Navigation – Plan du site
Revue des revues

Le Sahara, cette ‘‘autre Méditerranée’’

Abed Bendjelid
p. 178-179
Référence(s) :

Le Sahara, cette ‘‘autre Méditerranée’’.
Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens. Aix-en-Provence, Trimestriel, tome 99, 3-4, 2002.

Texte intégral

1Dans ce numéro marquant consacré au Sahara, Marc Côte qui a réuni une série de textes et de notes monographiques, souligne la nécessité d’aborder le Sahara dans son ensemble, comme un espace continu, car on ne peut comprendre telle oasis, telle ville que par rapport à ce tout. Ce territoire, prolongement des Etats méditerranéens, connaît depuis quelques décennies des bouleversements profonds. Aussi, l’analyse des mutations enregistrées par ce vaste milieu désertique est-elle abordée à travers les trois thèmes que sont les dynamiques agricoles, les dynamiques migratoires et les dynamiques urbaines.

2Le renouveau de l’agriculture saharienne est abordé dans un premier texte par M. Côte à travers l’étude des différents systèmes de culture pratiqués de l’Océan Atlantique à la Mer Rouge : mutations du pays des foggaras, nouveaux systèmes de culture dans le Bas Sahara algérien, création d’exploitations agricoles dans le Sud tunisien et en Libye. Palmeraies et céréaliculture irriguées, réalisées avec des moyens modernes, attestent à la fois de l’intervention différenciée des Etats de la région et de celle des populations. A. Kassah se penche sur le rapide aménagement hydro-agricole dans le Sud tunisien caractérisé par la plantation de dattes déglet nour à travers la réhabilitation d’anciennes palmeraies, la mise en valeur publique et la mise en valeur privée. Toutefois, la spectaculaire expansion de la production de dattes voit son devenir largement conditionné par la maîtrise de la contrainte hydraulique et une gestion rationnelle et à long terme de cette ressource vitale. A. Khiari analyse la soudaine richesse agricole d’El Ghrouss dans les Ziban grâce au boom de la plasticulture et au renouvellement de palmeraies.

3Dans une mise au point bien utile portant sur la modification des réseaux migratoires sahariens durant trois décennies, O. Pliez affirme que l’on est frappé par la fracture (en matière de développement économique) séparant aujourd’hui les deux versants du Sahara. Les conditions politiques nationales et internationales, les crises sahariennes, les guerres internes ou frontalières et la fermeture des frontières de l’Union européenne consolident les axes routiers méridiens de migration qui aboutissent sur les littoraux maghrébins, lieu d’un éventuel passage vers l’Europe. Dans un Sahara, émergeant comme l’une de ces nouvelles frontières, entre Maghreb et Sahel, cette mobilité humaine a des effets urbanisants certains. Dans Urbanisation et urbanité au Sahara, S. Belguidoum tente de dresser un état des lieux en étudiant le cas algérien. Croissance urbaine spectaculaire causée certes, par des facteurs endogènes, mais aussi exogènes liés à la politique volontariste de l’Etat central dont les effets ont à la fois apporté une variété dans le cadre bâti et entraîné un élargissement des catégories sociales moyennes salariées, avec il est vrai, l’apparition d’une nouvelle pauvreté.

4A travers des exemples de villes pris en Libye et en Mauritanie, J. Bisson et V. Bisson se penchent sur le dynamisme affirmé de villes que l’on croyait à jamais perdu. La croissance spectaculaire de Sebha, née du volontarisme de l’Etat libyen, possédant des équipements de type central, est typique. Relais entre les agglomérations urbaines littorales et le Sahel, Sebha semble retrouver sa vieille fonction de carrefour. Ville frontalière pourvue d’une médina-musée, Ghadamès devient une sorte de ville-impasse paradoxalement entravée par les politiques étatiques régionales. Tidjikja, capitale de région en Mauritanie, voit son développement et son attraction pénalisés par les relations passées de ses tribus avec l’ex puissance coloniale. Pourtant, bien inséré dans l’administration de l’Etat mauritanien, le pouvoir local –idawali- préfère procéder à une appropriation formelle de la ville, car c’est elle qui vaut à la tribu d’exister politiquement sur la scène nationale.

5D’autres notes monographiques présentent sept études de cas de l’urbanisation saharienne se rapportant à Tamanrasset (S. Spiga), Sebha (O. Pliez), Ghardaïa (M. Côte), Ouargla (M. Chaba), Laayoune (M. Oudada), Biskra (A. Farhi), et Hassi Messaoud (A. Seghiri).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Le Sahara, cette ‘‘autre Méditerranée’’ », Insaniyat / إنسانيات, 22 | 2003, 178-179.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Le Sahara, cette ‘‘autre Méditerranée’’ », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 22 | 2003, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/7089 ; DOI : 10.4000/insaniyat.7089

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page