Navigation – Plan du site
Revue des revues

Annales, Histoire, Sciences Sociales
Juillet-août 1999, n° 4

Fouad Soufi
p. 139-141

Texte intégral

1Avec la problématique des Conversions religieuses, dans un espace précis, celui de l’Europe, la revue des Annales nous offre un nouveau chantier.

2Dans sa présentation, Pierre Antoine Fabre nous montre la place nouvelle que tient le problème de la conversion religieuse dans les milieux historiographiques. Selon lui, le problème de la conversion est sans doute l’un des plus provocants pour l’élaboration d’une socio­anthropologie des croyances. Ce sont en tout, cinq articles, sur l’espace européen et le christianisme exclusivement (l’islam en est absent pour des raisons qui relèvent de la pure contingence nous explique P.A. Fabre), qui forment ce numéro.

3Eric Rebillard présente, dans une note critique, deux ouvrages de l’historien anglais Peter Brown, dont la traduction en français est parue en 1998 : Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive : vers un empire chrétien (Seuil, 1998) et L’autorité et le sacré : aspects de la christianisation dans le monde romain (Noésis, 1998). Selon l’A., les travaux de Peter Brown s’inscrivent dans la réconciliation de l’histoire intellectuelle et de l’histoire sociale à partir de l’étude du problème de la christianisation de l’Empire romain. P.B. montre comment la christianisation de l’Empire s’est accompagnée de la conquête du pouvoir par les évêques notamment dans la partie orientale de l’Empire et que ces groupes en imposant leur pouvoir ont créé un langage devenu officiel dans l’Eglise. Aussi pour étudier les mécanismes de conversion, il conviendrait d’étudier d’abord les représentations chrétiennes de la christianisation. Les récits qui ont été montés alors autour de la victoire du christianisme sont marqués par l’idéologie du silence. Le paganisme est évoqué au passé et réduit à un tout petit reste. Mais en même temps cette idéologie protége les polythéistes comme le montre la carrière d’Isocasius d’Antioche. Le transfert de cette problématique sur notre propre sphère ouvrirait sans nul doute des pistes fécondes pour la compréhension des mécanismes qui ont conduit non seulement à la disparition du christianisme mais aussi au maintien du judaïsme. L’histoire ne finit jamais d’être écrite.

4La question du développement des conversions tardives dans l’histoire de la chrétienté est abordée par Charles de Miramon à travers le récit d’une conver­sion arrachée à un mourant. Survivant finalement, il échappe à sa conversion et en donne un récit ironique. L’artifice de cette conversion est ainsi dénoncé.

5L’enquête présentée par Nathan Wachtel porte sur le destin de Francisco Maldonado de Silva, juif marrane, qui mourra brûlé sur l’ordre de l’Inquisition de Lima. D’une part le marranisme de Maldonado est le fruit d’une reconversion. D’autre part, l’argumentation de cette reconversion, résulte de ce que l’on pourrait appeler un bricolage théologique. La reconversion de Maldonado ne peut être ramenée à seulement un retour à la religion première de son père.

6La contribution de Simha Goldinsur les conversions de juifs d’Europe occidentale après la première croisade porte sur les difficultés liées à l’évaluation, à la définition, à la description même d’une conversion dont on ne peut jamais être certain qu’elle soit vraie.

7Pierre- Antoine Fabre, dans son article consacré au débat et aux conflits qui traversent la Compagnie de Jésus, dès l’époque de sa fondation, sur le sujet de l’admission ou du refus des nouveaux-chrétiens, rassemble et tente d’éclairer la production juridique liée au problème des conversos et le discours des acteurs concernés. P.A. Fabre, dans sa magistrale présentation, [sur laquelle nous nous sommes grandement et librement inspiré] nous explique que ces effets entrent dans ce que l’on cherche ici à repérer comme les indices d’une réappropriation, par les converses, du nom qui leur échoit.

8Les trajectoires reconstituées par Marie-Elizabeth Du­creux nourrissent une hypothèse d’une portée générale mais qui, par définition, ne pouvait être avancée que dans l’étude d’une situation par­ticulière, celle, des Tchèques de Berlin (un « groupe ») dans la première moitié du 18ème siècle. M.E. Ducreux, à qui l’on doit, entre autres, un excellent texte (Lire à en mourir. Livres et lecteurs en Bohême au XVIIème siècle in Les Usages de l’Imprimé, Fayard, 1987) fait concrètement la preuve de la fonction structurante des récits de vie à partir des Tchèques émigrés en Allemagne pour vivre leur foi protestante.

9Au total et comme toujours un numéro rafraîchissant, un peu loin de nos espaces religieux et géographique mais très proche de nos préoccupations méthodologiques.

10Signalons enfin de Pierre Centlivres et de Micheline Centlivres-Dumont, une grosse et riche étude sur les rapports entre l’Afghanistan et les organisations internationales entre 1978 et 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Annales, Histoire, Sciences Sociales
Juillet-août 1999, n° 4 », Insaniyat / إنسانيات, 9 | 1999, 139-141.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Annales, Histoire, Sciences Sociales
Juillet-août 1999, n° 4 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8291

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page