Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Oran : Ville, Vies, Visages. A. LARCENEUX, D. GEOFFROY, G. CHAZAL

Abed Bendjelid
p. 95-96
Référence(s) :

Oran : Ville, Vies, Visages. A. LARCENEUX, D. GEOFFROY, G. CHAZAL, Dijon, Université de Bourgogne, 2007, 155 photographies, 120 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage, produit du Projet de recherche ‘Eau, ville, environnement de type ‘Programme Henri Curien - Tassili’, associant les Universités de Bourgogne (Laboratoire THéMA), Mohamed Boudiaf (U.S.T.O.) et d’Es-Sénia Oran comporte principalement des photographies en noir et blanc et en couleurs.

2Parsemé de splendides photographies, ‘Oran : Ville, Vies, Visages’ est délibérément structuré en quatre volets portant sur La ville, La médina (Mdina Jdida), La maison du marabout et Les hommes et les femmes ; en fait, tout le long du livre, l’eau est pratiquement présente directement ou indirectement. Les photographies les plus marquantes donnent lieu à une description, perçue comme un point de vue, rédigée comme un poème, voire une émotion ou même une interrogation, formulée par A. Larceneux et G. Chazal.

3A côté des images panoramiques prises souvent sous une lumière contrastée, certaines pourraient rester dans l’histoire de la ville en raison de la dynamique urbaine perceptible, à l’instar des prises de vue du quartier Si Salah (ex-Les Planteurs) au bâti diversifié et coloré dont une partie a été démolie l’année dernière, laissant place nette à un terrain nu à l’ouest du Cimetière du ravin. Ces prises de vue comparatives faites avant et après la destruction de haouchs jugés insalubres par les autorités locales, permettent aussi de mesurer l’importance des transferts de population des Planteurs vers les nouveaux immeubles de la zone périphérique de relogement qu’est devenu le secteur de Es Sabbah. A l’intérieur du volet ‘Ville’, habitat densifié, bel habitat du Front de mer, scènes de vie urbaine, façades d’immeubles parsemés d’antennes paraboliques… confèrent aux photographies des auteurs une incroyable qualité ‘vivante’ de la vie oranaise.

4A l’intérieur de la partie ‘La médina’, les photographies de locaux commerciaux bien achalandés donnent une idée sur la vitalité de l’ancien « quartier nègre » grâce à la diversité des produits (tissus, confection, volailles, fruits et légumes, viandes, épices, chaussures, dessous féminins…), offerts aux clients et, avec, en plus, bien souvent, le sourire du commerçant !

5Le volet ‘La maison du marabout’ focalise l’attention des auteurs sur la localité de Kristel, petite huerta située à l’est d’Oran où l’eau est source de vie et de cultures maraîchères, et sur le marabout local de Sidi Lahcène ; la beauté des visages de femmes souriantes est exposée à l’intérieur du marabout et à sa proximité ; la convivialité collégiale de femmes de tout âge permet de pressentir une joie de vivre simple, le temps d’un cliché au moins ; enfin, l’habitat villageois est certes humble, mais il laisse transparaître une modernisation en cours. En outre, la ressource ‘eau ‘ est toujours prégnante ; d’un côté la Méditerranée nourricière est exploitée par de petits métiers et de l’autre, l’eau douce, encore insuffisante en raison du climat semi-aride régional oranien alors que les besoins humains progressent ; captée par des moyens artisanaux ou modernes, la ressource hydrique est soumise à diverses formes de transfert, de conservation, de transformation par la réalisation d’unités de dessalement ou de déminéralisation ; là encore de nombreuses photographies parlantes, liées au traitement et au transport de l’eau, exposent soit des visages de travailleurs souriants, soit alors d’autres paysages urbains caractérisés par la gravité de la pollution des eaux et des déchets urbains déposés à proximité du Petit Lac et de la Daya Morsely qui défigurent ces espaces périurbains.

6A la fin de l’ouvrage, une série de photographies de visages de femmes, seules ou en groupe alternant des sourires et des regards tristes permettent de déceler une complicité certaine avec le photographe ; une joie de vivre affichée est exprimée à travers des clichés de femmes regroupées dans le jardin de la Roseraie ou celle, plus pudique d’hommes adultes. Sans être un beau livre, cet ouvrage singulier de photographies portant sur la vie d’Oran, de ses paysages et de ses habitants mériterait une coédition ou, à la rigueur une diffusion commerciale nationale qui ferait la joie des oranais, manière de pouvoir observer leur ville saisie avec tendresse par des regards extérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Oran : Ville, Vies, Visages. A. LARCENEUX, D. GEOFFROY, G. CHAZAL  », Insaniyat / إنسانيات, 42 | 2008, 95-96.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Oran : Ville, Vies, Visages. A. LARCENEUX, D. GEOFFROY, G. CHAZAL  », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 42 | 2008, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6841

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page