Navigation – Plan du site
De la violence : notes de lecture

Situations de violence.-
Journal des Anthropologues, n° 76, 1999.­ Association française des anthropologues

Mohamed Mebtoul
p. 112-113

Texte intégral

1Le « Journal des anthropologues » a consacré ce numéro spécial aux « situations de violence ». L’objet était de comprendre les différentes postures des chercheurs confrontés à des situations extrêmes (terrorisme, guerre civile, sida, etc.). Quels sens faut-il attribuer à la connaissance produite auprès de personnes atteintes d’une maladie chronique ou de victimes de la violence et du terrorisme ? Le numéro présenté est original parce qu’il oblige le chercheur à questionner autrement son travail d’enquête et les résultats de ses recherches en intégrant ici le problème de l’éthique de la profession d’anthropologue quand il est en face de personnes en grande détresse. Il se retrouve parfois contraint de déconstruire l’objet initial de recherche pour s’orienter sur un autre aspect qu’il découvre dans une situation limite et exceptionnelle qui met en jeu la vie des personnes. Enquêter dans des situations de violence fait bien voler en éclat un « certain confort ethnographique » (Dozon, 1977). Le rapport du chercheur à la violence le conduit ainsi à reconsidérer les priorités qu’il s’était fixé au départ pour retravailler ses interprétations.

2La pratique de recherche est marquée par le doute et l’incertitude. Quels types de rapports le chercheur peut-il construire quand la personne est atteinte de sida, quand une société connaît la famine, la guerre civile ? Quelles significations faut-il attribuer à des résultats de recherche qui ne pourront jamais traduire de façon précise et toujours convaincante les situations extrêmes de violence que vivent au quotidien les populations ?

3La situation elle-même peut faire glisser les problématiques sur un objet nouveau. Dans ce numéro, on peut lire avec intérêt l’article de l’anthropologue libanaise, Aîda Kanafani-Zahar qui est contrainte de s’orienter vers ce qu’elle appelle une « ethnologie de soi » qui ouvre en réalité une nouvelle recherche. Elle est comme la population, aux prises avec ce réel qu’est la guerre, l’obligeant « à coucher des mots sur le papier ».

4La pratique d’enquête est d’autant plus incertaine que les interdits se multiplient dans la société. Ils ont pour effets d’accentuer les rapports de défiance entre « l’autre » (anthropologue) et la population qui semble attendre autre chose du chercheur, la conduisant à produire aussi sa propre stratégie dans le rapport à l’enquêteur. Celui-ci le conduit aussi à agir de façon détournée, en s’appuyant par exemple sur d’autres personnes qui ont la confiance de celles qu’il souhaite rencontrer.

5Ainsi, les situations extrêmes de violence obligent le chercheur à adapter en permanence ses techniques d’enquêtes pour rectifier le tir et élaborer ainsi une tactique qui soit la plus proche du terrain.

6Face à la souffrance de la population, le doute assaillit en permanence le chercheur qui est contraint de s’interroger sur le sens de ce travail d’appropriation des données. Ce doute traduit bien son impuissance à fournir des réponses à des personnes qui attendent de lui un soutien face à leur souffrance et à leur douleur. Dans ces situations extrêmes, l’entretien peut prendre au détour d’une phrase, d’un mot, une autre configuration, une autre tournure, dévoilant ainsi la préoccupation majeure de la personne. Ainsi le discours métaphorique ou la gestualité représentent des formes particulières d’expression de la douleur des femmes algériennes âgées de 40 à 50 ans que nous avons interviewées (Mebtoul, 1999, dans ce numéro). Elles apparaissent épuisées par la souffrance sociale au sens où, au-delà du mal organique, c’est la totalité de leur vie quotidienne et de leur « vérité » qui sont profondément bouleversées. « Tout s’est mélangé en moi » dira par exemple cette femme hypertendue qui a connu deux décès, celui de son mari et de son fils, en l’espace de deux ans, par le fait du terrorisme. Ce numéro a le mérite d’insister sur l’humilité qui doit aussi caractériser les Sciences Sociales dont les travaux ne pourront jamais rendre compte de l’ampleur et de la complexité au cœur des situations extrêmes de violence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Mebtoul, « Situations de violence.-
Journal des Anthropologues, n° 76, 1999.­ Association française des anthropologues », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 112-113.

Référence électronique

Mohamed Mebtoul, « Situations de violence.-
Journal des Anthropologues, n° 76, 1999.­ Association française des anthropologues », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8075

Haut de page

Auteur

Mohamed Mebtoul

Sociologue, (Groupe de Recherche en Anthropologie de la Santé, Université d’Oran).

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page