Navigation – Plan du site
De la violence : notes de lecture

Violence et ville : 
Bauer, Alain et Raufer, Xavier.- Violence et insécurité urbaines.- Paris, PUF, 1999. Que Sais-je ?

Ammara Bekkouche
p. 113-114
Référence(s) :

Bauer, Alain et Raufer, Xavier.- Violence et insécurité urbaines.- Paris, PUF, 1999. Que Sais-je ?

Texte intégral

1Un problème à définir, une démarche analytique, des suggestions de solution tel est le schéma introduit par le texte que nous proposent Alain Bauer et Xavier Raufer pour apprécier le niveau de gravité de l’insécurité urbaine en France. Il s’agit aussi de montrer l’inefficacité d’une soit disant démarche préventive pour pallier les effets de la violence. Une observation parallèle du modèle américain apporte quelques éléments des théories visant à établir l’origine du crime.

2Documents, enquêtes et chiffres à l’appui, structurent le constat qui met en rapport les types d’espaces résidentiels (quartiers, cités, zones...) et les différentes formes de violences urbaines observées. Outre une méconnaissance du phénomène, la médiatisation des faits laisse percevoir que la mesure de la réalité n’équivaut pas à la gravité de la situation. Au­ delà de l’ampleur spatiale et géographique, ce sont les nouvelles formes d’organisation de la violence qui devraient préoccuper les décideurs. La délinquance des mineurs notamment au niveau des établissements d’enseignement et le trafic de drogue par exemple, masquent la stratégie des caïds locaux. La mise en place de Zones d’éducation prioritaires (ZEP) dont le chiffre ne cessent d’augmenter n’ont pas eu l’effet escompté d’amélioration dans le domaine de la sécurité. Les transports en commun sont eux aussi des lieux de délits, ainsi que la relation de plus en plus inquiétante entre la délinquance, le fanatisme et un ordre criminel de trafics plus lucratifs.

3Quelles réponses à l’insécurité urbaine et que peut un Etat dont la justice est saturée et la police débordée, contre la sanctuarisation du phénomène ? Les pouvoirs locaux en France se heurtent au manque de moyens pour mettre en œuvre la loi d’autant que les problèmes de caïdat, et de l’absentéisme des parents restent une réalité difficile à aborder. Les effets pervers de la démarche préventive sont là pour signifier son inefficacité à plus d’un titre. Mais il existe selon les auteurs des formes d’action illustrées par deux exemples rapportés comme étant des expériences positives pour orienter la réflexion.

4Trois numéros de la revue URBANISME ont retenu notre attention. Trois dossiers ouverts par Thierry Paquot qui nous livre ses observations à l’égard d’une vision statique du couple violence/répression que justifie une certaine « une idéologie sécuritaire » en omettant l’interrogation sur les causes qui les génèrent. Maux de tous les temps, il est intéressant de faire quelques détours historiques dont l’un des plus récents évoque « l’Esprit 68 » et donne à réfléchir sur les multiples questionnements qu’il inspire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Violence et ville : 
Bauer, Alain et Raufer, Xavier.- Violence et insécurité urbaines.- Paris, PUF, 1999. Que Sais-je ? », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 113-114.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Violence et ville : 
Bauer, Alain et Raufer, Xavier.- Violence et insécurité urbaines.- Paris, PUF, 1999. Que Sais-je ? », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8077

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page