Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Meynier Gilbert, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962

Fouad Soufi
p. 309-314
Référence(s) :

Meynier Gilbert, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962, Paris, Fayard, 2002.- 812 p. Réédité par Casbah Editions, Alger, 2003.

Texte intégral

  • 1 Bloch, Marc : Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien.- Paris, Armand Colin, 1985. 7e édi (...)
  • 2 Service Historique de l’Armée de Terre.

1Une fois, la lecture achevée et le gros ouvrage refermé, m’est venue l’irrésistible besoin de relire Marc Bloch et Lucien Febvre. « A la vérité » écrivait Marc Bloch,  « consciemment ou non, c’est toujours à nos expériences quotidiennes que, (…) nous empruntons en dernière analyse les éléments qui nous servent à reconstituer le passé. »1 G. Meynier s’en explique parfaitement dans l’introduction en tentant une sorte d’égohistoire, pour répondre à une question que nul ne saurait lui poser sans remettre en cause la liberté élémentaire du chercheur et son rapport personnel avec l’objet de ses recherches : un Français peut-il écrire l’histoire intérieure du FLN ? Produit de neuf années de recherches dont cinq au S.H.A.T.2, cet ouvrage est la réponse éclatante aux éventuels censeurs : la nationalité de l’auteur ne saurait, a priori, constituer ni un motif d’invalidation, ni une caution de sérieux. G. Meynier s’explique tout à la fois sur sa posture et ses prises de positions : « Tout en m’efforçant de faire mon métier d’historien, j’ai donc conscience d’être constitué par des valeurs auxquelles aucune sécheresse analytique ni aucune complaisance ne me fera jamais renoncer. C’est ainsi ». (p.27) Et nous pouvons ajouter que c’est très bien ainsi. Cette profession de foi aide le lecteur à suivre l’A.

2Il reste qu’écrire une Histoire intérieure du FLN n’est pas une mince entreprise et les 812 pages du livre dont 712 de texte et 28 d’orientation bibliographique le montrent bien. Il reste que cette histoire intérieure nous interpelle à plusieurs niveaux.

  • 3 La plupart des liasses d’archives du SHAT qu’il a pu consulter, lui ont été ouvertes sur dérogation (...)

3D’abord au niveau des fonds d’archives que l’A. a compulsées à savoir, les archives du S.H.A.T. à Vincennes. Deux types d’archives d’origine différentes: celles de l’armée française et plus spécialement des services secrets et celles de l’A.L.N. récupérées lors des opérations militaires (des centaines de cartons, indique-t-il). G. Meynier précise que si ces archives avaient été versées aux Archives algériennes, il n’aurait jamais pu les consulter3 ; et pour cause, les autorités lui avaient refusé la consultation des archives qu’elles détiennent. Ce refus n’a en rien porté préjudice à la qualité des informations qu’il a pu mettre en valeur à partir des fonds conservés à Vincennes.

4Par contre, la question de fond qui se pose est certainement de savoir jusqu’à quel point les archives des services de renseignement militaires français sont crédibles ? Notre A. leur fait entièrement confiance et il l’écrit. Et pourtant, il fait son métier et il le fait bien. Il a beaucoup lu et presque tout lu. Cette radioscopie du FLN qu’il avait en son temps sacralisé, se veut donc sans complaisance, sans indulgence.

5Laissons-là la première partie de mise en préparation de la nuit du 1er novembre 1954. Les cinq parties, en relation immédiate avec le sujet FLN, sont d’abord une présentation de ce que prétend être le FLN. Qui sont ces neufs chefs historiques qui décident de se lancer dans la lutte armée ? Les ruraux formeraient l’encadrement populaire ou « seraient marqués par la ruralité originelle » et l’A. de proposer un nouvelle catégorie les DAF (les Déserteurs de l’Armée Française). Une étude rigoureuse, chiffres et calculs à l’appui.

6Alors qu’est-ce le FLN ? La Révolution ? Un Front de résistance ? Une ligne politique et des Institutions ? Un Etat ? La Nation ? Un parti politique ou l’ALN ? G. Meynier passe au crible toutes les représentations, écrites entre 1954 et 1962 et après, qu’ont les responsables civils et militaires du FLN-ALN-GPRA. Mais les positions entre les principes et la réalité n’est vraiment mise en valeur que par rapport à la situation future des Européens et des Juifs.

7Tout se passe comme si l’idéologie du FLN en guerre a été constituée une fois pour toutes (quand ?) et a été comprise, admise, appliquée et respectée par tous, en tous temps et en tous lieux. Pourtant l’A. démontre combien étaient importantes les différences entre les wilayas, (entre la W3 et la W4) entre leurs responsables etc. Alors que vaut un texte cité en exemple ? Ainsi, p.214 ce tract de l’ALN « le FLN est un. L’ALN est une. Le peuple algérien qui leur a donné naissance est doit être aussi un. Il doit être derrière ses chefs » daté du 20 mars 1962 pouvait-il avoir été rédigé dans une autre wilaya qui refuse d’avoir comme chef un étranger, c'est-à-dire non pas un Européen mais quelqu’un d’une autre région ! Les conditions de la lutte ont- elles changé ou pas entre 1954 et 1962 ?

8La lutte, la guerre fait l’objet de la première moitié de la 3ème partie : La Guerre et le Pouvoir. G. Meynier ne cherche pas à faire le point des accrochages, des embuscades et des batailles. Il montre surtout la cruauté des affrontements sans merci et le terrible sort fait aux populations. Le fil conducteur de l’étude apparaît : en plus des combats contre une puissante armée française, les combats internes touchent l’A.L.N. Combats qui tournent à l’avantage de l’Etat-major et de l’armée des frontières. Les archives militaires françaises sont abondantes. Le fait est que très vite le pouvoir passe entre les mains des militaires au détriment des civils et des résolutions du Congrès de la Soummam. C’est le retour du refoulé. (p.333).

9L’histoire intérieure du FLN serait-elle alors celle des luttes intestines qui ont affecté l’ALN et le GPRA? Mais à quel moment sommes-nous dans l’ALN ? A quel moment quittons-nous le FLN pour le GPRA ? Le GPRA a-t-il une existence aux yeux de l’A. ?

  • 4 Il est vrai que lorsqu’on lit les récits des acteurs, lorsqu’on écoute leurs témoignages à la radio (...)

10Régionalisme, complots, révoltes, contestations, purges4. C’est ce qui constitue l’essentiel de la 4ème partie : Le FLN sur le terrain : déchirements et résolution patriotique. Certes, on comprend bien que les conditions difficiles de la guerre et l’efficacité de l’armée française ont provoqué crise sur crise au sein de l’ALN et du GPRA ? au niveau de certains et de leurs adjoints. Mais l’historien qui essaie de comprendre ces mouvements peut-il se permettre de porter des jugements, peut-il faire des dissidents des personnages forcément sympathiques et les autres, ceux qui sont restés fidèles, des clients, des personnes forcément médiocres ?

11Et pourtant c’est bien un FLN ou ALN, que l’on présente en crise qui fonctionne ou essaie de fonctionner comme un Etat avec tous ses services en Algérie, au Maroc et en Tunisie et qui s’est lancé dans une grande et longue campagne internationale pour la reconnaissance de son combat. Les 5ème et 6ème parties sont consacrées à cet aspect assez particulier de la lutte et de cette histoire intérieure pour déboucher immanquablement sur la crise de l’Eté 1962. Mais sommes–nous encore dans le F.L.N. uniquement ? Quel est le statut du G.P.R.A. ?

  • 5 Nous sommes bien évidemment très loin du livre de Jacques Duchemin, publié en 1962 sous le même tit (...)

12Il reste que ce livre établit une somme impressionnante sur le sujet5. Il ouvre des pistes de recherche. Il propose des explications sur des points d’histoire encore confus (la rencontre des Dix, la stratégie de Krim Belkacem, …). Entrera-t-il dans l’histoire de l’histoire comme Le Meynier ? Il faudrait le souhaiter.

  • 6 Febvre Lucien, Contre les juges suppléants de la Vallée de Josaphat, in Combat pour l’histoire, Par (...)

13Mais, il y a toujours un mais, ce bel ouvrage est aussi ce que Lucien Febvre appelait : un livre piaffant sur la Révolution. Lucien Febvre poursuit : « l’inconvénient, entre bien d’autres, des procédés de discussion qu’adopte M. Guérin, c’est qu’il vous empêche presque de dire, je suis d’accord avec vous ».6 Face à l’immensité de la tâche qu’il s’est imposé, G. Meynier a dû faire quelques sacrifices et à user de procédés d’exposition qui ne peuvent pas entraîner le lecteur très bien disposé à son égard.

  • 7 Febvre Lucien, ibid, p. 107.
  • 8 Avec un ton quelque peu paternaliste, sinon ironique ? p. 283 : « De Gaulle : le grand chef françai (...)

14Accusé FLN, levez-vous ! Pourrait-on écrire en paraphrasant Lucien Febvre7. Le petit monde des dirigeants du F.L.N. est divisé en responsables (les bons) et en chefs8 (les méchants) : Abane Ramdane, Ben Mhdi, Ben Khedda, qui étaient en avance sur leur temps … L’adhésion aux idées d’Abane … implique un cheminement vers une conscience nationaliste, d’un côté, Ben Bella, le prototype même de l’homme qui en était resté à la communauté traditionnelle et n’avait pas pleinement atteint la nation, Boumediène, Boussouf (entre autres) de l’autre. Comment comprendre cette mise en symétrie de certains protagonistes : Lotfi le citadin raffiné ne paraît exister que pour être mieux opposé à Boumediène. Solidarité rurale oblige ? Ben Bella (de sa prison ?) propose à Boussouf de choisir comme successeur, à la tête de la wilaya V, Boumediène plutôt que Lotfi ! On comprend alors que le mot clé des rapports entre les responsables est clientélisme. Et Meynier ne se prive pas d’user de ce terme : p. 338 : Chaque clan de pouvoir tend à se ménager des appuis en se constituant des clientèles dans un classique rapport patrons-clients qui n’aurait pas déparé dans la Rome antique.

15p. 356 : Chacun doit s’appuyer sur des clientèles pour renforcer sa position et s’imposer à ses collègues. (SHAT * 1H1740). Il est évident qu’aux yeux des services secrets français même les mieux renseignés, il ne saurait y avoir des alliances tactiques ou sincères, il n’y a que des rapports de vassalité. Tout se passe comme si on ne pouvait exister dans l’appareil dirigeant qu’en étant le client de quelqu’un. Boumediène, client de Boussouf, Hadj Ali client de Abbas etc. Quant aux Kabyles, on le sait, ils sont systématiquement contre l’arabisme et Krim ne sait que faire actionner ses réseaux kabyles. Ce qui explique qu’il s’oppose aux Arabes que sont BenTobbal et Boussouf (p.356) Kabyles encore que rejettent les Aurès-Nemenchas (p.393) qui sont eux régionalistes (p. 392).

  • 9 J’en renvoie aux très beaux livres de Mohamed Lemkami et Mostéfa Benamar. Voir Les Algériens écrive (...)

16Est-ce faire de l’anthropologie historique que d’évoquer (de convoquer) comme grille d’explication le néo-beylik, l’odjak, la milice turque, les janissaires ? Sans compter la violence anthropologique et la fraternité de guerriers. Guerriers ils le sont devenus par le refus du système colonial de se remettre en cause, mais de ces guerriers à la conscience civile, qui pour la plupart a rejoint ses occupations d’avant 1954 ou a eu à chercher du travail, une fois démobilisés.9

17La critique agressive de Frantz Fanon ne se comprend pas et pas en ces termes. Elle se doit d’être signalée : (p.702) « L’historien digne de ce nom ne saurait retenir dans sa totalité les analyses complaisantes et simplistes, un temps si célébrées en Algérie de Frantz Fanon qui rejettent tout sur le dos du colonialisme (…). Par exemple sur la délicate question des blocages masculins par rapports aux femmes dans les sociétés islamiques, on préférera au psychiatre idéologue Fanon, les vrais psychanalystes arabes notamment madame Naoual el Saadaoui ou bien Fethi Benslama : eux savent de quoi ils parlent pour être des scientifiques connaissant leur société et l’ayant vécue de l’intérieur ». C’est sans doute excessif. N’est-ce pas revenir aux premières lignes de cet ouvrage et à la légitimité du travail de Meynier soi-même  que d’opposer N. El Saadaoui et F. Benslama à Fanon au prétexte qu’ils sont Arabes et lui pas ? N’importe quel historien algérien, indigne de ce nom, se trouverait en droit d’opposer à Meynier sa carte d’identité et contester son droit à mener ce travail. Que les thèses de Fanon soient difficilement acceptables est une chose, mais qu’il soit disqualifié sur la base de son altérité décrétée par rapport à la société dont il prend la défense et qu’il se trouve opposé à de vrais psychanalystes arabes est surprenant de la part d’un historien sérieux. Faut-il être psy arabe pour connaître la société arabe de l’intérieur ? Existe-il un homo arabicus ? Existe-t-il un homo islamicus qui réagit à l’identique de Kuala Lumpur à Dakar en passant par le Caire et Tunis ? En tout état de cause les historiens ne pourront oublier que Fanon a vécu à Blida à cette époque, et ce n’est le cas ni de Madame El Saadaoui ni de Fethy Benslama embarqués malgré eux dans cette histoire.

  • 10 Merlot, Michel : Des archives considérées comme une substance hallucinogène (L’).- Traverse, n° 36, (...)

18Alors lorsque l’on referme ce livre, lorsque l’on a assimilé les efforts intellectuels et physiques de l’auteur, on se demande comment après toutes ces haines, toutes ces guerres intestines, tous ces assassinats et exécutions sommaires et autres crimes crapuleux, comment après toutes ces redditions, ces dénonciations, le FLN, dont l’histoire intérieure donne l’air d’être une suite chaotique d’événements que personne ne maîtrise (ou alors dans l’ombre, une main ..), est devenu malgré tout le seul et unique représentant du Mouvement national et à fini par conduire l’Algérie à l’Indépendance. Comment in fine la congolisation de l’Algérie (annoncée maintes fois) ne s’est jamais produite ? Les archives ne seraient-elles pas décidément une substance hallucinogène ?10

Haut de page

Notes

1 Bloch, Marc : Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien.- Paris, Armand Colin, 1985. 7e édition, Préface de Georges Duby.

2 Service Historique de l’Armée de Terre.

3 La plupart des liasses d’archives du SHAT qu’il a pu consulter, lui ont été ouvertes sur dérogation.

4 Il est vrai que lorsqu’on lit les récits des acteurs, lorsqu’on écoute leurs témoignages à la radio et à la télévision, on se surprend à se demander qui était l’ennemi ?

5 Nous sommes bien évidemment très loin du livre de Jacques Duchemin, publié en 1962 sous le même titre.

6 Febvre Lucien, Contre les juges suppléants de la Vallée de Josaphat, in Combat pour l’histoire, Paris, A. Colin, 1965, p.112.

7 Febvre Lucien, ibid, p. 107.

8 Avec un ton quelque peu paternaliste, sinon ironique ? p. 283 : « De Gaulle : le grand chef français (c’est moi qui souligne) était réputé clément.

9 J’en renvoie aux très beaux livres de Mohamed Lemkami et Mostéfa Benamar. Voir Les Algériens écrivent enfin la Guerre dans ce numéro, ainsi que le compte rendu de D. Sari concernant l’ouvrage du premier cité.

10 Merlot, Michel : Des archives considérées comme une substance hallucinogène (L’).- Traverse, n° 36, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Meynier Gilbert, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962 », Insaniyat / إنسانيات, 25-26 | 2004, 309-314.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Meynier Gilbert, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 25-26 | 2004, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6610

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page