Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte-rendu de l’ouvrage de Karima Direche-Slimani : Chrétiens de Kabylie. 1873-1954 sous-titre : une action missionnaire dans l’Algérie coloniale

Anissa Bouayed
p. 314-317
Référence(s) :

Compte-rendu de l’ouvrage de Karima Direche-Slimani : Chrétiens de Kabylie. 1873-1954 sous-titre : une action missionnaire dans l’Algérie coloniale. Paris, éditions Bouchene, 2004, 153 pages, bibliographie, annexes (textes et iconographie).

Texte intégral

1Chercheur associé de l’IREMAM à Aix-en-Provence, Karima Direche-Slimani vient de publier au deuxième semestre de 2004 aux éditions Bouchène un ouvrage intitulé : Chrétiens de Kabylie, 1873-1954, une action missionnaire dans l’Algérie coloniale.

2Le sujet traité autant que l’approche sont à prendre en considération pour leur aspect novateur. Le traitement des données ainsi que les réflexions de l’auteur sont aussi une façon de revisiter l’histoire coloniale.

3Cet ouvrage de 150 pages ne correspond pas à un travail rapide. C’est au contraire le fruit d’une longue recherche qui a conduit l’auteur des archives du Vatican à celles de l’archevêché d’Alger, qui lui a demandé de pratiquer des entretiens avec des témoins, descendants de ces familles chrétiennes et qui ont bien souvent mis à sa disposition des archives personnelles, textes et photographies. Ces dernières sont particulièrement émouvantes, intéressantes pour l’historien et l’anthropologue. Ces archives n’avaient jamais été utilisées à des fins scientifiques.

4Occultation d’un phénomène circonscrit mais bien réel qui n’a étrangement pas eu l’heur d’intéresser les historiens de la colonisation sans doute car il ne s’agit pas seulement d’étudier l’action missionnaire. On sait déjà que la colonisation a eu partout un accompagnement d’évangélisation et de prosélytisme depuis la première colonisation de l’Amérique jusqu’à la colonisation du XIXème annexant presque toute l’Afrique et une grande partie de l’Asie. Il ne peut y avoir que des études de cas qui montrent sur le court puis le plus long terme la réussite ou les échecs des actions missionnaires c’est à dire leur impact et leurs conséquences dans les sociétés concernées.

5C’est sans doute ici que résident les raisons du silence persistant de l’historiographie car l’enjeu n’est pas seulement d’analyser mais tout d’abord de « reconnaître » l’existence d’un groupe social dans son « aberrante » singularité et sa non-conformité avec le mythe englobant voire totalisant d’un peuple algérien. Pour les nationalistes, il faudrait voir ce peuple tout d’un bloc dressé dans le refus muet, puis actif et organisé des marques de la colonisation puis de la colonisation elle-même. A l’autre bord, pour ceux qui maintiennent l’antienne d’un bilan à établir où l’on pèserait d’un côté le négatif, de l’autre les bienfaits de la colonisation, le cas de ces gens restent trop marginal, une sorte d’épiphénomène sans valeur exemplaire ni poids significatif donc finalement sans portée utilisable.

6Or, Karima Direche-Slimani, en faisant un travail de l’intérieur de ce petit groupe (quelques milliers dans les années vingt dit l’auteur), dans des limites spatiales bien circonscrites que le titre annonce et revendique pleinement, imprime à l’historiographie un type de réflexion de portée beaucoup plus générale, et dont il faudra tenir compte dans les travaux ultérieurs.

7En effet le chercheur pose bien la question de méthode pour aborder l’histoire des conversions en pays musulman à l’époque coloniale : « c’est affronter les catégorisations, les non-dits, les identités mal ou indéfinies et/ou mal vécues et les stigmatisations » dit-elle. Partant de la question pourquoi la Kabylie, l’auteur donne le cadre qui permet de comprendre l’état de désarroi de cette société après la dernière grande révolte kabyle et la défaite militaire des grandes familles face à la France et ce faisant la fin de leur rôle structurant et protecteur. En même temps, elle nous donne les éléments de compréhension du projet missionnaire de Lavigerie et des Pères Blancs, dans un idéal colonial et chrétien qui se légitime par le fameux « mythe berbère », faisant des Kabyles de la fin du XIXe siècle les héritiers spirituels directs des Berbères chrétiens de l’époque romaine et faisant de la Kabylie une terre d’expérimentation. L’auteur montre que le projet d’évangélisation ne peut être perçu hors du cadre colonial qui s’est imposé alors à l’Algérie : « L’interaction entre christianisme et colonisation est, sans aucun doute, à la source de ces malentendus et de ces incompréhensions ». (C’est l’objet du deuxième chapitre) Les convertis apparaissant comme m’tourni. Karima Direche-Slimani s’est donc appliquée à voir « de quelle façon la conversion a déplacé la frontière culturelle et identitaire des Kabyles chrétiens ». Elle conduit ce travail depuis les premières générations de convertis, saisies au travers des archives missionnaires, jusqu’à deux générations plus tard, en montrant le bénéfice acquis par ces convertis dans l’instruction (un chapitre sur la politique scolaire et caritative), les diplômes, les emplois prestigieux, l’accès en somme à la promotion et la formation d’une élite mais aussi leur stigmatisation, surtout quand la naturalisation française a prolongé la conversion.

8L’historienne a ajouté à l’analyse des archives missionnaires d’autres éclairages, pour « peser » le phénomène dans toutes ses composantes. Du côté des convertis, sauf le témoignage publié de Fadhma Amrouche, le silence est de mise. L’auteur a du pratiquer des entretiens, car « la parole est rare et l’écrit quasi-inexistant. », en connaissant de multiples difficultés pour faire surgir la parole, décanter les transformations mémorielles, récolter parfois des récits de vie construits mais aussi des bribes et souvent des silences dans cette minorité qui semble marquée par une grande introversion, pendant sans doute du regard de stigmatisation jeté par la majorité. Et justement le silence s’épaissit quand l’auteur s’approche de la question de la conversion proprement dite.

9Le chapitre sur les conversions est passionnant et montre bien la difficulté à saisir ce groupe, la finesse d’analyse, la grande rigueur et en même temps le grand respect dont l’auteur a fait preuve pour bâtir ce travail, pour analyser des choix et des pratiques religieuses, sociales fluctuantes, diverses, pour les unes conversions de la misère « et du couscous », pour les autres baptêmes in articulo mortis, apostasie, pratiques mixtes révélatrices d’une « double appartenance » visibles au moment des mariages, des circoncisions…

10La dernière partie du livre fait jouer le facteur temps sur cette communauté, prolongement des générations par les stratégies matrimoniales, positionnement divers pendant la guerre d’Algérie, importance des migrations vers la France qui peut être le lieu extérieur de la redécouverte de ses racines (posture de Jean Amrouche ou de sa sœur Marguerite-Taos). L’auteur conclut sur l’hybridité d’un groupe, pas marginal mais dont l’existence éclatée dans la marge de l’histoire, -dans un « no man’s land » dit-elle- fait éclater aussi les cloisonnements idéologiques ou historiographiques trop rigides. Cela a donc valeur beaucoup plus large et il est plus que salutaire que l’histoire et les sciences humaines et sociales voient l’intérêt de ne plus considérer ces micro-histoires comme résiduelles mais de s’y atteler en faisant leur histoire et en travaillant sur la marge, pour « mieux comprendre le centre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anissa Bouayed, « Compte-rendu de l’ouvrage de Karima Direche-Slimani : Chrétiens de Kabylie. 1873-1954 sous-titre : une action missionnaire dans l’Algérie coloniale », Insaniyat / إنسانيات, 25-26 | 2004, 314-317.

Référence électronique

Anissa Bouayed, « Compte-rendu de l’ouvrage de Karima Direche-Slimani : Chrétiens de Kabylie. 1873-1954 sous-titre : une action missionnaire dans l’Algérie coloniale », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 25-26 | 2004, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6612

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page