Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Nouria Benghabrit-Remaoun, Mustapha Haddab (Dir.), L’Algérie 50 ans après. Etat des savoirs en Sciences Sociales 1954-2004

Aïcha Benamar
p. 93-97
Référence(s) :

Nouria Benghabrit Remaoun, Mustapha Haddab (Dir.), L’Algérie 50 ans après. Etat des savoirs en Sciences Sociales 1954-2004. Oran, Editions CRASC, 2008.

Texte intégral

1L’ouvrage de 908 pages constitue une publication des Actes du symposium sur l’état des savoirs en sciences sociales et humaines, qui a été organisé au CRASC en 2004. Articulé autour de huit parties, il regroupe cinquante quatre communications dont l’objectif premier est de réaliser un état des lieux de la recherche en sciences sociales.

2Peut-être faut-il admettre que tout compte rendu de cet ouvrage serait à la fois réducteur et frustrant. En effet comment rendre compte, en si peu de lignes, de cinquante années de recherche, toutes aussi intéressantes les unes que les autres ? Que les auteurs veuillent bien nous excuser s’il leur semble que nous n’ayons pas pu ou su leur accorder un espace nécessaire rendant compte de leurs résultats et conclusions !

3« Anthropologie, Sociologie et Sciences sociales » est l’intitulé de la première partie comportant sept textes. Le premier texte, signé par Ali El Kenz, soulève la question de la recherche en sciences sociales menée dans les pays arabes ; recherche traversant apparemment de profondes transformations, dont les lignes de force sont analysées en lien avec les traditions accumulées par les grandes universités de ces pays. Dans le second texte, l’anthropologie, qualifiée tour à tour de marginalisée, d’implicite et de pratiquée, est questionnée par Claudine Chaulet, à travers une approche comparée avec la sociologie, avant d’être assimilée sémantiquement à la compréhension du système d’emprunts matériels et culturels, dans lequel les algériens cherchent à établir leur vie en lui trouvant un sens. La contribution de Mohamed Brahim Salhi met en avant les caractéristiques fondamentales de l’anthropologie en général et religieuse en particulier, soulignant in fine la nécessité de former en urgence des chercheurs dans ce champ de pratique, que Omar Lardjane aborde à travers deux moments : le début des années 1970 et le début des années 1980. La question qui se pose aujourd’hui affirme l’auteur n’est pas tant celle du paradigme mais plutôt celle des conditions culturelles, que supposent et requièrent les sciences sociales. S’interrogeant sur l’état actuel des sciences sociales, Mustapha Haddab aboutit, au terme de son analyse, à une conclusion similaire, considérant que les bilans quantitatifs des recherches à un moment donné ne suffisent pas, sans analyse des conditions de leur production. Nadir Marouf, s’intéressant à l’Algérie après-guerre, nous propose une approche des différentes lectures faites par les sciences sociales. L’auteur conclue sur la nécessaire multidisciplinarité dans la recherche en sciences sociales. Khadidja Adel et Férial Abbès clôturent cette première partie avec un texte portant sur les thèses et mémoires de magistère soutenus à l’université Mentouri de Constantine, entre 1979 et 2004 et dont les thématiques récurrentes semblent tourner autour de la condition ouvrière, du travail, du système industriel, de la famille, de l’éducation, de l’enseignement et de la délinquance.

4Portant sur l’Histoire, la mémoire et le patrimoine archéologique, la seconde partie constitue un ensemble de huit contributions débutant par celle de Hassan Remaoun qui consacre sa réflexion à l’Etat national et sa mémoire. S’intéressant particulièrement à l’histoire, il analyse le contexte de sa mise en place institutionnelle et termine par déterminer ses effets aussi bien sur la production historiographique que sur l’enseignement. Abordant la politique de conservation du document écrit, Fouad Soufi ouvre le débat sur la patrimonialisation des archives nationales. Il s’agit désormais, dit-il, de concilier l’objectif de prise en charge des intérêts et besoins documentaires de l’Etat et de la Société. Nous conviendrons certainement avec lui que les traces de l’histoire, qui s’écrit aujourd’hui, doivent être préservées pour les générations futures. Dans le même ordre d’idées, Ouanassa Tengour, aborde les rapports entre histoire et mémoires plurielles, à travers la question de savoir comment participer à l’écriture de l’histoire et son renouvellement, si l’accès aux sources n’est pas toujours permis. Quel devenir attend l’archéologie musulmane, s’interroge Abderrahmane Khelifa, à l’issue d’un bilan de la recherche réalisée dans ce domaine pour la période 1962-2004 ; devenir devant être nécessairement perçu, conclue-t-il, à travers des recherches pluridisciplinaires d’onomastique, de linguistique et d’anthropologie culturelle. Toujours à propos de l’archéologie, mais antique cette fois-ci, la contribution de Nacéra Benseddik montre son état actuel de décrépitude. En Algérie, affirme-telle, « l’investigation archéologique est paralysée par le tout idéologique, la médiocrité, la bureaucratie et le misérabilisme. » S’agissant des musées d’Algérie, Sabah Ferdi aboutit à des conclusions similaires. Son texte, consacré à un bilan de la politique muséologique menée dans le pays, décrit la situation dans laquelle se trouvent 43 musées recensés, entres autres : inadéquation des édifices, manque de formation du personnel, absence de sécurité matérielle des collections. L’avant dernier texte de cette partie se veut être une approche historique des villes d’Oran et d’Alger dans la production littéraire de Miguel de Cervantès, par Ahmed Abi-Ayad et le dernier texte nous livre quelques éléments de l’historiographie espagnole moderne sur l’Algérie ottomane.

5La troisième partie de cet ouvrage est consacrée à six contributions dont le contenu essentiel porte sur la question de la citoyenneté et du mouvement associatif. La nation et l’Etat sont au centre de la problématique développée par Hamid Aït Amara qui explique que la nation ne peut être réduite au communautarisme ethnique, linguistique et/ou religieux tandis que certains problèmes du nationalisme algérien sont décryptés par Mohamed Lakhdar Maougal, d’un entretien mené avec Saïd-Nacer Boudiaf, ancien maquisard et chercheur en histoire. L’auteur montre comment la question de la centralité et de la collégialité a été au centre du processus de formation d’une part et de dépérissement d’autre part du mouvement national algérien. La question de la jeunesse est abordée dans deux textes consécutifs, celui de Djillali Sari portant sur les révoltes de cette tranche d’âge et celui de Ahmed Boukabous consacré aux organisations de jeunes. Enfin, le mouvement associatif se trouve au centre des réflexions de Arab Izarouken d’un côté et de Djamel Boulebier d’un autre côté. Le premier, à partir d’une expérience récente, issue d’un programme d’appui de l’Union européenne, met en exergue le dynamisme inégal existant à travers les régions du pays tandis que le second revenant sur la période coloniale traite de l’associationnisme sportif, dans le domaine hippique à Constantine, le considérant comme un passage obligé pour l’accès à la prise de parole politique.

6« Géographie, monde rural et Migrations » constituent l’intitulé de la quatrième partie introduite par André Prenant et Bouziane Semmoud dont la contribution consiste en une analyse des rapports entre l’évolution de la réalité géographique de l’Algérie et celle de son appréhension par la recherche. De la géographie en lien avec le monde rural à l’agriculture, Omar Bessaoud essaie de dégager un certain nombre de remarques concernant les structures agraires et économiques de nos campagnes. La territorialité est convoquée par Nadia Messaci à travers l’appropriation de la vallée de la Soumam et la reformulation du rapport montagne/vallée. Des préoccupations relativement similaires se retrouvent dans le texte de Jacques Fontaine et Yaël Kouzmine abordant les infrastructures et les migrations au Sahara algérien ; migrations interpellées différemment par Catherine Lloyd, dans le contexte des algériens en France et leurs rapports avec leur pays d’origine. Cette partie s’achève par les contributions de Abed Bendjelid traitant de la géographie et de l’aménagement de 1962 à 2004 et de Hosni Boukerzaza soulevant la question de savoir comment la géographie rurale a accompagné les évolutions territoriales dans le Nord-Est algérien.

7Quatre textes composent la cinquième partie dont le contenu gravite autour de l’urbanisme et de l’architecture. Madani Safar-Zitoun pose la question de la sociologie urbaine tandis que Khadidja Hammouda-Kalloum se demande si la dichotomie urbain/rural est toujours d’actualité. Ammara Bekkouche invite le lecteur à s’interroger sur le devenir de la production architecturale des dernières décennies. A cet effet les œuvres de Abderrahmane Bouchama, d’André Ravéreau, de Jean-Jacques Deluz et de Fernand Pouillon sont convoquées et leurs positions caractérisées. Dans le même domaine et pour clore cette cinquième partie, Zoulikha Boumaza recense pour nous les thèmes de recherche des mémoires de magistère et thèses de doctorats en architecture préparés et/ou soutenus à l’université de Constantine.

8La sixième partie de l’ouvrage rassemble cinq contributions consacrées à la famille et à l’enfance. Khadidja Adel nous fait part d’un certain nombre de recherches sur la famille, auxquelles elle a participé, déclinant leurs axes et présentant leurs résultats et conclusions. « Les représentations et attentes des familles en matière de préscolarisation des enfants » constituent le thème abordé par l’équipe de Nouria Benghabrit-Remaoun. La contribution de Badra Moutassem-Mimouni est consacrée à un état des lieux des recherches menées dans le domaine de la prise en charge des enfants nés hors mariage. Dans le même ordre d’idées Yamina Rahou, s’appuyant sur des données chiffrées, montre les dégâts causés par l’absence de responsabilité des pères géniteurs ainsi que par l’interdiction de l’adoption. De nouveau Badra Moutassem-Mimouni, mais cette fois avec son équipe, soulève la problématique du « passage à l’acte suicidaire et à l’affirmation de soi. »

9La socialisation est encore présente dans la septième partie, et ce, à travers l’école et l’éducation au centre de cinq contributions. Dans Ecole, langue et identité, Nouria Benghabrit-Remaoun se penche sur le contenu et la méthode des enseignements et recherches en sociologie de l’éducation tandis que Mahmoud Ariba se préoccupe de l’état des savoirs et du devenir des sciences de l’éducation en Algérie. Il invite le lecteur à revisiter le contexte dans lequel ces sciences se sont constituées en discipline ou ensemble pluridisciplinaire avec des approches méthodologiques et des objectifs précis. Habib Ghouali pense à une école pour le XXIe siècle, et pose la question de savoir si l’institution scolaire pourra s’assurer une position-clé en participant activement à la préservation de ses valeurs propres et à la promotion des valeurs universelles quand Amina Ykhlef, partant d’un constat construit autour de la chose scolaire appelle à une politique de décentralisation : de la gestion des programmes d’enseignement et de formation et de l’aménagement des rythmes scolaires. Pour clore cette partie, Nadia El Ghers et Hassiba Chérifi, à partir d’une enquête par questionnaire, auprès d’enseignants et d’étudiants, concluent au dysfonctionnement de la relation pédagogique à l’université.

10Nous voici arrivés à la dernière partie, avec ses huit textes réunis autour de la culture, de la langue et de l’identité ! La question de la culture dans la société algérienne contemporaine est soulevée par Fanny Colonna dans un texte introductif à valeur rétrospective. Celles de la littérature et de la critique littéraire en Algérie avec leur rapport à la question identitaire sont abordées par Mohamed Daoud et Aïcha Kassoul. Si le premier, s’intéressant à la littérature romanesque de langue arabe en général souligne le retard de son émergence en Algérie, la seconde mettant en scène les diseurs de vérité accorde un intérêt à l’œuvre de Mouloud Mammeri en particulier. La question identitaire dans ses rapports à la langue est traitée enfin dans les trois dernières contributions. La situation linguistique de l’Algérie est au centre des préoccupations de Abderrazak Dourari qui déclare, au terme de son analyse, que le choix des grilles méthodologiques, prises au sens de taxonomies prêtes à l’emploi pourrait inférer des objets scientifiques en décalage par rapport aux faits réels. Farid Benramdane renforce notre conviction sur l’intérêt de la recherche en onomastique et Jean-Robert Henry revient sur le caractère mouvementé des relations franco-algériennes, qui n’est pas dit-il, une histoire close et limitée aux relations diplomatiques.

11Au terme de ce compte rendu, dont la parcellisation n’a d’équivalent que notre frustration, nous pouvons affirmer que « rédiger ces quelques pages sur ce qui a été publié de l’état des savoirs en sciences sociales » n’était pas une mince affaire dont nous aurions pu nous acquitter en un tournemain. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Nouria Benghabrit-Remaoun, Mustapha Haddab (Dir.), L’Algérie 50 ans après. Etat des savoirs en Sciences Sociales 1954-2004 », Insaniyat / إنسانيات, 43 | 2009, 93-97.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Nouria Benghabrit-Remaoun, Mustapha Haddab (Dir.), L’Algérie 50 ans après. Etat des savoirs en Sciences Sociales 1954-2004 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 43 | 2009, mis en ligne le 17 avril 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/739

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page