Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maalouf, Amin.-Les identités meurtrièresLes identités meurtrières

Belkacem Mebarki et Amin Maalouf
p. 128-130
Référence(s) :

Maalouf, Amin.-Les identités meurtrières.- Paris, Ed. Grasset et Fasquelle, 1998.

Texte intégral

1« Serais-je plus authentique si je m’amputais d’une partie de moi-même ? » Comment peut-on vivre « à la lisère de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles » tout en gardant son authenticité ? Pourquoi certaines personnes ou certaines sociétés vivent mal les mutations culturelles profondes du monde actuel ? Telles sont les principales questions qui constituent la problématique du dernier ouvrage de l’écrivain franco-libanais A. Maalouf. Cet essai est constitué de quatre grandes parties qui traitent chacune d’une variation du thème de l’espace identitaire : l’appartenance, la modernité, la mondialisation et l’inter-culturalité.

2Fidèle à son style très coulant qui caractérise son écriture et qui fait sa célébrité, A. Maalouf nous invite à nous interroger sur notre identité à la lumière des grands bouleversements qui convulsent le monde à la fin de ce siècle.

3Comment vivre sereinement sa spiritualité au moment où la religion est accusée de tous les maux ? Comment se dire dans sa langue natale lorsque l’importance de celle-ci est minorée par l’hégémonie d’une langue globale ? Comment continuer à se réclamer des doctrines socialistes après la chute du mur de Berlin ?...

4Les balises sont évanescentes et les repères fuyants car ces interrogations appellent des remises en cause nécessaires puisque l’identité est en perpétuelle modification.

5« L’identité, nous rappelle A. Maalouf, est constituée d’une foule d’éléments qui ne se limitent pas à ceux qui figurent sur les registres officiels, tels que l’appartenance à une religion, à une nationalité, à une communauté linguistique, à une famille... » ; il est vrai, d’après l’essai de cet écrivain, qu’elle est fondamentalement cela, mais qu’elle est aussi autre chose. Elle est l’altérité et la similarité, le communautaire et l’universel, le culturel et l’interculturel, le spécifique et le global. Le monde étant devenu étroit par la grâce des développements technologiques, économiques, sociaux et militaires ; l’identité se modifie sans cesse, à une vitesse à laquelle elle n’était pas habituée durant les siècles précédents.

6Si un individu, dans sa manière d’afficher son identité continuait à s’opposer au rythme de cette modification obligée, il serait en inadéquation avec la modernité, qui est définie comme étant un fait sans précédent dans l’Histoire de l’humanité, puisque, si durant les siècles passés, les civilisations prédominaient à tour de rôle, depuis la révolution industrielle, la civilisation occidentale s’est imposée de manière irréversible par rapport aux autres modèles qui régressent inexorablement et deviennent archaïques.

7Ce phénomène de l’histoire déstabiliserait les individus qui, rejetés à la périphérie de la nouvelle norme, verseraient inéluctablement dans l’ostentatoire en brandissant de manière dramatique l’héritage culturel de leurs sociétés traditionnelles. D’autres individus, par contre, concilient fort bien, dans cette mutation historique, le culturel et l’interculturel et pilotent leur identité de manière à éviter la négation de soi et de l’Autre. Cette manière d’être au monde serait aisément réalisable dans ce qu’il est communément appelé « la mondialisation ».

8L’idée d’A. Maalouf est que la modernité rejoint la mondialisation en ce sens où elle est perméable à chaque individu, qui devient intégrable en tant que tel, avec son héritage culturel, mais sans ses appartenances communautaires. Cette manière de vivre la modernité semble convenir à Maalouf qui suggère que de telles concessions permettraient le rapprochement des peuples car suscités par le dépassement des particularismes sclérosants édictés par le culte des ancêtres et la référence à un certain nombre de valeurs totalement anachroniques.

9Le lecteur serait tenté de croire que cette façon de redéfinir l’identité dans la modernité est logique pour un écrivain franco-libanais, exemple parfait de l’homme trans-identitaire. Or, A. Maalouf reconnaît des limites à la mondialisation. En effet, dans son application, celle-ci rime souvent avec occidentalisation, et en particulier avec américanisation.

10Les apôtres de cette idéologie appartiennent à des communautés culturelles spécifiques qui, pour des besoins de suprématie, cultivent leurs différences de façon insidieuse. On rejette la norme de l’autre à la périphérie et on diabolise celui qui l’applique. Le stéréotype devient de rigueur : le sud-américain, basamé, est un dealer ; L’Asiatique, jaune, est un attardé ; l’Africain, noir, reste un sauvage ; L’Arabo-musulman, qui fait le plus peur, est machiste, un dictateur, et surtout, surtout un terroriste.

11A chaque coin de la planète, les laissés- pour compte, ces humains au rabais, ont le sentiment de vivre dans un monde qui appartient aux autres, un monde où l’on est soi-même comme un orphelin, un paria. Dès lors, et puisque l’on est persuadé que l’identité est menacée, « comment ne pas souhaiter (et faire en sorte) que l’édifice s’écroule ?

12Mais en agissant ainsi, pense A. Maalouf, on installe un extrémisme face à un autre en privilégiant et en mettant en avant un trait identitaire parmi tous les autres. Dans la plupart des cas, c’est l’appartenance religieuse qui est brandie. Appartenance religieuse et non religion car « les besoins de spiritualité peuvent très bien être dissociés des besoins de communautarisme ». Existerait-il alors une solution pour dépasser ces différences meurtrières ?

13L’essai d’A. Maalouf, qui renvoie dos à dos modernistes et traditionalistes, n’est pas seulement emprunt d’inquiétudes ; il est aussi porteur de deux héritages culturels, nous rappelle l’écrivain ; l’un vertical, qui nous provient de notre passé et de notre origine, l’autre horizontal, qui nous arrive de l’Autre et de notre temps.

14« Dompter la panthère » consisterait donc selon A. Maalouf, dans le fait de concilier les deux axes identitaires afin de tenter une synthèse et aller vers le transculturel, espace où chacun « devrait pouvoir assumer, la tête haute, sans peur et sans rancœur, chacune de ses appartenances, chaque élément constitutif de son identité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Belkacem Mebarki et Amin Maalouf, « Maalouf, Amin.-Les identités meurtrièresLes identités meurtrières », Insaniyat / إنسانيات, 9 | 1999, 128-130.

Référence électronique

Belkacem Mebarki et Amin Maalouf, « Maalouf, Amin.-Les identités meurtrièresLes identités meurtrières », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8279

Haut de page

Auteurs

Belkacem Mebarki

Articles du même auteur

Amin Maalouf

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page