Navigation – Plan du site
Revue des revues

Annales Histoire, Sciences Sociales,
n° 3 mai-juin 2000

Fouad Soufi
p. 155-157

Texte intégral

Lectures et réceptions d’une œuvre

1Éric MAIGRET, [Les trois héritages de Michel de Certeau. Un projet éclaté d’analyse de la modernité]

2En posant le problème de l’unité dans l’œuvre de Michel de Certeau, l’A . passe en revue les multiples écrits dispersés dans des champs de recherche, des disciplines et des pays différents et surtout certaines de leurs réceptions. Il s’agit de montrer que de cette œuvre se dégage un projet d’analyse de la modernité. Ces trois grands héritages seraient l’épistémologie de l’histoire, l’histoire de la mystique, comme manifestation de la sécularisation, et une nouvelle théorie des croyances et des pratiques.

3Parmi ses œuvres, trois titres essentiels : L’écriture de l’histoire (1975 puis 1984), La fable mystique (1982) et enfin L’invention du quotidien (1980 puis 1990). Œuvres majeures auxquelles, il est vrai, il faut ajouter La faiblesse de croire (1987) Pour E.M., l’extraordinaire diversité des engagements théoriques et empiriques de Michel de Certeau déconcerte encore…l’œuvre se réclame du métier d’historien et aborde de front le problème de la production du savoir.

4L’œuvre de Michel de Certeau se situe, ainsi, dans tous les débats qui secouent la communauté historienne française. Elle aura été différemment reçue. Ses positions ne laissent personne indifférent. Elles l’éloignent du relativisme historique de Paul Veyne, elles l’opposent à Michel Foucault et lui valent des reproches de Paul Ricoeur qui aurait estimé cette histoire trop linéaire, trop mécanique. La Nouvelle Histoire reprend cet examen permanent des instruments et des jeux d’échelle quand pour d’autres estiment y voir le déclin d’une discipline sans ambition d’ensemble.

5E. Maigret insiste sur la destinée de L’invention du quotidien qui « a eu un impact considérable sur les sciences humaines… en offrant une alternative au marxisme, au structuralisme et à leurs croisements sans toujours s’inscrire en rupture avec leurs apports. » Cette influence s’est exercée en France mais également aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne surtout et principalement dans le champ de la culture et de la communication (les Cultural Studies) .

L’histoire face à l’archéologie. Nature de l’objet, structure du paysage

6A la suite de la présentation de Philippe Braunstein, quatre études poursuivent les journées organisées en 1998 à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales sur le thème « Archéologie et histoire de la civilisation matérielle ».

7La présentation de Ph. B. est une véritable leçon pratique. Elle montre comment certaines recherches novatrices, parfois sur les confins, « renouvellent des secteurs de la connaissance et périment quelques certitudes. » Cette recherche est faite de ces « allers et retours féconds entre les objets matériels - du déchet à la muraille - les sources documentaires de la peinture de vase au contrat notarié - et les silencieuses révélations des paysages et des machines. » Car il s’agit autant de l’élargissement du corpus documentaire, de son questionnement que des rapports entre des disciplines éloignées peut-être par leurs objets mais proches par leurs préoccupations.

8L’histoire des techniques dans la sidérurgie lorraine fournit à Ph. Braunstein un excellent exemple. Mise en relation avec une enquête sur le terrain et des recherches de laboratoire, [analyse physico-chimique des minerais et scories prélevées sur 150 sites de production et de réduction en bas fourneau entre les XIVe et XVe siècles] , elle montre certes comment « s’est effectué le passage de la sidérurgie directe à la sidérurgie indirecte, c’est dire, pour simplifier, du bas fourneau réducteur au haut fourneau associé à l’affinerie, qui produit de la fonte et la transforme en fer. »

9Histoire de la vie matérielle et archéologie pratique se retrouvent et se complètent dans le souci de la description technique exhaustive et ces fragments de toute nature qu’on n’a pas encore su interroger et qui deviennent alors intelligibles. Les sciences exactes du laboratoire, aident l’histoire et l’archéologie à éliminer des hypothèses et d’affiner la précision du discours.

10Le terrain restitue, alors, aux sources documentaires leur véritable position, témoignages épars dont le contexte s’est effacé, ou indications concentrées sur un espace trop étroit. De la même manière que les palais des riches, les marchés et les ports sont toujours essentiels pour tracer les contours d’une civilisation matérielle, l’archéologue fait surgir du sol la vie de l’homme sans qualités.

11Avec les textes de Philippe Leveau : [Le paysage que les époques historiques, un document archéologique] et de Michel Gras [Donner un sens à l’objet], la conception de l’archéologie classique, celle qui a pour objectif le dépouillement des archives du sol est complètement remise en cause. (La formule est de Philippe Leveau).

12Depuis une vingtaine d’années -depuis la publication en 1982 d’un numéro spécial des Annales sous le titre « le document : éléments critiques »-, l’approche archéologique du paysage aux époques historiques a considérablement changé, nous rappelle Ph. Leveau. Deux nouvelles manières d’aborder l’occupation du sol s’imposaient : « La première … concerne la production du document étend aux périodes historiques l’approche paléo- environnementale pratiquée par les pré- et protohistoriens. La seconde porte sur l’interprétation des données de prospection et fait appel aux méthodes de l’analyse spatiale. » Ph. Leveau fait une sorte de bilan historiographique de l’évolution des recherches archéologique. Trois étapes sont distinguées. En France, la recherche archéologique a d’abord été pratiquée par des historiens pour la recherche des cadastres fossiles datant de la période antique. Il s’agissait alors d’écrire une histoire de l’appropriation du sol par Rome. Les prospections archéologiques et les grandes opérations d’archéologie préventive ont permis de multiplier les sondages et de réaliser le décapage de grandes surfaces. Une troisième étape a été marquée par l’intégration de l’archéologie environnementale. Celle-ci fait appel aux géomorphologues pour l’étude des modelés et aux paléobotanistes pour l’histoire de la végétation naturelle et cultivée. Mais le rapprochement le plus important se fait avec les géographes spatialistes. Et Ph. Leveau, à partir de l’histoire des paysages dans la vallée des Baux, mais également à partir de prospections archéologiques plus anciennes effectuées dans l’arrière-pays de Cherchell (les Béni-Menacer), montre comment s’opère cette convergence au plus grand profit la connaissance historique.

13Donner du sens à l’objet, propose Michel Gras. Ces objets que le regard traditionnel enfermait dans une dimension artistique, sont aussi des objets signifiants inscrits dans l’échange et du don, ou dans l’étude des circuits parcourus jusqu’à leur usage définitif. Aussi leur est-il reconnu, de plus en plus, l’intérêt de témoigner sur un système technique. Ils peuvent aussi, grâce à des observations textuelles, devenir traces de comportements d’individus et de groupes. Il est temps de leur donner du sens. Entre une archéologie spéculative et une archéologie « formaliste (qui observe les formes ), il y a place pour une archéologie qui remet les objets en relation avec les hommes » conclut Michel Gras.

14De la même manière, c’est par l’examen d’objets matériels en situation que l’on accède à la séquence reconstituée de gestes rituels. Pour John Scheid, [Pour une archéologie du rite], les recherches sur les religions qui ont exploité pendant des siècles les documents écrits paraissent stagner. De plus explique-t-il, elles n’évoquent qu’exceptionnellement l’élément central des religions antiques : les rites. Les progrès accomplis par l’archéologie des sanctuaires et des nécropoles ouvrent une voie très prometteuse. L’archéologie des sépultures et des pratiques introduit à une lecture dynamique des sources documentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Annales Histoire, Sciences Sociales,
n° 3 mai-juin 2000 », Insaniyat / إنسانيات, 11 | 2000, 155-157.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Annales Histoire, Sciences Sociales,
n° 3 mai-juin 2000 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 11 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8020

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page