Navigation – Plan du site
Revue des revues

Ethnologie Française, Paris.
Juillet –septembre 1999, n° 3, Tome XXIX
Musée, Nation. Après les colonies

Fouad Soufi
p. 141-142

Texte intégral

1Voilà bien un numéro qui nous interpelle. Musée, fabrique d’identité ? Le texte introductif de Gérard Collomb : Ethnicité, nation, musée en situation postcoloniale montre comment l’émergence d’un sentiment national peut emprunter, entre autres voies, celles de la formation patrimoniale, porteuse d’une forte charge symbolique et émotionnelle, et celle de la mise en musée. Les textes, qui nous sont donnés à lire, concernent des Etats nés de la décolonisation (Gabon, Indonésie), ceux intégrés à la France (Réunion, Antilles, Nouvelle Calédonie) mais également des pays neufs où subsistent de fortes particularités communautaires (Venezuela, Etats-Unis/Louisiane et Canada). Au-delà de la constitution d’une mémoire historique partagée, on y entreprend d’inscrire la diversité ou parfois l’hétérogénéité des cultures dans un héritage commun [Anne Gaugue : la mise en scène de la nation dans les musées d’Afrique tropicale et Louis Perrois : La formation d’un « patrimoine » du Sud : le musée des Artset Traditions du Gabon]. Comment se forment et s’articulent entre elles ces mémoires institutionnelles qui fonctionnent en contradiction entre une idée nationale et des identités exprimées en général sur une affirmation ethnique ?

2Les articles s’organisent autour de deux axes :

  • Le premier s’interroge sur la place qu’occupent ces mémoires institutionnelles en tant que point d’ancrage d’une affirmation identitaire [Kathleen M. Adams : Identités ethniques régionales et nationales dans les musées indonésiens]. Instruments de légitimation politique, ne contribuent-ils pas à construire, valider, ou réfuter les représentations mobilisées par des groupes en quête d’histoire ?

  • Le second axe analyse la forme que revêt cette entreprise de patrimonialisation. [Michel Giraud : La patrimonialisation des cultures antillaises ; Jonathan D. Hill : Nationalisme, chamanisme et histoires indigènes au Venezuela ; Sara Le Menestrel, sur la construction du patrimoine franco-louisianais.]

3La question se pose de savoir si le regard ethnographique des institutions et des chercheurs reste porteurs d’un discours qui finalement valide la prééminence des catégories occidentales dans la construction d’une représentation de ces cultures et dans la construction même de la notion de patrimoine.

4L’article d’Anne-Marie Losonczy : le patrimoine de l’oubli. Le « parc-musée des Statues » de Budapest, montre comment la conservation muséale de symboles (les statues monumentales) du régime communiste participe en fait d’une adhésion à une conception patrimonialiste et continuiste de l’art et du passé. Réunir dans un parc-musée en plein air, quarante et une statues constitue un type paradoxal de muséification du social situé entre mémoire et oubli. L’A. estime qu’en regroupant ces statues dans un lieu dévalorisé, les promoteurs du projet avaient deux objectifs : conserver en effaçant les piliers de la stratégie de marquage du territoire réalisée par le régime ancien et couper court -sans l’interdire- à des tentatives d’endommagement ou de déboulonnement qui, tout en réactivant dans la société une symbolique de la violence et de la rupture, risquerait de la figer aussi dans une singularité culturelle périphérique aux yeux des sociétés modèles, les démocraties occidentales. Cette manière de mettre en musée un passé dont on veut pourtant faire table rase, cette expérience -singulière tout de même - de conjurer le passé en l’exposant, constitue une mise en œuvre d’une politique paradoxale du patrimoine. Elle pourrait –par rapport à notre propre passé colonial- servir d’exemple. Il n’existe, chez nous, aucun musée qui rappelle ce que furent les conditions de vie et de travail tant à la campagne que dans les villes durant cette période. Au moment même où les officiels nous rappellent qu’il ne faut pas oublier, rien n’a été conservé. Pour mieux oublier ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Ethnologie Française, Paris.
Juillet –septembre 1999, n° 3, Tome XXIX
Musée, Nation. Après les colonies », Insaniyat / إنسانيات, 9 | 1999, 141-142.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Ethnologie Française, Paris.
Juillet –septembre 1999, n° 3, Tome XXIX
Musée, Nation. Après les colonies », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8292

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page