Navigation – Plan du site
Comptes rendus

TENGOUR, Habib.- Gens de Mosta

Mansour Benchehida
p. 146-148
Référence(s) :

TENGOUR, Habib.- Gens de Mosta.- Paris, édition Sindbad, Actes du Sud, 1997.

Notes de la rédaction

Habib Tengour : Né en 1947 à Mostaganem, Habib Tengour est enseignant d’ethnologie à Cergy Pontoise. Il est l’auteur de recueils de poésie : Tapapakitaques, la poésie-île (Oswald, 1976), La nacre à l’âme (Orcycle, 1981), L’arc et la cicatrice (Enal, 1983) et de quatre romans : Le Vieux et la montagne (Sindbad, 1983), Sultan Galiev (Sindbad, 1985), L’épreuve de l’Arc (Sindbad, 1990), Gens de Mosta (Sindbad, 1997).

Texte intégral

  • 1 - Salle de cinéma de Tigditt.
  • 2 - Les numéros entre parenthèses renvoient aux pages de Gens de Mosta.- Paris, édition Sindbad, Acte (...)

1Hmida, Kaddour, Hbib et les autres, une bande de garnements vivent leur quotidien dans un quartier populaire de Mostaganem, Tigditt, prononcez tijdite. Ils ont pour horizon l’école communale de M. Esclapez, l’école coranique de Cheikh Adda, les stars hollywoodiennes du Cinélux1 et les nombreux marabouts qui imprègnent les gestes, les actes et les pensées des protagonistes. La vie gravite autour de la place emblématique de cet espace démarqué, la Suika. La bande de la Suika (11)2 vit au jour le jour ses habitudes, ses pratiques et ses croyances.

  • 3 - Les films évoqués sont Ulysse, Tarzan, Rome ville ouverte, Riz amer, L’homme qui n’avait pas d’ét (...)

2Dans la première partie, le monde des adultes est représenté en arrière plan. Cet univers du dehors est constitué d’informations dont la gravité, faite de combat anticolonialiste et d’absences douloureuses, est estompée par l’imaginaire juvénile de la bande qui se complaît dans les mythes cinématographiques et les héros de bandes dessinées 3.

3Dans la deuxième partie, les membres de la bande, devenus adultes, se dispersent. Le groupe reste homogène à travers les lieux que chacun revisite au gré de ses retours. Il reste référence par le souvenir commun qui unit les anciens. Il constitue leur singularité dont leur identité.

4Le roman retrace l’itinéraire d’un pays à travers le regard d’une bande de jeunes. Les personnages assistent à la déliquescence sociale faite de soubresauts précurseurs de l’explosion populaire et de la montée de l’intégrisme. Ils jaugent chaque événement en fonction du souvenir commun.

5L’écriture, malgré une référentialité à fleur de mots, échappe au dernier moment et toujours à l’anecdote locale. La texture du roman se présente comme un arrangement significatif pris à l’insignifiance quotidienne d’un quartier. Cependant il s’en dégage une telle symbolique que l’écriture dans une manière de condensation représente quelque part une dimension universelle.

  • 4 - Homère aurait écrit vers 8éme avant J.C. L’Iliade et d’Odyssée retraçant les aventures d’Ulysse.
  • 5 - Ulysse de James Joyce est publié en 1922, il retrace avec une écriture révolutionnaire une journé (...)

6La singularité confère à l’espace représente un effet d’insularité constamment évoqué par le personnage obsédant d’Ulysse. Mais ce mythe est double. Pour la bande, c’est un film avec le personnage d’Homère4, voyageur par définition, et fidèle à son point d’attache Ithaque et Pénélope, par excellence. Hmida acceptait de nous raconter le film, entremêlé de ses aventures personnelles, dont beaucoup étaient fictives (88). Pour le narrateur, ce peut être aussi le personnage de Joyce5 Bloom-Ulysse, qui transparaît à travers une écriture désarticulée mais toujours jaillissante du souvenir d’un lieu, Tigditt, et d’une époque, la jeunesse de la bande.

7La discontinuité textuelle se retrouve également dans les rues numérotées, rue 21 (20), rue 33 (21), et qui ne se suivent pas. C’est encore singularité et insularité confirmées d’un espace frondeur et où les rues sont tortueuses et les maisons en bric-à-brac. S’y reconnaître dans l’imbroglio spatial démarquera celui qui est de celui qui n’est pas de Tigditt.

8Seuls les indigènes perçoivent le sens d’une continuité à travers la discontinuité des numéros de rues et de maisons. Ces continuités perçues à tour de rôle par les divers protagonistes se construisent ensemble et construisent l’espace-temps qui est la réalité vivante du quartier : de place en rue, de lieu dit en encoignure pour initié. C’est le quartier, particulier et universel, Tigditt, où se concrétisent et se joignent l’espace et le temps des personnages.

9Ce phénomène d’un centre, producteur d’un imaginaire, situé dans l’espace, Tigditt et dans le temps, la jeunesse des protagonistes, élabore un nœud qui se révèle identitaire, et sécurisant pour les personnages. Il va constituer le roman.

Haut de page

Notes

1 - Salle de cinéma de Tigditt.

2 - Les numéros entre parenthèses renvoient aux pages de Gens de Mosta.- Paris, édition Sindbad, Actes Sud, 1997.

3 - Les films évoqués sont Ulysse, Tarzan, Rome ville ouverte, Riz amer, L’homme qui n’avait pas d’étoile et Vera Cruz ; les bandes dessinées sont Rodéo, Kiwi, Akim, Pim Pam Poum et Tartine ; les artistes sont Kirk Douglas, Marilyn Monroe et surtout Sylvana Mangano.

4 - Homère aurait écrit vers 8éme avant J.C. L’Iliade et d’Odyssée retraçant les aventures d’Ulysse.

5 - Ulysse de James Joyce est publié en 1922, il retrace avec une écriture révolutionnaire une journée d’un personnage dans la ville de Dublin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mansour Benchehida, « TENGOUR, Habib.- Gens de Mosta », Insaniyat / إنسانيات, 11 | 2000, 146-148.

Référence électronique

Mansour Benchehida, « TENGOUR, Habib.- Gens de Mosta », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 11 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8007

Haut de page

Auteur

Mansour Benchehida

Enseignant associé, ILE, Université de Mostaganem.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page