Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Abdelkader Lakjaa (coordination et présentation), Sociologie et Société en Algérie

Hassan Remaoun
p. 115-119
Référence(s) :

Abdelkader Lakjaa (coordination et présentation), Sociologie et Société en Algérie, Alger, Casbah Editions, (124 pages en français et 278 pages en arabe), 2004.

Texte intégral

1Sous le titre de Sociologie et société sont publiés les actes du colloque national de sociologie qui avait été organisé à Oran, les 4, 5 et 6 mai 2002, par le département de sociologie de la faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran. Sur les 19 communications proposées au lecteur, 13 sont rédigées en langue arabe et 6 en langue française, le tout étant classé dans l’ouvrage en cinq rubriques :

  1. La sociologie face aux mutations sociales : contributions, classées selon l’ordre de présentation, de Abdelkader Lakjaa (Oran), Claudine Chaulet (Alger), Seif el-Islam Chouia (Annaba) et Abderrahmane Bouzida (Alger) ;

  2. La sociologie face à son histoire : textes de Djamel-Eddine Guerid, Mohammed Moulfi et Amar Yezli (Oran), Mohamed Akli Faradji (Bejaïa) ;

  3. La recherche en sociologie : communications d’El Djounid Hadjidj, Dalila Chareb-Metaïer, Mourad Moulay Hadj (Oran) ;

  4. L’enseignement de la sociologie, où on retrouve les signatures de Hasna Amina Kadri (Alger), Halima Haddouche (Constantine), Abdelhamid Guerfi, Fouad Mansour et Abdelkrim Bezaz (Annaba) ainsi que Nora Guenifa (Sétif) ;

  5. Sociologie et développement constitue enfin la dernière rubrique, avec la participation de Mohammed Bachir (Tlemcen), Noureddine Zemam (Biskra) et Abd el-Nasser Djabi (Alger).

2Ont participé donc à cette rencontre des sociologues venus de huit universités ou centres universitaires, et dont certains sont, ou l’ont été à un moment de leur carrière, chercheurs associés dans des centres nationaux de recherche tels le CREAD ou le CRASC.

3Nous avions, là, un échantillon assez représentatif de la trentaine de villes universitaires qui quadrillent le pays, même si l’essentiel des contributeurs vient d’Oran, Alger et Annaba, et donc une excellente occasion pour faire un état des lieux de la pratique sociologique en Algérie.

4Le coordinateur de l’ouvrage écrit dès les premières pages de sa présentation : « Alors que la sociologie en Algérie se fige autour de ses paradigmes des années 1970, la société change, et en changeant elle pose problème à la sociologie. » (p. 12) Et il ajoute, plus loin (p. 14) : « La sociologie comme d’autres sciences sociales, comme l’anthropologie, finissent par faire fonction de refuges où l’on se retire pour oublier la société, du moins pour renoncer à la connaître telle qu’elle est […] en se contentant de la rêver telle qu’elle devrait être. »

5Constat on ne peut plus sévère et plus pessimiste, mais l’optimisme semble pointer puisqu’il annonce : « C’est en vue du traitement scientifique de ces questionnements que ce colloque 2002 a été organisé. » Si le bilan est présenté comme négatif ‑ à cause notamment de la persistance « des paradigmes des années 1970 et notamment la domination de la sociologie du développement » ‑, l’auteur rappelle cependant (p. 15) « que c’est en 1984, à Oran, lors du colloque sur les ‘sciences sociales aujourd’hui’, que, pour la première fois dans l’Algérie indépendante ‘coiffée’ par le parti unique, les sociologues algériens ont été amenés à remettre en cause ‘le primat encadreur du discours politique et idéologique sur le discours scientifique’« .

6Le problème reste ainsi entièrement posé de savoir si le traitement scientifique des questionnements abordés a commencé au colloque de 2002 ou à celui de 1984, et pourquoi le « paradigme des années 1970 » subsisterait de nos jours alors que la société a connu les bouleversements que l’on sait.

  • 1 Cf. Colloque sur les sciences sociales aujourd’hui, 1986, Alger, OPU.
  • 2 Cf. Les actes du colloque de 1986 : changements sociaux en Algérie depuis l’indépendance, 1987, Alg (...)
  • 3 Cf. Aspects des sciences sociales dans le Monde arabe aujourd’hui, actes du séminaire des 30 et 31 (...)
  • 4 Cf. Adel, Faouzi (sous la dir. de), La socio-anthropologie ou comment repenser la méthode ?, cahier (...)
  • 5 Cf. Marouf, Nadir, Faouzi et Khadidja Adel (cordonnés par) : Actes du colloque : Quel avenir pour l (...)
  • 6 Cf. L’Université, Bulletin du MESRS, Alger, n° 1, mars-avril 1975. Les actes de la rencontre ont ét (...)
  • 7 Cf. Rahma Bourqia et Nicolas Hopkins (Sous la direction de) : Approches des mécanismes d’articulati (...)
  • 8 Numéro thématique coordonné par Fanny Colonna intitulé, Sciences sociales et Monde arabe, peuples m (...)
  • 9 Actes à paraître.

7On sait aussi que l’organisateur du colloque était le CERDRO, un centre de recherche rattaché d’abord à l’ONRS (Office national de la recherche scientifique) puis à l’Université d’Oran, et qu’il répondait à un effort plus ou moins soutenu, mais réel, fourni dans le pays à partir des années 1970 pour développer la recherche scientifique, y compris dans le domaine des sciences sociales. Il ne nous semble donc pas que la rencontre de Canastel se soit tenue à la suite d’une injonction politique, et ce n’est certainement pas en laissant supposer le contraire qu’on pourra, à notre avis, passer au « traitement scientifique » des questions (en supposant qu’elles soient bien posées) et appliquer aux « représentations illusoires » (voir p. 60) le sort que Tarik Ibn Ziyad a réservé « aux embarcations qui ont emmené ses troupes aux portes de l’Andalousie ». Le colloque de Canastel, dont les actes nécessiteraient d’être réédités1 pour que l’on sache en quoi la réflexion a progressé depuis 1984 et en quoi « ça patine », a d’ailleurs été suivi d’autres initiatives qui ne peuvent être ignorées lorsqu’on veut avancer dans le débat. On pourrait noter : les colloques nationaux de sociologie tenus à Alger en avril 1986 et 19972 ; ou encore des rencontres telles que, en mars 1987 puis en mars 1988, les séminaires tenus à l’URASC sur les sciences sociales dans le Monde arabe3 ; les journées d’études organisées à Constantine par l’Université Mentouri et le CRASC en mai 1997 sur la socio-anthropologie4 ; le colloque organisé par les mêmes partenaires en novembre 1999 à Timimoun sur l’anthropologie en Algérie5. Sans être exhaustifs, nous ne pourrons pas ne pas signaler encore les contributions apportées au débat par le 24e congrès international de sociologie, tenu à Alger en mars 19746, le séminaire américano-maghrébin réuni à Tanger en 19877, le numéro de la revue Peuples méditerranéens de 1991, consacré aux sciences sociales dans le monde arabe8, ou encore, tout récemment, en septembre 2004, la tenue du symposium organisé par le CRASC et la revue Insaniyat autour du thème « L’Algérie 50 ans après : l’état des savoirs en sciences sociales »9.

  • 10 Les programmes nationaux de recherche (PNR) au nombre de 30 ont été lancés suite à la loi 98-11 du (...)

8Les résultats de ces travaux (en dehors, bien entendu, du symposium de 2004 organisé après le colloque) semblent d’ailleurs, et en dehors de quelques citations de circonstance, avoir très peu imprégné le déroulement du colloque. Qu’importe ! Mais on aurait pu présenter ce que la sociologie avait connu de nouveau depuis le colloque de 1984, durant la période du terrorisme notamment : les mémoires et thèses soutenus, les articles de revues et ouvrages publiés en nous en présentant les tendances essentielles, ce que la recherche avait entamé de nouveau, avec notamment les lancements des PNR (dont celui portant sur « Population et société »)10 et des laboratoires et divisions de recherche dans les facultés de sciences sociales et les centres de recherche, ainsi que les problématiques proposées.

9On ne peut organiser un colloque en 2002 sur « Sociologie et société en Algérie » sans aborder, au moins en partie, ces précieuses sources d’information.

10Il est d’ailleurs significatif que la plupart des références bibliographiques contenues dans l’ouvrage ont plus de dix ou vingt ans, ce qui indique au moins un problème d’information sur les travaux récents, et de mise à jour dans la documentation (même si la référence à des auteurs classiques peut justifier le report à d’anciennes éditions). Pourtant, les publications récentes éditées ici ou à l’étranger deviennent plus accessibles en Algérie ! Faut-il y voir la confirmation de ce qu’avançait Fanny Colonna au symposium organisé par le CRASC en septembre 2004 : « Les collègues ne se lisent pas entre eux. » ?

11Le colloque sur « Sociologie et société en Algérie », ou du moins l’ouvrage qui en a rendu compte, aura justement, à travers ces « impairs », aider à faire un état des lieux de la sociologie en Algérie. Il y a cependant des éléments plus positifs à relever, tel le fait que la faculté des sciences sociales et le département de sociologie de l’Université d’Oran, organisateurs de cette manifestation, renouent avec la tradition des colloques, avec l’effort fourni par des collègues de différentes universités pour aider à une radioscopie des pratiques d’enseignement de la discipline et des effets sur la population des étudiants, en nous présentant souvent des enquêtes récentes puisque 7 interventions touchent à la question : A. Guerfi et F. Mansour traitent des étudiants de Annaba, et A. Bezaz, de leurs thématiques de mémoire ; N. Guenifi aborde les pratiques et représentations des enseignants de Sétif ; H. Haddouche s’intéresse à l’enseignement de la méthodologie à Sétif, et H.A. Kadri, à celui de la sociologie du travail ; C. Chaulet analyse la relation entre sociologie et développement ; et, enfin, de façon indirecte, D. Chareb-Metaïer présente le travail domestique des femmes universitaires. Il faudra signaler aussi les efforts pour aborder des thématiques et domaines particuliers, tels M. Moulay Hadj pour la pêche, A. Djabi pour les élections politiques et D. Hadjidj pour la ville, ou M.A. Farradji pour la sociologie coloniale. Les autres contributions ont eu une portée disciplinaire plus générale ou théorique concernant l’Algérie, le Monde arabe et même le tiers-monde avec les textes de M. Moulfi, M. Bachir, A. Yezli, A. Lakjaa, A. Bouzida, S. Chouia, D. Guerid, ou N. Zemam.

12Certains intervenants auront de même tenté de clarifier les approches en mettant en avant de véritables enjeux actuels et que devra affronter la discipline. C’est le cas, par exemple, de M. Moulfi qui, après avoir abordé le lien existant dans les premières décennies de l’indépendance entre les recherches d’alors et la nécessité de bâtir un Etat, fera cependant remarquer que « le sociologue avait toujours le souci de dépasser l’idéologie du pouvoir pour être du côté critique de la sociologie » (p. 78). Un problème essentiel pour lui est de faire en sorte que la conversion en vogue aux études anthropologiques ne se réduise pas au « repli sur le réflexe de réconfort de la stabilité et la constance pour conforter les représentations liées à l’identité et à la mémoire », au moment même où le croisement des deux disciplines pourrait être « si fécond tant il met en œuvre le passé dans le présent, mais aussi le présent dans le passé » (p. 81).

13C’est le cas aussi pour d’autres participants dont Claudine Chaulet qui écrit : « Que chacun reste isolé dans l’ignorance de ce que pensent et font des collègues qui cherchent dans le même sens, ou susciteraient des critiques scientifiques, est mortel pour la progression de la connaissance. C’est pourquoi je pense nécessaire de reprendre la réflexion en commun, tant de fois amorcée sans résultat, sur une ‘société savante’ de sociologie et sur une revue ‘nationale’ scientifique de sociologie. » (p. 71). C’est la seule intervenante, d’ailleurs, qui rappelle l’existence d’Insaniyat, dont ce 27e numéro en est à sa neuvième année de parution, avec des centaines d’articles et contributions diverses et quelques milliers de pages déjà imprimées. Il serait difficile de soutenir que toute cette production est déterminée par « les paradigmes des années 70 », et, Dieu merci, ce n’est pas le seul périodique de sciences sociales et humaines à paraître en Algérie !

Haut de page

Notes

1 Cf. Colloque sur les sciences sociales aujourd’hui, 1986, Alger, OPU.

2 Cf. Les actes du colloque de 1986 : changements sociaux en Algérie depuis l’indépendance, 1987, Alger, OPU, et celui de 1997, actes publiés dans les cahiers algériens de sociologie Dafatir, n° 1, Institut de sociologie de l’Université d’Alger, 2000, Alger, OPU.

3 Cf. Aspects des sciences sociales dans le Monde arabe aujourd’hui, actes du séminaire des 30 et 31 mars 1987, édition dactylographiée de 1990, cahier n° 2, URASC-LASMA, Université d’Oran ; et Tendances des sciences sociales dans le Monde arabe, actes du séminaire du 2 et 3 mars 1988, édition dactylographiée de 1991 ; cahier n° 4, URASC-LASMA, Université d’Oran.

4 Cf. Adel, Faouzi (sous la dir. de), La socio-anthropologie ou comment repenser la méthode ?, cahier n° 1, 2001, Oran, CRASC.

5 Cf. Marouf, Nadir, Faouzi et Khadidja Adel (cordonnés par) : Actes du colloque : Quel avenir pour l’anthropologie en Algérie ?, Timimoun 22, 23 et 24 novembre 1999, Ed. CRASC – Oran, 2002. Un compte rendu de lecture en a été fait dans Insaniyat n° 19-20, janvier-juin 2003.

6 Cf. L’Université, Bulletin du MESRS, Alger, n° 1, mars-avril 1975. Les actes de la rencontre ont été édités sous l’intitulé : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. XXIVe congrès international de sociologie, Alger 25-30 mars 1974. Alger, OPU ; S. d. (1975 ?) 2 tomes, 1752 pages

7 Cf. Rahma Bourqia et Nicolas Hopkins (Sous la direction de) : Approches des mécanismes d’articulation, Casablanca, Ed. El Kalam 1991.

8 Numéro thématique coordonné par Fanny Colonna intitulé, Sciences sociales et Monde arabe, peuples méditerranéens, n° 54-55, Paris, janvier-juin 1991.

9 Actes à paraître.

10 Les programmes nationaux de recherche (PNR) au nombre de 30 ont été lancés suite à la loi 98-11 du 22 Août 1998. Un certain nombre de PNR porte sur les sciences sociales et humaines, dont celui intitulé « Population et Société » qui s’est traduit par de nombreux projets de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Abdelkader Lakjaa (coordination et présentation), Sociologie et Société en Algérie », Insaniyat / إنسانيات, 27 | 2005, 115-119.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Abdelkader Lakjaa (coordination et présentation), Sociologie et Société en Algérie », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 27 | 2005, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8213

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page