Navigation – Plan du site
Revue des revues

Revue française d’administration publique
N° 93, Janvier-mars 2000
Regards d’outre-manche sur l’administration française. Hommage à Vincent Wright (1937-1999)

Fouad Soufi
p. 161-162

Texte intégral

1L’hommage que la revue rend à Vincent Wright permet de retrouver certains articles de ce spécialiste de l’administration française. La présentation de l’œuvre de Vincent Wright est due à Sodhir Hazareesingh et Karma Nabulsi : Un jacobin ambivalent : Vincent Wright, historien politique de la France moderne.

2Auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de quelque cent cinquante articles tant en français qu’en anglais, publiés dans différentes revues en France et au Royaume –Uni, Vincent Wright s’est imposé comme l’un des plus grands spécialistes de la vie politique européenne et française moderne. Le fil conducteur qui traverse son œuvre, nous expliquent S.H. et K.N. est « l’attention portée au pouvoir politique et administratif, les lieux où il s’exerce, aux institutions qui le relaient aux individus et aux groupes qui en sont dépositaires… » D’où son intérêt pour la vie politique locale qui lui permet de mettre en évidence les limites du pouvoir central. « Son intérêt pour le niveau local provenait aussi de la conviction qu’en France (son terrain de recherche de prédilection), l’expérience politique collective ne pouvait se contenter de l’observation de l’épicentre parisien ». A travers l’étude des institutions françaises, le corps préfectoral et le Conseil d’Etat, V.W. montre que le développement de l’Etat français au XIXe siècle est marqué « par la discontinuité et les contraintes…. Les généralisations sont dangereuses ». Avec l’Etat et ses institutions, avec le pouvoir administratif et sa réalité, l’étude des élites et leurs rapports avec le pouvoir constitue le troisième champ d’intérêt de V.W.

3La R.F.A.P. reprend, donc, sept articles. Cinq portent sur la Ve République, l’Etat et les rapports entre l’administration et la politique, le mythe et la réalité de l’Etat administratif, l’Etat de droit, le régionalisme et les paradoxes de l’administration française, une dizaine sinon plus. Fière et de son particularisme et de son universalisme, l’administration française « se présente comme une force unique et unifiée… ( alors) qu’elle se révèle dans sa fragmentation interne ». L’Etat se veut garant de l’intérêt général alors que se développent des Etats dans l’Etat par la grâce des dérogations, par l’application inégale de la loi (V. W. se dit choqué que « des groupes violents qui agissent dans l’illégalité demeurent impunis »), la pratique du « fusible » (le préfet qui saute pour soulager la tension). La toute puissance des syndicats dans l’administration publique dans un pays qui possède l’un des taux de syndicalisation des plus faibles n’est pas le moindre des paradoxes. Mais le plus important aux yeux de V. W. est certainement les virulentes critiques que provoque cette même administration en France même et surtout le système ENA. Mais autre paradoxe, ces critiques finissent par baliser le chemin qui conduit au pouvoir politico-administratif (L’ENA) ou économique (Polytechnique). Plus le système est critiqué, plus il est apprécié par les candidats à la voie royale.

4Même si l’on ne peut pas toujours partager certaines hypothèses, le transfert (héritage ?) de certaines traditions françaises dans un pays comme le notre, rend rafraîchissante la lecture des travaux de Vincent Wright. Elle nous montre comment chez nous, la politique déconcentration administrative a inéluctablement conduit vers l’hyper-centralisation de la décision (cf. les rapports entre le ministère chargé de l’habitat et les OPGI, les rapports entre le ministère de l’intérieur et le wali, entre le wali et le président de l’APC). Enfin comment ne pas faire un rapprochement entre l’échec de la première ENA qu’analyse V.W. et la fin peu glorieuse de l’ENSAG ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Revue française d’administration publique
N° 93, Janvier-mars 2000
Regards d’outre-manche sur l’administration française. Hommage à Vincent Wright (1937-1999) », Insaniyat / إنسانيات, 11 | 2000, 161-162.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Revue française d’administration publique
N° 93, Janvier-mars 2000
Regards d’outre-manche sur l’administration française. Hommage à Vincent Wright (1937-1999) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 11 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8027

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page