Navigation – Plan du site
Informations scientifiques

Groupe de recherche « Histoire des femmes en Méditerranée » : F. Z. Guechi ; O. Tengour ; B. Medjani ; S. Bendjaballah.-Catégories de femmes dans l’histoire maghrébines.-organisé à l’Université Mentouri, Constantine. Faculté des Sciences Sociales et Humaines, du 27 au 30 nov. 1999

Fatima Zohra Guechi
p. 149-151

Texte intégral

1Par une approche théorique et épistémologique sur « les catégories de femmes et les femmes comme catégorie », F.Z. Guechi a tenté d’ébaucher une introduction générale pour insérer les travaux de ce colloque dans le débat général sur la spécificité féminine et sur l’opportunité d’une histoire des femmes à partir des catégories. Largement appréhendée en ces termes dans les textes anciens, l’histoire des femmes ne peut faire l’économie d’un débat épistémologique. Il s’agit de s’interroger sur les présupposés de la catégorisation, dépister ses fondements idéologiques, les prendre en compte et en prendre conscience avant de pouvoir les remettre en question. Changer les manières de nommer et les manières de catégoriser que, par habitude, on continue de suivre ou de conforter n’est pas chose aisée. La hiérarchie des sexes est ancrée au plus profond de l’inconscient humain façonné et refaçonné par les représentations sociales.

2Relayée par O. Tengour, la problématique de l’histoire des femmes devait être explicitée par le rappel des moments forts de ce mouvement d’écriture de l’histoire des femmes en Occident d’abord et au Maghreb ensuite. En effet, ce colloque s’inscrit dans une réflexion menée depuis quelques années par les groupes de recherches sur l’histoire des femmes. Il est le troisième du genre à l’échelle maghrébine.

3Par une lecture des gravures et des images du Maghreb ancien, N. Benseddik a pu montrer des femmes dans des situations très diverses et des occupations de travail aussi différentes que valorisantes : parallèle ou même devant l’homme, la hiérarchie ainsi dégagée ne portait aucune discrimination sexuelle. Kh. Mansouri confirme en élargissant la gamme des femmes visibles dans la littérature historiographique de l’antiquité : femmes d’affaires, paysanne ou artisane, sans oublier les déesses, reines et autres saintes.

4Ainsi les femmes sacerdoces dans la Carthage punique, les inscriptions qui en ont gardé les épitaphes permettent à S. Yazidi une incursion dans leur origine sociale, leur rôle et leur place dans la société carthaginoise.

5Les femmes propriétaires foncières en Afrique romaine sont repérables, selon S. Sehili dans les différentes sources en l’occurrence Apulée qui nous fait découvrir Pudendilhar, riche veuve qui possédait d’immenses propriétés et qu’elle gérait toute seule. Cependant dans les opérations de ventes et d’achats, ces femmes étaient toujours accompagnées par un père, mari ou fils.

6Cette réalité antique invite à des lectures transversales et comparées dans la longue durée.

7Disséminée au gré des sources (manaqib, tarajim, rihla et chroniques) l’information sur les femmes saintes, même lacunaire pour une large part, n’échappe pas à N. Amri, attentive aussi bien à la personnalité des auteurs qu’à l’évolution du phénomène de la sainteté ou de sa déperdition, et qui devine « une présence de la femme marquée par le sceau de l’ambivalence » : l’épreuve (la mihna) d’une part et d’autre part une « reconnaissance de ces modèles féminins de la perfection humaine » et « d’une révérence qui n’a rien à envier à celle prodiguée aux awliyâ’hommes ».

8Avec B. Medjani c’est la prégnance du projet de da’wa ismailienne en Ifriqia qui détermine la présence et la place des femmes prosélytes à tous les niveaux de la hiérarchie. Initiées, elles ont contribué à la pénétration de la secte au Maghreb. Elles bénéficient de la formation et interviennent dans les majalis et ce jusqu’au départ d’Al Mu’izz vers le Machreq (362 hg).

9M. Rouis a ciblé quant à lui, les itinéraires des princesses hafsides dans les enjeux des alliances matrimoniales de leurs familles, mais aussi des Mérinides et des Abdelwadides qui les prenaient pour épouses et en faisaient des reines. Les catégories de femmes comme le pratiquaient les fuqaha a donné à N. El Hentati l’occasion de voir la complexité des situations et la nécessaire distance à prendre avec les sources une fois bien apprivoisées.

10Dj. Maachi a essayé de dégager les grandes catégories des femmes comme les figuraient les voyageurs européens des 17 ème et 18ème siècles et Kh. Yacher quant à elle, fit une lecture dans les écrits des Ulama algériens au milieu du XXème siècle pour montrer les nuances d’approches de cette question, y compris entre Ibn Badis et ses disciples.

11D. Largueche a réussi la gageure de suivre les traces de femmes ordinaires dans leur quotidien tout aussi ordinaire pour répondre à une double interrogation : comment exploiter des sources disparates et retrouver des comportements et des itinéraires originaux dans leur quotidienneté ? Ceci, en mesurant finement les niveaux de vie à partir de recoupement d’informations glanées dans les actes de successions à Tunis au XVIIème siècle. Travaillant sur des sources similaires, I. Grangaud analyse les legs féminins, plus nombreux que les legs masculins, à Constantine à la fin du XVIIIème siècle et suggère que ces legs aient été aussi « l’occasion de voir les femmes attentives à transmission de leurs biens selon des dispositions qui leur sont personnelles ».

12Dans un contexte plus global d’anthropologie et exploitant des enquêtes de terrain, M. Bouzid explore l’origine de l’ancêtre éponyme et de l’ancêtre féminin en l’occurrence chez les Touaregs de Djanet.

13En effet, le travail des femmes dans le secteur agricole n’est pas un phénomène nouveau. Ce qui l’est en Algérie d’aujourd’hui et dont S. Bendjaballah analyse le contexte, c’est la présence d’une catégorie de femmes acteurs juridiques, agents économiques, inscrites dans un processus d’individuation et tendant à l’émergence d’une nouvelle classe d’entrepreneurs agricoles.

14Dans leur diversité, les contributions ont centré leur analyse sur les femmes dans la sphère publique et dans des domaines réputés fiefs masculins. Toutes les catégories de femmes n’ont pas été systématiquement répertoriées. Cependant, malgré l’absence de nombreux collègues et la rigueur du froid constantinois, le rythme a été soutenu et le programme plein pendant trois jours. Ce colloque a permis de faire connaître la richesse des recherches empiriques, la qualité du travail sur les sources, l’originalité des pistes empruntées et la pertinence des questions débattues dans cette rencontre. Cependant, il a permis de mesurer aussi les distances et les inégalités face à la nécessaire maîtrise théorique des approches et à la diversité des écoles. La confrontation des idées a été des plus enrichissantes. Attendons donc la publication de ces travaux. (Ce texte a été rédigé à partir des résumés des intervenantes et intervenants).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatima Zohra Guechi, « Groupe de recherche « Histoire des femmes en Méditerranée » : F. Z. Guechi ; O. Tengour ; B. Medjani ; S. Bendjaballah.-Catégories de femmes dans l’histoire maghrébines.-organisé à l’Université Mentouri, Constantine. Faculté des Sciences Sociales et Humaines, du 27 au 30 nov. 1999 », Insaniyat / إنسانيات, 9 | 1999, 149-151.

Référence électronique

Fatima Zohra Guechi, « Groupe de recherche « Histoire des femmes en Méditerranée » : F. Z. Guechi ; O. Tengour ; B. Medjani ; S. Bendjaballah.-Catégories de femmes dans l’histoire maghrébines.-organisé à l’Université Mentouri, Constantine. Faculté des Sciences Sociales et Humaines, du 27 au 30 nov. 1999 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8305

Haut de page

Auteur

Fatima Zohra Guechi

Historienne, Université Mentouri, Constantine.

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page