Navigation – Plan du site
De la violence : notes de lecture

Cercle de réflexion pour la psychanalyse en Algérie.- Algérie, années 90. Politique du meurtre, Pour une lecture freudienne de la « crise algérienne ».- Paris, Lysimaque, 1998

Mustapha Haddab
p. 101-103

Texte intégral

1Bien qu’il ne soit pas, naturellement, d’une complète homogénéité, étant constitué de contributions de différents auteurs, cet ouvrage ne manque néanmoins pas d’unité. Celle-ci lui vient de la forte prégnance de la préoccupation et de l’intention principales vers lesquelles converge l’ensemble des interrogations, et des propositions de réponses à ces interrogations contenues dans 1es différents textes ici proposés. Il s’agit, pour les auteurs de ce livre collectif, de mobiliser la culture psychanalytique (principalement à travers son interprétation lacanienne) pour tenter d’élucider autant qu’il est possible, les raisons de l’état d’intense violence que vit l’Algérie depuis une dizaine d’années.

  • 1 - La linguistique est également présente dans cet ouvrage sous des formes directes ou indirectes. L (...)

2Objet d’autant plus fascinant pour des intellectuels de culture psychiatrique et/ou psychanalytique1 dont les liens personnels avec l’Algérie et son histoire instaurent, pour plusieurs d’entre eux, des formes complexes d’ambivalence, que l’information socio-politique dont ces intellectuels disposent sur la situation réelle, ô combien complexe, de l’Algérie d’aujourd’hui, les pousse à percevoir celles sur le mode de l’énigmatique. Quels sont les mécanismes qui, agissant dans l’inconscient des individus et des groupes y conduisent à la valorisation et à la pratique de formes extrêmes de violence ? Comment ces mécanismes concernent-ils les racines psychologiques des structures religieuses, (rapport au père et rapport à l’absolu, etc.), les spécificités du rapport à la mère ou encore les significations du meurtre dans la logique des rapports du Moi à l’Autre etc, ? Telles sont quelques-unes des dimensions de la problématique très complexe à travers laquelle s’offrirait, à la psychanalyse, la situation algérienne. L’universalisme de la psychanalyse et de ses développements post-freudiens, est-il en mesure d’expliquer les spécificités des articulations du ‘politique’ et du ‘psychologique’ telles que l’histoire les a générés dans la société algérienne d’aujourd’hui ? "... à cause de quels éléments qui caractérisent le discours et le lien social dominants, le discours intégriste a t-il pu advenir, et surtout, être adopté par un grand nombre d’Algériens’, écrit par exemple un des auteurs de cet ouvrage (Amin Hadj-Mouri : Des frères aux fils ou la périlleuse infatuation, p. 56).

3C’est inégalement que les tentatives exprimées dans cet ouvrage de mobiliser les armes conceptuelles de la psychanalyse, et en particulier celles du courant lacanien , réussissent dans leur objectif d’éclairer la “crise algérienne”.

4Dans certains cas la terminologie sophistiquée du discours de type lacanien, ne sert de véhicule qu’à des thèmes banals, voire tendancieux, et donc parfois faux. Est-ce ainsi par exemple un progrès que de nommer “régression”, le fait que “des superfétations pratiquement éteintes (comme l’astrologie en France), des particularismes régionaux ou nationaux paradoxaux... et des fanatismes religieux dignes du temps des croisades ont repris une expansion imprévisible ?” (p.19). En un raccourci saisissant, où la vigilance épistémologique ne trouve pas son compte, on rapporte la force de l’action de la pulsion de mort ” dans l’Algérie d’aujourd’hui, qui se manifeste dans “... les invocations contraires mais répétitives à l’ordre ou au désordre, les exclusions et condamnations, aux déceptions déchirantesqui ont suivi la victoire de 1962’ ” (Bernard W. Sigg : Fils de la mort, p. 37).

  • 2 - On lit aussi à la page 190 : «la mise en avant du discours “laïc” assimilé naturellement au progr (...)

5On ne peut sans doute qu’applaudir à l’intention qui anime cet ouvrage de joindre les lumières de la psychanalyse à celles d’autres disciplines comme l’histoire, la sociologie, l’économie ou la linguistique, pour mieux comprendre les phénomènes et les engrenages qui ont engendré les situations extrêmes observables dans la société algérienne d’aujourd’hui. Ce progrès dans la connaissance ne peut pourtant se réaliser quand on croit pouvoir faire de sa propre culture psychanalytique, le paradigme de tout savoir sur la société, et l’aune à laquelle tous les autres discours peuvent être jugés. Attitude qui peut conduire à établir de dangereux amalgames, où tout ce qui, dans l’ordre du discours, est autochtone, reçoit les mêmes stigmates : ou en dit ainsi trop ou pas assez de ces discours qui « vont de ceux qu’on qualifie de réactionnaires jusqu’aux plus progressistes »... et qui partagent « ... la particularité de viser à la totalité ». (Amin Hadj-Mouri : Réflexions et clarifications épistémologiques pour un travail à venir, p. 42)2 ou encore quand on affirme sans nuance, que l’idéologie intégriste se développe à la faveur des tendances hégémoniques du discours de la science. Cette perception peu discriminante des discours qui tout à la fois disent et, font les événements dans l’Algérie actuelle, est sans doute ce qui inspire certaines analogies bien sommaires, et bien faciles comme celle qui voit dans le rapport de la périphérie algérienne actuelle à son centre, l’équivalent du rapport de l’Algérie à la Métropole durant la période coloniale, ou celle qui considère la position de la langue arabe en Algérie aujourd’hui comme l’analogue de la position du Français avant l’indépendance. Analogies qui paraissent bien fragiles, même si l’idée, également développée dans cet ouvrage, de l’intégrisme comme assimilationniste n’est sans doute pas, sans comporter une part de vérité.

6Les imprudences épistémologiques que renferme cet ouvrage, -­et qui sont souvent directement ou indirectement liées à la difficile question des relations du psychologique au sociologique, et de l’inconscient individuel à l’inconscient collectif- n’empêchent pas que certains des textes réunis dans ce livre, définissent et appliquent nombre de structures conceptuelles, d’inspiration psychanalytique, qui peuvent conduire à formuler des hypothèses convaincantes sur la nature des mécanismes psychologiques qui pourraient être à l’origine de bien des comportements tératologiques.

  • 3 - On lit par exemple p. 94 : «Cette découverte fascinante de Dieu et la soumission qui l’accompagne (...)

7Les vicissitudes subies par l’image du père3, à des degrés divers dans les différentes couches sociales, ne sont pas sans liens avec les processus par lesquels beaucoup d’individus ou de groupes d’individus s’anéantissent dans un absolu hyperbolisé, dans un Autre, qui ôte à toute autre forme d’altérité, tout droit à l’existence. Il y aurait ainsi une féconde problématique à construire, en partant de faits qui gagneraient à être travaillés en s’appuyant à la fois sur les ressources de la psychanalyse et sur celles de la sociologie, et qui aurait pour axe la question de savoir s’il y a une véritable homologie entre la tragique ambivalence que connaît l’image du père chez, semble t-il, un très grand nombre d’Algériens, et certaines caractéristiques des mécanismes de manipulation des masses (Cf. Abdelhak Benouniche : Le père et ses fils).Bien entendu, établir des homologies n’autorise guère à traiter celles-ci, ipso-facto comme des relations de causalité.

8Ne manquent pas d’utilité opératoire non plus, semble-t-il, les liaisons que l’éclairage psychanalytique permet de saisir, dans la société algérienne d’aujourd’hui entre des formes spécifiques de narcissisme, des tendances paranoïdes et le fanatisme. Des formes perturbées de rapports à l’autre, détermineraient des formes perturbées de rapports à soi, génératrices d’un désir d’élimination de toute forme d’altérité. "Dans le fanatisme, lit-on dans le texte de Fabrice Liégeard, le social comme autre scène, éléments pour une anthropogénèse de l’altérité, p. 113, le réglage imaginaire prévaut. Or nous avons vu que la passion identitaire est d’essence paranoïaque. Ainsi, l’autre est intolérable..., à la mesure de sa déchéance comme Autre véritable".

9Les meilleurs textes réunis dans cet ouvrage sont ainsi ceux qui sans prétendre péremptoirement livrer des explications ultimes à la crise que traverse l’Algérie, suggèrent que l’arme de plusieurs schèmes psychanalytiques les mieux assurés, joints à d’autres armes, pourraient aider à y voir plus clair.

Haut de page

Notes

1 - La linguistique est également présente dans cet ouvrage sous des formes directes ou indirectes. Le problème de savoir à quel degré les tensions linguistiques socio-politiques et socio-psychologiques ont contribué à inciter à recourir à des formes extrêmes de violence est posé. (Voir Abdou Elimam : Langues et conflits : repères socio-linguistiques et glottopolitiques).

2 - On lit aussi à la page 190 : «la mise en avant du discours “laïc” assimilé naturellement au progrès et à la démocratie,... me paraît tout aussi aventureuse et dangereuse que le développement de l’idéologie “islamiste”».

3 - On lit par exemple p. 94 : «Cette découverte fascinante de Dieu et la soumission qui l’accompagne, représentent à mes yeux une haine féroce du père en tant qu’il fait valoir la loi humaine : l’interdit de l’inceste» .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Haddab, « Cercle de réflexion pour la psychanalyse en Algérie.- Algérie, années 90. Politique du meurtre, Pour une lecture freudienne de la « crise algérienne ».- Paris, Lysimaque, 1998 », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 101-103.

Référence électronique

Mustapha Haddab, « Cercle de réflexion pour la psychanalyse en Algérie.- Algérie, années 90. Politique du meurtre, Pour une lecture freudienne de la « crise algérienne ».- Paris, Lysimaque, 1998 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8064

Haut de page

Auteur

Mustapha Haddab

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page