Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mohamed Daoud : Le roman algérien de langue arabe. Lectures critiques

Ammara Bekkouche
p. 141
Référence(s) :

Mohamed Daoud : Le roman algérien de langue arabe. Lectures critiques.- Editions CRASC, avec le concours du Commissariat général de l’année de l’Algérie en France, 2003.- 148 pages.

Texte intégral

1L’initiative de ce petit ouvrage correspond à une ambition dont l’originalité est de faire connaître une partie très importante et méconnue de la littérature algérienne, celle écrite en langue arabe. Basée sur une tâche essentielle de traduction et occasionnée par l’Année de l’Algérie en France, cette œuvre se propose d’apporter une nouvelle appréciation de sa diversité. Le classement présenté au sommaire donne un reflet sur les thèmes des réalités de l’image, du mythe, de la violence. C’est ainsi que sous une forme homogène et un point de vue panoramique englobant plusieurs générations, nous est offert un autre regard sur Tahar Ouettar, Abdelhamid Benhadouga, Merzag Bagtache, Béchir Mefti, Hamid Abdelkader, Yasmina Salah, Djillali Khellas, Laredj Waciny, Zaoui Amine, Ahlam Mostaghenemi… Outre la portée certaine de cette nouvelle publication dans le champ littéraire algérien, l’auteur conclut en attirant notre attention sur un fait qu’il estime être le plus significatif, celui de l’expression d’une écriture féminine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Mohamed Daoud : Le roman algérien de langue arabe. Lectures critiques », Insaniyat / إنسانيات, 21 | 2003, 141.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Mohamed Daoud : Le roman algérien de langue arabe. Lectures critiques », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 21 | 2003, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/7550

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page