Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Christiane Chaulet-Achour et Yahia Belaskri (Ouvrage collectif sous la direction de), LEpreuve dune décennie, Algérie, art et culture, 1992-2002

Ammara Bekkouche
p. 147-148
Référence(s) :

Christiane Chaulet-Achour et Yahia Belaskri (Ouvrage collectif sous la direction de), LEpreuve dune décennie, Algérie, art et culture, 1992-2002, Editions Paris-Méditerranée, 2004. Publié dans le cadre de l’Année de l’Algérie en France, avec le concours du Centre national du livre (CNL).

Texte intégral

1Au-delà des circonstances motivant l’élaboration de cet ouvrage pour esquisser un bilan de la création culturelle en Algérie durant la décennie noire 1992-2002, l’idée est d’en faire le symbole du partage d’un héritage commun. Globalement et en dépit d’une situation déliquescente de la création artistique en Algérie, l’existence de talents et les nombreuses potentialités qu’elle porte forcent l’espoir d’un mûrissement à partir d’un constat bien amer (Brahim Hadj Slimane).

2En matière de production littéraire, le romanesque frappe par son extrême diversité et marque un tournant où se distinguent de nouvelles approches de l’enfant, la femme, le couple (Christiane Chaulet-Achour, Bouba Mohammedi-Tabti). L’œuvre poétique est glorifiée par des hommages et témoignages à Tahar Djaout (Corinne Blanchaud-Jansen), Mohamed Sebti et Rachid Mimouni (Christiane Chaulet-Achour).

3Le théâtre, pour sa part, est présenté comme une large fresque où les morts et les vivants, dramaturges et comédiens, donnent à cet ensemble une extraordinaire énergie créatrice. Bien que prolifique, il n’en demeure pas moins entaché par les événements de la décennie : son éthique s’en trouve compromise au niveau du résultat et de la gestion qualitative du produit (Ahmed Cheniki, Messaoud Benyoucef, Leïla Hamoutène).

4Le cinéma et la musique, bien que peu de place leur soit consacrée, révèlent l’un et l’autre une originalité. Elargissant leurs frontières, ils ont conduit au brassage d’une variété de talents, ceux issus de la diaspora et de la deuxième génération pied-noire. Pour le cinéma, il est noté « … une multiplicité de thèmes et des traitements qui contribuent à réconcilier la culture algérienne avec sa pluralité plongeant au cœur d’une histoire aussi riche que complexe » (Mouloud Mimoun). La musique, comme pour le théâtre, est soumise au même constat : « absence de professionnalisme, inexistence des maisons de production, autant de tares et de difficultés qui ont ramené le raï… aux cabarets, son lieu fétiche d’expression » (Yahia Belaskri).

5Au registre des langues, une lecture rétrospective sur leur considération, donne à voir comment les insuffisances d’un système ont conduit à une situation dominée par des luttes d’appareils empêchant leur communion pour une question nationale aussi vitale que la langue (Mohamed Benrabah). En recommandation, il reste à faire une politique linguiste pour un plurilinguisme, à l’instar des nombreux exemples qui existent dans le monde (Abdou Elimam, Dalila Morsly).

6Le thème « Peuples et histoire » aborde un sujet où sont dévoilés quelques faits visant à rétablir des vérités sur la période coloniale. Ismaÿl Urbain, injustement relégué aux oubliettes de l’histoire, fut un anti-coloniste de la première heure, lui qui avait consacré toute sa vie à construire une Algérie française, qui fut une Algérie pour tous les Algériens, se retrouva dans le camp des anti-colonialistes (Michel Levallois). Sur un autre plan, pour les Juifs, ce sera une histoire tourmentée à travers les questions d’antijudaïsme et d’antisémitisme, qui les mèneront, après plus de deux mille ans de présence en Algérie, à en partir comme une crue dans un oued saharien…(Richard Ayoun). Même lieu, autre départ perçu comme un exil : celui des Pieds-Noirs qui, en 1961 et 1962, rejoignaient une métropole qu’ils n’avaient pour la plupart jamais vue (Eric Savarèse). Ils laissaient derrière eux l’histoire d’un imbroglio où était plongée l’administration française qui devait, sur le plan statistique, mettre la population indigène dans une catégorie qu’elle refusait de définir comme algérienne (Kamel Kateb). Pour clore ce chapitre, le récit d’un attachement à Sidi-Ghilès, ex-Novi, le village d’origine, donne aux retrouvailles ce côté indicible lié à l’humus commun dont sont faits Algériens-Algériens, Algériens-Français, Français-Algériens (Paul-Antoine Faizant).

7En filigrane, la question des arts plastiques est à peine effleurée. Elle est néanmoins représentée, en couverture, par une toile d’Otmane Mersali.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Christiane Chaulet-Achour et Yahia Belaskri (Ouvrage collectif sous la direction de), LEpreuve dune décennie, Algérie, art et culture, 1992-2002 », Insaniyat / إنسانيات, 27 | 2005, 147-148.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Christiane Chaulet-Achour et Yahia Belaskri (Ouvrage collectif sous la direction de), LEpreuve dune décennie, Algérie, art et culture, 1992-2002 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 27 | 2005, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8232

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page