Navigation – Plan du site
De la violence : notes de lecture

ANSER, Layachi .- Sociologie de Démocratie et de la rébellion en Algérie

Abdelkrim Bouhroum
p. 104-106
Référence(s) :

ANSER, Layachi .- Sociologie de Démocratie et de la rébellion en Algérie.- Le Caire, Centre de recherches arabes, 1999 ( en arabe ).

Texte intégral

1Présenter une œuvre sociologique comporte toujours le risque d’édulcorer, voire de travestir son apport à la connaissance sociale objective, par le fait même de lui superposer un nouveau discours dont les conditions de production prétendent à masquer son historicité propre, qui se détache et prétend se libérer de cette inhérence à l’œuvre initiale. Aussi existe-t-il une certaine prétention à vouloir relire un discours qui s’est approprié un objet de connaissance en vue de révéler son sens caché, sa vérité masquée voire de cerner et déterminer les mécanismes de son fonctionnement. Néanmoins, susciter un intérêt pour une œuvre scientifique dans un contexte social où le rapport de force cognitif n’est point favorable à l’épanouissement de la connaissance scientifique objective de la réalité sociale, peut révéler des opportunités insoupçonnées pour le développement d’un débat fructueux et fertile autour de préoccupations scientifiques, sociales et politiques. Il peut ainsi, à fortiori, justifier les risques multiformes, méthodologiques, conceptuels et/ou théoriques qu’encourt l’effort de présentation et qui, là aussi bien entendu, se superposeront à celles, possibles, de l’œuvre.

2Ainsi l’ouvrage de Layachi ANSER regroupe neuf (9) articles produits dans des conditions socio-historiques variables, préserve une unité épistémologique, confortée par une rigueur méthodologique et conceptuelle et un effort de mise à jour des apports théoriques récents, que la diversité thématique abordée risque de reléguer au second plan, voire d’occulter pour ne s’attacher qu’à l’interprétation des faits analysés. En effet, les quatre premiers articles centrés sur l’analyse des déséquilibres induits par la crise socio-politique et économique et son effet sur le rééquilibrage continu des rapports de forces multiformes, sociaux, économiques et politiques, qui s’exprime dans les formes de pratique de la violence au sein de la société, de distribution/redistribution du capital symbolique et matériel, -suivi de quatre autres articles articulés autour de la problématique de l’entreprise économique dans une économie rentière et des effets de cette caractéristique sur le syndicat, les cadres d’entreprise, les différentes élites sociales, les relations de travail et les représentations sociales qui fortifient l’identité sociale, donnent-ils l’illusion de l’articulation de l’œuvre autour de préoccupation qui se situent à des niveaux sociétaux différents- une approche macro-sociologique de la crise de l’entreprise économique et du syndicalisme en son sein. Et ce, au moment où la lecture critique du discours, ayant pour objet ces réalités, révèle une identité des facteurs déstructurant de l’une et de l’autre.

3En effet, l’homologie fonctionnelle des trois structures sociales, en apparence complémentaires, mais historiquement contradictoires, que sont la famille patriarcale, l’état politique et la structure religieuse, cimentée par une homogénéisation forcée ( ?) historique, des différentes symboliques, recoupe-t-elle, voire s’identifie, à celle que révèle l’analyse du fonctionnement objectif de l’entreprise économique où se trouvent réunifiés les mêmes vecteurs antinomiques qui assurent sinon l’implosion, du moins la paralysie de l’entreprise qui se voit dépouillée de ses attributs d’entité économique préfigurée par un marché social généralisé et un état politique qui se fortifie par la production/ reproduction des conditions de citoyenneté que sont la liberté sous toutes ses formes et les facteurs d’individuation.

4Nonobstant ces faits, les pesanteurs qu’exercent ces trois structures sociales, familiale, politique et religieuse qui, s’associant dans leur autoritarisme, leur dogmatisme et leur négation de tout particularisme innovateur, traduisent l’échec de l’accès de la modernité comme condition de régénérescence sociale et de production des conditions de reproduction historique élargie de la société algérienne. L’Etat populiste post-­indépendance, en s’articulant à des structures qui lui étaient historiquement antinomiques (familiale et religieuse), s’est privé de la possibilité historique de produire les conditions favorables à la maturation des mutations produites et/ou suggérés par le développement accéléré induit par le processus d’industrialisation, et a avorté non seulement les possibilités de modernisation de la société mais aussi son propre projet totalitaire de contrôle sans partage de l’espace social. De recul en régression, cet Etat se trouvera contesté même dans son monopole de la violence (tant symbolique que matérielle). La même déliquescence irrépressible caractérisera l’entreprise, ainsi que ses attributs que sont ses cadres, ouvriers et structures syndicales.... qui, pour n’avoir point saisi l’opportunité offerte à elle d’être une entité économique inscrite dans un procès de reproduction sociale déterminé par une division sociale du travail, se diluera de manière presque ubuesque à l’orée d’une restructuration fantasmagorique.

5L’échec de la modernisation de l’Etat et de la société accéléra l’épanouissement de pratiques parasitaires celles que la corruption, le népotisme, le clientélisme, la spéculation... et aboutit à une privatisation de l’Etat et de ses Appareils au profit des castes multiples qui se constituèrent des domaines réservés où ne prédomineront dès lors, que les valeurs et pratiques précédemment citées. Et ce, après avoir gargarisé la société durant plus de trois décennies d’un populisme socialisant articulé à un égalitarisme illusoire.

6L’entreprise économique, elle aussi, après avoir entretenu l’illusion d’une articulation de son fonctionnement sur la valorisation des compétences de gestion administrative et technique, de maîtrise de l’outil technologique en vue d’objectifs, concrètement irréalisables, tels que la rentabilité et la productivité économique, affrontera la juste mesure de sa réalité objective antinomique à la rationalité économique capitaliste. Et, avec ce choc, se brisera le miroir aux alouettes auquel se mirait les différentes élites administratives, techniques et syndicales pour se découvrir une dimension de pantins manipulés par plus d’un marionnettiste.

7L’œuvre, riche en données et propositions méthodologiques et en ouverture de champs cognitifs nouveaux, telle que cette audacieuse mise en rapport de l’état, de la famille et de la religion, structures qui surgissent de lieux historiques différents, pour questionner les fondements de la violence multiforme qui étouffe la société sous son joug, se conclut par la lancinante et angoissante interpellation du devenir de la sociologie en Algérie, et ce, dans la lancée du même processus de repositionnement global de la société. A ce niveau, il est regrettable que ce lien, pourtant mis en valeur, ne soit pas questionné de manière plus hardie, jusqu’à la transgression des limites auquel se confine le débat scientifique et intellectuel du fait du poids du corpus théorico-idéologique qui prégne la réalité social-historique propre à cet espace et qui impose de questionner même l’acquis théorique, le concept dans sa capacité à saisir, à s’approprier un réel, sans se projeter sur lui pour le masquer et le transfigurer quand ce n’est pas pour le défigurer.

8Ainsi, interpeller la discipline sociologique telle qu’instituée et constituée dans sa capacité à s’approprier une réalité sociale ­historique, où les postulats qui fondent son exercice (individu en tant que concept et réalité, production industrialo-capitaliste, généralisation du marché et du salariat, dislocation des structures d’appartenance pré-capitalistes telles que Tribu, Clan, Famille...) auxquelles se substituent des facteurs de positionnement social déterminés par la division sociale et technique du travail, sont absents ou en voie d’émergence, n’est-il pas sans conséquences sur la lecture de variables multiples qu’on peut isoler et de leur corrélation. Mais cela est un autre débat, qu’il faudra ouvrir si les sciences sociales ne veulent plus fonctionner en vase clos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelkrim Bouhroum, « ANSER, Layachi .- Sociologie de Démocratie et de la rébellion en Algérie », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 104-106.

Référence électronique

Abdelkrim Bouhroum, « ANSER, Layachi .- Sociologie de Démocratie et de la rébellion en Algérie », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8065

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page