Navigation – Plan du site
Informations scientifiques

La musique andalouse et son aspect scientifique

Ahmed Abi Ayad
p. 173-176

Texte intégral

1Le premier colloque international sur la musique andalouse, plus précisément sur “Le devenir de la Çan’a Gharnati”, a connu un véritable succès et des réactions très positives. Les organisateurs ont eu la bonne et heureuse initiative de tenir un tel pari scientifique face à ce patrimoine musical andalou traditionnel, dont l’importance et l’intérêt historique et artistique représentent tout le substrat culturel et civilisationnel de notre société.

2Tenue à Alger, au siège du CNRPAH (Musée du Bardo) du 18 au 20 avril 2000, cette manifestation scientifique a été organisée conjointement par le CRASC d’Oran, le CNRPAH avec la collaboration du CEFRESS de l’Université d’Amiens, l’Office National des Droits d’Auteurs (ONDA) et soutenu financièrement par la fondation Sonatrach-Tassili dont l’une des finalités vise justement la préservation du patrimoine national.

3Intéressante à plus d’un titre, cette rencontre de spécialistes de la musique arabo-andalouse, s’intègre dans la préoccupation de l’effort de valorisation de notre patrimoine culturel dont la richesse et la diversité sont loin d’avoir toujours été appréciées à leur juste valeur. Cet effort de récupération de notre mémoire devra s’accompagner d’un immense travail de sensibilisation sur ces valeurs sociales et retrouver les indices anthropologiques.

4Le constat amer de la musique andalouse, vécu ces dernières années, interpelle tous les amateurs et professionnels de cet art.

5En effet, dans l’établissement de la problématique, Nadir Marouf dresse un diagnostic précis et rigoureux sur l’état de son évolution en écrivant : “après une épopée festive ponctuée de festivals tout venants, d’activisme bon enfant au sein de l’Institut de musicologie de Kouba, qui ont fait de la capitale le lieu d’accueil privilégié du milieu musical arabe, les vicissitudes connues par le pays depuis ces dix dernières années au moins, ont mis la musique andalouse non seulement au grenier de l’oubli, mais encore au banc des accusés que cette musique partage, évidemment, avec d’autres…”.

6Cependant, ajoute-il “le travail pédagogique inlassable, continu, immense, souvent discret, fourni avec une certaine humilité de la part des maîtres, par les associations musicales de l’ensemble du territoire national a sauvé le patrimoine de la désaffection totale. Malgré la traversée du désert, en raison des problèmes de sécurité, certaines associations ont continué à mettre le pied à l’étrier, relayées d’ailleurs en cela par les associations créées ici ou à l’étranger par la diaspora algérienne, notamment en Ile de France”.

7Toutes les préoccupations, interrogations et réflexions inhérentes à toute approche et traitement de cet art musical traditionnel, nous mettent d’emblée face à un grand défi que N. Marouf envisage ainsi : « Est-il possible, au niveau strictement algérien, mais avec des spécialistes du patrimoine gharnati pratiqué en Algérie, de redonner à ce patrimoine la visibilité qu’il mérite, non pas en faisant de l’activisme festif, mais en discutant d’abord autour d’une table pour faire le point des réflexions et des expériences musicologiques plus ou moins disparates, plus ou moins solitaires et qui seraient susceptibles d’être connues » .

8Cette rencontre avait donc un objectif théorique et pratique. Comment focaliser la réflexion sur le gharnati proprement dit ? Peut-on faire un bilan des ressources et des recherches effectuées sur la partie algérienne du patrimoine musical ? Peut-on faire le point sur ce qu’il y a de nouveau dans les recherches sur cette musique, par rapport à ce qu’on sait déjà depuis une vingtaine d’années ? Telles étaient en l’espèce les préoccupations premières de l’initiateur du Colloque.

9Considérant la problématique posée et les objectifs fixés, la Directrice du CRASC s’est référée au coordinateur scientifique de cette manifestation, N. Marouf pour affirmer que : “Lorsque celui-ci disait que la réflexion sur le patrimoine musical a pris du retard chez nous, il pose un double problème : celui de la visibilité des travaux en musicologie et ethnomusicologie et les tendances actuelles de la recherche et celui de la protection de cette partie du patrimoine. Mais plus fondamentalement se pose le problème du patrimoine, de sa définition et de sa composition. Pris dans son sens le plus large, le patrimoine constitue l’un des traits distinctifs de l’identité de tout groupe social et de tout Etat…”.

10Mme Remaoun va plus loin en accordant davantage d’intérêt à la recherche scientifique puisqu’elle souligne dans ces propos cet aspect fondamental et révélateur de préoccupations actuelles : “Le travail de recherche sur le patrimoine musical algérien devra bien entendu tendre à s’étendre, lorsque ce n’est pas encore le cas, à d’autres rameaux de notre patrimoine musical. Nous pouvons citer notamment, les autres écoles de musique Andalouse, de Haouzi et de Malouf, le Chaâbi, la chanson Kabyle, Chaouie ou Saharienne avec ses tonalités berbères et négro-africaines et bien entendu l’impact bédouin présent un peu partout et qui via les Cheikh Khaldi, Mostéfa Ben Brahim et autres, devaient déboucher sur la musique Raï. Tous ces genres constituent avec la Çan’a Gharnati un bien commun algérien, maghrébin et bien au-delà”.

11En effet, cet événement scientifique très original et innovateur, a fait appel non seulement aux spécialistes de la musicologie, mais aussi et surtout aux musiciens, maîtres et exécutants, orchestres algériens de la musique andalouse représentant les trois grandes écoles de l’Algérie : Tlemcen, Alger et Constantine. La spécificité thématique et le profil pluridisciplinaire des participants a enrichi amplement les débats centrés le plus souvent sur les objectifs fixés et souhaités par des organisateurs préoccupés principalement par les composantes majeures de cette musique.

12La participation de musicologues et musiciens étrangers : M. Christian Poche et Jean Lambert (France), Léo Plenkers (Hollande), Paolo Scarnecchia (Italie) et algériens : Nouredine Saoudi, Directeur du (CNRPAH ), Nadir Marouf (Université d’Amiens), Kamel Malti, Saad Eddine Zerouki, Saadaoui Mohamed, Rachid Guerbas, Djamel Ghazi, Rachid Djelloul Brahim, Khaled Rahal, Youcef Touaïbia, Ahmed Laraba, Ahmed Serri, Faycel Benkalfat et Amine Kalfat (Ecole de Tlemcen), Farid Ben Sarsa (Ecole d’Alger), a permis à ce colloque d’aborder profondément tous les aspects significatifs de cet art musical andalou à travers une thématique variée tels que le système modal arabo-andalou, la structure rythmique de la nouba, la notation musicale, la structure du phrasé, le mizan, le dimensionnement orchestral, la gestion du patrimoine et ses enjeux juridiques.

13Parallèlement au déroulement des activités scientifiques, une exposition de documentation bibliographique, iconographique et discographique du Musée Ahmed Zabana d’Oran eut lieu à la cour du (CNRPAH), retraçant les figures emblématiques qui ont marqué cette musique savante, sous les soins attentionnés du chercheur Benarbia qui, lors de sa communication, a abordé le contenu poétique et les aspects thématiques du texte chanté.

14Seulement la préoccupation majeure du colloque consistait à essayer de trouver les moyens techniques possibles, en dépit de la grande difficulté de son écriture, pour aboutir à un système de notation musicale de ces noubas assez convenable et satisfaisant pour permettre aux nouvelles générations de la lire, l’apprendre et de l’étudier de manière scientifique et rationnelle sans pour autant s’écarter d’un iota de la tradition orale, enseignement fondamental, qui a servi de relais transmetteur durant des siècles, notamment depuis l’école de Ziryab à Cordoue, en passant par Séville, Grenade, l’Algérie, etc,.

15Cette question ardue tout comme celle des différentes noubas à quatre, cinq et six modes en plusieurs mouvements ont suscité un large et sérieux débat dans tous ses aspects et moindre détail. Face à l’aspect théorique et scientifique de cet art vocal andalou, l’illustration par la pratique et l’exécution des différentes noubas, qui à travers ces diverses variantes de mouvements, modes et rythmes a mis en exergue par-là même l’intérêt didactique et pédagogique de cet enseignement traditionnel et ancestral de l’oralité.

16Evidemment le problème de la sauvegarde, de la préservation et de l’enseignement de cet art musical andalou très révélateur de notre histoire, mémoire et identité n’a pas été omis, bien au contraire ; il a retenu toute l’attention des participants sachant pertinemment par-là même que ce trésor et legs culturels, de la musique andalouse originaire de l’Espagne musulmane à l’époque de sa splendeur civilisationnelle est aussi un patrimoine arabe, méditerranéen, espagnol et latino-américain, autrement dit, un véritable patrimoine universel qui concerne l’Humanité toute entière.

17A ce titre, il faut signaler que des colloques sur la musique andalouse ont déjà eu lieu en France et en Pays arabes et que prochainement les villes de Valence et Grenade débattront, elles aussi, de cette musique andalouse qui a pris naissance sur leur propre territoire.

18Finalement, la tenue de ce colloque à Alger, couronnée d’un succès incontestable, a permis de réunir toutes les personnes concernées et a montré de façon pertinente et rigoureuse toute l’importance considérable que requiert la transcription et l’enseignement moderne de cette musique aux futures générations qui doivent l’apprendre à l’avenir, la comprendre et l’étudier autrement et uniquement que par la tradition orale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahmed Abi Ayad, « La musique andalouse et son aspect scientifique », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 173-176.

Référence électronique

Ahmed Abi Ayad, « La musique andalouse et son aspect scientifique », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8139

Haut de page

Auteur

Ahmed Abi Ayad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page