Navigation – Plan du site
Comptes rendus

DOUZOU, Laurent.- L’entrée en résistance

Ouanassa Siari Tengour
p. 157-158
Référence(s) :

DOUZOU, Laurent.- L’entrée en résistance.- p.p. 9-20.

Texte intégral

1On pourrait aussi intituler cette contribution : “ comment entre-t-on en résistance ? ”

2Derrière la question se profile une évidence première : l’entrée en résistance est le fait de quelques uns, voir de petits groupes isolés qui ont réagi rapidement à l’armistice et à l’occupation. Autrement dit, le rôle des résistants de la première heure est fondamental quant à l’évolution ultérieure, c’est-à-dire la prise des contacts en vue d’un éventuel recrutement, de l’élargissement des relais si indispensables à la transmission des ordres et à la poursuite de l’action. Ce qui fait l’intérêt d’une telle distinction, aux yeux de l’auteur, réside dans “ l’articulation entre ces deux formes d’entrée et de pratique résistante ”, c’est dire que “ l’intentionnalité ” et “ l’antériorité ” de l’engagement n’agissent pas indépendamment l’une de l’autre mais se fondent en réalité dans une pratique sociale. L’auteur ajoute un troisième paramètre, celui de la disponibilité des premiers acteurs de la résistance dont il distingue deux niveaux : une disponibilité totale telle que l’incarna De Gaulle dès le 18 juin 1940, une disponibilité dite fonctionnelle, celle qu’assumeront des milliers de français, au sein de leurs lieux de travail et qui seront l’épine dorsale de la résistance, dans la mesure où leur engagement va susciter une dynamique extraordinaire en mettant en mouvement diverses formes de sociabilité (comme l’expérience militante ou civique).

3Ces quelques remarques suffisent pour vouloir aborder la Résistance, non plus comme affaire réduite à l’émergence de quelques individualités, mais à tenter de la situer dans une perspective plus large, englobant des groupes sociaux plus larges, d’où la proposition de L. Douzou pour dégager d’autres niveaux d’analyse. Ainsi, la ville anticipe par la précocité de son engagement résistant sur la campagne. Implicitement, elle pose le rôle joué par les élites urbaines au sens large du terme : la Résistance n’est pas une affaire de conversion des élites en place. La question est plus compliquée donc, dans la mesure où l’itinéraire d’un De Gaulle ou de Jean Moulin, Pierre Brossollette ne répondent pas véritablement au modèle des dirigeants d’alors ; c’est une manière de nuancer et de ramener l’observation à des segments sociaux plus larges, “ aux viviers ”, lieu possible de la protestation (ainsi les élèves de grandes écoles, le groupe du Musée de l’homme).

4Enfin, la Résistance a produit sa propre dynamique, induisant des orientations nouvelles, des décisions inattendues en fonction des conditions du moment. Une manière de remettre les choses à leur place et réviser le mythe qui auréole les fondateurs… Les héros n’en sortent pas réduits, bien au contraire, ils sont auréolés de l’apport des divers relais qui, solidaires les uns des autres, ont su capter et assumer l’action des pionniers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouanassa Siari Tengour, « DOUZOU, Laurent.- L’entrée en résistance », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 157-158.

Référence électronique

Ouanassa Siari Tengour, « DOUZOU, Laurent.- L’entrée en résistance », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8111

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page