Navigation – Plan du site
Revue des revues

Horizons universitaires

Aïcha Benamar
p. 108-110
Référence(s) :

Horizons universitaires, Université Mohammed V-Souissi Octobre 2007, vol. 3, numéro 4.

Texte intégral

1La revue scientifique de l’université Mohammed V-Souissi a consacré son numéro spécial du mois d’Octobre 2007, coordonné par Mostafa Hassani Idrissi aux actes du colloque international, organisé en septembre 2004 autour du thème : » Rencontre de l’Histoire et rencontre de l’Autre. L’enseignement de l’histoire comme dialogue interculturel ».

2L’introduction rappelle la problématique du colloque, les axes autour desquels se sont articulés les travaux, ainsi que les thèmes des trois ateliers. Dans sa conférence inaugurale, Mohammed Kenbib pose le problème des minorités ethno-religieuses et des enjeux de l’histoire, émettant l’hypothèse selon laquelle l’apprentissage de l’histoire est de nature à éclairer les profondes mutations que connaît la planète et de contribuer ainsi à atténuer la part d’irrationnel dans la perception que les peuples se font de leur devenir dans un monde unipolaire et apparemment de plus en plus violent. Certes, pendant longtemps le manuel d’histoire était un instrument de l‘Etat-Nation pour structurer et contrôler la formation des identités individuelles et collectives des jeunes générations. On a appris aux jeunes ce que signifie, nous“, ce que signifie „les autres“. On a transmis une identité historique sanctionnée officiellement par l‘Etat. On a construit – par le biais de l’enseignement de l’histoire – une image (souvent positive) de soi, de son peuple, de sa nation. Cette image pouvait gagner tout son profil en la contrastant avec une image de l’autre, c’est à dire une autre nation, une autre religion etc. La construction de schémas ami / ennemi, la formation et corroboration de clichés et de préjugés a fait l’objet de beaucoup d’analyses historiographiques.

3La première partie, regroupant cinq contributions, porte sur l’ethnocentrisme et la perception de soi. Le premier texte de la série, signé par George D. Wrangham et intitulé : « Ethnocentrism and the Challenge of coping with the Other » soulève la question de la prévention des conflits entre les peuples et des guerres entre les Etats, dans toute perspective de rencontre avec l’autre. Marianna G. Mouraviera, analysant une série de manuels, dits de nouvelle génération, met en exergue les éléments constitutifs de l’identité nationale russe, devenus particulièrement importants dans la vision créatrice du futur. « La représentation de soi masculin et de l’autre féminin dans l’éducation historique » se trouve au centre du débat amorcé par Maria Repoussi. Passant en revue quelques manuels grecs d’histoire, l’auteure conclut à l’existence d’un système binaire gardant dans des sphères séparées, opposées et hiérarchisées les hommes et les femmes. Une approche du nouvel ethnocentrisme est réalisée, à travers les programmes et manuels en France, par Marie-Christine Baquès qui s’interroge sur la capacité de l’histoire scolaire à répondre au défi de l’éclatement des identités. In fine, Eva Taboada et Frida Diaz Barriga font un état des connaissances en didactique de l’Histoire et des sciences sociales au Mexique, soulignant que les progrès observés dans le domaine de l’éducation multiculturelle ne sont pas dus essentiellement aux initiatives prises par les autorités éducatives mexicaines.

4La deuxième partie, rassemblant cinq textes, s’articule autour des stéréotypes et de la perception de soi. Elle débute par un texte d’Antonio Brusa sur l’Afrique, la Méditerranée et le monde arabe dans l’enseignement de l’histoire antique et médiévale italienne qui laisse comprendre que les programmes ont été et sont essentiellement eurocentriques, transmettant une tradition judéo-chrétienne, sans aucune ouverture interculturelle. La seconde contribution de cette série, signée par Mostafa Hassani Idrissi, se veut une étude de deux figures d’ethnocentrisme à travers deux exemples : ceux de l’Europe et de De Gaulle dans les manuels d’histoire. L’auteur montre dans les deux cas que l’autre européen est appréhendé en tant que civilisation et en tant qu’acteur historique. Des manuels d’histoire au Maroc à l’image du Maroc dans les récits de voyage allemands de 1880 à 1915 avec Susanne Popp qui souscrit à la thèse selon laquelle l’enseignement de l’histoire en Allemagne attribue trop peu d’importance aux ambitions coloniales de l’Empire allemand. L’image de l’Afrique est étudiée successivement d’un côté par Agnès Fisher-Dârdai et Zsuzsa Mészâros-Csâszar dans les livres hongrois d’histoire et de géographie et d’un autre côté par Daniel Vincent et Moser-Léchot dans les livres suisses d’histoire qui concluent de façon quasi-similaire quant l’unilatéralité de cette image.

5La troisième et dernière partie, la plus dense, présente onze contributions portant sur les rencontres, les expériences actuelles et les suggestions pour le futur. Les concepts de reconnaissance/compréhension, de réconciliation, d’approche multiculturelle, d’enseignement transculturel, sont interrogés tour à tour. Ce qui est mis en exergue c’est que les pratiques quotidiennes dans l‘enseignement, dans les médias et dans la vie politique semblent encore souvent fidèles à des perceptions nationales, voire nationalistes. Il n’est pas facile de se libérer de la carapace d’une fixation mono-nationale. L’enseignement de l’histoire aussi est resté largement imprégné par le paradigme national. Ceci s’explique en partie par la formation exclusivement mono-nationale des enseignants et par la dominance d’outils didactiques conçus pour un marché national et conformes aux programmes nationaux.

6Voici un numéro complètement dédié à la didactique de l’histoire qui apporte de nombreuses réponses non seulement aux didacticiens mais également aux enseignants préoccupés par le processus d’apprentissage et l’intégration des savoirs en classe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Horizons universitaires », Insaniyat / إنسانيات, 42 | 2008, 108-110.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Horizons universitaires », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 42 | 2008, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/6856

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page