Navigation – Plan du site
Revue des revues

Prologues, Revue maghrébine du Livre, Casablanca
n° 17, été 1999
Langues et cultures au Maghreb

Khaoula Taleb Ibrahimi
p. 132-135

Texte intégral

1L’excellente revue maghrébine du livre Prologues (qui paraît à Casablanca, au Maroc et dont nous regrettons l’absence sur les étals de nos librairies), nous propose dans sa livraison de l’été 1999, réunies dans un dossier spécial (qui a donné son titre au présent numéro) les communications présentées lors de la journée d’étude organisée par la revue le 24 Avril 1999 sur le thème des « Langues et cultures au Maghreb ».

2Le sommaire de ce numéro se décline en cinq contributions principales qui constituent le corps du dossier, appuyées d’une manière fort intelligente (traduisant de ce fait, une facette de la réalité maghrébine), par la traduction en langue arabe d’une de ces contributions, en l’occurrence celle de notre collègue universitaire marocain Abdessalam Cheddadi, véritable plaidoyer-manifeste « Pour une politique de la langue » ainsi que celle de l’article du chercheur tunisien Yadh Ben Achour « Les implications politiques du problème linguistique au Maghreb » qui, bien qu’il soit déjà vieux de quatre années (il est apparu dans le numéro 303 de La Pensée en 1995), aborde la question selon un point de vue, à notre sens, pertinent et quelque peu subversif en liant d’une manière inextricable le fait linguistique au fait politique. La résolution de la question linguistique ne peut être effective que si l’Etat-Nation acquiert sa plénitude dans nos contrées dans un cadre démocratique qui rende justice à la langue du peuple et à ce dernier sa voix (ses voix ? !).

3La mise à disposition de ce texte en langue arabe pour le lectorat arabisant est à porter à l’actif de Prologues qui a voulu donner, l’espace d’un débat, la parole à des voix plurielles représentant la réalité maghrébine dans sa complexité. D’où la lumineuse idée d’avoir fait réagir d’autres chercheurs aux sensibilités différentes aux contributions principales. Quatre articles en langue française, deux en langue arabe vont tenter de répondre en écho aux thèses soulevées et aux questionnements proposés par les intervenants à la journée d’études comme autant de pièces et d’arguments à livrer au débat sur une question qui, bien qu’elle ait bénéficié d’une abondante littérature, où, on veut pour preuve, l’impressionnante bibliographie collationnée dans les feuillets des titres en complément de ce numéro 17 de Prologues, et préoccupé des chercheurs appartenant à des disciplines différentes, continue à compter parmi les questions brûlantes qui interpellent la conscience maghrébine dans ce qu’elle a de plus intime, son identité. Car c’est bien d’une quête identitaire qu’il s’agit, dans des sociétés qui, au-delà des différences et spécificités locales semblent être traversées par les mêmes phénomènes de rupture, de déni du vécu, de décalage entre le projet voulu et espéré et la réalité dans sa complexité et ses contradictions.

4Réalité singulière, (n’est-ce pas Abdou Filali-Ansary dont l’article [En marge du débat : en quoi la situation au Maghreb est-elle singulière ?] a particulièrement retenu notre attention), produit d’une histoire ; réalité multiple marquée par la stigmatisation de langues maternelles des Maghrébins (les parlers arabes et amazighes), stigmatisation qui va - du moins pour les seconds -, au bout du chemin de l’occultation, susciter la réaction du mouvement culturel berbère en Algérie. Réaction dont les soubresauts successifs peuvent augurer de lendemains incertains comme le note Karima Direche Slimani en conclusion de son intervention intitulée « Histoire de la question berbère en Algérie. Les modalités d’une construction identitaire » en page 19 « La rage d’être entendus, la non-reconnaissance de la langue berbère conjugués aux crispations idéologiques du pouvoir, ne présagent pas un avenir optimiste pour le règlement de la question berbère. Ces éléments sont à la fois des révélateurs dramatiques de l’échec d’un modèle national et d’une impasse politique et ils pourraient générer des fractures graves pour la société algérienne ».

5Puisse le ton le plus optimiste sinon plus mesuré de nos confrères marocains (Ahmed Boukous [La langue et la culture amazighes : entre la plénitude du fait et la vacuité du droit]) et allemand (Gabi KraTochwill [Les associations culturelles amazighes au Maroc : Bilan et perspectives]) nous faire croire en une évolution plus clémente de nos sociétés vers une prise en charge lucide et courageuse de notre diversité linguistique et culturelle.

6Réalité maghrébine singulière aussi par le rapport ambigu et ambivalent aux deux langues d’écriture (l’arabe fusha et le français) qui écrasent par leur domination les parlers qui, même s’ils sont porteurs d’une riche tradition culturelle, creuset de l’enracinement identitaire des maghrébins, socles de leur maghrébinité, restent confinés dans l’oralité,­ rapport ambivalent à la langue de l’ex-colonisateur (voir la contribution de notre confrère de l’Université d’Oran Rabah Sebaa [L’Algérie et la langue française : un imaginaire linguistique en actes] ) dont le statut ambigu semble être une des caractéristiques qui marquent la spécificité de nos sociétés ; rapport à la langue arabe qui oscille constamment entre la sacralisation d’une langue mythifiée et fétichisée à un degré tel qu’elle en devient inaccessible alors même que l’urgence d’un traitement de la langue arabe (confrontée à la massification de la scolarisation et des moyens de communication) se fait de plus en plus sentir (voir, à cet effet, les contributions de Abdessamad Tamourou [ Réflexions sur la langue arabe, son histoire et son devenir] et de Mokhtar Benabdallaoui [Réflexions au sujet de l’argumentaire proposé au débat sur langues et culture au Maghreb], cette dernière est en arabe).

7L’on comprendra, dès lors, pourquoi le débat sur une telle question est si passionné, si intense comme le dit Yadh Ben Achour « ... on peut aisément observer que la question linguistique reste au cœur des processus politiques tels le fédéralisme, le nationalisme, l’Etat-Nation, les conflits ethniques, les guerres internationales, etc.. La question linguistique est à la fois constitutive de ces phénomènes, facteur de crise et de tensions, source d’évolution » (La Pensée, n° 303, p.p. 93-94). Pourtant il faut pouvoir penser de manière rationnelle ces questions qui « présentent, dans notre environnement maghrébin, la double caractéristique de l’urgence et de l’intérêt. Urgence parce qu’elles renvoient à des problèmes graves et imposent des choix déterminants. Intérêt parce qu’elles soulèvent des questions essentielles sur l’histoire, la religion, la société, etc. » (A. Filali-Ansary, p. 70).

8Il faut pouvoir repenser les termes de l’équation unité/diversité, spécificité/universalité, alors même qu’ « aucun des paradigmes qui ont autrefois imposé l’unité et l’homogénéité, ne peut plus réclamer une adhésion occlusive » (idem, p. 79).

9Peut-être, alors, que la solution réside dans le choix conscient et volontaire du pluralisme linguistique, un choix qui « peut traduire la conscience d’un enrichissement considérable par l’adhésion à des cultures de différents segments de l’humanité. Le Maghreb peut trouver sa singularité, son identité, dans sa volonté de partage qui, du reste, semble avoir toujours eu les faveurs de ses élites » (idem ; p. 79).

10Il sera possible de croire, d’espérer un avenir fait de tolérance, de consensus sur les dimensions fondamentales de notre être maghrébin, synthèse d’un débat polyphonique qui prenne en compte et en charge la diversité de nos racines, de nos référents, la richesse de notre imaginaire irrigué par une constellation de mythes et de symboles construits par la douloureuse sédimentation de notre mémoire et de notre histoire, mythes et symboles qui sont autant de « signes pour qui sait », n’est-ce pas Nagib Wasmine ? !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khaoula Taleb Ibrahimi, « Prologues, Revue maghrébine du Livre, Casablanca
n° 17, été 1999
Langues et cultures au Maghreb », Insaniyat / إنسانيات, 9 | 1999, 132-135.

Référence électronique

Khaoula Taleb Ibrahimi, « Prologues, Revue maghrébine du Livre, Casablanca
n° 17, été 1999
Langues et cultures au Maghreb », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8284

Haut de page

Auteur

Khaoula Taleb Ibrahimi

Linguiste /Université d’Alger.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page