Navigation – Plan du site
Revue des revues

Genèses . Sciences sociales et histoire
n° 39, 2000

Fouad Soufi
p. 157-158

Texte intégral

1Entreprises et Société à l’Est (en fait l’ex-URSS, l’ex-RDA et la Pologne) est le thème principal de ce numéro.

2Jean-Paul Depretto : [Un grand chantier du premier plan quinquennal soviétique : Kuznetskstroï] et Sandrine Kott : [Collectifs et communauté dans les entreprises de RDA :limites de la dictature ou dictature des limites ?] s’interrogent sur le fonctionnement de ces entreprises.

3A partir des sources imprimées et des archives sibériennes, J.P. Depretto essaie de montrer comment la construction du combinat métallurgique de Kuznetsk, parce qu’elle a fait appel à des ouvriers de statut juridique différent (salariés libres, des détenus, et des colons spéciaux (« koulaks »), a empêché la constitution d’une classe ouvrière unifiée, s’affirmant face aux autorités. Sandrine Kott part de l’idée que la grande entreprise collectivisée est le lieu privilégié d’observation des fonctionnements sociaux dans l’ex-RDA. Elle met en évidence « l’importance des liens de nature communautaire qui se greffent sur des collectifs de toutes sortes qui organisent les individus dans les « entreprises du peuple » de l’Allemagne de l’Est ». Le régime utilisait ces collectifs pour exercer son pouvoir de mobilisation, de contrôle et de discipline. Nathalie Moine : [Fabriquer une élite : patronage féminin et services sociaux dans l’entreprise soviétique des années 1930], s’intéresse à l’action du mouvement des « épouses des ingénieurs et du personnel technique » entre le milieu des années1930 et le début de la guerre. Elle montre comment l’évolution de ce mouvement qui présente pourtant une ressemblance troublante avec les mouvements de patronage occidentaux, diverge de celui de l’entreprise occidentale.

4A partir d’enquêtes conduites dans des cimenteries de Pologne en 1997 et 1998, François Bafoil montre comment la classe ouvrière de type soviétique a ainsi été la « grande perdante » des transformations initiées en 1990 ». Elle aura ainsi perdu son autonomie et avec le changement des droits de propriété, les représentations comme les statuts sociaux ont été profondément remodelés.

5Quatre autres articles accompagnent ce dossier.

6Gérard Chevalier : [L’entrée de l’urbanisme à l’Université : la création de l’Institut d’urbanisme (1921- 1924)] s’interroge sur les conditions qui ont prévalu lors de la création de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris et les enjeux sociaux.

7Alain Desrosières expose dans son article intitulé [L’histoire de la statistique comme genre : style d’écriture et usages sociaux] la production des instituts nationaux de statistiques, la genèse des outils de collecte et de mise en forme des données statistiques.

8Comment selon Jean-Michel Chapoulie : [Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985)], s’est mis en place un enseignement tourné vers le travail de terrain ? Cet article est un témoignage sur ce qui a probablement été le premier exemple, en France, de cette expérience.

9Charles Gadéa et Charles Soulié, présentent dans [Réflexions sur une expérience d’initiation à la recherche en sociologie à l’Université (1994-2000)], une seconde expérience pédagogique récemment mise en œuvre avec des étudiants de licence de sociologie à l’université de Rouen. Cette expérience consiste à familiariser les étudiants avec le travail de terrain en les envoyant une année durant mener une recherche originale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Genèses . Sciences sociales et histoire
n° 39, 2000 », Insaniyat / إنسانيات, 11 | 2000, 157-158.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Genèses . Sciences sociales et histoire
n° 39, 2000 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 11 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8021

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page