Navigation – Plan du site
Revue des revues

Annales H. S. S. , Paris, n° 5, septembre octobre 1999

Fouad Soufi
p. 164-165

Texte intégral

1Deux grands débats au sommaire de ce numéro : Le cimetière chrétien et l’histoire de l’empire achéménide.

2Les textes d’Eric Rebillard [Église et sépulture dans l’Antiquité tardive (Occident latin, 3e-6e siècles)] et de Michel Lauwers [Le cimetière dans le moyen âge latin. Lieu sacré, saint et religieux] fonctionnent au dialogue autour d’un point d’histoire : l’attitude face aux morts par la redécouverte et la réutilisation des catégories romaines (défigurées) relatives au « sacré », au « saint » et au « religieux » (Michel Lauwers) pour sacraliser l’espace de l’église, cimetière compris.

3L’empire achéménide a-t-il existé ? Débat entre Matthew W. Stolper et Pierre Briant autour de l’ouvrage que ce dernier avait publié 1996 : Histoire de l’empire perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard. Cet ouvrage fait donc l’objet de la note critique de Matthew W. Stolper [Une vision dure de l’histoire achéménide (note critique)]. Et à son tour, Pierre Briant fait un commentaire [L’histoire de l’empire achéménide aujourd’hui : l’histoire et ses documents (commentaire de l’auteur)].

4Deux problèmes fondamentaux sont posés par nos deux auteurs :

5Celui des rapports à la source d’abord. Le corpus littéraire et historique gréco-romain est clos -rares sont les découvertes- mais la masse de documents issus de l’empire perse ne cesse de s’accroître… (M.W.S.). Mais peut-on pour autant se fonder sur des documents épars, incomplets ; il serait simpliste de caractériser l’ouvrage de Pierre Briant comme une histoire achéménide d’un point de vue perse qui s’opposerait à un point de vue grec écrit M.W.S..

6Celui de la réalité de l’empire, quels en sont les marqueurs ? Les traces de la réalité de l’exercice du pouvoir se retrouvent-elles dans l’ensemble des parties de l’empire et à des époques différentes ? L’alternative serait : l’empire achéménide organisation très lâche de pays assujettis… sans que l’on puisse déceler l’empreinte de la domination perse ou bien alors - et c’est la vision dite dure- formation impériale au plein sens du terme c’est-à-dire un Etat à l’intérieur duquel les conquérants ont établi et unifié des règles d’organisation administrative… P. B. s’explique et montre combien la thèse solidement ancrée d’un empire évanescent était fragilisée par le flot grandissant des découvertes documentaires. Et l’auteur de faire la présentation des différentes fouilles archéologiques à travers le monde achéménide en les comparant et en les confrontant aux sources classiques grecques. Une fois encore, ce type de débat nous interpelle (devrait nous interpeller !) au niveau de la méthode d’approche des questions d’histoire ancienne mais également moderne de notre pays.

7Thomas Spath [Nouvelle histoire ancienne ? Sciences sociales et histoire romaine (note critique)]. Quatre publications allemandes qui défendent et illustrent de nouvelles méthodes pour lire les textes classiques : l’habitus et le champs social de Bourdieu, la théorisation du discours de Foucault, l’histoire praxéologique définie comme inventaire des différences.

8Deux études poursuivent, avec le même état d’esprit le renouvellement des problématiques et l’approfondissement des connaissances par la remise en cause des représentations historiques classiques. Dans Monothéisme et mémoire, Jan Assmann propose une lecture critique du livre de Freud : L’homme Moïse et le monothéisme. Selon l’A. l’erreur de Freud a peut-être été de s’approcher des textes bibliques comme s’il s’agissait d’un champ de ruines, et de commencer immédiatement à piocher là où il fallait simplement entrer et regarder attentivement. Jérome Bourgon, [La coutume et le droit chinois à la fin de l’Empire] critique, l’une des idées reçues les plus tenaces que nous ait léguées le XIXe siècle : la Chine ou l’empire des coutumes. La Chine, décrétée antithèse de la modernité occidentale telle que définie par Hegel et Weber, se voit doter d’un droit coutumier alors même que la notion de coutume est inconnue de leur tradition.

9Signalons enfin la note de lecture de Philippe Leveau de la thèse de Michèle Coltelloni-Trannoy : Le royaume de Mauritanie sous Juba II et Ptolémée, publiée par CNRS- Éditions en 1997 (Antiquités Africaines). Tout en estimant : l’intérêt de l’ouvrage est d’offrir une étude de cas sur une forme d’administration territoriale insuffisamment étudiée, Ph. Leveau n’en remarque pas moins quelques manques non seulement au niveau des sources et de la documentation mais aussi dans la maîtrise de l’archéologie. En tout état de cause, et même si cette étude pêche par des impasses sur les travaux de fouilles et les publications algéro-européennes, sa mise à la disposition de nos antiquistes est impérative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Annales H. S. S. , Paris, n° 5, septembre octobre 1999 », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 164-165.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Annales H. S. S. , Paris, n° 5, septembre octobre 1999 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8120

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page