Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

Les Algériens écrivent, enfin, leur guerre

Ouanassa Siari Tengour et Fouad Soufi
p. 267-272

Texte intégral

  • 1 Cf. nos travaux respectifs :
    Ouanassa Siari-Tengour, Dits et non-dits de l’histoire, Colloque Mayenc (...)
  • 2 En fait l’usage de guerre d’Algérie est plus ancien que son acceptation officielle par l’Assemblée (...)

1On a assisté ces quinze dernières années1 à un fabuleux réveil de la mémoire de ce qui est appelé, selon les auteurs, révolution (la plupart du temps), lutte armée de libération nationale (par opposition à la lutte politique), guerre de libération nationale et, enfin, mais plus rarement guerre d’indépendance (d’aucuns l’estiment plus juste, plus proche de la réalité historique). Si nous écrivons enfin notre guerre, nous avons peine à la nommer. En France, elle est devenu officiellement : guerre d’Algérie2.

  • 3 Choc d’autant plus grand que le livre d’Yves Courrière, bien qu’interdit à la vente, a largement ci (...)

2Cette mémoire ainsi extériorisée est mobilisée, et se mobilise, sur trois fronts : le premier prétend réunir les souvenirs des acteurs contre ce qui est assimilé à la falsification de l’histoire, après le choc produit par la publication du livre d’Yves Courrière3 ; elle prétend accomplir un devoir envers ceux qui ne sont plus ; le devoir de mémoire est présenté comme une exigence morale, une dette.

  • 4 Sur un léger traitement de cette affaire par les médias, je renvoie à Fouad Soufi, « La fabrication (...)

3Devoir de mémoire certes, pour les acteurs encore en vie ; devoir qui entraîne une sorte d’obligation vis-à-vis de l’Autre, celui qui n’est plus. Mais il y aurait plus. Nous serions, pour reprendre Paul Ricoeur, en présence d’une mémoire obligée, qui aurait été longtemps empêchée et qui se sentirait le besoin de vaincre une mémoire réputée manipulée ? Il s’agit non seulement de se souvenir des martyrs de la révolution, les chouhadas, mais de se souvenir de tous, et de s’en souvenir bien. Ce devoir de mémoire, cette exigence de mémoire, a provoqué un débat qui serait que l’autre face du débat sur l’histoire, réputée, à son tour, falsifiée… L’affaire Abbane Ramdane, dans tous ses aspects, tous ses développements, en est le modèle par excellence4.

  • 5 Portella Eduardo, « Paradoxes de la mémoire. Avant-propos », in Diogène n° 201, janvier-mars 2003.

4Enfin, cette mémoire est mobilisée et se mobilise durant ces terribles dernières années 1990 vécues par l’Algérie. Eduardo Portella explique bien qu’« on comprend aisément qu’aux moments les plus tendus de l’histoire l’on se retourne pour interroger la mémoire, la rendre responsable des occasions perdues dans le temps, lui réclamer des réponses convaincantes, solliciter d’elles des pistes plausibles »5.

  • 6 Soufi Fouad : article cité.

5Mais, dès le départ, le devoir de mémoire a servi à solder les comptes des conflits partisans à l’intérieur même du mouvement national. Le conflit de mémoire et d’histoire avec la France était et reste trop inégal. Les acteurs algériens qui pouvaient écrire (et qui n’ont écrit que très tardivement) ne pouvaient guère offrir que des textes relativement courts et tout en retenue face à la longue et puissante tradition d’écriture mémorielle française. Que peut la mémoire de la bataille de l’oued Senane (Médéa, wilaya IV) en mars 1958, au cours de laquelle, nous rapporte un témoignage, « 22 héros sont morts et 300 ennemis tués » ? Que peut la mémoire de la bataille des Aït-Yahia-Moussa du début janvier 1959 contre celle des opérations « Jumelles », « Pierres Précieuses »…? Alors commence, presque en catimini, une sorte de conflit pernicieux des mémoires locales. C’est à Médéa que l’on évoque Si M’hamed Bougara ; Tiaret défend le souvenir d’Ali Maachi ; Nador « n’oubliera pas son fils Belloundja Ahmed » ; Sig reprend les restes d’Ali-Chérif Chariat et la ville de Larba Nath Irathen érige une statue en l’honneur d’Abbane Ramdane…6

6C’est pour faire face à ce double danger (perçu comme tel) que la première réaction a été celle du contrôle des souvenirs et la méfiance à l’égard des historiens. « L’histoire ne peut être écrite que par ceux qui ont fait la révolution » est le mot d’ordre du premier colloque sur l’écriture de l’histoire de 1981 et pour lequel la revue Awel November a consacré cinq numéros. Et l’on a assisté, petit à petit, à l’exclusion des historiens. Le numéro d’El-Moudjahid (seul quotidien paraissant en langue française) de novembre 1981 est entièrement consacré aux témoignages des acteurs et à des articles de journalistes, contrairement à celui de novembre 1971. Ce mouvement est déjà inscrit dans le numéro de l’hebdomadaire Algérie Actualité de novembre 1976.

  • 7 « L’histoire ne peut être écrite que par ceux qui ont fait la Révolution » est le mot d’ordre du pr (...)

7C’est alors que, tout naturellement, la mémoire a cherché à imposer sa loi à l’histoire.7 « Le devoir de mémoire est aujourd’hui volontiers convoqué dans le dessein de court-circuiter le travail critique de l’histoire » (Paul Ricoeur). La mémoire devient alors cette « bombe à retardement (qui) nourrit la colère des rancuniers et les vengeances qui se veulent, qui s’autodésignent justicières » (E. Portella). Elle cherche, enfin et souvent, sa légitimité et sa crédibilité dans un discours critique envers les pouvoirs en place (locaux et nationaux) mais également envers les historiens.

8S’il y a un devoir de mémoire que les acteurs se doivent de remplir, il y a aussi un devoir d’histoire que les historiens se doivent d’accomplir dans le strict respect des règles de leur discipline. Comme chaque génération fait son histoire et interroge la mémoire de celle qui l’a précédée en fonction de ses propres angoisses et de ses préoccupations mais aussi en fonction de ses espérances, falsification de l’histoire et culture de l’oubli ne doivent plus servir de justification à cette sorte de paresse intellectuelle. L’oubli est peut-être mortel, mais la fausse commémoration a des effets encore plus pervers. Elle provoque autant la dislocation de la mémoire que l’émiettement de l’histoire : chaque région, chaque ville, chaque village ne se souvient plus que de son héros et que de faits héroïques le concernant. Les objectifs de la mobilisation de cette mémoire ne sont pas toujours neutres. Il s’agit bien souvent de faire valoir ses droits à une part toujours plus grande des finances publiques et de faire actionner le pouvoir symbolique. Le recours aux archives devient alors inutile et in fine c’est l’histoire d’en face, c’est la mémoire d’en face, qui s’imposent.

9Le fait est que les écrits sur la guerre de libération nationale ont été peu nombreux au lendemain de l’indépendance, si l’on considère que plus de la moitié des titres ne sont publiés qu’après 1990.

10Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette lente émergence de l’écriture autour de la guerre, que ce soit sous la forme d’autobiographies, de biographies, de mémoires ou de témoignages. Le monopole de l’État sur l’édition exercé par l’intermédiaire de la SNED ne suffit pas à rendre compte de l’insuffisance des publications. Même si les effets de la censure ont écarté la publication et la diffusion des ouvrages tels ceux de Ferhat Abbas, Hocine Aït Ahmed, Mohammed Lebjaoui, Messali Hadj…, il faut reconnaître qu’il n’est pas toujours facile de rendre compte de la réalité de la guerre. C’est sans doute ce qui s’est traduit par une hibernation de la parole pendant une trentaine d’années, l’équivalent d’une génération. Les transformations politiques que l’Algérie connaît dès la fin de la décennie 1980 se sont accompagnées de mesures encourageant la promotion de l’entreprise privée d’une façon générale. Dans le cas de l’édition, l’ENAL, qui prend le relais de la SNED, en 1984, continue à occuper la première place devant les nombreuses maisons d’édition qui ont fait leur apparition et dont la production est pour le moins très irrégulière et de qualité inégale. Ces dernières années, les éditions Casbah, Dahlab, Dar-el-Hikma, Dar-el-Ouma, el-Chihab, Dar-el-Kitabel-arabi, Dar-el-Gharb… tentent de s’imposer sur le marché du livre. Toutefois, il existe entre édition et imprimerie une réelle confusion, ce qui se traduit par un catalogue très hétéroclite et des textes mal rédigés. Le rewriting semble une pratique inconnue en Algérie.

11Au delà de la restructuration économique, on devine que l’ouverture du monde de l’édition aux initiatives privées est l’exact reflet de l’amenuisement de la prise en charge de la mémoire nationale par l’État, où histoire et mémoire se confondaient. De fait, les différents titres publiés fournissent une représentation démultipliée de la mémoire. Le premier constat de ce moment mémoriel très fort est que la guerre de libération nationale est bien finie et que le travail de deuil peut commencer. En filigrane, cette profusion de la mémoire est le signe de la crise identitaire que traverse la société algérienne d’une façon générale. Elle obéit par conséquent à plusieurs logiques qui interviennent dans la dynamique des recompositions sociales.

12Dans cette recension, qui est loin d’être exhaustive, la majorité de ceux qui produisent des textes ont participé de près ou de loin à l’animation du mouvement national et/ou à la guerre de libération. Des figures historiques comme Hocine Aït Ahmed, Ahmed Ben Bella, Mohammed Boudiaf, des anciens membres de l’Organisation Spéciale (OS) comme M’hamed Yousfi côtoient des chefs de wilaya : c’est le cas de Ali Kafi, qui a dirigé la wilaya 2 de 1957 à 1959, de Mostefa Merarda, commandant par intérim de la wilaya 1 de 1959-1960, du commandant Azzedine/Rabah Zerari, des responsables de la Fédération de France (Mohammed Harbi, Ali Haroun…) ou des officiers de l’ALN (Abderrazaq Bouhara, Mohammed Saïki, Ahmed Benchérif, Lakhdar Bouregaa, Abdelhafid Amokrane, Amar Mellah), des dirigeants du GPRA (Ferhat Abbas, Benyoucef Ben Khedda). Les acteurs de cette première catégorie ont pour la plupart étaient des militants du PPA-MTLD. Les autres tendances du mouvement national ne sont pas moins représentées par Ferhat Abbas de l’UDMA, Abdelhamid Benzine et Bachir Hadj Ali tdu PCA, cheikh Kheireddine des oulémas…

13En revanche, les écrits de femmes se distinguent par leur rareté : Jacqueline Guerroudj, Khédidja Lasfar Tiar, Louisette Ighilahriz, Bensaadoune Chérifa… Leur silence est à l’inverse de leur engagement durant les sept années de guerre. Cependant, cette marginalité exemplaire est à mettre en corrélation avec une présence fort limitée dans les rangs des différents partis nationalistes qui ont occupé la scène politique jusqu’en 1954.

14Plusieurs thèmes récurrents sont évoqués selon la sensibilité des uns et des autres. Ils permettent de saisir les lignes de force de cet immense chantier d’écriture de la mémoire de la guerre de libération nationale. Contrairement aux premiers textes publiés entre 1962 et 1990 dont les récits s’articulent essentiellement autour du vécu de la guerre et de ses atrocités (Benzine, le Camp) ou de la geste héroïque de novembre 1954 (Récits de feu), les textes postérieurs (1990…) font part de l’expérience de la guerre (batailles, accrochages avec l’armée française), en y introduisant de nombreux développements sur la vie privée (enfance, famille, mariage…), d’une part, et n’hésitent pas à exposer ouvertement des différents politiques, à révéler des « secrets » longtemps occultés…

15Ainsi, le retour sur l’enfance, sur la condition économique de la famille avec déclinaison de l’identité des membres les plus influents, les métiers exercés, le parcours scolaire, les maîtres de l’école coranique, les instituteurs de l’école française, constituent de véritables jalons d’un champ qui reste à étudier. L’évolution de l’enfance, le monde des jeunes en situation coloniale, sont autant de « nouveaux objets » en mesure d’orienter la recherche historique.

16Par ailleurs, divers réseaux de sociabilité comme la fréquentation de l’école, de la médersa, la lecture des journaux, l’écoute des plus âgés, le passage au café, l’adhésion aux idées d’un parti, la participation aux élections, ponctuent et nuancent l’initiation au politique et le cheminement de la formation de la conscience nationale.

17Les faits de guerre occupent une bonne place : ils se répartissent autour des accrochages opposants les maquisards de l’ALN à l’armée française, des difficultés dues aux ratissages, des pertes humaines, de la vie quotidienne dans les grottes et casemates, des effets de la « bleuite », du blocus alimentaire. Mais nombre d’écrits ne se limitent pas à la seule évocation de la guerre, ils donnent à voir ce qu’a été la vie intérieure dans les maquis avec moult détails : la mise sur pied d’une organisation politico-militaire, son fonctionnement, les modalités de la prise de décision, les liaisons d’une zone à une autre, à l’intérieur de l’Algérie, vers l’extérieur (Maroc, Tunisie, Egypte), les cas d’indiscipline, les cas de désobéissance individuelle ou collective (nombreux exemples de ces dissidences dans l’Aurès), les ralliements de déserteurs de l’armée française et de harkis et, inversement, les redditions de membres de l’ALN (Adjel Adjoul…), la lutte entre FLN et MNA de Messali Hadj, les liquidations internes et les inimitiés entre « frères » (Amirouche/Mira, Merarda/Souai). Enfin, certaines prises de positions sont affichées ouvertement, déchaînant des polémiques inimaginables dans les années 1960 (Ali Kafi explique l’élimination de Abbane Ramdane par sa « trahison »), la tournée de Amirouche dans la wilaya 1 est vivement critiquée par Mostefa Merarda…

18Enfin, les lecteurs attendent de lire les Mémoires de Lakhdar Bentobbal, dirigeant de la wilaya 2 (1956-57), membre du CCE et ministre de l’Intérieur (1958-1960), déjà rédigés.

19Ce bref résumé est loin de rendre compte de la richesse particulière de nombreux textes (Messali Hadj, Mohammed Harbi, Mostefa Lacheraf, Abderrazaq Bouhara…). Ils représentent une source appréciable pour la recherche historique, en plus des matériaux joints en annexes (pièces d’archives et photographies). Ces mémoires, autobiographies, biographies et simples témoignages ont ouvert des perspectives nouvelles à l’écriture de l’histoire de la guerre de libération nationale. Le moment est possible d’aborder cette histoire de l’intérieur.

Haut de page

Notes

1 Cf. nos travaux respectifs :
Ouanassa Siari-Tengour, Dits et non-dits de l’histoire, Colloque Mayence 2002, à paraître.
Fouad Soufi, La fabrication d’une mémoire : les médias algériens (1963-1995) et la Guerre d’Algérie. » cf. : Ch. R. Ageron (s/d), La Guerre d’Algérie et les Algériens, Armand Colin, Paris, 1997.
Fouad Soufi, En Algérie : L’histoire et sa pratique Colloque Mayence 2002 à paraître.
Fouad Soufi, L’histoire de la guerre de libération nationale. Entre devoir de mémoire et exigence de l’histoire Colloque Brauschweig, 2004.
Ainsi qu’aux travaux de Hassan Remaoun : « Sur l’enseignement de l’histoire en Algérie ou de la crise identitaire à travers (et par l’école) »CRASC, Oran, juillet 1992 ; « Enseignement de l’histoire et conscience nationale », Confluences Méditerranée n° 11, Eté 1994 ; « L’intervention institutionnelle et son impact sur la pratique historiographique en Algérie : la politique d’« écriture et de réécriture de l’histoire », tendances et contre-tendances », Insaniyat n° 19-20, 2003 ; « Les pratiques historiographiques dans l’Algérie post-indépendante et leurs relations aux traditions historiographiques coloniales et nationalistes », colloque WOCMES, Mayence, 2002 (à paraître) ; « Les historiens issus du mouvement national » (texte à paraître).
Cf. également les synthèses présentées par Stora, Benjamin, La gangrène et l’oubli. La mémoire de la Guerre d’Algérie, Ed. de la Découverte, Paris, 1991 (réédition 1998) et par Manceron, Gilles et Remaoun, Hassan, D’une rive à l’autre, la guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire, Ed. Syros, Paris, 1993.

2 En fait l’usage de guerre d’Algérie est plus ancien que son acceptation officielle par l’Assemblée nationale française en 1999. Il a permis ainsi de qualifier les années 1990 de seconde guerre d’Algérie.

3 Choc d’autant plus grand que le livre d’Yves Courrière, bien qu’interdit à la vente, a largement circulé sous le manteau dans les années 1970-1980 avant d’être réédités en 1991.

4 Sur un léger traitement de cette affaire par les médias, je renvoie à Fouad Soufi, « La fabrication d’une mémoire : Les medias algériens (1963-1995) et la guerre d’Algérie », in Ch. R. Ageron (s/d), La Guerre d’Algérie et les Algériens, Armand Colin, Paris, 1997.

5 Portella Eduardo, « Paradoxes de la mémoire. Avant-propos », in Diogène n° 201, janvier-mars 2003.

6 Soufi Fouad : article cité.

7 « L’histoire ne peut être écrite que par ceux qui ont fait la Révolution » est le mot d’ordre du premier colloque sur l’écriture de l’histoire, de 1981, et pour lequel la revue Awel November a consacré cinq numéros. Et l’on a assisté petit à petit à l’exclusion des historiens Le numéro d’El Moudjahid (seul quotidien paraissant en langue française) de novembre 1981 est entièrement consacré aux témoignages des acteurs et à des articles de journalistes, contrairement à celui de novembre 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouanassa Siari Tengour et Fouad Soufi, « Les Algériens écrivent, enfin, leur guerre », Insaniyat / إنسانيات, 25-26 | 2004, 267-272.

Référence électronique

Ouanassa Siari Tengour et Fouad Soufi, « Les Algériens écrivent, enfin, leur guerre », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 25-26 | 2004, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6600 ; DOI : 10.4000/insaniyat.6600

Haut de page

Auteurs

Ouanassa Siari Tengour

Articles du même auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page