Navigation – Plan du site
Comptes rendus

LACHERAF, Mostefa .- Des noms et des lieux .- Memoires d’une Algérie oubliée, souvenirs d’enfance et de jeunesse

Ammara Bekkouche
p. 155-157
Référence(s) :

LACHERAF, Mostefa .- Des noms et des lieux .- Memoires d’une Algérie oubliée, souvenirs d’enfance et de jeunesse.-Casbah éditions, Alger, 1998.

Texte intégral

1Des noms et des lieux, il en est de glorieux et de moins honorables dans le vécu de Mostefa Lacheraf qui nous livre une partie de ses mémoires en signalant la suite : “ Peut-être me sera-t-il permis avant de clore cette partie du livre consacré aux souvenirs d’enfance et de jeunesse, de rappeler ou d’annoncer pêle-mêle quelques-uns des moments saillants, inoubliable ou significatif dans un sens précis qui dominent ma mémoire pour ce qui est des deux “ âges ” déjà évoqués et “ inaugurent ” la suite à venir dans le futur récit de ma vie d’adulte, d’enseignant, de prisonnier politique, de chercheur, de diplomate et de citoyen ordinaire ”.

2Legs aux futures générations, ce livre raconte et continue le combat d’un homme contre le colonialisme et contre l’ignorance. “ Des noms et des lieux ! Revenons-y alors que l’ignorance chez nous bat son plein au sujet de ce pays, de ses noms, et pas seulement au niveau d’un état civil désastreux, mais aussi à travers le choix des parents saisis par des mimétismes orientaux, occidentaux et rarement maghrébins . ”

3Ignorance qui persiste au sein de l’école et pervertit l’usage de la langue arabe tant dans la pratique et que dans son enseignement. : “ Peut-être que l’arabisation indigente qui appauvrit effroyablement l’esprit des enfants et des adultes quand à la nécessaire connaissance scientifique de la terre et de l’humanité algériennes, incitera-t-elle ses responsables à prendre l’exemple sur l’effort prospecteur méticuleux se rapportant à l’Algérie de tous les lieux et de tous les jours, effort inhérent aux langues populaires si attentives (à leur manière) aux phénomènes les plus infimes et aux signes ténus de la nature de notre attachante région nord-africaine. ”

4Le problème de la langue arabe en Algérie, ne se résoud pas en frappant d’ostracisme une langue différente. Bien au contraire, il y a là une attitude révélatrice d’une forme de méconnaissance qui affaiblit d’une part ses possibilités de s’enrichir et qui rappelle d’autre part les mentalités discriminatoires et les procédés pratiqués par le colonialisme

5Lire les mémoires de M.L. c’est connaître un pan de l’histoire de l’Algérie en mouvement pour acquérir son indépendance puis le droit de vivre dans la dignité ; c’est aussi percevoir l’image de ses compagnons de lutte et de quelques-uns de ses contemporains. Elles nous mènent en même temps à découvrir le terroir peu ordinaire dans lequel s’est forgée sa personnalité où se mêlent une curiosité précoce et des providences quelque peu provoquées. Une lointaine lignée et un quotidien enrichi de lectures et rencontres exceptionnelles nous enseignent par exemple et entre autre, comment le portrait d’un certain Ferhat ben Ameur est confondu avec celui de l’Emir Abdel Kader !

6L’arme de M.L. est celle de la connaissance de la réalité pour affronter ces révolutionnaires d’un nouveau genre, les qawmiyyine qui ont rompu avec les valeurs authentiques de l’Algérie : “ …Ceux qui prétendent écrire l’histoire des idées sans lui donner pour support obligé l’homme ou le groupe social ,etc. Ceux-là, qui sont à l’image des négateurs du Réel, des partisans du “ langage grandiloquent ” tel que le philosophe Clément Rosset vient de l’évoquer pour nous, ont toujours vu l’homme comme un être abstrait, sans racine dans son propre pays, prêt à être transformé à vue d’œil par l’influence du moment. D’Algériens qu’ils étaient, jeunes, pleins de force mais fuyant la guerre de libération et leurs devoirs envers elle en 1955-1956, ils nous sont revenus plus tard, une fois la tragédie terminée, avec des mentalités orientales de supériorité “ langagière ” et de complexes mal dissimulés par lesquels ils entendaient prendre leur revanche et justifier par les mot de la grandiloquence et de l’Irréel, leur absence faussement motivée d’apprentis étudiants ayant adopté le statut super-nationaliste des qawmiyyine en lieu et place du nationalisme libérateur du peuple algérien martyr.”

7C’est l’idéologie baâthiste qui est ici nommée et en fait, son travail contre l’histoire qui est incriminé : “ On n’était plus dans le présent avec vue sur le futur. L’historicité statique des survivants prévalait contre l’historicité dynamique des combattants et de quelques morts illustres qui furent sur le terrain, les pionniers de la révolution et les artisans de la victoire”.

8Déplorant ce qui se passe aujourd’hui en Algérie, il s’offusque de l’abus relatif au sens du sacré dans la religion en matière de noms propres dont la signification oscille entre des conceptions tantôt réductrices (concernant les femmes), tantôt démesurées : “ Assurément, nous dit-il au sujet du sacré, ce n’était pas l’Islam démonstratif, exhibitionniste du spectacle, du “ m’as- tu vu ? ”, des batteurs d’estrade si pauvres en spiritualité, qu’il leur faut hurler, gesticuler, tomber en transes feintes pour s’affirmer musulmans ! Que dis-je ? Pour se proclamer islamistes. Sans oublier que l’Islam condamne expressément al-riyà, attitude trop démonstrative, publicitaire, démagogique par laquelle on affiche en public ses dévotions. Bref, l’orthodoxie musulmane a horreur de l’ostentation. ” C’est ailleurs que la grandeur se situe, aux bancs de l’école et du lycée que M.L. a dû quitter pour rejoindre la non moins prestigieuse Merdersa d’Alger Tha’âlibiyya et dans laquelle était dispensé un enseignement bilingue exemplaire d’une grande diversité de programmes et de qualité pédagogique… : “ Quoiqu’il en soit, et objectivement parlant, les plus cultivés parmi les Algériens dans le domaine du patrimoine arabe juridique et littéraire et dans celui de la littérature universelle d’expression française, étaient des bilingues sortis de ces mederssas officielles et notamment les cadis et certains mouderrès. ”. Peut-être constituent-ils, dans l’espoir et le message de Mostefa Lacheraf, des modèles à explorer pour construire les liens émancipateurs de notre société d’appartenance maghrébine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « LACHERAF, Mostefa .- Des noms et des lieux .- Memoires d’une Algérie oubliée, souvenirs d’enfance et de jeunesse », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 155-157.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « LACHERAF, Mostefa .- Des noms et des lieux .- Memoires d’une Algérie oubliée, souvenirs d’enfance et de jeunesse », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8107

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page