires, stèles, amphores, pavés de mosaïque, ustensiles de la vie quotidienne, vêtements, instruments de musique, bijoux et spécimens des monnaies utilisés. Un moment dans la présentation nous a paru être très intéressant, c’est celui qui, en analysant les différents spécimens de monnaie frappés des différents royaumes musulmans jusqu’à la Régence d’Alger, permet de fixer les différentes orthographes du nom de la ville. « L’appellation d’Al Djazair (pluriel de jazira) est mentionnée, dans les textes historiques et sur les monnaies et les vestiges, sous différentes formes, tantôt avec ou sans l’article défini (Al Djazair, Djazair), tantôt avec ou sans hamza [en graphie arabe[, parfois avec un attribut, d’autres fois sans (Djazair Bani Mezghena). Au début de l’époque ottomane, cette appellation désignait aussi tout le territoire algérien »2. Puis, en deuxième partie, se trouve le catalogue proprement dit de l’exposition. Nous nous y sommes plongées pour revivre ce long après-midi que nous avons passé dans le musée, admiratives et médusées devant l’ingéniosité de ceux qui les ont fabriqués. Retrouvant, dans cette magnifique iconographie, l’émotion qui nous a submergée en examinant avec beaucoup de respect, ces objets parfois aussi anodins qu’un peigne ou une marque de pain mais aussi prestigieux qu’un parterre de mosaïques romaines ou des bijoux somptueux et des vêtements richement tissés trahissant par leur finesse et leur délicatesse, le raffinement d’une société qui, à chaque époque, a su marier le beau et l’utile dans une harmonie parfaite avec l’environnement dans lequel elle évoluait.

8Ces objets appartenant à plusieurs musées ou à des collections particulières nous ont invitée à une lente promenade amoureuse à travers le temps, un moment de grâce et de communion avec ces gens qui ont façonné la vie de notre ville et nous l’ont offerte en legs. C’est, alors, que nous sortions du musée que le vacarme de la ville actuelle nous a enveloppé de ses bruits et de sa pollution et que, tristement, nous nous arrêtions en une prière muette devant les vestiges du bel et majestueux arbre qui ornait l’entrée du musée. Saurons-nous préserver notre ville des prédateurs qui, tous les jours, la défigurent et lui font subir, dans leur fatale ignorance, les pires outrages !

  • 3 La vie quotidienne à Alger, Ministère de la Culture, musée des arts traditionnels et populaires, 20 (...)

9Mais comme sous l’effet d’une brise qui chasse la nostalgie, un autre catalogue3 souvenir d’une belle exposition tenue dans les mêmes circonstances, plus modeste que la première mais non moins belle nous interpelle. Il nous offre en partage des moments de la vie quotidienne algéroise (le hammam, les visites et leurs rituels, la musique et les chants, la mariée et ses atours, la circoncision avec la sortie du petit d’homme du monde féminin vers le monde des hommes et son machisme). Tous ces événements étaient marqués par la quête de la beauté et de l’harmonie et la prégnance de l’élégance dans le geste, celui qui a fabriqué les objets, ustensiles, bijoux, vêtements et mobilier (aussi beaux et fragiles que les précédents) et celui qui saura les utiliser. Déployés dans le cadre magnifique de Dar Khdaouadj El Amia, un des plus beaux palais de la Casbah, jamais exposés auparavant, tous ces objets dont certains nous étaient familiers (ils rythment encore divers moments de notre vie dans la cité), construisaient un monde merveilleux qui semblait suspendre la marche du temps pour n’en retenir que cet instant de grâce. Instant fugace très vite perdu dans le spectacle de ces maisons délabrées, tombant en ruine, témoins blessés de la décrépitude et la déchéance dans laquelle ce cœur palpitant de la ville est maintenu. Eh ! Oui, c’est de la Casbah qu’il s’agit, de cette ville, de ce quartier de ville qui, à plusieurs moments de son histoire, a pu signifier toute la ville. La Casbah ou El Bahdja comme aiment à l’appeler ses amoureux.

10Immortalisée par l’objectif de l’appareil de Magda Taroni qui a su fixer par de belles photos, en noir et blanc, des scènes de la vie casbadjie. Moments de vie simples et naturels portés par le beau texte en arabe dialectal de Rachid Sidi Boumediene épousant les accents et les images du parler algérois, dialogue imaginaire de la photographe et d’une vieille dame belle et farouche, la bien nommée Bahdja qui, avec humour, redit les souffles de la ville tel un phénix qui revit à chaque fois que l’on croit l’avoir achevé.

  • 4 Magda, Taroni et Rachid, Sidi Boumédiene, El Bahdja, ENAG Editions, Alger, 1993.

11Quel beau livre tout de noir vêtu4 mais de quel amour, il vibre pour « cette ville et quartier de ville, chargé d’histoire, haché, couturé au 19e siècle, considéré aujourd’hui comme une relique dont on ne sait comment sauver les restes, versant du promontoire des Tagarins, en dialogue avec le soleil levant et la Méditerranée, multiple événement architectural, espace spécifique et fascinant lieu de misère et de surpopulation, d’insalubrité et de déchéance, lieu de mémoire et de noblesse, lieu de vie » nous dit Jean Jacques Deluz dans les réflexions qu’il nous livre en avant-propos de l’ouvrage.

12Et il va plus loin dans le texte de la jaquette en nous livrant, en bon et fin connaisseur de la ville qu’il était, ces belles paroles d’espoir comme autant de bouées livrant leur combat contre les courants de l’adversité. « Il y a une Casbah de la rente foncière, celle que les gens féroces voudraient démolir. Il y a une Casbah des gardiens de la culture, celle qu’ils voudraient mettre en conserve. Mais il y a une Casbah de la réalité, celle qui vit, celle où les rues, les maisons et les gens s’appartiennent les uns les autres. C’est cette casbah de Magda Taroni. Si tragiques qu’elles soient parfois, ses photos montrent que la Casbah vit. En regardant ces images, on peut imaginer un devenir pour la médina, non pas de musée, non pas de relique, mais simplement de vie ».

13La lecture de ce beau livre, avec ses belles photos, a été pour nous, militante des belles paroles dites dans ce parler savoureux des Algéroises, filles et mères de la Casbah, un moment de pur plaisir mais aussi, une pause de réflexion sur la nécessité de réhabiliter nos parlers vivants, miroirs de notre vie et de ses pulsations multiples. Ce livre n’est pas seulement un enchantement pour les yeux mais, aussi, une tentative d’écriture en arabe dialectal fort réussie.

  • 5 Mienne Casbah, tes légendes et tes secrets, Gravures de Louis, Fontagu et textes choisis par Mohame (...)

14Mais c’est à une autre découverte que nous convie Mohamed Lakhdar Maougal dans « Mienne Casbah »5, autre livre dédicacé de la main de notre ami et collègue. Il nous informe dès les premières pages que cet ouvrage est le fruit de « l’heureuse initiative d’un éditeur amoureux de cette citadelle, éditeur touché par les expressions « Mienne Casbah » et « tes légendes et tes secrets » du poète Himoud Brahim dit Momo, conjuguée avec la circonstance d’un rendez-vous mémorable consacrant une fin doublement marquée par le changement et du siècle et du millénaire auront donné l’occasion à un exilé numide qui a fixé sa course à la belle étoile du Sahel, de se recitadiniser à l’ancienne en revenant aux réflexes des « dhawwaquines », les amoureux fervents du chaâbi, les inconditionnels du mandole du grand maître El Hadj M’hammed et les éternels obligés du banjo du Cheikh Dahmane L’Harrachi ».

15Nous n’admirons plus des photos saisissant des pans de vie casbadjie mais plutôt une vision sublimée de ces pans de vie à travers les gravures de Louis Fontagu, toutes en noir et blanc auxquelles notre ami linguiste va accouder des poèmes de poésie dite et/ou chantée. Mohamed Lakhdar Maougal traduit, ce faisant, à la fois, le regard de ces derniers sur la Casbah mais comme dans un jeu de miroirs, le sien découvrant les gravures qui représentent chacune une rue, un lieu de la médina et, il lui joint un poème, des vers qui lui paraissent correspondre à l’atmosphère et aux traits du dessin. Le choix des textes fait par notre singulier chroniqueur, amoureux des lieux mais attentif aux complaintes de ceux qui les ont connus et habités, nous livre un portrait contrasté de la Casbah qui nous rappelle les belles images du film « Tahya ya didou » de Mohamed Zinet et plus particulièrement, les plans où nous voyons Momo, le chantre de la Casbah, clamer son amour à sa ville et là, aussi, le quartier se confond avec la ville et semble l’englober. Il mêle à la muette beauté des gravures à l’apparence sereine les tourments de la vie actuelle dont la cruelle actualité mesure le désenchantement de ceux qui souffrent. Deux textes ont attiré notre attention par leur tonalité mais aussi, parce que leurs auteurs sont d’authentiques algérois.

16Le premier écrit et chanté par le regretté Kamel Messaoudi interpelle la ville mais c’est, en fait, la vie et ses injustices qu’il dénonce. Le texte est adossé à une gravure représentant la rue de la Casbah qui coupe le quartier de haut en bas.

« O Alger, le cœur est flétri
Pourquoi gâtes-tu les riches ?
Pourquoi éprouves-tu le pauvre
Qui peine et se plaint
Il n’arrive plus à assurer son pain »

17Le second est Wled el Bahdja du groupe MBS (les deux textes sont traduits par M. L. Maougal), il est, lui, adossé à la gravure figurant la rue de l’Ours.

« L’enfant d’El Bahdja est esseulé
Alger la blanche l’a délaissé
Alger du temps passé
De l’école il a été jeté
A la rue le voilà livré
En urgence, du travail, il a cherché
Pour un maigre pécule espéré
Maton ou garçon de café
Cela vaut mieux que d’être entaulé
Prends la pelle ou la pioche
Et les ragots des gens, laisse tomber
Au chômage, on est tous condamnés »

  • 6 Introduction de Mohamed Lakhdar Maougal, In Hafs, Zahia et Herberstein, Elsie (dir.), Alger. Simple (...)

18Nous aurions pu pour finir citer le beau poème d’Abdelmadjid Meskoud qui pleure Al Assima (la Capitale) mais nous dérogerons à ce rite de tous les nostalgiques de notre belle ville pour feuilleter un autre beau livre, celui de Zahia Hafs et Elsie Herberstein6.

19Elles qui nous convient, la première tenant la plume de la chroniqueuse, la seconde nous livrant de beaux croquis, à un beau voyage dans Alger à la rencontre de personnages connus ou inconnus mais toujours emblématiques d’un certain « esprit algérois » qui n’est à nul égard pareil même dans les autres villes méditerranéennes. Il est fait de gouaille, d’un sens inné de la dérision, d’humour, le cœur ouvert à l’amour des autres mais prêt à prendre la mouche en raison du nif, de l’attachement aux valeurs d’antan, à l’hospitalité légendaire et au sens de l’accueil de l’Autre, l’étranger, le « barrani » proche et lointain.

  • 7 Rossi, Catherine, Carnets d’Alger, Alger, Editions Dalimen, 2005.

20De beaux portraits sont brossés et de beaux croquis sont esquissés au gré des pérégrinations des deux femmes dont l’une est l’enfant prodigue de la ville qui lui ouvre à nouveau ses bras tandis que l’autre immortalise à grands et magnifiques traits ces retrouvailles. Elles amassent, alors, une moisson de senteurs, de couleurs, de lumières et de paroles, un moment, joyeuses, un autre, tristes, pleines de mélancolie mais toujours pleines d’espoir en un avenir meilleur. C’est assurément un beau livre avec de merveilleux dessins qui tranchent avec les précédents livres que nous avons déjà vus, certes non dénués de beauté, mais utilisant essentiellement de belles photographies ou gravures fixes alors que là, ce sont des tableaux vivants que croque la dessinatrice comme elle les a perçus et nous les recevons comme autant de gages d’amour pour la ville. Comme nous aimerions voir dans nos rues, dans nos places, de jeunes peintres avec des crayons et une palette, saisissant sur leur toile, des moments de la ville et de ses passants ! C’est le projet qu’a réalisé Catherine Rossi dans ses « Carnets d’Alger »7, elle qui a sillonné les rues et les quartiers de la ville nous dit dans son avant- propos : « Après deux séjours à Alger, les croquis s’accumulaient dans les tiroirs, seuls, sans texte, sans liens hormis un cordon de lin qui retenaient les feuilles. A côté s’empilaient les cahiers où était noté le déroulement de ces jours.

21Je n’aurais jamais eu l’idée de relier dessins et écrits si Alger n’était pas ce qu’elle est pour ceux qui l’ont quittée, Algériens de France, Français nés en Algérie. Certains reviennent, beaucoup en forment le projet, d’autres ont juré de s’en éloigner pour toujours. Je n’aurais rien fait non plus sans les Algérois qui la vivent avec nostalgie, ne la voient plus et n’aspirent souvent qu’à la quitter. Je n’appartiens ni aux uns ni aux autres. Mais je voulais comprendre la raison de leurs sentiments passionnés, nostalgiques ou amers. Je n’aurais rien entrepris enfin, si Alger n’avait pas pris tant d’importance dans ma vie. Pourquoi ?

22Sans doute pour discerner la ville derrière le mythe et la capture au-delà du quotidien. Parce qu’entre ces deux espaces où rien ne semblait exister, je voulais me glisser pour découvrir une identité, à la fois actuelle et sensible.

23Les croquis montrent la ville telle qu’elle est, entre mythe et réalité, Alger d’aujourd’hui, avec ses couleurs et la vibration de sa lumière. Je ne prétends pas donner une image objective de la ville. Si j’ai dessiné ce que j’ai vu, ma main et mes yeux étaient sous son emprise, soumis à ses rythmes, ses tourments et ses espoirs. Impossible de résister, de ne pas s’abandonner à cette fragilité qui la trouble, à ces destins toujours incertains, qui flottent au-dessus de la baie, annonciateurs du meilleur comme du pire ».

24Nous avons retenu de ces croquis et de ces textes deux qui sont entrés en résonance avec nous qui mesurons tous les jours les outrages faits à notre ville !

25Voilà cette vue de la Casbah esquissée en traits délicats mettant en valeur sa blancheur originelle à partir de la terrasse de Dar Khdaoudj El Amia.

Casbah
J’ai mal
Mal partout pour elle
Faire quelque chose
Urgence
Le crayon dessine, par automatisme
Je m’y cramponne, les doigts serrés, jointures rouges
Des amas, des décombres, des ruines
Des enfants qui jouent et des herbes folles qui jaillissent
La casbah deviendrait verte ?
Sur la terre pierreuse des éboulis
La casbah se désintègre

26Ou encore ces deux beaux dessins de deux cafés célèbres que tous les Algérois connaissent, le Milk Bar dont le nom reste à jamais lié à la Bataille d’Alger et le Novelty, jadis point de rencontre des cinéphiles, des artistes, du tout-Alger, lieu mythique des nuits algéroises vibrant des rêves de révolution et d’espoir de refaire un monde meilleur et plus juste ! Hélas, depuis le Novelty s’est transformé en un vulgaire fast food vendu à une de ces marques internationales. Une marque hideuse parmi tant d’autres d’une modernité mal pensée et de l’inexorable inscription de notre société dans la société de consommation mondiale gommant dans son passage ces vestiges d’un passé certes révolu, mais imprimé dans la mémoire de ceux qui ont connu Alger, Mecque des révolutions et refuge des Damnés de la terre venus célébrer avec les Algérois, femmes et hommes, refaisant le monde après une projection à la Cinémathèque algérienne !

27Déjà au moment où les croque la main de la dessinatrice, son œil voit des « terrasses en plein jour bondées de monde, des hommes toujours, trompant leur oubli, leur ennui dans les bars.

28Le temps se suspend, reste au dehors, sous le soleil et la chaleur. Les cafés refroidissent dans les petits verres, le thé sombre et les cigarettes se consument. Filets de fumées bleues, discrètes qui montent vers le plafond. Quelques couples timides à l’étage : « Salle familiale ».

29Les terrasses, ensoleillées ou ombragées selon les heures ».

30Combien de fois, avons-nous, nous aussi, ressenti ce malaise de regards masculins dévisageant celle qui, au lieu de monter à l’étage, commande résolument son café au comptoir. Les rues, les cafés, territoires des hommes, se prennent de plus en plus à aimer la présence bigarrée et joyeuse des femmes mais ils peuvent, en de nombreux endroits, se refuser à leur présence perturbatrice d’un ordre patriarcal qu’elles viennent chahuter. Et pourtant, ce sont ces femmes qui, par leur obstination têtue, ont bravé l’interdit des années de folle violence en sortant dans la rue, malgré et en dépit des fracas des bombes, crier leur volonté farouche de vivre et de résister. Alger, alors, brillait dans les yeux de ces femmes réunies dans l’amour de leur ville et celui de leur pays.

31Nous voilà arrivée au terme de cet effeuillage très personnel de ces beaux livres. Le lecteur aura compris que c’était notre ville que nous voulions célébrer. Alger, Dzayer, El Bahdja, ville où nous sommes née, que nous avons quittée un moment au summum de la guerre pour la retrouver à l’indépendance et y vivre toutes ces années, émerveillées d’y découvrir tous les jours au gré des déplacements quotidiens ou d’escapades impromptues des merveilles architecturales, témoins du génie de ceux qui, à des périodes différentes, ont marqué le paysage de la ville.

32Prétexte pour partager à travers eux notre amour pour la ville, ces livres pourraient contribuer, effeuillés comme nous par des yeux curieux et avides de beauté, à fixer une belle et contrastée image de la ville et, osons l’espérer, à alerter la vigilance de ceux qui l’aiment pour œuvrer à la préserver de la prédation humaine et des outrages du temps.

33Pour qu’elle redevienne cette Capitale fière et majestueuse, El Djazair El Mahroussa, Alger la bien gardée, enveloppée qu’elle est par l’amour des Algérois.

Haut de page

Notes

1 Khelifa, Abderrahmane, Histoire d’El Djazair Bani Mazghanna, Alger, Editions Dalimen, 2007.

2 De Ikosim à El Djazair, Ministère de la Culture, Musée National d’Antiquités, 2007

3 La vie quotidienne à Alger, Ministère de la Culture, musée des arts traditionnels et populaires, 2007

4 Magda, Taroni et Rachid, Sidi Boumédiene, El Bahdja, ENAG Editions, Alger, 1993.

5 Mienne Casbah, tes légendes et tes secrets, Gravures de Louis, Fontagu et textes choisis par Mohamed Lakhdar, Maougal, Alger, Synergie, Editions.com, ENAG, 1999.

6 Introduction de Mohamed Lakhdar Maougal, In Hafs, Zahia et Herberstein, Elsie (dir.), Alger. Simples confidences, Paris, Jalan Publications, 2005.

7 Rossi, Catherine, Carnets d’Alger, Alger, Editions Dalimen, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khaoula Taleb Ibrahimi, « Alger dans les beaux livres d’art, Alger, Editions Dalimen, 2005 », Insaniyat / إنسانيات, 44-45 | 2009, 243-252.

Référence électronique

Khaoula Taleb Ibrahimi, « Alger dans les beaux livres d’art, Alger, Editions Dalimen, 2005 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 44-45 | 2009, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/627

Haut de page

Auteur

Khaoula Taleb Ibrahimi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page