Navigation – Plan du site
De la violence : notes de lecture

1. Violences à l’école : Etat des savoirs (coordonné par B. Charlot et J.C. Emin).- Paris, Armand Colin, 1997
2. La violence à l’école : approches européennes.- Revue Française de Pédagogie , INRP n° 123 avril.- Paris, Mai - Juin, 1998

Nouria Benghabrit Remaoun
p. 109-111

Texte intégral

1Les deux productions mettent en œuvre l’approche comparative pluridisciplinaire et dévoilent le poids des contextes locaux dans l’identification du phénomène de la violence et des solutions préconisées. Ce thème plus que d’autres s’inscrit dans la mise en place de passerelles entre les résultats de la recherche et les décisions d’action.

2Le numéro de la revue est composé de sept articles et deux notes de synthèse. Pour les auteurs la surmédiatisation des faits de violence à l’école a imposé la nécessité de « l’élaboration de cet objet social et scientifique… où plusieurs paradigmes de la violence sont en œuvre et s’interpénètrent ». La violence est une construction et non une prédisposition.

  • E. Debarbieux » La violence en milieu scolaire. 1’Etat des lieux » : Partant de la critique des discours attribuant la violence scolaire à une causalité ethnique, il s’engage dans une réflexion globale sur la crise de l’idéologie de progrès avec l’aggravation des divisions socio-économiques, dont une des conséquences est « la remise en cause d’une représentation de l’enfant comme porteur d’un espoir social et personnel ». L’auteur, s’appuyant sur un long travail de terrain adopte une attitude pragmatique dans la résolution de « la civilité au quotidien » en faisant » l’éloge de l’action modeste ».

  • Pour J. P. Payet « La ségrégation scolaire : une perspective sociologique sur la violence à l’école », le débat engagé sur les déterminations structurelles de la violence à l’école propose l’appui sur l’analyse des processus de ségrégation scolaire. Autrement dit, la perspective sociologique sur la violence à l’école, aboutit à se poser les questions suivantes : comment vivre ensemble ? Comment définir un bien commun ? La réflexion est ainsi portée sur l’école, lieu majeur d’apprentissage de la civilité.

  • F. Dubet dans « Les figures de la violence à l’école », part d’une remise en cause du traitement uniforme des conduites désignées comme violentes : vol, agression contre les enseignants, bagarre entre élèves, désordre, relation tendue entre parents… et procède à une déconstruction de l’objet. Il appelle à ne pas confondre faits-divers et fonctionnement sociaux.

3Les statistiques montrent la relative rareté des crimes et délits graves en milieu scolaire. Le fantasme d’insécurité s’appuie également sur le développement de la microvictimation liée à la montée de l’incivilité « La pluralité des significations de la violence doit être corrélée aux grands paradigmes de l’interprétation de la violence qui engagent des familles de réponses que les établissements doivent combiner ».

  • Les quatre articles de chercheurs non français font état du phénomène de la violence aux Pays-Bas, en Espagne, en Allemagne et en Suède. Prenant appui sur des enquêtes de terrain aussi bien qualitatives que quantitatives et partant des points de vue des victimes comme celui des agresseurs, les auteurs ont dégagé des analyses multivariées relatives aux comportements antisociaux (xénophobie) dans les écoles aux Pays-Bas, en Espagne, en Allemagne et en Suède aboutissant à des propositions de démarches qui visent à la diminution réelle des délits et des incivilités.

4Le dossier de la violence à l’école se termine par deux excellentes notes de synthèse l’une sur « La violence à l’école en France : 30 ans de construction sociale de l’objet (1967-1997) » par Eric Debardieux et Yves Montoya, l’autre sur « la violence dans les établissements scolaires britanniques : approches sociologiques » par Emmanuel Peignard, Elena Roussier-Fusco et Agnès van Zanten.

5En Conclusion, « les établissements qui résistent efficacement à la violence sont ceux qui prennent acte de la pluralité des significations de la violence et qui combinent des systèmes de réponse en surmontant leurs caractères à priori contradictoires ».

6L’ouvrage coordonné par Bernard Charlot et Jean-Claude Emin « Violences à l’école : Etat des savoirs » est subdivisé en cinq parties prises en charge par une trentaine d’auteurs réunis à l’occasion d’un appel d’offres lancé en 1994 en France par l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure et la direction de l’évaluation et de la prospective. Faire l’état des recherches et diffuser les résultats des travaux aux acteurs participant à la prévention de la violence à l’école furent les objectifs essentiels de cette collaboration de trois années.

  1. Violences à l’école : cerner la question. A partir de la présentation de trois grandes enquêtes, sont abordés successivement « le poids des déterminants sociaux de la violence en comparant des établissements de tous types sociaux », les difficultés des lycées vues à travers les transgressions. L’enquête de victimation où la violence est appréhendée du point de vue des élèves qui en sont victimes

  2. La violence : un défi pour l’école républicaine ? Abordant l’école en tant qu’espace symbolique, les différents auteurs proposent une approche en terme de transgressions à la loi bien que certains faits échappent à l’idée de transgression car « l’affaiblissement d’un sens général porté par l’institution scolaire entraîne du même coup l’affaiblissement d’un certain cadre normatif. Il n’y a plus de consensus possible autour de ce que « la loi » veut dire » :

  3. Les élèves violents, éléments de connaissance et réponses éducatives. Après l’identification des auteurs et victimes de violences, il s’agissait dans cette partie de procéder à un inventaire des conduites violentes et de « comprendre comment ces élèves fonctionnent, de construire et d’expérimenter des réponses éducatives aux violences scolaires »

  4. Les personnels victimes de la violence : leurs réactions et celles des institutions. Des auteurs apportent deux points de vue différents, le juridique et criminologique et celui de la santé mentale « qui définit les faits de la violence à partir de l’intervention d’un événement bien défini et par l’impact qu’il a sur les victimes » et stimulent la réflexion autour de moyens préventifs à développer.

  5. France, Allemagne, Angleterre, Etats-Unis : des réponses liées aux spécificités nationales. Il s’agissait de faire une typologie des violences en milieu scolaire tout en formulant une hypothèse culturaliste aussi bien pour l’analyse que pour les traitements de la violence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nouria Benghabrit Remaoun, « 1. Violences à l’école : Etat des savoirs (coordonné par B. Charlot et J.C. Emin).- Paris, Armand Colin, 1997
2. La violence à l’école : approches européennes.- Revue Française de Pédagogie , INRP n° 123 avril.- Paris, Mai - Juin, 1998 », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 109-111.

Référence électronique

Nouria Benghabrit Remaoun, « 1. Violences à l’école : Etat des savoirs (coordonné par B. Charlot et J.C. Emin).- Paris, Armand Colin, 1997
2. La violence à l’école : approches européennes.- Revue Française de Pédagogie , INRP n° 123 avril.- Paris, Mai - Juin, 1998 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8072

Haut de page

Auteur

Nouria Benghabrit Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page