Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

Note bibliographique sur la production éditoriale en France relative à la Guerre de libération nationale

Hassan Remaoun
p. 283-287

Texte intégral

  • 1 Jacques Simon et Benjamin Stora, Inventaire des ouvrages sur la Guerre d’Algérie, Grémamo-Universit (...)
  • 2 Guy Pervillé, « Bibliographie de la guerre d’Algérie », in Annuaire de l’Afrique du Nord, 1976.

1Cinquante ans après de déclenchement de la guerre de libération nationale, il apparaît difficile de faire un bilan exhaustif de la bibliographie concernant cet événement, en raison tout d’abord du nombre impressionnant d’ouvrages parus qui lui ont été consacrés. Pour la seule période 1955-1988, et selon un recensement fait par Jacques Simon et Benjamin Stora, le nombre de livres publiés par les seules maisons d’édition françaises, relevant peu ou prou du témoignage, de l’essai ou de l’étude à caractère historique, sociologique ou autre (à l’exception des œuvres de fiction), dépassait déjà le millier, dont 253 environ avaient déjà été mis sur le marché avant même 19621. Guy Pervillé, qui avait, pour sa part, étudié 148 ouvrages publiés autre 1962 et 1976, signalait que cette production pouvait, pour l’essentiel, être classée en trois catégories selon qu’elle visait la « défense de l’Algérie française » (la majorité des titres concernés), le « soutien à la cause du FLN », ou la « défense de la politique gaullienne »2.

  • 3 Yves Courrière, les Fils de la Toussaint, Fayard, Paris, 1968.
  • 4 Pierre Peyssade, la Guerre d’Algérie, Culture-Art-Loisirs (309 pages) et Ed. Planète (263 pages), P (...)
  • 5 Bernard Droz et Evelyne Lever, Histoire de la guerre d’Algérie, Le Seuil, Paris, 1982.

2Il aura fallu attendre 1968 pour voir éditer les premières œuvres de synthèse, avec la parution du premier tome de la série d’Yves Courrière, les Fils de la Toussaint3 (qui relève plus d’une tentative d’investigation journalistique que de l’approche historiographique proprement dite), ou de l’ouvrage – moins connu – de Pierre Beyssade, la Guerre d’Algérie4, et même 1980, avec la publication des travaux d’universitaires tels Bernard Droz et Evelyne Lever5. La célébration du dixième anniversaire de l’indépendance algérienne, en 1972, avait entre-temps connu déjà un pic, avec une historiographie française plus « objective » et une accumulation de matériaux, témoignages et documents (27 ouvrages publiés, dont 22 nouveautés).

  • 6 Slimane Chikh, l’Algérie en armes ou le temps des certitudes, Paris, Economica ; Alger, OPU, 1981. (...)
  • 7 On pourra signaler à ce propos : Henri Alleg (sous la direction de), la guerre d’Algérie, Temps act (...)

3Les années 1970 avaient d’ailleurs vu l’Université française commencer à accueillir un certain nombre de thèses soutenues souvent par des Algériens qui avaient été acteurs de la guerre d’indépendance. On pourra citer, ici, les noms de Slimane Chikh, Mohamed Teguia, Mohammed Harbi et Djamila Amrane6. Ces travaux seront publiés à partir des années 1980, non sans susciter un regain d’intérêt éditorial7.

  • 8 Charles-Robert Ageron (sous la direction de), les Chemins de la décolonisation de l’Empire Français (...)
  • 9 François Bédarida et Etienne Fouilloux (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les chrétiens (...)
  • 10 François Rioux et Jean-François Sirinelli (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les intell (...)
  • 11 Jean-Pierre Rioux (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les Français, Fayard, Paris 1990.
  • 12 Charles-Robert Ageron (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les Algériens, Armand-Colin, P (...)
  • 13 Collectif, Actes du Colloque : Mémoire et enseignement de la guerre d’Algérie, Institut du monde ar (...)
  • 14 Collectif, la Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises (actes du colloque en l’hon (...)
  • 15 Laurent Gervereau, Jean-Pierre Rioux et Benjamin Stora (sous la direction de), la France en Guerre (...)

4Les années 1980 et 1990 seront marquées aussi par la tenue d’un certain nombre de colloques qui mobiliseront un grand nombre d’universitaires historiens et acteurs et contribueront à impulser des recherches. On pourra signaler notamment ceux à l’initiative de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS), portant sur les « les Chemins de la décolonisation de l’Empire français » en octobre 19848, « la Guerre d’Algérie et les chrétiens » en décembre 19879, « la Guerre d’Algérie et les intellectuels » en avril 198810, « la Guerre d’Algérie et les Français » en décembre 198811, « la Guerre d’Algérie et les Algériens » en mars 199612. On pourra citer aussi les colloques organisés à la Sorbonne, en mars 1992, par la Ligue de l’enseignement et l’Institut du monde arabe, autour du thème « Mémoire et enseignement de la guerre d’Algérie », et, toujours à la même période, par l’Institut Maghreb-Europe (Université Paris-VIII), sur « les Accords d’Evian »13, et en novembre 2000, par la Société française d’histoire d’Outre-mer, à la Sorbonne, en l’honneur de Charles-Robert Ageron, et intitulé « la Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises »14. Des expositions telle celle organisée en juin 1992 par le Musée d’histoire contemporaine et la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC, Paris), autour du thème « la France et guerre d’Algérie »15, auront contribué aussi à ce processus d’ensemble.

  • 16 Cf. à ce propos : Benjamin Stora, la Gangrène et l’oubli : la mémoire de la guerre d’Algérie, La Dé (...)
  • 17 C’est le cas notamment pour Raphaëlle Branche, la Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, G (...)
  • 18 Parmi les nombreux ouvrages publiés ces toutes dernières années on pourra citer :
    - Jean-Paul Cahn e (...)

5Par ailleurs, le colloque organisé par la Ligue de l’enseignement et l’Institut du monde arabe s’est tenu à un moment où les questions de mémoire de la guerre et de l’enseignement de son histoire ou de biographies commencent à susciter de l’intérêt16. L’historiographie française de la guerre d’Algérie connaît de nos jours encore un certain dynamisme avec des travaux de thèse qui continuent à être soutenus et publiés17 et de nombreux ouvrages et articles parus à l’approche du cinquantième anniversaire du 1er novembre 195418.

  • 19 Il n’y a qu’à se référer aux effets suscités au sein de l’opinion publique française par les déclar (...)

6En fait, le nombre d’ouvrages et articles de périodiques ayant traité, d’une manière ou d’une autre, de la question de 1954 à nos jours est impressionnant – sans doute, plusieurs milliers –, surtout si on y ajoute les travaux universitaires et autres qui abordent la société coloniale et le mouvement national depuis leurs origines sous tous les aspects (politique, militaire, diplomatique, économique, social, culturel…), et dont certains continuent à constituer des ouvrages de référence en la matière (trop nombreux pour être cités dans cette brève notice). Cela d’autant plus que la production éditoriale en France concernant l’Algérie durant la période coloniale et la guerre de libération nationale semble loin de se tarir, surtout avec l’ouverture, à partir de 1992, des archives militaires qui commencent à mettre à la disposition des historiens une masse inépuisable de documents, ainsi que les révélations qui périodiquement mobilisent l’opinion telles celles concernant l’assassinat de Ben Mhidi, les affaires de viol, de torture et autres crimes de guerre19.

  • 20 On pourra avoir une présentation – bien sûr, restreinte – de la production algérienne sur la guerre (...)

7C’est le cas, bien entendu, aussi en Algérie, même si le potentiel d’auteurs et de maisons d’édition a longtemps été relativement réduit, et que le rapport ici de la société et des institutions étatiques à la guerre d’indépendance et leurs visions ne pouvaient qu’être différents de ceux qui peuvent prévaloir dans ce qui fut la métropole. En fait, en Algérie même et depuis la proclamation de l’indépendance, des efforts avaient bien été tentés en ce sens, quoique fort encadrés dans le cadre des séminaires et témoignages organisés par le ministère et l’organisation des Moudjahidines avant que des institutions telles le Centre national des études historiques (CNEH), puis le Centre national des études sur le Mouvement national et la Révolution de novembre 1954 (CNERMNR 54) et, plus tardivement, l’Université, la presse, les acteurs, la société et l’édition ne prennent la relève qu’après les changements socio-politiques intervenus dans le pays à la suite des événements d’octobre 1988 20.

Haut de page

Notes

1 Jacques Simon et Benjamin Stora, Inventaire des ouvrages sur la Guerre d’Algérie, Grémamo-Université Paris-VII (document dactylographie de 86 pages, 1989).

2 Guy Pervillé, « Bibliographie de la guerre d’Algérie », in Annuaire de l’Afrique du Nord, 1976.

3 Yves Courrière, les Fils de la Toussaint, Fayard, Paris, 1968.

4 Pierre Peyssade, la Guerre d’Algérie, Culture-Art-Loisirs (309 pages) et Ed. Planète (263 pages), Paris, 1968.

5 Bernard Droz et Evelyne Lever, Histoire de la guerre d’Algérie, Le Seuil, Paris, 1982.

6 Slimane Chikh, l’Algérie en armes ou le temps des certitudes, Paris, Economica ; Alger, OPU, 1981. Mohamed Teguia, l’Algérie en guerre, OPU, Alger, 1981 (le seul à avoir été publié d’abord en Algérie, non réédité en France). Mohammed Harbi, le FLN, mirage et réalité, Jeune Afrique, Paris, 1980 ; les Archives de la Révolution algérienne, Jeune Afrique, Paris, 1981. Djamila Amrane, les Femmes dans la guerre d’Algérie, Plon, Paris, 1991.

7 On pourra signaler à ce propos : Henri Alleg (sous la direction de), la guerre d’Algérie, Temps actuels, Paris 1981 (4 volumes) ; Patrick Eveno et Jean Planchais, la Guerre d’Algérie, La Découverte-Le Monde, Paris, 1989 ; Laphomic, Alger, 1990 ; Hervé Hamon et Patrick Rotman, les Porteurs de valises, Le Seuil, Paris, 1982 ; Benjamin Stora, avec notamment Messali Hadj, 1898-1974, Le Sycomore, Paris, 1982 ; et le Dictionnaire biographique du mouvement national algérien, L’Harmattan, Paris, 1985.

8 Charles-Robert Ageron (sous la direction de), les Chemins de la décolonisation de l’Empire Français 1936-1965, Ed. du CNRS, Paris, 1987.

9 François Bédarida et Etienne Fouilloux (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les chrétiens, Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent n° 9, Ed. du CNRS, Paris, octobre 1988.

10 François Rioux et Jean-François Sirinelli (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les intellectuels français, Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent n° 10, Ed du CNRS, Paris, novembre 1988.

11 Jean-Pierre Rioux (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les Français, Fayard, Paris 1990.

12 Charles-Robert Ageron (sous la direction de), la Guerre d’Algérie et les Algériens, Armand-Colin, Paris 1997.

13 Collectif, Actes du Colloque : Mémoire et enseignement de la guerre d’Algérie, Institut du monde arabe et Ligue de l’enseignement, Paris, 1993, 2 volumes. Un autre ouvrage collectif fut édité la même année sous la direction de Daniel Rivet, la Guerre d’Algérie, Presses universitaires de Lyon, 1993. René Gallissot (sous la direction de), les Accords d’Evian en conjoncture et en longue durée, Casbah Editions, Alger, 1997.

14 Collectif, la Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises (actes du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, Sorbonne, novembre 2000), Société française d’histoire d’Outre-mer, Paris, 2000.

15 Laurent Gervereau, Jean-Pierre Rioux et Benjamin Stora (sous la direction de), la France en Guerre d’Algérie, novembre 1954-juillet 1962, Musée d’histoire contemporaine et Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Paris, 1992.

16 Cf. à ce propos : Benjamin Stora, la Gangrène et l’oubli : la mémoire de la guerre d’Algérie, La Découverte, Paris, 1991 ; Gilles Manceron et Hassan Remaoun, D’une rive à l’autre. La guerre d’Algérie : de la mémoire à l’histoire, Ed. Syros, Paris 1993 ; Pierre Vidal-Naquet, l’Affaire Audin, Ed. de Minuit, Paris, 1989 (réédition).
- Jean Philippe Ould-Aoudia, l’Assassinat de Château-Royal, (Ed. Tirésias, Paris 1992).
On pourra se référer aussi aux ouvrages de Jean-Luc Einaudi, l’Affaire Fernand Iveton, L’Harmattan, Paris, 1986 ; la Ferme Améziane, L’Harmattan, Paris, 1991 ; la Bataille de Paris : 17 octobre 1961, Editions du Seuil, Paris, 1991 ; Un Algérien, Maurice Laban, Cherche-Midi, Paris, 1999.
Par ailleurs Benjamin Stora, qui avait déjà publié la biographie de Messali Hadj, écrit avec Zakya Daoud Ferhat Abbas, une utopie algérienne, Editions Denoël, Paris 1995, tandis que Pierre Vidal-Naquet rééditait en 1989 l’Affaire Audin (1re édition Ed. de Minuit, Paris 1958).

17 C’est le cas notamment pour Raphaëlle Branche, la Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Gallimard, Paris, 2001 ; Sylvie Thénault, Une drôle de justice : les magistrats dans la Guerre d’Algérie, La Découverte, Paris, 2001 (réédition en 2004) ; Linda Amiri, la Bataille de France. LalGuerre d’Algérie en France, Robert-Laffont, Paris, 2004.

18 Parmi les nombreux ouvrages publiés ces toutes dernières années on pourra citer :
- Jean-Paul Cahn et Klaus-Jürgen Müller, la République fédérale d’Allemagne et la guerre d’Algérie 1954-1962, Ed. du Félin, Paris, 2003.
- Jacques Frémeaux, la France et l’Algérie en guerre 1830-1870/1954-1962, Economica, Paris, 2002.
- Mohammed Harbi et Benjamin Stora (sous la direction de), la Guerre d’Algérie 1954-2004. La fin de l’amnésie, Robert-Laffont, Paris, 2004 ; Chihab-Ed., Alger, 2004.
- Jean-Charles Jauffret et Maurice Vaïsse (sous la direction de), Militaires et guérillas dans la Guerre d’Algérie, Complexe, Bruxelles, 2001.
- Gilles Manceron, Marianne et les colonies. Une introduction à l’histoire coloniale de la France, La Découverte, Paris, 2003.
- Claire Mauss-Copeaux, A travers le viseur : Algérie 1954-1962, Ed. Aedelsa, Paris, 2003.
- Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN 1954-1962, Fayard, Paris, 2002 ; Casbah, Alger 2003.
- Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d’Algérie, Picard, Paris, 2002.
- Annie Rey-Goldzeiguer, Aux origines de la guerre d’Algérie 1940-1945. De Mers El Kébir aux massacres du Nord-Constantinois, La Découverte, Paris, 2002 ; Casbah, Alger.
Nous ne manquerons pas enfin de signaler la traduction et l’édition en français, un quart de siècle après sa publication en 1974, de la thèse magistrale de l’Allemand Hartmut Elsenhans, sous le titre, la Guerre d’Algérie 1954-1962. La transition d’une France à une autre. Le passage de la IVe à la Ve République, Editions Publisud, Paris, 2000 (1072 pages).
De nombreux ouvrages publiés dans d’autres langues (en Amérique, en Grand-Bretagne, en Allemagne, en Suisse, en Yougoslavie, dans l’ex URSS…) n’ont malheureusement pas été traduits à ce jour, ni par les Algériens ni pas les Français. On notera cependant que l’ouvrage de l’Egyptien Fathi Dib avait été traduit de l’arabe au français sous le titre, Abdelnasser et la Révolution algérienne, L’Harmattan, Paris, 1985.

19 Il n’y a qu’à se référer aux effets suscités au sein de l’opinion publique française par les déclarations du général Aussares, ou l’impact du livre de Louisette Ighilahriz, Algérienne (récit recueilli par Anne Nivat), Fayard/Calmann-Lévy, Paris, 2001.

20 On pourra avoir une présentation – bien sûr, restreinte – de la production algérienne sur la guerre, en se référant à d’autres contributions intégrées à ce numéro d’Insaniyat. Nous signalerons cependant ici quelques publications récentes qui abordent la question :
- « Histoire et politique » in Naqd, revue d’études critiques, n° 14/15 (automne-hiver 2001).
- « Historiographie maghrébine, champs et pratiques », in Insaniyat, revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales (publiée par le CRASC), n° 19-20, janvier-juin 2003 (vol VII, 1-2).
- Mahfoud Kaddache, Et l’Algérie se libéra 1954-1962, Edif 2000, Alger 2003.
- Collectif, 1er novembre 1954, La nuit rebelle, Editions du quotidien La Tribune, Alger, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Note bibliographique sur la production éditoriale en France relative à la Guerre de libération nationale », Insaniyat / إنسانيات, 25-26 | 2004, 283-287.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Note bibliographique sur la production éditoriale en France relative à la Guerre de libération nationale », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 25-26 | 2004, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6602 ; DOI : 10.4000/insaniyat.6602

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page