Navigation – Plan du site
Lectures

Le « contrechamp » vu du champ : à propos de : L’Algérie en contrechamp.- Peuples Méditerranéens, n° 70-71.- Paris, Août, 1995

Hassan Remaoun
p. 117-121

Texte intégral

1Des milliers de textes ont été produits depuis une dizaine d’années sur la crise que traverse l’Algérie : articles de presse et de revues, ouvrages... et ce en Algérie même, en France ou ailleurs. Beaucoup de ces écrits auront sans doute contribué à éclairer le lecteur sur ce qui se passait en Algérie. Beaucoup d’autres cependant relevaient du parti-pris et de l’invective donnant dans le style « Défense et illustration », ce qui somme toute est chose assez courante, sauf lorsqu’une pareille attitude se prévaut du magister dixit et de la prétention académique. C’est malheureusement le cas de la livraison d’une revue dont les articles sont indexés au CNRS français et auprès d’autres institutions scientifiques aussi prestigieuses, américaines ou autres. Il s’agit du numéro double de la revue française -Peuples Méditerranéens- publié en 1995 et intitulé L’Algérie en contrechamp. Sans chercher à généraliser le constat à tous les auteurs (et nous ne présenterons pas toutes les contributions), nous étayerons notre propos par quelques extraits empruntés à différents articles de cette livraison.

2Bruno Etienne qui semble emballé par l’accord de San Egidio (c’est son droit !) peut ainsi écrire dans « Adieu Cancun » : « Mais nous et surtout les médias et les hommes politiques (français), nous encourageons ces rares malheureux Algériens laïcs et démocrates à l’impréparation et à la défaite en les enfonçant dans la fausse croyance qu’ils sont démocrates - ce qu’ils ne sont pas comme ils l’ont prouvé par le passé - et laïcs, ce qu’ils sont encore moins, car ils dénoncent leurs ennemis actuels, mais ils ont voté le 29 mai 1984 le code de la famille…quand ils étaient tous ensemble au pouvoir », et ce n’est pas fini : « La gauche précamineuse et certains intellectuels algériens portent quelques responsabilités face aux crimes répétés de l’Algérie, je n’en citerai que deux de nature différente : Les assassinats de Jean Senac et Ali Mecilli. Je pourrais rappeler aussi que lorsque nous avons cherché des appuis auprès d’eux pour Michel Seurat, la réponse la plus courtoise a été la suspicion… Les Algériens ont élevé au rang de culture la manipulation paranoïaque… »(p. 35). Par ailleurs, « c’est un vieux procédé algérien que la mécomptabilité des morts. Dans le décompte nationalitaire, il n’est pas politiquement correct de dire clairement qui a tué le million de martyrs en commançant par Abane Ramdane (1957) et en ne finissant pas avec Boudiaf (1992), sans oublier Merbah le patron de la SM ! Depuis le « pouvoir » a réussi à faire 200 morts en une matinée dans la prison la plus bouclée d’Algérie, à tuer dans la foulée quelques leaders islamistes et peut être l’assassin présumé de Boudiaf, ainsi qu’un des négociateurs du FIS, Hachani. Mais comme toujours nous n’avons que des nouvelles manipulées » (p.37). A lire Bruno Etienne, on ne peut qu’être convaincu que la manipulation ne vient pas toujours du même côté, et peut revêtir différents costumes. Que d’amalgame et de généralisation hâtives. Est-ce là, la meilleure manière de combattre « Le manichéisme, le dogmatisme idéologique, le simplisme, la paresse intellectuelle… » (p. 35) ? A moins que l’objectif ciblé par Bruno Etienne ne soit autre ? C’est peut être le cas lorsqu’il semble conseiller aux autorités françaises : « Les sociétés américaines qui ont investi des milliards en Algérie et y maintiennent de nombreux techniciens (Bechtel and co, Kenog), ainsi que la firme française Spie Capag se sont lancés dans un projet qui par l’Espagne, doit irriguer toute l’Europe du gaz de Hassi R’Mel face à l’imprécarité du gaz russe... Les islamistes n’ont pas touché un cheveu de ces techniciens et soutiennent ce projet. En retour leur représentant a un bureau officiel à Washington. Pendant ce temps les médias français font monter l’audimat avec « La Gran’Peur de l’intégrisme » et la France perd ses marchés arabes au profit de Barcelone et de Gênes » (p. 39).

3Mais cinq ans plus tard qu’est-il advenu des positions américaines ? Tout le monde connaît la réponse à cette question !

4Dans son article « Algérie : l’islamisme contre les intellectuels ? », François Burgat utilise malheureusement les mêmes techniques pour feindre de questionner : « Qui a assassiné le chanteur de raï cheb Hasni à Oran ? Qui exactement a incendié des centaines d’écoles des quartiers islamistes à l’automne 1994 ? Posé des bombes devant l’université d’Alger ? Qui a enlevé le chanteur kabyle Matoub Lounès pour le libérer peu après ? Quels « groupes armés » ont exercé des violences contre les femmes de tous milieux sociaux sous couvert de « recrutement de femmes pour le maquis » ? Etc. Tel sociologue algérien ment-il lorsqu’il explique sous le sceau de la confidence qu’il reçut avant de se décider à quitter l’Algérie la visite d’émissaires du camp islamiste venus l’informer qu’ils ne voulaient pas porter la responsabilité de son assassinat, qu’ils savaient programmé par l’armée ?... » (p.73). Et Burgat de continuer à « enquêter » y compris sur l’assassinat de Tahar Djaout, Mahfoud Boucebci et de Abdelkader Alloula, « autre victime surmédiatisée », au point où il le confond avec son frère... Malek. Evidemment pour Burgat la réponse à ces questions et à d’autres qu’il serait long d’énumérer ici, est toute trouvée, mais il nous met quand même en garde : « toutes les victimes de la « barbarie islamiste » ne sont pas nécessairement tombées sous les balles du pouvoir. Dans cet espace de la violence extrême, la manipulation médiatique de la criminalité de droit commun a également tenu sa place... » (p.74). L’auteur nous aura-t-il ainsi beaucoup aidé à éviter « les pièges de la désinformation » (p.66) ? Chacun se fera son opinion.

5Dans sa contribution intitulée « Le FIS, parti de la démocratie ? », Pierre Guillard aurait pu nous présenter une analyse originale, même si l’approche marquée par la thèse de « la régression féconde » peut poser quelques problèmes... S’il n’utilise pas lui-même l’expression, il n’en rejoint pas moins le présupposé lorsque dès les premiers paragraphes de son texte, il annonce la couleur : « Un format de terreur, adopté depuis dix-huit mois par certains commandos armés, tend à conforter une opinion profuse : l’islamisme est une émergence qui, en Algérie, fait obstacle à la démocratie. Je crois l’exact contraire » (p.92). Malheureusement, il tord trop le cou au déroulement des événements, noircissant à l’extrême ce et ceux qui ne vont pas dans son sens, le tout pour déployer son hypothèse centrée sur le personnage central de l’article, et véritable « héros positif » : Ali Benhadj « L’histoire se déploie sur deux scènes : le grand théâtre du réel et les arcanes du cerveau de chacun de ses acteurs. Et Benhadj est la clé de l’Algérie. Qu’il dise « c’est la paix » (11 octobre 1988, mi-juin 1991, juillet 1991), et c’est la paix. Qu’il dise, « ce n’est pas la paix », et ce n’est pas la paix. Pouvons-nous cheminer en Algérie sur cet autre scène, en filant ce qui se trame dans le cerveau de cet homme ? » (p.93). Désormais, l’auteur perd de vue le réel pour s’abandonner à ce qui selon lui, se tramerait dans le cerveau de son héros ! Sa conclusion : « L’énorme effort que les islamistes ont su accomplir sur eux-mêmes permet de croire qu’il n’est pas impossible qu’un Benhadj s’autorise plus tard d’une fatwa solennelle qui en finisse avec ce retard civilisationnel qu’est le meurtre et l’apostat...Un Ali Benhadj disposera, demain, d’un manteau assez ample pour contrarier Khomeiny » (p.112). Benhadj, serait donc une chance pour l’Algérie, la seule chance pour la démocratie. « Pour entrer en Algérie, la démocratie a dédaigné la petite porte de l’arrogance occidentalisée : la grande porte arabe était plus prometteuse. C’est parce qu’il a placé sa main dans la main du grand frère qui s’appelle islam, que le petit enfant qui s’appelle démocratie sera demain accueilli par la famille Algérie » (p.110). Nous n’en sommes par encore là en Algérie où on attend vainement que Benhadj condamne, sans ambiguïté aucune, meutres, massacres et destructions. Mais pour l’auteur qui pourtant semble opter pour le contrat de San Egidio (vue la place pour une sortie de la crise qu’il accorde au trio FIS-FFS-FLN) : « Si les militaires (mais sont-ils les seuls ?) exercent une si vive pression sur Benhadj pour qu’il déligitime la résistance (mais peut-on parler encore d’une résistance ?), ce n’est pas parce qu’ils versent des larmes sur les horreurs de la guerre mais parce qu’ils veulent voir Benhadj déserter le concept de démocratie » (voir p. 108, les questions entre parenthèses sont bien sûr extérieures au texte de Guillard). Se laissera convaincre qui voudra, par ce type de démonstration !

6En tout cas Jocelyne Cesari dans « L’Etat algérien protagoniste de la crise » opterait elle, bien pour la notion de résistance lorsqu’elle écrit en ouverture à son article : « Le terme de terrorisme n’est d’ailleurs pas adapté parce qu’il renvoie, en règle générale, à des actions violentes de la part de groupes ne bénéficiant d’aucune base sociale et d’aucune légitimité en dehors de celle qu’ils s’attribuent, ce qui en l’occurrence, revient à ignorer que les islamistes bénéficient d’une légitimité conférée par les élections » (p.187). On peut se demander après que l’Algérie ait connu quelques autres élections (et elles valent ce qu’elles valent, en tout cas pas moins que celles de 1991), si l’auteur garde le même point de vue ! On peut se demander si les massacres atroces commis en Algérie ont quelque légitimité que ce soit (et se réfugier derrière la question « qui tue qui ? » ne change rien au problème). Ceci dit le Robert en 7 volumes définit le terrorisme comme « un emploi systématique de mesures d’exception, de la violence pour atteindre un but politique (prise, conservation, exercice du pouvoir...), et spécialement : Ensemble des actes de violence (attentats individuels ou collectifs, destructions...) qu’une organisation politique exécute pour impressionner la population et créer un climat d’insécurité... ». Le terme de terrorisme a d’ailleurs été mis en vogue pour désigner des méthodes de gouvernement sous la Révolution française et a été largement utilisé à propos d’action de Mouvements de libération y compris le FLN en Algérie, les deux phénomènes jouissant par ailleurs d’une légitimité incontestable. Que la violence toujours actuelle en Algérie ait des causes profondément sociales et politiques, et que l’Etat algérien soit lui-même « protagoniste de la crise », ne change rien à l’affaire : Il y a bien un terrorisme d’origine islamiste en Algérie, et plus que par les urnes, « légitimé » par des fetwas d’inspiration religieuse ! Et c’est ce qui contribue largement par temps de crise à lui donner de l’efficace.

7N’en déplaise à Rabha Attaf, coordinatrice du numéro, et auteur de l’article « L’affaire de Ouargla, mythe fondateur du discours de l’éradication », « l’incendie de ce petit appartement de Ouargla dans le Sud algérien en 1989 » avec meurtre d’un bébé, ne peut pas être détaché du climat de mobilisation islamiste et de prêches incendiaires menés à l’époque. On n’en était d’ailleurs qu’au début du processus, et la banalisation de ce genre de phénomène dont certains continuent de nos jours encore à faire preuve, détériore gravement la sérénité et la probité universitaire ou journalistique (puisqu’elle-même se présente comme journaliste). Se présenter en experte dans des rassemblements et des écrits pour affirmer que « le GIA n’existe pas » ou ne constituerait que « des maquis... de l’armée », ou encore des « groupes activistes indépendants... issus des nécessités d’une autodéfense des quartiers populaires soumis à un harcèlement militaire et policier », relève ni plus ni moins que de l’intox dont on accuse les adversaires (on se référera notamment à sa contribution aux Cahiers de l’Orient n° 36-37, 1994-1995, d’où sont extraits ces dernières citations).

8Nous terminerons enfin cette présentation « de l’Algérie en contrechamp » (et elle n’est pas exhaustive) par deux questions suscitées par la lecture de l’article de Mohammed Hadj Alili (Recteur de la mosquée de Marseille, le même qui avait en 1992 applaudi à l’assassinat de Boudiaf). Dans « La Foi et la Révolution » (une autobiographie assez proche de l’hagiographie), il écrit « Début 1962, le bataillon commandé par Zabana est entré en rébellion contre Boumédiène dont il contestait la légitimité. Au bout d’une semaine, on a encerclé « les traîtres ». Zabana s’est réfugié auprès de l’armée marocaine et ses hommes sont rentrés dans les rangs. Le Colonel Offman est intervenu en personne auprès de troupes pour nous mettre en garde... ».

  • Qui est ce Zabana ? Le seul portant ce nom et que l’histoire a retenu, a été guillotiné en 1956 par les français.

  • Qui est ce commandant Offman ? L’ALN puis l’ANP ont connu un commandant Hofman et un commandant Othmane, tous deux devenus par la suite colonnels.

Conclusion

9On ne saurait mieux conclure la lecture de ces textes et bien d’autres (frisant la propagande et le genre pamphlet), qu’en empruntant à ce numéro de Peuples Méditerranéens, cet extrait du texte présenté en quatrième de couverture : « Lorsqu’on parle aujourd’hui de l’Algérie, c’est habituellement le délire. Par nature, le délire n’accepte ni contradiction ni nuance. Le contradicteur, le subtil ne sont pas écoutés mais abreuvés d’injures ». Peuples Méditerranéens nous avait habitué à plus de retenue et de lucidité dans l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Le « contrechamp » vu du champ : à propos de : L’Algérie en contrechamp.- Peuples Méditerranéens, n° 70-71.- Paris, Août, 1995 », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 117-121.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Le « contrechamp » vu du champ : à propos de : L’Algérie en contrechamp.- Peuples Méditerranéens, n° 70-71.- Paris, Août, 1995 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8088

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page