Navigation – Plan du site
Hommage

Pierre Bourdieu (1930 – 2002)

Mustapha Haddab
p. 3-6

Texte intégral

1Dans la lignée des maîtres à penser de la sociologie, comme A. Comte, A. de Tocqueville, K. Marx, E. Durkheim et M. Weber à laquelle il appartient indubitablement, Pierre Bourdieu se distingue par la rigueur avec laquelle il s’impose d’inscrire toute conquête dans l’ordre de la connaissance empirique dans un espace théorique et épistémologique dont la structure conceptuelle fait l’objet d’un approfondissement, d’une vérification et d’un enrichissement permanents.

2Cette démarche dans laquelle l’analyse conceptuelle est sans cesse confrontée à des matériaux empiriques méthodiquement constitués, et où ces derniers sont toujours suscités, convoqués, critiqués et questionnés, à partir de problématiques générées par l’analyse théorique, c’est ce que Pierre Bourdieu désignait fréquemment par l’expression de sociologie ou d’anthropologie réflexive. (Sur cette notion d’anthropologie réflexive, voir en particulier la deuxième partie de l’ouvrage de Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, Réponses, Seuil, 1992).

3Dans l’œuvre sociologique de P. Bourdieu, la réflexivité agit à deux niveaux, celui de l’intégration des données empiriques dans un univers conceptuel dynamique et essentiellement heuristique, et celui de la constitution de toute une théorie sociologique du sociologue et de la communauté scientifique à laquelle il appartient objectivement.

4(Exemplaire est à cet égard l’ouvrage de Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Ed. de Minuit, 1984).

5Cette posture scientifique donne lieu, assez tôt dans l’itinéraire intellectuel de Pierre Bourdieu, à des textes où sont développés les principes sur lesquels elle repose et les méthodes qu’elle implique. Parmi ces textes, on peut citer l’Esquisse d’une théorie de la pratique, et aussi le Métier de Sociologue, ouvrage collectif auquel il a fortement contribué.

6Paru en 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, tire les leçons épistémologiques des enquêtes et des analyses anthropologiques et sociologiques réalisées en particulier en Algérie, - mais aussi au Béarn, la province natale de Bourdieu - à la fin des années cinquante et au début des années soixante. L’essentiel des bases de la théorie sociologique de P. Bourdieu figure à des degrés divers d’explicitation ou de développement dans le dernier texte de ce livre, intitulé « Les trois modes de connaissance théorique ». (Les principes formulés dans ce texte sont réexaminés, à un niveau de théorisation et d’explicitation plus élevé dans le Sens Pratique, publié en 1980). La formulation des principes directeurs de sa vision du Social et de la Sociologie, ne conduit pas Pierre Bourdieu à s’enfermer dans quelque dogmatisme qui consisterait à édifier un système figé de concepts. Il en résulte plutôt une impulsion à entreprendre dans plusieurs domaines des investigations et des enquêtes, dont le cours et les résultats mettent à l’épreuve des constellations de notions, et appellent à l’affinement de concepts anciens ou à la construction de concepts nouveaux.

7Bien qu’elles aient porté sur des domaines paraissant parfois fort éloignés les uns des autres, les enquêtes empiriques dirigées par Pierre Bourdieu ou inspirées par lui, tendent à apporter, grâce à leur diversité même, des vérifications, des rectifications, ou des enrichissements à nombre de concepts ou de principes théoriques déjà constitués.

8Elles conduisent aussi à mettre au jour des ensembles structurés de mécanismes sociaux de conservation ou au contraire de changement. Particulièrement significatives sont, par exemple, les analyses des transformations qui se produisent dans le champ artistique.

9Le concept d’habitus par exemple est construit et éprouvé et donc enrichi aussi bien à l’occasion des recherches effectuées sur la société kabyle, qu’à travers son application à l’étude des conduites vis-à-vis de l’art et des musées, ou encore à propos des stratégies conscientes ou inconscientes mises en œuvre par les différentes fractions composant la communauté universitaire française après 1968 ; c’est ainsi toute une sociologie de l’action qui est impliquée dans la notion d’habitus, sociologie de l’action qui rompt tout à la fois avec la conception qui tend à traiter tout acte social comme l’acte libre et délibéré d’un sujet, et la conception, particulièrement bien représentée par le structuralisme, qui tend à faire du sujet le jouet de déterminismes et de mécanismes sur lesquels il n’a aucune prise réelle.

10Cette sorte de constante mise à l’épreuve de concepts ou de constellations de concepts par leur application non dogmatique à l’analyse d’objets traditionnellement regardés comme très éloignés les uns des autres, a concerné la plupart des notions fondamentales construites par P. Bourdieu, notions qu’il n’a cessé de faire évoluer tout au long de son œuvre, c’est-à-dire, tout au long de sa vie. Ainsi en est-il de concepts comme celui de champ, de capital et d’espèces de capital, de domination, de reproduction, de stratégie, de violence symbolique, d’arbitraire culturel, etc. Tous ces concepts sont entre eux, chez P. Bourdieu, dans une logique complexe des relations, qui est la source même de leur fécondité et de leur transposabilité. « Des notions telles qu’habitus, champ et capital peuvent être définies, mais seulement à l’intérieur du système théorique qu’elles constituent, jamais à l’état isolé » écrit P. Bourdieu.

11La notion de champ est à cet égard, particulièrement significative. L’identification d’un champ est un processus tout à la fois constructiviste et réaliste. L’approche d’ensembles de faits sociaux, en termes de champ, évite les dérives positivistes et objectivistes souvent liées au découpage du réel social en catégories ou en classes sociales statistiquement définies, et permet d’intégrer à l’analyse les dynamiques internes et les règles tacites qui déterminent l’appartenance ou la non appartenance à tel ou tel champ, en fixe les droits d’entrée et les processus de reproduction ou au contraire de mise en cause des hiérarchies qui s’y établissent. (P. Bourdieu a par exemple à maintes reprises décrit les processus qui dans le champ artistique, déterminent les contestations par des avant-gardes de producteurs, de la domination des artistes attachés à des modèles esthétiques devenus classiques).

12L’œuvre de Pierre Bourdieu ne représente pas seulement un grand progrès d’ordre cognitif et épistémologique, et un puissant instrument d’analyse sociale ; elle fournit aussi des outils efficaces de critique et d’action socio-politiques. Beaucoup plus fortement que beaucoup de discours volontaristes, le dévoilement des mécanismes de domination, et surtout des formes sociales de dissimulation de ces mécanismes, que la sociologie de P. Bourdieu réalise, peut rendre possible la mise en cause de certaines formes d’arbitraire et de leurs trompeuses légitimations. Il suffit d’évoquer par exemple l’ensemble des travaux que P. Bourdieu a réalisés ou inspirés sur le système éducatif, ou sur le système des médias, pour se convaincre de l’efficacité critique de sa démarche sociologique et de la puissance démystificatrice de celle-ci.

13On peut sans doute penser que, les travaux scientifiques de Pierre Bourdieu apparemment les plus éloignés de l’action politique directe, sont ceux dont l’efficience politique, a été, et sera, dans le moyen et le long terme la plus importante. Bien plus, probablement, que les interventions directes sur la scène politique et médiatique dont il a été l’auteur ces dernières années. Quoique essentiellement inspirées par la volonté, théoriquement fondée, de mettre à la disposition des groupes sociaux dominés, les instruments et les résultats de la recherche scientifique, les prises de position politiques de Pierre Bourdieu, ont été pour certaines d’entre elles, en particulier celles concernant l’Algérie actuelle, sujettes à controverse et mériteraient de faire l’objet d’une analyse critique. De Pierre Bourdieu, on peut assurément dire ce que lui-même disait de Michel Foucault au moment de sa mort : « … s’il entendait refuser les grands airs de la conscience morale… il s’est toujours attaché à refuser la division, si commune et si commode, des investissements intellectuels et des engagements politiques ».

14La disparition de Pierre Bourdieu constitue une immense perte. Son œuvre continuera à vivre, à travers tous ceux, très nombreux, dans le monde, pour qui elle représente un modèle de rigueur scientifique et une inépuisable source de questionnements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Haddab, « Pierre Bourdieu (1930 – 2002) », Insaniyat / إنسانيات, 16 | 2002, 3-6.

Référence électronique

Mustapha Haddab, « Pierre Bourdieu (1930 – 2002) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/7683

Haut de page

Auteur

Mustapha Haddab

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page